Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Matthieu 23,27-32.


En ce temps-là, Jésus disait :
« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures.
C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal.
Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les sépulcres des prophètes, vous décorez les tombeaux des justes,
et vous dites : “Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.”
Ainsi, vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes.
Vous donc, mettez le comble à la mesure de vos pères ! »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Pa

Méditation de l'Evangile

du mercredi 25 août

Attention à l'enseignement des scribes

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites,
parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l'extérieur ils ont une belle apparence, mais l'intérieur est rempli d'ossements et de toutes sortes de choses impures.

 

Jésus entre donc pour manger chez un pharisien, mais il ne s'est pas lavé les mains.

"Jésus entra et se mit à table. Ce que voyant le pharisien s'étonna qu'Il ne se fût pas d'abord lavé, avant de déjeuner"

Les purifications légales étaient innombrables. La piété de Jésus est d'un tout autre ordre, elle consiste pour Lui dans un amour intérieur vis-à-vis de Dieu, Père, et non en des gestes traditionnels et superficiels. Pour Lui, l'eau bénite ne remplace pas la charité.

Cette hypocrisie l'écoeure et Il le dit : "Donc vous, pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat ; mais votre intérieur est rempli de rapine et de malveillance "

Il ne mâche pas ses mots et a le courage de dire leur fait aux pharisiens, gens en place, à l'influence redoutable.

"Insensés ! Est-ce que celui qui a fait le dehors n'a pas fait le dedans aussi ?"

L'humour ne manque pas, lorsqu'Il leur conseille de se débarrasser de toute leur vaisselle pour être purs définitivement : "Toutefois, donnez le contenu en aumône et voici que tout est pur pour vous"

Jésus est hors de Lui et ses invectives traduisent son indignation devant cette religion monstrueuse à ses yeux, où les valeurs sont inversées. On offre à Dieu, au Père, "la dîme de la menthe et de la rue et de tous les légumes", mais l'amour et la justice sont bafoués à son égard et à l'égard de nos frères.

"Mais malheur à vous, pharisiens, qui acquittez la dîme de la menthe, de la rue et de tous les légumes, et qui omettez la justice et l'amour de Dieu ! Mais c'est ceci qu'il fallait pratiquer, sans omettre cela"

Le texte de Matthieu précise, et la liste ironique des légumes (fenouil et cumin) nécessaires pour cette "sainte cuisine", et la liste "des points les plus graves de la loi, justice, compassion et bonne foi" parfaitement ignorés !

Jésus souligne cette démangeaison, ce prurit de toujours vouloir paraître, qui nous guette tous, gens d'église ou simples fidèles : "Malheur à vous, pharisiens, qui aimez être assis au siège d'honneur dans les synagogues, et à être salués sur les places !". Cela sent son "grand catholique".

Jésus, encore une fois, éclate devant l'hypocrisie, les façades blanchies qui ne cachent qu'immondices.

Cette invective à l'égard des pharisiens "sépulcres blanchis" ne manquait pas de piquant, quand on connaît la répulsion des juifs pour tout ce qui entraînait l'impureté légale. Les tombeaux étaient en tête de liste. D'où l'ironie de ces reproches :

"Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis, lesquels vus du dehors paraissent splendides, mais à l'intérieur sont pleins d'ossements de morts et de toute sortes d'immondices. De la même façon, vous aussi, votre extérieur vous donne aux yeux des hommes l'apparence de justes, mais à l'intérieur vous êtes plein d'hypocrisie et d'iniquité". .

Jésus nous libère d'une religion hypocrite et routinière où les multiples préceptes et traditions, inventés par les hommes, nous dispensent de l'amour et de la justice. Il nous met aussi en garde contre toute attitude orgueilleuse et méprisante vis-à-vis de la foi populaire.

"Malheur à vous, docteurs de la Loi, car vous avez dérobé la chef de la science ; vous-mêmes n'êtes pas entrés, et vous avez empêché ceux qui entraient".

La "Science", sans l'amour, est stérile, surtout dans ce domaine de la science du salut des humbles. Pour Jésus, cette prétention de détenir la vérité absolue, avec cette morgue et ce dédain des petits, est intolérable. C'est un détournement des biens essentiels devenus une liste de détails : "Vous avez dérobé la clef de la science".
Père Gabriel

L'Épître dite de Barnabé (vers 130)
 

Se détourner du chemin de l'hypocrisie et du mal


Il existe deux voies d'enseignement et d'action : celle de la lumière et celle des ténèbres. L'écart est grand entre ces deux voies. (…) La voie des ténèbres est tortueuse et jonchée de malédictions. Elle est le chemin de la mort et du châtiment éternels. On y rencontre tout ce qui peut ruiner une vie : idolâtrie, arrogance, orgueil du pouvoir, hypocrisie, duplicité du cœur, adultère, meurtre, vol, vanité, désobéissance, fraude, malice, drogues, magie, cupidité, mépris de Dieu. On y trouve ceux qui persécutent des gens de bien, les ennemis de la vérité, les amis du mensonge ; car tous ces gens ne connaissent pas la récompense de la justice, ils ne « s'attachent pas au bien » (cf Rm 12,9), ils ne secourent pas la veuve et à l'orphelin (Ml 3,5). (…) Ils sont bien éloignés de la douceur et de la patience, « aiment les vanités » (Pr 4,3, « poursuivent le gain » (Is 1,23), sont sans pitié pour le pauvre, sans compassion pour l'affligé, oublieux de leur créateur. (…)

