Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Avoir une influence positive

com
Avoir une influence positive
Avoir une influence positive

Eikev


Avoir une influence positive


Le 20 Av (qui tombe cette année jeudi 29 juillet 2021) est le jour du yahrtseit – l’anniversaire du décès – du père du Rabbi de Loubavitch, Rav Levi Its’hak Schneerson. Rav Levi Its’hak, ou « Reb Levik » comme on l’appelait, fut l’objet de terribles persécutions de la part du gouvernement communiste d’Union soviétique. Cependant, tout au long de cette épreuve, il demeura fidèle à son engagement d’enseigner la Torah. Il encouragea et inspira ceux qui l’entouraient à observer les mitsvot et à renouer avec leurs riches traditions.

En 1939, Reb Levik fut arrêté pour avoir enseigné la Torah, ce qui, selon les communistes, « sapait l’autorité du gouvernement ». Il fut condamné à cinq ans d’exil.

Reb Levi Its’hak fut une grande source d’inspiration à son époque et il l’est encore aujourd’hui. Ses efforts permirent à de nombreux Juifs de rester attachés aux enseignements de la Torah alors que la société qui les entourait cherchait à éradiquer toute trace de vie religieuse. En outre, beaucoup de personnes que Reb Levik inspira eurent elles-mêmes une influence positive sur leurs frères.

Dans le 5e chapitre des Pirkei Avot (qu’il est d’usage d’étudier ce Chabbat dans de nombreuses communautés juives), nous apprenons quelle est l’une des conséquences d’inspirer les autres à bien agir.

Il y est écrit (5:18) : « Tout celui qui permet à de nombreuses personnes d’acquérir du mérite ne sera pas exposé au péché. »

Cela ne signifie pas que lorsqu’une personne exerce une influence positive sur les autres, elle n’aura plus de libre arbitre et sera empêchée de pécher. Cela veut dire que lorsque l’on amène de nombreuses personnes à faire ce qui est juste, comme le fit Reb Levik, l’influence positive que cela génère empêche que l’on soit impliqué dans des situations où l’on pourrait être amené à pécher.

Nous espérons et prions que commence bientôt l’ère de Machia’h, lorsque chaque influence sera positive et que chaque situation ne mènera qu’au bien.

Shabbat Shalom!


Emmanuel Mergui
au nom de l’équipe éditoriale de Chabad.org

Deux Contre un


Extraits des écrits et des discours de Rabbi Yossef Its'hak de Loubavitch

Lorsque Rabbi DovBer de Loubavitch n’était qu’un jeune homme de seize ans, son père lui confia la tâche de servir de machpiya (guide spirituel et mentor) aux jeunes hommes de la communauté ‘Habad.

Rabbi DovBer encouragea fortement ses disciples à se rassembler dans des farbrenguens informels pour s’inspirer et se réprimander mutuellement et se concerter sur les questions concernant le raffinement de leur caractère et leur service de D.ieu. « Regardez les choses ainsi, leur dit Rabbi DovBer. Lorsque deux Juifs se réunissent et que l’un dit à l’autre ce qui lui fait mal au cœur, le résultat est que deux âmes divines affrontent une seule âme animale. »

(Comme le père de Rabbi DovBer l’explique dans le Tanya, il y a deux âmes distinctes qui animent le corps : une « âme animale » et une « âme divine ». L’âme animale est motivée par les aspirations égoïstes de la vie matérielle ; l’âme divine l’est par la quête désintéressée de servir le Tout-Puissant. Mais l’âme animale, qui est totalement égocentrique, n’a aucun intérêt dans le triomphe d’une autre âme animale. Ce n’est pas le cas de l’âme divine, dont le seul désir est que la volonté de son Créateur soit accomplie. Lorsqu’une personne est seule aux prises avec ses maux spirituels, la lutte oppose ses deux âmes à l’intérieur d’elle. Mais lorsque deux personnes se réunissent, l’âme animale de chacune est terrassée par un double assaut de l’essence divine de l’homme.)

Raconté par le sixième Rabbi Loubavitch, Rabbi Yossef Its’hak Schneersohn ; adapté de “Once Upon a Chassid” par Yanki Tauber.

Extraits des écrits et des discours de Rabbi Yossef Its'hak de Loubavitch

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article