Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'espérance indéfectible chapitre XXV Alex se souvient

XXV

Alex se souvient

De bon matin, l’humeur joyeuse sans savoir pourquoi, ils se réveillent en chantonnant. La petite troupe es dans l’allégresse sans aucune raison apparente ? Ils chantonnent dès le levé, c’est un brouhaha indescriptible. Leurs voix sont à l’unissons, et pourtant discordantes, car chacun chante dans leurs langues d’origine leurs chansons préférées ! C’est en file indienne qu’ils arrivent à la table pour leur petit déjeuner.

Une surprise les attend, Roi-Magic les accueille avec impétuosité, il est accompagné de trois autres lycaons. Les voix joyeuse s’arrêtent. C’est l’étonnement. Roi Magic présente sa compagne et ses derniers nés. Les nouveaux venus font le rituel habituel des chiens sauvages ? Ils flairent les nouveaux amis de leur père. Rassurés tous les huit nouveaux venus, s’installent sur le côté de l’entrée de la salle. Ils se couchent le museau sur leurs pattes, ferment les yeux tout en observant ces drôles d’humains. C’est la première fois, depuis qu’ils sont dans la grotte, qu’ils voient des humains au physique si différents des uns des autres. Leurs étonnements, ses humains les voient ! Seul Roi-Magic et sa compagne ont connu des hommes voyant lorsqu’ils étaient dans le zoo. Eux, sont nés ici car leur parents s’étaient évadés du Zoo, et avaient pris leur habitudes dans cette grotte. C’est comme cela qu’ils ont connu Alex. Mais la catastrophe les a obligés à rester dans la grotte, ils étaient trop jeunes pour sortir de leur cachette. Un gros rat passe, les jeunes lycaons en font leurs jeux et leur festin. Les jeunes gens n’en reviennent pas ! Il y a un passage assez grand pour laisser passer un gros rat pensent-ils. Ils oublient les rats nagent.

Catarina tombe en voyant cet énorme rat. Daniel s’inquiète pour elle. Elle est de plus en plus fragile. Elle attend un heureux évènement. Luciano et elle ne l’on révélé à personne sauf à Daniel Catarina se relève. Tous sont rassurés, surtout Luciano. Ils prennent enfin leur petits déjeuner. Alors qu’ils avaient tout rangé quelque chose les intrigues à l’entrée de leur salle, Alex entre inquiet interroge.

  • Qu’est-ce que c’est là-bas à côté de la rivière ?
  • C’est l’éclairage qui vient de s’allumer au moulin

Répond calmement Brigitte

  • Mais vous ne voyez pas !?

S’esclaffe Mamadou stupéfait. Alex explique :

  • Je discerne des ombres et la luminosité, et mon oreille est très sensible.

Mamadou se lance dans les explications sur le fonctionnement de la lumière et de sa fonctionnalité. Il explique comment il a programmé son installation pour qu’elle s’allume, s’éteigne et se rallume et se rééteint toute les douze heures.

  • Pourquoi tout cela?

Demande Alex

  • Cela nous permet d’avoir le nombre d’heures de sommeil réparateur, aussi de savoir combien de jours nous aurons vécu dans ce monde souterrain.
  • La lumière vous gêne pour dormir ?

Intervient Sidonie

  • Oui Sidonie, c’est pour cela que nous dormons toujours dans l’ombre.
  • C’est extraordinaire

S’écrient les membres de la tribu. Les jeunes gens sont émerveillés. Les anciens habitants de ce lieux sont admiratifs. Mauricio est heureux pour Mamadou, car celui-ci a participé en expliquant comment régler, sans faire de court-circuit. Mamadou intervient à nouveau

  • Mauricio m’a donné toutes les explications que je lui demandai à chacun des problèmes rencontrés. Car les ondes ionique ne sont pas de ma compétence.

Alex intervient de nouveau

  • Pourquoi, vous n’éclairez pas la plage ? Vous y êtes si souvent
  • Nous avons éclairé uniquement, le dispositif du moulin et son approche. C’était un essai.

Explique Brigitte. Calmement Mamadou répond à nouveau pensif.

  • J’y réfléchis

Il n’ose parler de son projet, car seuls Brigitte, Mauricio et Daniel ont connaissance du plan. Voilà que la lumière clignote

  • Ma fille, que se passe-t-il ?

Demande Sidonie à Sarah, Luciano leur explique ce que Daniel répond

  •  
  • Les lampes de la table et celles accrochées sur la Paroi se préparent à s’éteindre, c’est pourquoi qu’elles clignotent.

La tribu au vu des explications, s’inquiètent pour leur avenir et ils s’interrogent. Pietro commence l’interrogatoire.

  • Comment ferons-nous là-haut, tout me semble si différent ?

Daniel les tranquillise. Fort de sons statut de Médecins sans Frontière. Pour eux médecins ne veut rien dire, mais « doctor » ils comprennent. C’est pourquoi il leur dit :

  • Je suis « doctor » comme vous le savez, je vous soutiendrai même après notre sortie. Il vous faudra vous habituer au soleil, à vivre différemment. Nous vous y aiderons. Nous même, nous allons découvrir de nouvelles terre, mais cela ne sera qu’une réadaptation.

L’espoir et la crainte en même temps nait dans l’esprit de ces pauvres bougres. Subitement, l’œil d’Alex terne éclaire. Quelque chose lui vient à l’esprit, ou plutôt lui revient à l’esprit. C’est ce souvenir traversant son esprit périodiquement, qui lui permet son maintien dans sa triste vie journalière. Pourtant il craint le futur, autant qu’il aspire à découvrir ce qu’il se passe à l’air libre. Après avoir tergiverser il se lance à nouveau.

  •  J’ai une grande nouvelle pour vous…je me souviens !
  • De quoi vous souvenez-vous ?

Lui demande Luciano avec douceur surpris.

  • Il y a un passage que j’ai gardé secret.

Répond hésitant Alex est pourtant il est tout excité. Il est le messager de l’espoir ! quel bonheur, quand enfin il fut conscient de l’effet que cette nouvelle eut sur les jeunes gens. C’est comme s’il avait lancé une bombe de Noël ! il y eut un seul cri, un seul élan, un seul corps fondu de ces jeunes gens, uni par cette force de l’espèrance. Vingt-sept voix jeunes en un seul cri.

  • Pourquoi ne pas nous l’avoir dit plutôt ?
  • Je l’avais oublié, il y a tant d’années que nous sommes dans notre caveau ! Cela fait tant d’années ! il y a eu tellement d’espoirs déçus ! j’étais si jeune lorsqu’il m’a été montré !
  • Vous êtes sûr du circuit ?

 Lui demande Luciano.

  • Je pense également qu’il serait plus sage de faire un repérage avant de se lancer définitivement.

Alex a retrouvé son calme. Les jeunes gens sont gagnés par l’excitation des jeunes gens, pour cet espoir de délivrance. Au vue de l’excitation des jeunes gens, Daniel se voit dans l’obligation de temporiser ses amis.

  • Demain si vous le voulez bien, nous l’explorons avec vous, d’après mes souvenirs. Dans la nuit je vais réfléchir sur mes souvenirs.

Le reste de la journée passe difficilement. Les jeunes gens sont si excités qu’ils ne peuvent tenir en place. Ce sont des danses joyeuses. Mamadou voit son projet tomber à l’eau. Peut-être n’est-il pas fiable ! Bah on verra cela plus tard !

Pense-t-il humblement.

