Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi: Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,46-50.


En ce temps-là, une discussion survint entre les disciples pour savoir qui, parmi eux, était le plus grand.
Mais Jésus, sachant quelle discussion occupait leur cœur, prit un enfant, le plaça à côté de lui
et leur dit :
« Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi.

Et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. »
Jean, l’un des Douze, dit à Jésus :
« Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. »
Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215)
théologien

Le Pédagogue, I, 21-24 (Coll. Les Pères dans la Foi 44-45; trad. B. Troo et P. Gauriat; Éd. Migne 1991, p. 45)
« Qui accueille en mon nom cet enfant, c'est moi qu'il accueille »

 

« Leurs petits enfants, dit l'Écriture, seront portés sur les épaules et consolés sur les genoux. Comme un enfant que sa mère console, moi aussi je vous consolerai » (Is 66,12-13). La mère attire à elle ses petits enfants et nous, nous cherchons notre mère, l'Église. Tout être faible et tendre, dont la faiblesse a besoin de secours, est gracieux, doux, charmant ; Dieu ne refuse pas son secours à un être si jeune. Les parents vouent une tendresse particulière à leurs petits. (...) De même, le Père de toute la création accueille ceux qui se réfugient auprès de lui, les régénère par l'Esprit et les adopte pour ses fils ; il connaît leur douceur et c'est eux seuls qu'il aime, secourt, défend ; c'est pourquoi il les nomme ses petits enfants (cf Jn 13,33). (...)

            Le Saint-Esprit, parlant par la bouche d'Isaïe, applique au Seigneur lui-même le terme de petit enfant : « Voici qu'un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné (...) » (Is 9,5). Quel est donc ce petit enfant, ce nouveau-né, à l'image de qui nous sommes de petits enfants ? Par le même prophète, l'Esprit nous décrit sa grandeur : « Conseiller admirable, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (v. 6).

           Ô le grand Dieu ! Ô l'enfant parfait ! Le Fils est dans le Père et le Père est dans le Fils. Pourrait-elle n'être pas parfaite, l'éducation que donne ce petit enfant ? Elle nous englobe tous pour nous guider, nous, ses petits enfants. Il a étendu sur nous les mains, et nous avons mis en elles toute notre foi. À ce petit enfant, Jean Baptiste rend témoignage lui aussi : « Voici, dit-il, l'agneau de Dieu » (Jn 1,29). Puisque l'Écriture nomme agneaux les tout petits enfants, il a appelé « agneau de Dieu » le Verbe Dieu qui pour nous s'est fait homme et a voulu être en tout semblable à nous, lui, le Fils de Dieu, le petit enfant du Père.

Méditation de l'évangile 

père Gabriel

Devenez comme des petits enfants 

Jésus aime tellement les enfants qu'Il nous les donne en modèle et qu'Il nous demande de leur ressembler pour entrer dans le royaume de Dieu. 

" Ils vinrent à Capharnaüm. Quand Il fut dans la maison, Il les interrogeait : sur quoi discutiez-vous en route ? Mais ils gardaient le silence car, sur la route, ils avaient discuté pour savoir qui était le plus grand"  

Jésus oppose les deux choix offerts à notre liberté : ou bien le choix de l'ambition, être ou paraître le plus grand : ou bien le choix du Fils de Dieu : devenir un enfant pour hériter d'un autre Royaume que celui de la terre, et abandonner tout pouvoir fondé sur la violence et la domination de nos frères.

Jésus met en garde ses disciples contre l'ambition, forme subtile de l'amour du pouvoir car, au début, l'ambition se confond avec le légitime désir de promotion et la recherche du bien commun. Elle se confond aussi avec l'agressivité, instinct nécessaire à toute survie. Mais bien vite l'ambition nous entraîne vers un désir du pouvoir qui, lui, n'est pas toujours innocent.

La sagesse de Jésus s'oppose à celle du monde qui se révolte contre cette humilité chrétienne. Car au fond, pour cette sagesse humaine, Jésus mutile l'homme, car il s'opposerait au complet développement d'une certaine personnalité plus animale que spirituelle. A chaque siècle, la bête humaine piaffe et blasphème l'homme-Dieu qui a voulu et qui veut toujours la museler et laisser le Dieu-charité tout envahir. Car seul Jésus vient mettre un peu d'esprit fraternel dans notre terrible monde "des grands".

 " Car ils discutaient sur la route pour savoir qui était le plus grand. Et Il leur dit : si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous, et le serviteur de tous".

Il sait que le désir du pouvoir (avec le désir de la richesse)) reste le plus grand obstacle à l'établissement du royaume. Tout au long des siècles les hommes ont été prêts à toutes les bassesses, à toutes les cruautés, pour s'emparer de l'un et de l'autre.

Ces deux désirs brûlent au coeur de chacun de nous. Personne n'échappe à leurs sollicitations, aussi bien dans sa vie professionnelle que familiale. C'est à nous -tout autant qu'aux Douze- que s'adressent ses paroles. Sommes-nous le serviteur de tous ? Recevons-nous l'enfant pauvre comme s'il était le Seigneur en personne ou le Père en personne ?

Jésus aime tellement les enfants qu'Il nous les donne en modèle et qu'Il nous donne comme condition "sine qua non" pour entrer dans le royaume de Dieu, de leur ressembler.

