Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Afghanistan : l’appel des évêques de France

Afghanistan :
l’appel des évêques de France

Alors que l’Afghanistan se trouve à nouveau aux mains des talibans, les évêques de France "invite les catholiques et plus largement, tous les hommes et les femmes de bonne volonté, à prier pour ce pays et ses habitants".
Après une offensive éclair ces derniers jours, les talibans se retrouvent une nouvelle fois à la tête de l’Afghanistan. Une situation qui inquiète nombre d’observateurs. Alors que l’incertitude règne les évêques de France lancent un vaste appel à la prière. Catholiques et plus largement « tous les hommes et les femmes de bonne volonté » sont invités « à prier pour ce pays et ses habitants, en particulier pour celles et ceux qui seront le plus menacés par ce nouveau pouvoir et par l’idéologie qu’il porte ». « Nous pensons notamment aux femmes, aux jeunes filles, à tous ceux qui portaient, jusqu’à ce jour, la voix de la liberté, de la dignité humaine et des droits de l’homme, et aux chrétiens de ce pays », ont-ils rappelé.

La conquête de l’Afghanistan par les talibans est une tragédie de plus dans l’histoire de ce pays et un événement politique majeur pour la paix dans le monde.

Pour les évêques de France, la conquête de l’Afghanistan par les talibans « est une tragédie de plus dans l’histoire de ce pays et un événement politique majeur pour la paix dans le monde ». « Nous prions pour que l’Afghanistan puisse se construire dans le respect des personnes, hommes, femmes et enfants et de leurs droits, en particulier celui de la liberté religieuse », ont-ils précisé.

Se réjouissant de l’engagement du président de la République, Emmanuel Macron, à ce que les Afghans ayant aidé la France et ses forces, soient accueillis en France, ils ont tenu à se souvenir « tout spécialement des soldats français qui ont donné leur vie sur le sol afghan afin de protéger notre pays du terrorisme, mais aussi pour servir la paix auprès de la population afghane ».

La communauté chrétienne Sant’Egidio, œuvre pour la paix et va à la rencontre des plus fragiles tout en accordant une place centrale à la prière, appelle pour sa part à la mise en place d’un couloir humanitaire. « L’Europe doit agir pour garantir la protection des personnes fuyant l’Afghanistan, qui a été reconquis par les talibans » a-t-elle indiqué. « En ces heures, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants risquent leur vie simplement pour avoir cru aux valeurs de la démocratie, de la liberté d’expression et de l’éducation ».

Si l’Afghanistan est aujourd’hui au cœur des préoccupations et de l’actualité, la Conférence des évêques de France (CEF) invite à ne pas oublier dans la prière les autres pays en guerre civile comme l’Éthiopie, « si cruellement déchirée, le Liban, en recherche d’un nouveau système politique et en grande crise économique et sociale, et Haïti, qui a besoin de l’aide de tous ».

La supplique du dernier prêtre catholique d’Afghanistan

La prise de Kaboul par les talibans après une progression éclair laisse planer une vive inquiétude quant à l’avenir de l’Afghanistan. Dernier prêtre catholique du pays, le père Giovanni Scalese a lancé un vibrant appel à la prière samedi 14 août. "Priez, priez, priez pour l’Afghanistan", a-t-il appelé au micro de Vatican News.

Les talibans contrôlent désormais la majeure partie du territoire en Afghanistan, après une offensive militaire éclair. Dimanche 15 août, ils ont réussi à entrer dans Kaboul. « Les talibans ont gagné », a ainsi reconnu le soir même le président afghan Ashraf Ghani, en fuite à l’étranger, tandis que les insurgés criaient victoire dans le palais présidentiel de la capitale. Alors que les pays occidentaux s’occupent actuellement du rapatriement de leurs ressortissants, le père Giovanni Scalese, missionnaire barnabite et seul prêtre catholique du pays, a lancé un vibrant appel au micro de Radio Vatican samedi 14 août. « Priez, priez, priez pour l’Afghanistan », a supplié le missionnaire italien. « Nous sommes en train de vivre des jours de grande appréhension, dans l’attente des évènements ».

Une seule église catholique sur le sol afghan

Si l’Afghanistan n’a jamais été un pays chrétien, historiquement, la présence chrétienne dans le pays remonterait au IIIe siècle. Mais elle est aujourd’hui extrêmement réduite : le pays compterait à peine quelques centaines de chrétiens. La seule église catholique sur le sol afghan est une chapelle située dans l’ambassade italienne à Kaboul. C’est le père Giovanni Scalese, missionnaire barnabite, qui l’animait jusqu’à présent. Son ordre, officiellement appelé les Clercs réguliers de Saint Paul, s’est installé dans le pays au début du XXe siècle.

En 2002, le pape Jean Paul II a établi une mission sui iuris pour l’Afghanistan, quelques mois seulement après l’arrivée de l’armée américaine dans le pays à la suite du 11 septembre et du renversement des talibans. Cette mission indépendante est une sorte de juridiction diocésaine missionnaire, un peu comme une préfecture apostolique et un vicariat apostolique, dans une région avec très peu de catholiques.

« Aujourd’hui, il n’y a plus, du moins officiellement, d’Afghans chrétiens (…) », témoignait le prêtre en 2018 auprès du média catholique chinois O Clarim. « Depuis son institution, la mission catholique n’a jamais baptisé aucun citoyen afghan. Le faire signifierait risquer leur vie ».
L’article 3 de la Constitution afghane prévoit en effet qu’ « aucune loi ne peut être contraire aux croyances et aux dispositions de la religion sacrée de l’islam 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :