Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Y a-t-il eu plus d’abus sexuels dans l’Église que dans le reste de la société ?

com
Y a-t-il eu plus d’abus sexuels dans l’Église
que dans le reste de la société ?

Le rapport sur les abus sexuels commis au sein de l’Église depuis 1950, publié mardi 5 octobre met en évidence un taux de prévalence effarant. Cet indicateur permet de comparer le nombre de victimes mineures dans le milieu clérical à d’autres environnements sociaux ..

Nombre de victimes, nombre de prêtres prédateurs… Les chiffres du rapport sur les abus sexuels commis au sein de l’Église depuis 70 ans sont glaçants. Et il en est un tout particulièrement effarant : le taux de prévalence. Ce taux permet de comparer le nombre de victimes mineures dans le milieu clérical à d’autres environnements sociaux (l’école, la famille, les associations sportives…). L’Inserm a ainsi mené, dans le cadre du rapport de la commission indépendante chargée de faire la lumière sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) une enquête auprès de 28.000 personnes afin de situer la prévalence des abus sur mineurs dans l’Église catholique par rapport au reste de la population.

Un taux de prévalence deux à trois fois supérieur


Et il s’avère que l’Église catholique est davantage concernée par les violences sexuelles commises sur mineurs que d’autres institutions telles que les associations sportives ou encore les écoles…). Le taux de prévalence y est de 0,82%, soit deux à trois supérieur à celui d’autres milieux : 0,36% dans les centres et colonies de vacances, 0,34% dans l’école publique (hors internats) et 0,28% dans le sport. Il demeure néanmoins bien plus faible que le taux de prévalence dans les cercles familiaux et amicaux, principaux lieux des violences sexuelles sur les enfants.3,7% des personnes majeures vivant en France en ont été victimes.

À noter que le taux de prévalence des abus sexuels commis sur mineurs au sein de l’Église a été calculée sur 70 ans, c’est-à-dire entre 1950 et 2020. Ce taux a progressivement baissé au fil des années jusqu’à approcher 0,30% depuis les années 1980.

 

Abus sexuels : que dire à son enfant sans saper sa confiance dans l’Église ?

La Commission chargée de faire la lumière sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase) a publié, ce mardi 5 octobre, son rapport, estimant à 216.000 le nombre de mineurs victimes d’abus sexuels par un clerc ou un religieux entre 1950 et 2020. Faut-il en parler ou non à ses enfants ? Que dire sans saper leur confiance à l’égard des prêtres et des religieux ?

 

Certains enfants ont réagi dès dimanche, à la lecture de la prière universelle : « Nous te confions toutes les personnes qui ont subi des violences et agressions sexuelles dans l’Église », proposée par la CEF en prévision du rapport de la Ciase rendu public ce mardi 5 octobre. Un document inédit détaillant un tableau glaçant des abus sexuels commis au sein de l’Église en France par des prêtres et des religieux depuis 1950. Il analyse également la manière dont l’Église les a traités ou non et, enfin, formule une série de recommandations. Les travaux de la Ciase, menés pendant près de trois ans, déplorent 216.000 victimes mineures abusées par environ 3.000 prêtres en 70 ans. Des chiffres effarants qui interrogent bon nombre de parents : que dire à son enfant ? Quelle image des prêtres cela va-t-il lui donner ?

 

Certains préfèreront ne rien dire du tout. Pourquoi montrer à son enfant cet affreux visage de l’Église ? Pourquoi leur faire peur et les inciter à la méfiance alors que les abus au sein de l’Eglise, s’ils sont trop nombreux, demeurent statistiquement marginaux ? Les agressions sexuelles sur mineurs dans l’Église représentent 4% du total des agressions en France. Si effectivement la description précise des faits ne semble pas adaptée à de jeunes enfants, pour lesquels cependant un discours préventif est important, les plus âgés sont en mesure de comprendre, avec un vocabulaire ajusté, la triste vérité pour laquelle ont œuvré la Ciase et la CEF durant trois ans.

 

Ni minimiser, ni exagérer
La remise de ce rapport est l’occasion d’évoquer le sujet parfois tabou des abus sexuels. Tout l’enjeu consiste à adopter un ton juste, sans minimiser ni exagérer les faits. Sans minimiser, c’est accepter les chiffres tels qu’ils nous sont donnés. C’est parfois faire redescendre le prêtre du piédestal sur lequel on peut avoir tendance à le placer. Avec 216.000 victimes mineures abusées par environ 3.000 prêtres, l’Église est le milieu où la prévalence des agressions est la plus forte après le cercle familial et amical, devant les écoles, les accueils collectifs de mineurs… Une réalité dont on peut difficilement cacher les traits, au risque qu’elle ressurgisse dans la cour de récréation. Autant informer son enfant de manière juste et nuancée, afin que ce dernier sache à quoi s’en tenir et surtout distinguer le vrai du faux.

Demeurer juste, c’est également souligner que malheureusement des abus sont aussi commis ailleurs que dans l’Église. Cinq millions et demi de personnes en France auraient été victimes d’abus sexuels avant leur majorité. Les violences sexuelles commises dans l’Église représenteraient ainsi 4% du total des violences de ce type.

L’écueil serait d’instaurer une méfiance généralisée à l’égard de l’Église et des prêtres. Informer son enfant, c’est aussi souligner que tous les prêtres ne sont pas des prédateurs. Le rapport estime que les 3.000 prêtres mis en cause sur cette période de 70 ans représenteraient 2,5% des prêtres alors en exercice.

Autre élément qui peut éviter de saper sa confiance dans l’institution : l’Église ne reste pas passive face à ces crimes. Depuis le pontificat de Jean Paul II, les papes prennent des mesures pour faire de l’Église une maison plus sûre. Comme l’a souligné Jean-Marc Sauvé à l’agence I-Media, le pape François a entrepris « des choses importantes dans la lutte contre les abus sexuels dans l’Église », faisant allusion notamment à la Lettre au peuple de Dieu d’août 2018, à la réunion qu’il a organisée en février 2019 avec les présidents des conférences épiscopales du monde entier, et à la réforme du droit canonique qui entre en vigueur le 8 décembre prochain.

 

Malgré cela, la foi encore naissante d’un jeune pourrait être ébranlée par ces déclarations. Il peut être utile de rappeler que la foi et la confiance se placent en Dieu, et non exclusivement dans les prêtres qui demeurent des hommes pêcheurs. Au contraire, Dieu ne le décevra jamais.

Maëlle Challan Belval, présidente de Comitys, organisme de formation en éducation affective et sexuelle, apprend aux enfants à faire la distinction entre les gestes qui font du bien, les touchers-bonheur, et les gestes qui font mal, les touchers-malheur. Elle engage ainsi l’enfant à écouter son « système d’alarme intérieur » pour préserver l’intégrité de son corps. Un bon outil pour repérer les gestes permis et les gestes défendus.

 

Prier
Au début ou au terme de cette discussion avec son enfant, il peut être bon de prier ensemble, pour les victimes d’abus sexuels mais aussi pour les prêtres, ceux que se sont rendus coupables par leur crime ou par leur silence, et ceux qui luttent pour demeurer fidèles à leur parole.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article