Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Jésus répond à ces disciples: « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle

com

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Marc 10,2-16.

Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle.
Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle.
Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. »
Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Concile Vatican II


Déclaration sur l'Éducation chrétienne « Gravissimum Educationis », 3; 28 octobre 1965 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)
« Laissez les enfants venir à moi »


Les parents, parce qu'ils ont donné la vie à leurs enfants, ont la très grave obligation de les élever, et à ce titre ils doivent être reconnus comme leurs premiers et principaux éducateurs. Le rôle éducatif des parents est d’une telle importance que, en cas de défaillance de leur part, il peut difficilement être suppléé. C’est aux parents, en effet, de créer une atmosphère familiale, animée par l’amour et le respect envers Dieu et les hommes, telle qu’elle favorise l’éducation totale, personnelle et sociale, de leurs enfants. La famille est donc la première école des vertus sociales nécessaires à toute société. 

            Mais c’est surtout dans la famille chrétienne, riche des grâces et des exigences du sacrement de mariage, que dès leur plus jeune âge les enfants doivent, conformément à la foi reçue au baptême, apprendre à découvrir Dieu et à l’honorer ainsi qu’à aimer le prochain ; c’est là qu’ils font la première expérience de l’Église et de l’authentique vie humaine en société ; c’est par la famille qu’ils sont peu à peu introduits dans la communauté des hommes et dans le Peuple de Dieu. Que les parents mesurent donc bien l’importance d’une famille vraiment chrétienne dans la vie et le progrès du Peuple de Dieu lui-même.

 

Méditation de l'évangile

père Gabriel

Jésus et le Mariage

A la question des pharisiens, question posée pour le piéger, Jésus, dans sa réponse, va nous dire ce qu'Il pense du mariage et du couple.

 

Réponse à la question des pharisiens : “Dis-nous s'il est permis de répudier sa femme pour n'importe quelle raison ?”

A la question des pharisiens, question posée pour le piéger, Jésus, dans sa réponse, va nous dire ce qu'Il pense du mariage et du couple.

“Et des pharisiens s'approchèrent de Lui pour le mettre à l'épreuve et Lui dirent : dis-nous s'il est permis de répudier sa femme pour n'importe quelle raison ?” (Mt 19,3). Ce n'est donc pas nouveau que cette instabilité du mariage…

Jésus va d'abord rappeler ce que Dieu a fait au commencement et ce qui fonde la réalité du mariage. Jésus ne parle pas de la Loi, mais de ce qui est. Dieu a d'abord créé l'homme et la femme complémentaires, mâle et femelle. Il a voulu que l'homme quitte son père et sa mère pour s'attacher à sa femme. Ils ne sont plus deux mais une seule chair. Qu'un homme ne s'avise donc pas de séparer ce que Dieu a uni.

Cette recherche consciente de l'unité dans la complémentarité et dans la constance est le propre de l'homme. Dieu a créé l'homme à son image. Et Dieu est Un. L'Amour n'existe chez lui qu'entre les personnes divines. Il a voulu cette même unité entre l'homme et la femme dans le mariage et c'est ce qui le rend unique et indissoluble.

Jésus répond donc aux pharisiens en ces termes :

“N'avez-vous pas lu dans l'Ecriture que Celui qui a tout fait dès le commencement les fit mâle et femelle ? Et Il a dit: à cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair. Qu'un homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni” (Mt 19, 4-6).

Mais ce que Jésus ajoute à la Loi à la fin, à partir de la phrase : “De sorte qu'ils ne seront plus deux”…, nous montre à l'évidence que l'homme doit mener un combat intérieur pour réaliser le plan de Dieu sur le couple humain, et son unité absolue. C'est là, encore une fois que se joue la liberté chrétienne. Elle doit choisir, quoiqu'il lui en coûte, le chemin de la fidélité : “Qu'un homme ne sépare pas ce que Dieu a uni”.

Jésus nous laisse donc entendre que l'amour conjugal est un amour unique, intangible, inspiré par Dieu lui-même et que l'instinct, si profond soit-il, doit être dominé, avec l'aide du Seigneur, pour ne pas détruire l'unité voulue par Lui, entre l'homme et la femme.

Les apôtres ne suivent que difficilement Jésus dans sa rigueur vis-à-vis du mariage et au sujet de son indissolubilité. Ils disent donc à Jésus :

“Si telle est la condition de l'homme avec les femmes, mieux vaut donc ne pas se marier. Il leur dit : tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux auxquels cela a été donné. Car il y a des eunuques qui sont nés tels dès le sein de leur mère ; et il y a des eunuques qui ont été rendus tels par les hommes ; et il y a des eunuques qui se sont eux-mêmes rendus tels à cause du Royaume des Cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne !” (Mt 19, 10-12).

