Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Au commencement était le Verbe, il était près de Dieu, et le Verbe était Dieu, et il s'est fait chair.

com

 

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Jean 1,1-18.


Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu.
C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.
Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.
Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.
Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.
Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ;
car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Bienheureux Columba Marmion
(1858-1923)

abbé

L’humilité (Le Christ Idéal du Moine, éd. DDB, 1936 ; p. 277-278 ; rev.)

Dieu désire immensément se donner à nous


Une des plus grandes révélations que Notre-Seigneur nous a faites par son Incarnation est celle du désir immense que Dieu éprouve de se communiquer lui-même à nos âmes pour être leur béatitude. Dieu aurait pu demeurer toute l’éternité dans la solitude féconde de sa divinité une et trine ; il n’a nul besoin de la créature, car rien ne manque à celui qui, seul, est la plénitude de l’Être et la cause première de toutes choses : « Je n'ai pas d'autre bonheur que toi » (Ps 15,2). Mais ayant décrété, dans la liberté absolue et immuable de sa volonté souveraine, de se donner à nous, le désir qu’il a de réaliser cette volonté est infini. Nous serions parfois tentés de croire que Dieu peut être « indifférent » ; que son désir de se communiquer est vague, sans efficacité ; mais ce sont là des conceptions humaines, images de la faiblesse de notre nature, trop souvent instable et impuissante. (…)

            En ceci, comme en tout ce qui touche notre vie surnaturelle, nous devons nous laisser guider non par notre imagination, mais par la lumière de la Révélation. C’est Dieu lui-même que nous devons écouter quand nous voulons connaître la vie divine ; c’est vers le Christ que nous devons nous tourner, vers le Fils bien-aimé qui est toujours « dans le sein du Père » (Jn 1,18), et qui nous a révélé lui-même les secrets divins. Que nous dit-il ? Que « Dieu a tellement aimé les hommes qu’il leur a donné son Fils unique » (Jn 3,16). Et pourquoi l’a-t-il donné ? Pour qu’il fût notre justice, notre rédemption, notre sainteté. (…) Parce que Dieu nous aime, il désire d’un amour sans limites et d’une volonté efficace se donner à nous.

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel

Et voici que Jésus, de par son origine, nous apporte une autre Vie, la sienne, la Vie même de Dieu. La Vie par excellence, dont l'essence même est Lumière et Connaissance... Nous voici donc plongés dans la Lumière de Dieu, par Lui, Jésus, Lumière des hommes.

Jésus est la Lumière des hommes

Saint Jean l'Evangéliste, au début de son Evangile, nous présente Jésus comme la Lumière des hommes. Chose étrange, en Lui, Lumière et Vie se confondent.

"Dans le verbe était la vie et la vie était la Lumière des hommes, et la Lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise"

Pour l'apôtre Jean, grâce à son union au Verbe, Jésus possède la Vie en lui-même. Elle fait tellement partie de Lui-même, qu'elle rejaillira en Lumière sur les hommes. Déjà notre vie humaine profonde, en face du néant ou de la vie végétale et animale, c'est de posséder cette lumière intérieure : notre raison, don si merveilleux.

Et voici que Jésus, de par son origine, nous apporte une autre Vie, la sienne, la Vie même de Dieu. La Vie par excellence, dont l'essence même est Lumière et Connaissance... Nous voici donc plongés dans la Lumière de Dieu, par Lui, Jésus, Lumière des hommes.

D'ailleurs, la Vie et la Lumière se confondent en Dieu. Il est Esprit, Intelligence, Lumière et Origine de toutes choses. Aussi, plus nous participons à la Vie de Dieu, plus nous recevons sa Lumière, plus notre vie devient intelligente. De là, cette affirmation de Jésus, l'Homme-Dieu, qui participe pleinement à la Vie de Dieu :

"Je suis la Lumière du monde !" Ce que nous pouvons traduire par : "Je suis l'Intelligence du monde !"

"Et la Lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise"

Car l'homme reste libre. Normalement, la Lumière absorbe les ténèbres, mais chez l'homme libre, même la lumière peut être mise en échec...

Et pourtant, comme elle est belle et puissante à nos yeux, cette image de la lumière perçant les ténèbres. Car le feu de Dieu transforme notre raison et lui apporte la clarté de Dieu sur toutes choses. Sans cette Lumière du monde, notre vie n'est que ténèbres : ténèbres des philosophies du doute, ténèbres du mal, ténèbres de la souffrance innocente, ténèbres de la mort qui nous guette.

Nous sommes alors comme des aveugles sans point de repère, perdus en ce monde dans les ténèbres de l'absurde... Jésus veut rayonner cette Lumière sur tout homme. Il veut être notre Lumière dans les ténèbres.

A nous de répondre à cet appel, à nous de nous laisser illuminer par le Christ Jésus, aux heures de la prière silencieuse.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

31 décembre

Au commencement était le Verbe

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu.

C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Le dernier jour de l’année, ce sont les premiers mots de l’Evangile de Jean qui nous sont donnés : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu… En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée… Le Verbe était la vraie lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » Les premiers mots du livre de la Genèse sont « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. C’est une merveilleuse similitude ! Quelle beauté de Dieu dans la construction de l’histoire du Salut, de l’histoire de l’humanité ! Ce Verbe, cette Parole, sont vie, sont lumière qui illumine et irradie tout homme. Cette Parole, comme l’enfant de la crèche, est à accueillir, c’est-à-dire à lui donner son cœur. Désormais, l’habitation de Dieu est l’homme, en tout, excepté le péché.

Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Dieu parle et appelle la lumière sur la terre. Pour saint Jean, dans l’Evangile, « La lumière brille dans les ténèbres et celles-ci ne l’arrêtent pas. » On est déjà bien au-delà d’une séparation de la lumière des ténèbres, on est dans la domination de la lumière sur les ténèbres. Dieu nous envoie ce qu’il a de plus cher. Il avait parlé, mais désormais Il envoie son propre Fils pour être le Verbe ! « Le Verbe était Dieu, » ils ne font qu’un, comme le dira, avec force saint Jean. Au commencement, « le souffle de Dieu planait, » l’Esprit-Saint. Dès le début, la Trinité, la lumière que Dieu appelait est, depuis cette nuit fulgurante, Jésus, l’Emmanuel, Dieu avec nous. « En Lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, le Verbe était la vraie lumière ».

Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître. Dieu avait parlé et on l’avait si peu entendu, alors Il envoie au cœur du monde ce qu’il a de plus cher, tout son Amour, son Fils unique pour donner la Vie et « la lumière qui éclaire tout homme. » La Parole de Dieu, le Verbe, s’est faite enfant, il a pris notre chair, notre fragilité. Et il prend naissance dans le silence. Un silence éloquent parce que sa Parole a pris chair.

Dieu dit : « Que la lumière soit. Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne et Dieu sépara la lumière des ténèbres. »

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article