            Il est donc juste de s'instruire de toutes les volontés du Seigneur consignées dans les Écritures et de cheminer d'après elles. Celui qui agit de la sorte sera glorifié dans le Royaume de Dieu. Mais quiconque choisira l'autre voie périra avec ses œuvres. Voilà pourquoi il existe une résurrection et une rétribution. À vous qui êtes des privilégiés et qui voulez bien accepter de moi un conseil de bonne intention, j'adresse une prière : vous êtes entourés de personnes à qui faire le bien ; n'y manquez pas.

Homélies du Père Gilbert Adam

Vous avez l’apparence d’hommes justes

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures.

Tous les Pharisiens n’étaient évidemment pas hypocrites, mais Jésus dénonce une déformation fréquente dans les chefs religieux, chez ces hommes attachés à leur foi. Jésus utilise le mot “hypocrite” pour désigner le superficiel et celui qui ne prend pas au sérieux les Paroles de Dieu. Les prophètes ont trouvé beaucoup d’adversaires dans le peuple de Dieu, et tout spécialement parmi ses responsables. Nous demandons la grâce de ne pas nous établir dans les ténèbres de l’extériorité. Nous voulons demeurer dans l’amour qui brûle sans cesse dans le cœur de notre Père. Dans l’Evangile, Jésus déplore ces comportements qui étouffent la vraie vie qui est la lumière de Dieu en nous. Nous avons revêtu le Christ, il est la lumière du monde. Nous devenons ce que nous sommes si nous sommes témoins de la lumière qui nous habite. Cette lumière dont nous sommes témoins est l’amour qui brûle dans nos cœurs. Cet amour nous est communiqué par le cœur de Jésus, il est révélé dans l’Esprit Saint. Jésus a manifesté la lumière de son amour au monde en marchant comme le plus petit des enfants des hommes. Nous pouvions attendre un Dieu éclatant de gloire à l’extérieur ! L’éclatement de la gloire de Dieu se fait dans l’intériorité, dans le cœur de Marie, en Jésus qui va naître comme un tout petit enfant.

C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal.

Beaucoup de défenseurs de la foi dans la communauté juive n’étaient pas prêts à écouter Jésus, ce nouveau prophète. Ils avaient à cœur d’honorer les prophètes du passé et de préserver les livres sacrés, mais ils n’acceptaient pas la critique que Dieu leur adressait par la bouche de Jésus le charpentier. Pour accompagner les plus petits qui sont les frères de Jésus, il nous faut entrer dans cette lumière de la toute petitesse. Cette petitesse nous fait être à l’aise là où nous sommes. C’est là que Dieu nous a placés et nous sommes heureux d’accomplir ce que nous avons à faire. C’est la que nous faisons la volonté de Dieu, en étant ce que nous sommes. Les notables juifs laissèrent passer le moment où Dieu les visitait, ils s’enfoncèrent dans la voie qui devait mener leur nation à sa perte. Le monde est bien souvent dans la souffrance et la violence. La tentation de nos communautés et de nos familles serait de se laisser prendre par l’extériorité, par la violence ! Mais la lumière qui nous enveloppe est vainqueur des ténèbres. L’œuvre que Dieu nous demande se fait dans la douceur et l’humilité. Alors nous resplendissons la lumière du Christ. Nous ne cédons pas à la tentation de nous situer dans l’extériorité que déplore l’Evangile. « Bienheureux vous les pauvres, » dit Jésus.

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les sépulcres des prophètes, vous décorez les tombeaux des justes, et vous dites : “Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.”

Ainsi, vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Vous donc, mettez le comble à la mesure de vos pères ! Le jugement moral des Pharisiens est déréglé. Leur attention se porte sur les détails de la Loi comme la quantité de travail qu’un homme peut faire le jour du Sabbat, ou combien d’ablutions sont nécessaires avant le repas, et par contre ils négligent ce qu’il y a de plus grave dans la Loi, et ne voient pas ce qu’il y a de bon et de bien dans les autres. Ils sont plus préoccupés à défendre leur autorité et leur position qu’à voir le bien dans leurs frères. Jésus les mets en garde : « Malheureux êtes-vous ! » A l’extérieur ils ont une belle apparence, vus de l’extérieur, les scribes et les Pharisiens ont une apparence de sainteté, de pureté et de vertu. Jésus lui regarde le cœur, il enseignera : ‘Heureux les cœurs purs,’ il nous invite à purifier notre intérieur par la grâce et de nous revêtir d’humilité. C’est ainsi que le Christ Jésus nous demande d’avoir une vie pure, transparente, qui reflète la sainteté et l’honnêteté. C’est à partir de cette intériorité que se donnera un témoignage qui sera authentique.