Demain c'est le départ

Le lendemain matin, c’est le grand jour, il va déterminer leur futur. Toute la caverne est prise d’un sentiment de nouveauté. Comme si un sortilège, réveiller toute la caverne.
Daniel prend la direction des opérations.
-    Nous serons quatre pour la prospections des lieux. Alex vous serez notre guide.
Heureux, Alex a confiance, il est sûr qu’avec ces jeunes gens, il va enfin sortir et emmener sa petite troupe. Il rassure Daniel et Luciano.
-    Vous n’aurez qu’à me suivre, je vous expliquerai au fur et à mesure que nous avancerons.
Alex est tout aussi exister que les jeunes gens. Après un certain temps tous retrouvent leur calme, et sont raisonnablement plein d’espoir. Daniel reprend :
-    Nous allons inspecter les lieux, voir si le chemin est net, s’il faut le sécuriser. Nous allons établir un état des lieux. Erhard, Mauricio, Mamadou et Luciano m’accompagneront pour suivre Alex et faire les plans, et voir s’il y a des réparations à faire.
-    Nous allons voir comment cela se présente. A notre retour nous déciderons de la marche à suivre.
Les jeunes gens sont déçus ils croyaient pouvoir sortir immédiatement. Ils sont déçus et « piafs » comme des gosses capricieux. Ils voulaient tellement sortir.
-    Moi je reste avec Ingrid 
Décide Mamadou
-    Non Mamadou tu vas venir avec Erhard, Mauricio et Luciano. Nous aurons besoin de ton avis, s’il faut faire des travaux, tes connaissances sont importantes pour permettre la préparation de la sortie.
Bien que déçu il est fier d’avoir était reconnu important et il répond. Daniel quant à lui il est heureux, tout est réglé sans trop difficultés. 
-    D’accord 
Catarina propose :
-    Je pourrais traduire en l’absence de Luciano
-    Moi je surveillerai la radio, car il faut souvent la régler
Intervient Hans. Marie décide :
-    Moi avec Katia on va faire les préparatifs 
Tous se trouve une occupation, Daniel en est heureux, ils vont partir sans être inquiet pour ceux qui restent à attendre le résultat de leur exploration sécuritaire. Daniel interroge Alex.
-    Que doit-on emmener de spécifique en dehors du matériel d’escalades ?
-    Vos vêtements et matériels d’escalade vos lampes seront très utiles, j’ignore comment est devenu ce passage.
Alex prend la tête suivi de Luciano. Ils avancent jusqu’au fond de la salle. Les jeunes gens découvrent une faille béante bouchée par des arbrisseaux. Avec leurs pics ils arrachent ce qui bouche le passage. Ils sont étonnés, en dehors des toiles d’araignées, le couloir semble accueillant. Leurs amis ne les voient plus, ils sont inquiets, ils croisent les doigts et prient.
Alex leur montre un escalier grossièrement taillé, les marches sont hautes. Comme au temps de la découverte les couloirs sont étroits et sinueux. Ce qui diffère ce sont de nombreux carrefour. Alex avance toujours sans hésitation, comme transporté par ce bonheur, que l’on appelle l’espoir. Soudain, Alex s’arrête devant un mur. Personne ne comprend ce qu’Alex fait. Cela ressemble à un rituel, semble-t-il. Luciano demande.
-    Pourquoi t’arrête-tu ?
-    Tu ne te souviens plus ?
S’inquiète Daniel
-    Ce carrefour est immense et il y a trois couloirs en patte d’oie.
Constate Mamadou. Luciano demande avec douceur :
-    Lequel devons-nous prendre ?
-    Aucun ! deux sont sans issues, le troisième est un piège. Il part en une pente abrupte glissante.
-    Pourquoi tu nous as amené jusqu’ici alors ?
Interroge Daniel nerveusement.
-    Parce que je cherche le symbole que mon père a tracé, qui montre la route
Répond nerveusement Daniel.
-    Si, mais il faut pousser un panneau de mur. Seulement, je dois trouver le symbole, il marque le passage. Mon grand-père m’a fait tracer avec son ciseau de sculpteur un canard. Afin que je me souvienne du trajet. Lorsque je l’aurai trouvé il suffira de pousser et la porte s’ouvrira.
-    C’est pour cela que tu caresse ce mur ?
Interroge Erhard 
-    Si signora…
Soudain, un cri de victoire.
-    Ah le voilà!
S’écrie joyeusement Alex.
-    Vite, suivez la fente de ce rocher, il y a des creux à hauteur d’homme. Pousserez et la roulerez quand je vous dirai : c’est bon allez-y. je dois pousser sur le canard qui a la taille de ma main. Mais, je n’ai plus la force de ma jeunesse il faut que l’un de vous m’aide !
-    Regardez, voyez vous-même.
Enfin 
-    C’est bon allez-y, poussez-là et roulez-là vers la gauche pour qu’elle s’ouvre sur la route de l’espérance.
Daniel ajoute
-    Si le trajet est bon on pourra parti demain.
Les jeunes gens suivirent ce qu’Alex leur avez expliqué. Cependant, ils s’aperçoivent que cette fameuse pierre roule mais de son poids, ils n’en avaient pas eu conscience. Tous les quatre unissent leurs efforts et soudain elle s’ouvre, non pas en roulant, mais en s’enfonçant sur le côté gauche brutalement ! Mamadou se retrouve les quatre fers en l’air ! la surprise passée, il se relève et tous rient en se tenant les côtes. 
-    Waouh! hourra! ouah!
Un autre couloir se présente devant eux. Un courant d’air balaye le sol, leurs cheveux s’envolent. Daniel, la surprise passée interroge.
-    Maintenant on continue voir si tout est ok ?
-    Oh oui ! quelle drôle de question ! 
Répond Mauricio.
-    Vous avez conscience des risques, pourrons nous rebrousser chemin, pour aller chercher nos amis qui attendent avec confiance.
-    Oui, mais si nous ne continuons pas, ce seras la déception de nos amis.
-    Alors il faut trouver un moyen pour que cette pierre ne se referme pas, dès que nous aurons pris le chemin que nous voyons devant nous.
Mamadou et Mauricio eurent la même pensée ;
-    On pousse cette pierre pour bloquer cette porte roulante.  Au retour nous pourrons passer sur elle, car si nous sommes las, ce sera plus facile. 
Ils poussèrent cette pierre. Elle n’est pas taillée, elle devait être le résultat d’un éboulement lors du tremblement de l’Etna. Ce qui ne rassura pas l’équipe de reconnaissance des lieux. Courageusement ils continuèrent, car c’est le seul moyen de trou ver la sortie pour eux et leurs amis.
Le sol monte légèrement, tourne et parfois il y a de l’humidié, parfois la roche est fendue au-dessus d’eux. Le soleil apparait. Dehors il fait jour, ce sont des instants qu’ils apprécient. Mais Alex fatigue, les jeunes gens sont obligés de s’arrêter. Daniel lui fait des massages aux jambes et aux bras, après l’avoir allongé. Ils boivent et prennent une petite collation. A un moment donné, Alex ragaillardi se lève et leur dit :
-    Debout les gamins, il faut partir on continu, ce n’est plus très loin
 Enfin !  Ils sont soulagés leur ami va mieux. Alex leur annonce une bonne nouvelle « ils sont près du but ! »
-    Après-demain on va partir tous ensemble, et nous rentrerons chez nous, dans nos nouvelles demeures.
Assure Alex. Daniel confirme.
La joie est dans les coeurs des jeunes gens. Alex lui appréhende, tout en étant heureux de cette nouvelle situation. C’est ce rêve de gosse qu’il va réaliser, et avec sa famille et tous ses amis anciens et nouveaux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :