Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Quand le Fils de l’homme viendra, aurons-nous toujours la foi ?

com

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 18,1-8.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes.
Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.”
Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne,
comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »
Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !
Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Jean Cassien (v. 360-435)
fondateur de monastère à Marseille

De la prière, XXXI-XXXII, XXXIV ; SC 54 (Conférences VIII-XVII; trad. E. Pichery, éd. du Cerf, 1958 ; p. 66-68)
 

Persistons à prier!
 

Je dirai ce que l’expérience m’a révélé des marques auxquelles on reconnaît qu’une prière est exaucée du Seigneur. Si nulle hésitation n’est venue traverser notre prière, et que nulle pensée de doute n’en ait brisé le confiant élan ; si, au contraire, nous avons le sentiment intime d’avoir obtenu ce que nous demandions dans l’effusion même de notre prière ; celle-ci, n’en doutons pas, a été efficace auprès de Dieu. Car ce qui nous vaut d’être exaucés et d’obtenir satisfaction, c’est la foi au regard de Dieu sur nous, et la confiance qu’il a le pouvoir d’accorder ce qu’on lui demande. Notre Seigneur ne peut reprendre sa parole : « Tout ce que vous demanderez dans la prière, dit-il, croyez que vous l’obtiendrez, et il vous sera donné. » (Mc 11,24). (…)

            Arrière donc toute hésitation, qui trahirait un manque de foi, et persistons à prier ! Notre persévérance nous méritera de voir exaucer toute demande qui sera selon Dieu, il n’en faut point douter. C’est le Seigneur lui-même qui, dans son désir de nous accorder les biens célestes et éternels, nous exhorte à lui faire violence en quelque sorte par notre importunité. Et loin de repousser avec mépris les importuns, il les encourage, il les loue, il leur fait la douce promesse de leur accorder tout ce qu’ils auront espéré avec constance : « Demandez, dit-il, et vous recevrez ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira : car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe, on ouvre ; » (Lc 11, 9-10) et encore : « Tout ce que vous demanderez avec foi dans la prière, vous l’obtiendrez, et rien ne vous sera impossible. » (Mt 21,22 ; 17,20).

 

Méditation de l'Evangile du père Gabriel

 

Dieu, notre Père, écoute aussi, encore mieux, la voix de ses fils les élus, voix qui monte jour et nuit vers Lui, du fond de leur détresse; et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers Lui jour et nuit, alors qu'Il se montre patient à leur sujet ?

Le Juge inique

 

Jésus contait à ses auditeurs "une parabole sur ce qu'il leur fallait toujours prier et ne pas se décourager"

Sans doute parce que, comme pour nous, la réponse de Dieu semble se faire bien attendre !

L'histoire qu'Il nous raconte, pleine d'un humour noir, était justement faite pour insister près d'eux, et près de nous, afin de nous rappeler que notre foi saura forcer ce Père qui nous aime. Le juge inique nous révolte... mais nous rassure. Il cède, agacé, parce qu'il veut être tranquille.

Dieu, notre Père, écoute aussi, encore mieux, la voix de ses fils les élus, voix qui monte jour et nuit vers Lui, du fond de leur détresse; et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers Lui jour et nuit, alors qu'Il se montre patient à leur sujet ?

"Je vous dis qu'Il leur fera justice promptement. Mais... le Fils de l'homme, quand Il viendra, trouvera-t-Il la foi sur la terre ? "

Oui, Jésus a pénétré votre détresse, Il sait que jour et nuit vous criez vers Lui. Il s'agit bien d'un cri, tant votre souffrance physique ou morale vous lancine, vous poursuit, vous empêche même de dormir !

Tout cela Il le sait, mais Il connaît son Père, Il en est l'Envoyé. Il sait combien sa tendresse a pris en compte l'homme qu'Il rencontre en Lui, dans la faiblesse de sa chair. Il nous demande de vivre dans la foi et de nous souvenir de son amour, malgré la peine.

Jésus insiste sur la foi. Car, pour toujours prier, il faut croire que Dieu est un Père; et qu'Il se souvient de nous comme de ses propres enfants !