 Demandons la grâce de demeurer dans la lumière pour être les témoins de l’amour du cœur de Dieu .

La Prière de Francis Bacon

sur la Miséricorde de Dieu

« Ô Seigneur, pardonnez-nous généreusement dans Votre très-grande Miséricorde » :

« Ô Dieu éternel, notre très-miséricordieux Père en Jésus-Christ, daignez aujourd'hui et toujours accueillir favorablement les paroles de nos bouches et les sentiments de nos cœurs ; puissent-ils être toujours agréables à Vos yeux ! Nous Vous en conjurons, ô Seigneur, notre Dieu, notre Protecteur, notre Sauveur ! Ô encore une fois, Dieu éternel et notre très-miséricordieux Père en Jésus-Christ, dans lequel Vous avez fait un pacte de grâce et de miséricorde avec tous ceux qui, par Lui, viendraient à Vous ; c'est en son Nom et en implorant Sa médiation, que nous nous prosternons humblement devant le Trône de votre Miséricorde. Nous confessons que, par la violation de Vos saintes Lois et de Vos saints Commandements, nous ne sommes plus que des branches d'olivier sauvage (Rom. 11, 17). Nous sommes devenus étrangers à Votre pacte de grâce. Nous avons effacé votre Image sacrée, cette Image qu'en nous créant, Vous aviez daigné graver au-dedans de nous-mêmes. Nous avons péché contre le Ciel et devant Vous, et nous ne sommes plus dignes d'être appelés Vos enfants (Luc. 15, 16). Nous Vous demandons seulement d'être admis au rang de Vos mercenaires. Ô Seigneur, Vous nous avez formés dans le sein de nos mères. Votre Providence a sans cesse veillé sur nous, et nous a conservés jusqu'à ce moment. N'arrêtez pas le cours de vos Miséricordes et de vos Bontés sur nous. Ô Seigneur, ayez pitié de nous, pour l’Amour de Jésus-Christ votre Fils bien-aimé, qui est la Voie, la Vérité et la Vie (Jean 14, 6). C'est en Lui que nous appelons de votre Justice à votre Miséricorde. C’est en son Nom et pour son Amour que nous osons Vous adresser nos supplications, et Vous dire : Pardonnez-nous généreusement, et remettez-nous tous les péchés et toutes les offenses que nous avons osé commettre en pensées, en paroles, en actions contre Votre divine Majesté. Délivrez-nous pleinement des dettes, des souillures, des châtiments et des chaînes de tous nos péchés. Revêtez-nous de la Justice parfaite de votre Fils. Nous Vous en conjurons par sa précieuse Mort et par sa parfaite Obéissance. Votre Crainte même, ô Seigneur, est l’effet de votre Miséricorde. Cette Miséricorde fait disparaître et anéantit tous nos péchés : elle donne la paix à nos âmes et à nos consciences : elle nous rend heureux par la pleine rémission de toutes nos offenses, et Vous réconcilie avec Vos pauvres serviteurs, par Jésus-Christ, le cher objet de vos Complaisances. Ne souffrez pas, ô mon Dieu, que l'ouvrage de Vos propres mains périsse. Vous ne Voulez pas la mort des pécheurs, mais qu'ils se convertissent. Réformez donc nos cœurs, et nous serons réformés. Convertissez-nous, et nous serons convertis. Faites briller aux yeux de notre esprit et de notre entendement la céleste Lumière de votre Esprit Saint. Qu'à la faveur de cette Lumière, nous croissions chaque jour dans la connaissance du Mystère de notre rédemption opérée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, notre aimable Sauveur. Que la Grâce du même Esprit Saint, cette Source très-Sainte de tous Dons et de tontes Grâces, sanctifie nos volontés et nos affections, qu'elle les rende parfaitement conformes à Votre sainte Volonté dans l'accomplissement de tous les devoirs de piété à Votre égard, et de charité envers les hommes. Enflammez nos cœurs de votre Amour, bannissez-en ce qui Vous déplaît et ce qui blesse la fidélité qui Vous est due, l'endurcissement, l'impiété, l'hypocrisie, le mépris de Votre divine Parole et de vos Lois, en un mot, tout ce qui les souille et tout ce qui est en opposition avec Votre sainte Volonté. Faites que désormais, par votre Grâce, nous ayons le courage et la force de mener une vie divine, une vie sainte, tempérante et chrétienne, en toute droiture et sincérité de cœur devant Vous. Dans cette vue, imprimez votre Crainte sacrée dans nos cœurs : faites que cette Crainte soit toujours devant nos yeux, et qu'elle guide continuellement nos pieds dans les sentiers de votre Justice et dans la voie de vos Commandements. »

Ainsi soit-il.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :