Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Je ne suis pas venu dit-il pour être servi mais pour servir et promet de donner son âme en rançon pour une multitude

com

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,30-34.


En ce temps-là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.
Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Les Douze rentrent de mission
            

Méditation de l'évangile du dimanche 18 juillet


Jésus dit aux apôtres : venez vous-même à l'écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. Car nombreux étaient ceux qui venaient et s'en allaient et ils n'avaient pas même le temps de manger ! Et ils partirent dans la barque vers un lieu désert pour y être à l'écart .

Au retour de leur première mission, les Douze reviennent avec enthousiasme vers Jésus, après leur première course apostolique. Ils viennent vers Lui en toute confiance pour bavarder avec Lui, et Lui raconter simplement tout ce qu'ils ont fait, tout ce qu'ils ont dit.

« Et à leur retour, les apôtres lui racontèrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigné »

On sent dans ces paroles tout le climat d'amitié qui règne entre eux et le Seigneur. Voyant leur fatigue et la foule qui va et vient, Il les invite à monter en barque et à se rendre dans la direction de Bethsaïde, dans un lieu désert où ils pourront se reposer et récupérer après la fatigue de ce premier ministère.

On découvre là combien son amitié était attentive car Il leur ménage une halte pleine d'intimité où Il pourra parler avec eux, loin du brouhaha et du bruit des foules.

« Et Il leur dit : venez vous-même à l'écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. Car nombreux étaient ceux qui venaient et s'en allaient et ils n'avaient pas même le temps de manger ! Et ils partirent dans la barque vers un lieu désert pour y être à l'écart »

De leur côté, ses disciples n'ont pas peur de Lui, et l'abordent en toute simplicité. Ils Lui parlent comme à un ami en qui ils ont pleine confiance. Ils s'adressent à Lui avec une nuance de respect, car ils attendront le soir afin de ne pas le déranger lorsqu'Il console, guérit, instruit les foules.

Le soir venu, les disciples s'approchèrent et lui dirent : ” L'endroit est désert et l'heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu'ils aillent dans les villages s'acheter de la nourriture ! “

En véritable ami ; Jésus fera encore plus participer les siens à son travail : ” Il donna les pains à ses disciples et les disciples les distribuèrent aux foules”.

Les apôtres doivent agir en Son nom auprès des foules. Il le veut et il le faut. Cela sera toujours le rôle de l'apôtre de s'approvisionner de pain, (le pain de la Vie) et de poisson (Icthus) auprès du Christ, et de les répandre auprès de la foule affamée.

ICTHUS est un mot symbolique. Il veut dire poisson en grec. Mais pour les premiers chrétiens, chaque lettre de ce mot donnait un des noms attribués à Jésus :

I = JESUS
C = CHRIST
H = HOMME
T = DE DIEU
U = FILS
S = SAUVEUR

Père Gabriel

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215)
théologien

Le Pédagogue, I, 9 ; SC 70 (trad. Brésard 2000 ans A, p. 136 rev.)


« Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger »
Sauver est un acte de bonté. « La pitié du Seigneur est pour toute chair ; il fait des reproches, il forme, il enseigne, comme un berger le fait avec son troupeau. Il a pitié de ceux qui reçoivent sa formation et qui s'empressent de s'unir à lui » (Si 18,13s). (...)

            Les gens en bonne santé n'ont pas besoin du médecin, tant qu'ils vont bien ; les malades au contraire recourent à son art. De la même manière, dans cette vie, nous sommes malades par nos désirs répréhensibles, par nos intempérances (...) et autres passions : nous avons besoin d'un Sauveur. (...) Nous les malades, nous avons besoin du Sauveur ; égarés, nous avons besoin de celui qui nous guidera ; aveugles, de celui qui nous donnera la lumière ; assoiffés, de la source d'eau vive dont « ceux qui en boiront n'auront plus jamais soif » (Jn 4,14). Morts, nous avons besoin de la vie ; troupeau, du berger ; enfants, d'un éducateur : oui, toute l'humanité a besoin de Jésus. (...)

            « Je panserai celui qui est boiteux et je guérirai celui qui est accablé ; je convertirai l'égaré et je les ferai paître sur ma montagne sainte » (Ez 34,16). Telle est la promesse d'un bon berger. Fais-nous paître comme un troupeau, nous les tout-petits ; maître, donne-nous avec abondance ta pâture, qui est la justice ! Sois notre berger jusqu'à ta montagne sainte, jusqu'à l'Église qui s'élève, qui domine les nuages, qui touche aux cieux. « Et je serai, dit-il, leur berger et je serai près d'eux » (cf Ez 34). (...) « Je ne suis pas venu, dit-il, pour être servi mais pour servir. » C'est pourquoi l'Évangile nous le montre fatigué, lui qui se fatigue pour nous et qui promet « de donner son âme en rançon pour une multitude » (Jn 4,5; Mt 20,28).

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article