Jésus, dans ce texte ne fait pas l'apologie du célibat comme la voie la meilleure. Mais Il souligne à son sujet deux points très importants. Ce don total est la réponse à un appel personnel : “Tous ne comprennent pas cette parole, mais ceux auxquels cela a été donné”.

           Et en plus Jésus n'envisage la possibilité du célibat qu'en vue du Royaume, pour le seul service du Royaume.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

Des pharisiens abordèrent Jésus et pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »

 

Jésus nous conduit dans la voie de l’unité et de la fidélité. La clarté et la netteté de ses Paroles peut mettre beaucoup en difficulté dans le contexte actuel. Il est délicat d’affirmer ces vérités énoncées aujourd’hui dans le milieu culturel qui est le notre. Nous connaissons tous des couples qui se sont séparés, et nous connaissons les blessures et les douleurs que portent ces personnes ainsi que leurs enfants. Conscients de ces douleurs, il nous faut les soulager et les aider dans la mesure de notre possible. Etre fidèles à la Parole de Jésus et être accueillant à ces personnes qui ont vécu un échec dans leur relation est un vrai défi ! Quelle que soit la manière dont nous ayons été conçu, quel que soit l’accueil que nous avons reçu de nos parents, le commandement de l’Amour de Dieu se réalise en nous après de très longues années de purification. Les blessures de l’enfance ne sont pas pas sans lien avec ce que vivent aujourd’hui beaucoup de couples divisés. « Derrière » la vie des enfants se reproduit la vie des adultes. Nous prions pour nos familles afin quelles trouvent la beauté du plan d’Amour de Dieu sur elles. Nous sommes appelés à refléter entre nous l’unité de l’Amour de Dieu. Nous voulons vivre dans la communion comme Dieu est communion d’amour, Père Fils et Saint Esprit.

Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi.

Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme. A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Notre origine contient tous les déploiements du don de Dieu car nous réalisons « l’unité » de nos parents dans le plan de l’amour de Dieu ! Pour accueillir cette Parole, il nous faut en entendre toute la force spirituelle. Un papa et une maman sont les « instruments vivants de son Amour ! » Ils vont permettre à notre vie de surgir dans cet Amour. Reconnaître la présence du Dieu Amour dans notre vie est très guérissant. Nous sommes à l’image de Dieu et c’est lui qui nous unifie. Une humanité nouvelle, régénérée par la Passion de Jésus et la compassion de Marie peut renaître. Une nouvelle vie divine est enfantée en nous par la Croix de Jésus. Marie ainsi que Jean l’Apôtre y sont présents. Jésus qui a été abaissé a souffert la Passion, il a trouvé en Marie une grande compassion. Au pied de la Croix, elle est la Femme qui est devenue notre mère en Jésus son fils crucifié.

On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ; mais les disciples les écartèrent vivement

Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains. Les fruits de l’Amour dans notre vie sont liés à l’Amour divin qui agit dans notre humanité. Nous sommes engagés dans la voie de l’unité, de la fidélité et de la fécondité de l’Amour de Dieu. Cela demande un véritable dépassement de soi qui est toujours héroïque. Peu à peu notre amour humain est conduit et transformé pour participer à l’amour même du Père pour le Fils. Nous devenons ainsi participants de l’amour de Dieu. Nos deux parents ne sont pas seuls dans leur engagement. Sans la présence de Dieu à nos côtés, nous ne pouvons pas réussir notre engagement à aimer pour toujours la même personne. C’est pourquoi l’aide de Dieu-Trinité qui est communion d’amour, est l’appui nécessaire pour mener à bien notre engagement. C’est l’Esprit Saint, qui uni à notre esprit, peut nous permettre d’aller, infiniment au-delà de ce que nous pouvons concevoir de l’amour. Jésus, le Verbe Eternel de Dieu, le Fils bien-aimé du Père a pris chair de la Vierge Marie dans une famille humaine. Grâce à Lui, nous accédons à la filiation divine. Cette vie nouvelle est donnée dans la famille. Dieu qui est à l’origine de notre vie, bâtit pour l’homme une compagne qui lui soit assortie. Nous contemplons le fondement de l’œuvre de Création de Dieu qui est profonde et fondamentale à la formation de toute société.

Prière

Seigneur accorde nous la grâce pour ma famille, celles de notre paroisse et pour toutes les familles du monde, pour qu'elles ne soient jamais séparées, et accordez votre miséricorde aux victimes des familles mutilées.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article