"Et ayant appelé un petit enfant, Il le plaça au milieu d'eux et leur dit : en vérité, Je vous le dis : si vous ne changez pas et si vous ne devenez pas comme les petits enfants vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. Celui donc qui se fera comme cet enfant, c'est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux".

Tout désir de "grandeur" devient dérisoire devant de telles paroles. Jésus renverse l'échelle des valeurs et place en premier ce qui est le plus méprisé parmi les hommes.

 "Car le plus petit qui soit parmi vous tous, celui-là est grand". Thérèse de Lisieux nous le redira avec vigueur.

Son geste de tendresse envers les enfants traversera les siècles.

 "Puis, ayant pris un enfant, Il le plaça au milieu d'eux, et l'ayant embrassé, Il leur dit : quiconque reçoit un de ces enfants à cause de mon Nom me reçoit; et qui me reçoit, ce n'est pas moi qu'Il reçoit, mais Celui qui m'a envoyé" .

C'est la seule explication de la charité. Recevoir nos frères, c'est recevoir Jésus. Ce n'est pas une substitution. Ils sont le Seigneur parmi  nous.

Père Gabriel

Homélie du père Gilbert Adam

Saint Vincent de Paul

Quand vous serez reçus dans une maison, restez-y ; c’est de là que vous repartirez.

« Jésus rassembla les Douze ; il leur donna pouvoir et autorité sur tous les démons, et de même pour faire des guérisons ; il les envoya proclamer le règne de Dieu et guérir les malades. »

Nous fêtons Saint Vincent de Paul. Avant sa conversion, fuyait la pauvreté. Alors, il prend la route de Paris pour y recevoir des bénéfices. C’est là que Jésus le rejoint, il l’invite à partager le sort des pauvres, des rejetés de son peuple. Jésus parle à son cœur et il l’envoie pour sauver l’humanité dans sa détresse avec lui. Dans l’Evangile, Jésus est pleinement conscient que son « Heure » est venue. Il se rend à Jérusalem où il doit offrir sa vie pour le salut du monde. Loin de fuir, il fait face courageusement à sa situation. Jésus n’a cessé d’insister sur la révélation de la tendresse miséricordieuse du Père. Il semble pressé d’atteindre le terme du voyage. Mais son entourage est loin de communier à son courage. Chacun est enfermé dans sa conception d’un Messie glorieux. Jésus rejoint Jérusalem pour délivrer les malheureux. Il descendra dans l’agonie et dans la mort pour les rejoindre. Comme un maudit, il visitera nos enfers. Il sera le Libérateur de l’humanité trompée par le menteur. L’accusateur des frères sera vaincu par la descente de Jésus dans la mort !

Il leur dit : « Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n’ayez pas chacun une tunique de rechange. »

Quand vous serez reçus dans une maison, restez-y ; c’est de là que vous repartirez. Et si les gens ne vous accueillent pas, sortez de la ville et secouez la poussière de vos pieds : ce sera un témoignage contre eux. » Jésus met la puissance de son amour au service de la miséricorde. Il nous faut invoquer l’Esprit de charité et de paix ; Le Feu de la charité doit être répandu sur terre. Saint Vincent de Paul a compris l’Amour de Dieu, il l’a manifesté à l’humanité dans le besoin. C’est dans cette étreinte d’Amour que Jésus manifeste le visage du Père tendre et miséricordieux. Mû par l’Esprit Saint, il va au secours de ses frères dans la détresse. Nous savons combien de femmes, d’hommes et d’enfants sont dans une grande détresse aujourd’hui encore. Nous pouvons leur parler de l’amour de Dieu en prenant leur détresse à bras le corps. Il est difficile de garder une attitude de compassion et de bienveillance à l’égard des détracteurs de la Mission de Jésus. Le seul Feu auquel Jésus consent pour répandre son Amour sur la terre est le feu de son Esprit Saint. Le Royaume de l’amour de Dieu ne se conquiert pas au moyen des armes de ce monde.

"Ils partirent et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons.

Alors qu’il s’en va mourir à Jérusalem, Jésus parcourt l’humanité en l’enveloppant de son amour. Sereinement, il désarçonne l’hostilité et il contourne les obstacles qu’il rencontre. Il met la puissance de son Amour infini au service de la miséricorde. L’hostilité nous désarçonne si souvent ! Jésus nous apprend la sagesse ! Il nous situe dans le chemin de la Pâques, celui de la miséricorde de Dieu. Dans la difficulté, nous nous hâtons vers Jésus, tourné résolument vers Jérusa­lem. Cette attitude nous conduit à la compassion et à la bienveillance. C’est là que le salut de Jésus va s’accomplir. Il sait ce qui l’attend à Jérusalem, ce voyage le mène à sa Passion et à sa mort. Cet enlèvement de Jésus, sera le chemin de notre libération. Nous voulons nous aussi nous hâter avec Jésus, résolument, vers Jérusa­lem ou le salut va s’accomplir. Sauver le monde, c’est révéler le visage du Père qui est meurtri quand ses enfants sont dans la détresse. Il veut leur donner son amour.

Demandons la grâce de vivre de la parole vivante de Dieu d’être en communion avec Jésus et de rejoindre toutes les pauvres âmes du Père Eternel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :