Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Jésus nous invite, Il ne nous force jamais. et quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé.

com

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 14,1.7-11.


Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient.
Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit :
« Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi.
Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : “Cède-lui ta place” ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place.
Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : “Mon ami, avance plus haut”, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi.
En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé. »

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Bienheureux Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus
carme, fondateur de Notre Dame de Vie

La foi et la contemplation surnaturelle
(Je veux voir Dieu, éd. du Carmel, 1949 ; p. 478)
Dieu donne aux humbles la grâce de la contemplation


La contemplation surnaturelle est un don gratuit de la miséricorde divine. Dieu seul en effet peut mettre en action les dons du Saint-Esprit qui la produisent en perfectionnant la foi en son exercice. (…)

            L'humilité seule peut prétendre attirer les dons de la miséricorde divine, car Dieu résiste aux superbes et donne sa grâce aux humbles. Pour parvenir à la contemplation, une attitude humble sera plus utile que les efforts les plus violents. Cette attitude d'humilité consistera pratiquement à « nous tenir comme des pauvres nécessiteux, en présence d'un grand et riche monarque », à nous porter aux formes modestes des oraisons actives et à y attendre dans un patient et paisible labeur que Dieu nous élève aux oraisons passives : « Lorsque vous êtes invités à un repas de noces, dit Notre-Seigneur, ne vous mettez pas à la première place... mais à la dernière, afin que lorsque votre hôte viendra, il vous dise : Mon ami, montez plus haut ! Alors vous serez honoré devant tous les invités. Car celui qui s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera exalté. » (Lc 14, 8-11) La parabole évangélique s'applique à la lettre à la vie d'oraison : pour mériter d'être élevé à la contemplation il faut humblement se mettre à la dernière place parmi les spirituels. En cette dernière place il est bon de désirer les moyens plus élevés et plus rapides pour parvenir à l'union parfaite, mais en se gardant de tout effort présomptueux pour se les procurer soi-même. (…)

            Telle fut l'oraison parfaite de la Vierge Marie, tout illuminée et embrasée des feux divins, mais dont la foi paisible et ardente semblait ignorer les richesses qu'elle possédait, pour aller toujours plus loin dans l'ombre lumineuse de l'Esprit Saint qui l'enveloppait et la pénétrait.

 

Méditation de l'Evangile du
père Gabriel

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,1.7-11.

Le choix des places

Jésus ne se met pas en avant et nous invite à la même discrétion.

“Or, Il disait aux invités une parabole, remarquant comment ils choisissaient pour eux les premières places.

Il leur disait donc : invité par quelqu'un à des noces, ne te mets pas à la première place, car une personne plus considérée que toi pourrait avoir été invitée par lui. Et celui qui vous aurait invités, elle et toi, viendrait peut-être dire : cède-lui la place. Et alors tu devrais, non sans confusion, occuper la dernière place”.

“Mais lorsque tu auras été invité, va t'asseoir à la dernière place, de façon que celui qui t'a invité vienne te dire : mon ami, approche plus haut. Alors ce sera pour toi un honneur, en présence de tous ceux qui seront à table avec toi. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé”

On peut rapprocher ce passage de celui du Magnificat dans Luc :
“Il a déployé la puissance de son bras, Il a dispersé ceux qui s'élevaient d'orgueil aux pensées de leur coeur. Il a fait descendre les potentats de leur trônes et élever les humbles” . Telle Mère, tel Fils.

Oui, la parabole des invités qui prennent les bonnes places permet à Jésus de redonner espoir aux plus petits, car Dieu ne juge pas comme les hommes. Tous les grands du second Empire français sont bien oubliés, et le nom du commissaire Jacomet nous serait totalement inconnu si l'humble Bernadette Soubirous n'avait été invitée à monter à la première place.

Jésus nous invite, Il ne nous force jamais.

Dans la parabole du choix des places au banquet de noces, Il nous suggère de ne pas nous mettre en avant… Parabole pleine d'humour et de finesse qui nous révèle, encore une fois, ses talents d'éducateur. Ici, les impératifs sont ceux de la discrétion devant cette démangeaison de paraître qui nous guette tous.

Père Gabriel

Homélie du père Gilbert Adam

Quiconque s’élève sera abaissé ;
et qui s’abaisse sera élevé.

"Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient."

Jésus partage la vie des hommes, il est de plein pied avec eux. Il fait les mêmes choses qu’eux, se rend dans les mêmes lieux qu’eux. Jésus instruit ses proches dans ses rencontres, il les aide à se situer dans l’amour. Il est proche d’eux, attentif à la manière dont ils vivent, comment ils se situent dans la vie. Jésus regarde chacun en profondeur. Il écoute ce qu’ils disent. Il réagit et entre en dialogue avec chacun. Nous sommes attentifs à ce que vit Jésus car nous voulons nous ouvrir à lui, à sa parole, à ses gestes, à sa manière d’agir. Nous laissons notre manière de vivre et d’être pour nous laisser influencer et nous imprégner de lui. Par notre appartenance à lui comme "Chrétien," nous sommes, comme un autre Christ. Beaucoup de malheurs arrivent dans nos vies du fait que nous n’avons pas entendu sa Parole. C’est par lui que nous pouvons percevoir ce qu’est notre place parmi nos frères. Ce jour de sabbat, il va partager le repas chez un chef des pharisiens. L’Évangile est pour nous une règle de bonheur si nous le mettons en pratique.

« Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit :" 

« Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : “Cède-lui ta place” ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place. Dans nos relations personnelles, dans les études, nous voulons être félicités ! Or, le plus important est d’abord d’être sous le regard de Dieu, dans son amour infini. Nous voulons honorer ce qui est le plus fondamental à notre nature humaine, notre existence. Le psalmiste dit : « Seigneur, je n’ai pas le regard hautain, ni le cœur fier, je n’ai pas choisi de grands desseins qui me dépassent. Non, je tiens mon âme égale et silencieuse, près de toi, mon Dieu. » Choisir les premières places se joue à tous les niveaux de notre vie. Quelle place vais-je occuper ? Quel est mon "rang" ? Cet imaginaire nous fait quitter l’essentiel pour avoir "la première place." Alors nous n’honorons plus ce que nous sommes.

"Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place.

Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : “Mon ami, avance plus haut”, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi. En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé. » Le bonheur de rendre grâce à Dieu pour tout ce que nous avons est immense. Le simple fait d’exister sous le regard de Dieu, de se savoir aimé infiniment de lui, est si beau ! C’est honorer le fait que nous soyons dans l’amour avec lui qui va développer encore son amour en nous. Jésus nous libère de ce qui nous tient captifs, sa parole est vérité. La mettre en œuvre nous donne de nous éprouver comme juste et nous ouvre à la vraie vie. Notre joie et notre grâce n’est pas d’imaginer quelle serait notre place, mais d’honorer l’amour infini que Dieu nous donne dans l’existence, par la vie et par l’être. Si nous honorons la relation d’amour avec lui, tout le reste nous sera donné par surcroît. « Jésus a tellement choisi la dernière place, que jamais personne ne pourra la lui ravir. » Celui qui se sera abaissé pour être avec lui, sera élevé au plus haut des cieux.

Prière 

 Marie Notre Mère, apprend nous à choisir la dernière place loin de l' orgueil, et là ou Jésus ton Fils adoré se trouve, pour demeurer avec lui dans le bonheur et l'humilité.

Emounawh

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article