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

 Le Fils de l’homme, quand il viendra,

trouvera-t-il la foi sur terre ?

Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager :

Jésus souligne l’importance de la prière et de la persévérance dans la prière de demande. Si la veuve de l’Evangile sait venir importuner le juge inique au point de le faire fléchir et d’obtenir satisfaction, combien plus notre prière d’intercession trouvera dans le cœur de Dieu notre Père un accueil juste et favorable. Jésus nous promet que la prière tenace trouvera toujours satisfaction. Plus notre vie est en péril, plus il nous faut insister dans notre prière de demande, ce n’est pas le moment de « baisser les bras. » C’est toujours pour nous, le moment d’être en vigilance avec Dieu dans notre combat pour la vie, car il travaille sans cesse. Dieu transforme le monde et le fait progresser en avant et nous ne nous en rendons pas compte : « Alors, du haut du ciel, venant de ton trône royal, Seigneur, ta Parole toute-puissante fondit en plein milieu de ce pays de détresse. » Dieu veut que nous nous demeurions dans la vigilance de la prière afin que nous restions en harmonie avec lui. Dans ce grand passage de l’humanité vers la vie, nous savons que Dieu est patient, qu’il veut à tout prix nous sauver.

"Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes."

Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : « Rends-moi justice contre mon adversaire. » Longtemps il refusa ; puis il se dit : « Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m’ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête. » On ne peut pas se défaire de l’impression d’être comme impuissant face à nos demandes. Il faut nous résigner à ne pas savoir prier et garder la pauvreté de cœur pour rester ouverts aux dons de l’Esprit Saint. Notre attente est de le rencontrer dans la pauvreté de notre cœur pour tenir dans la prière, et pour savoir reconnaître Jésus qui nous exauce. Si nous savons garder la pauvreté et l’humilité de cœur, Jésus saura accueillir ce que nous souhaitons. Le pauvre de cœur sait que s’il peut formuler quelques demandes, son Père qui est au Ciel a sur lui et sur tous les hommes un regard et un dessein d’Amour beaucoup plus beau, beaucoup plus grand que lui. Le pauvre de cœur présente donc, inlassablement, ses demandes, mais il reconnaît que mieux que lui le Seigneur désire le bien de tous ses frères les hommes. Ainsi, le priant, après avoir présenté ses demandes, fait totalement confiance à notre Père du ciel. Il dit de tout son cœur la prière que nous avons proclamée au début de cette Eucharistie : « Fais-nous toujours vouloir ce que tu veux et servir ta gloire d’un cœur sans partage. »

« …Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus ? » Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

La pauvreté de cœur nous fait reconnaître nos manques et nos besoins et la capacité de Jésus à combler ces manques et ces besoins. La veuve sait que le juge est le seul qui peut lui rendre justice, de même, nous reconnaissons que nous dépendons fondamentalement de Dieu dans notre vie, il en est l’origine et le terme. Prier, comme aimer, est une ouverture de soi et un don de soi pour recevoir de l’autre ce qui dépend de lui. C’est l’ouverture de nous-mêmes et le don de nous-mêmes dans une attitude de prière et d’attente. Notre attente et notre persévérance sont des cris jetés vers Dieu. Le roc de notre attente ce sont les promesses de Jésus et la présence de l’Esprit Saint. Jésus, le Prince de la Paix, dans sa Passion et sa Résurrection, est vainqueur de toute notre détresse. Sa Parole nous éclaire sans cesse et elle nous donne la Paix. A chaque Eucharistie nous annonçons le salut de Jésus qui advient pour nous maintenant. Il s’agit du Salut de l’humanité profondément remodelée dans le nouvel Adam et la nouvelle Eve. Jésus qui nous est donné avec Marie dont la vie est transfigurée.

Prière:

Seigneur aide nous  en déléguant nos Anges Gardiens à ne pas nous décourager dans nos prières. Que nos oreilles se bouchent aux mots moqueurs des incroyants et donne nous la grâce d’être des « serviteurs de la foi », d'être vigilants à la prière en nous appuyant sur l'amour de notre très Sainte Mère Marie et notre protecteur Saint Joseph son époux.

Emounawh

13 novembre 2021

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article