Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Théophile et aux Saints du 20 décembre

com

 SAINT THÉOPHILE
 


Théophile et Abraham sont deux noms admirables qui signifient "aimé", "ami de Dieu !". Ils sont encore très souvent donnés et portés : "Théophile" dans le monde Grec et "Abraham-Ibrahim" chez les Juifs et chez les Musulmans.

Au moins quinze saints ont illustré le nom de Théophile "ami de Dieu". Le plus célèbre est celui qu'on nomme "le Pénitent".
C'est un personnage imaginaire qui connut au Moyen Âge une immense popularité, comme héros du célèbre " Miracle de Théophile". La version la plus connue est celle de Rutebeuf, fameux compositeur de fabliaux et de complaintes au XIIIe siècle. Dans ce poème, l'un des plus anciens "Miracles de Notre-Dame", on rapporte cette légende édifiante : le clerc Théophile, dans un moment de désespoir, avait vendu son âme au diable. Pris de remords, il obtint de la Vierge Marie de récupérer son acte de vente. Ce récit sera l'un des éléments constitutifs de la légende de Faust, ainsi dans l'oeuvre de Goethe au XIXe siècle.
L'histoire chrétienne de l'Orient mentionne un saint Théophile, évêque d'Antioche en Asie Mineure (Turquie) au IIème siècle, et un autre, soldat chrétien, martyr en Egypte à Alexandrie au 3ème siècle.

 

Isaac
Patriarche du peuple juif - Ancien Testament
Fils d'Abraham et de Sara.


01 Le Seigneur visita Sara comme il l'avait annoncé; il agit pour elle comme il l'avait dit.
02 Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils pour Abraham dans sa vieillesse, à la date que Dieu avait fixée.
03 Et Abraham donna un nom au fils que Sara lui avait enfanté: il l'appela Isaac (c'est-à-dire : Il rit).

 

Saint Jacob
Patriarche du peuple juif, Ancien Testament

 


"Il est le Dieu des vivants" dit le Christ en parlant d'Abraham, Isaac et Jacob. C'est ainsi que les Églises d'Orient et d'Occident considèrent que c'est le Christ lui-même qui, d'une certaine manière, l'aurait ainsi canonisé, en l'inscrivant parmi les saints du ciel.
le combat de Jacob et de l'angeLe 25 mai 2011, Benoît XVI a consacré la catéchèse de l'audience générale au patriarche Jacob et à son combat au gué de Yabboq. La Bible décrit Jacob, a dit le Pape, comme un homme calculateur et fourbe, rapportant les épisodes où il trompe son père aveugle et vole à son frère Esaü son droit d'aînesse. Puis il a rapporté celui du gué, où Jacob combat de nuit avec une entité qu'il ne voit pas. "Ce n'est qu'à la fin, après la disparition de ce quelqu'un que Jacob lui donnera un nom et pourra dire avoir lutté contre Dieu... Celui qui avait volé par astuce à son frère la bénédiction de premier né, demanda alors cette bénédiction à un inconnu dont il avait entrevu sans vraiment le reconnaître la nature divine. Au lieu de céder à Jacob, l'inconnu réclame son nom... Connaître le nom de quelqu'un induit une prise sur lui, car dans la mentalité biblique le nom renferme la réalité de l'être, son secret et son destin... En révélant son nom à un inconnu il se rend et s'en remet totalement à l'autre".
Puis le Saint-Père a souligné que le geste de soumission de Jacob signifie aussi sa victoire, dans la mesure où il reçoit un nom nouveau de l'adversaire, qui le déclare victorieux". Jacob était un nom faisant référence aux circonstances troubles de sa naissance, et au verbe tromper, prendre la place. Cette identité négative est rendue positive par Dieu car Israël signifie Dieu fort et vainqueur. "Lorsqu'à son tour Jacob demande son nom à l'autre, il refuse mais lui offre de manière significative sa bénédiction... Et ce n'est plus une bénédiction obtenue par l'astuce mais un don gratuit de Dieu, reçu par Jacob" qui se livre en confessant la vérité sur lui même. Dans l'épisode du gué de Yabboq, "le peuple d'Israël parle de ses origines et définit son rapport particulier avec Dieu. Comme le dit aussi le Catéchisme de l'Eglise catholique, la tradition spirituelle de l'Eglise voit dans ce récit le symbole de la prière comme combat de la foi et victoire de la persévérance... Nos vies sont comme la longue nuit de lutte et de prière de Jacob". "Elle doivent être vécues dans le désir et dans l'attente d'une bénédiction divine qui ne peut être arrachée ou conquise par la force, mais peut être reçue de Dieu avec humilité, comme un don permettant de reconnaître le Seigneur. Lorsque cela se produit, notre être change radicalement et nous recevons un nom nouveau avec la bénédiction de Dieu".
(VIS 20110525 440)
- vidéo 'le songe de Jacob', webTV de la CEF.
Voir dans le livre de la Genèse :
Voici l'histoire d'Isaac, fils d'Abraham... (Gn 25)
Jacob se fait donner par Isaac la bénédiction destinée au fils aîné (Gn 27, 1-5.15-29)
A Béthel, dans un songe, Dieu renouvelle à Jacob la promesse (Gn 28, 10-22a)
...
L'avenir de Juda prophétisé par Jacob (Gn 49, 1-2.8-10)
... et autres péricopes(*) sur le site de la Bible de la liturgie.
(*) péricope=unité textuelle biblique pour utilisation liturgique.
(Il est également fêté le 5 février)

 

Saint Zéphyrin
Pape (15e) de 199 à 217 (✝ 217)


Nos sources nous renseignent peu sur son action. Romain d'origine, il s'opposa au prêtre Hippolyte qui d'ailleurs le calomniait allègrement, comme il le fera pour le successeur, le pape Calixte Ier. Il mourut paisiblement.
On lui attribue la décision d'obliger les fidèles à communier au moins une fois l'an au temps de Pâques.
catacombe di S. Callisto, Pontificia Commissione di Archeologia Sacra"Zéphyrin, né à Rome, fut élu pour gouverner l'Église au temps de l'empereur Sévère. Il prescrivit que ceux qui devaient être promus aux Ordres sacrés le seraient en présence de nombreux clercs et laïques, au temps convenable et selon la coutume, voulant qu'on ne choisît pour cet office que des hommes de science et de vie recommandable. Il décréta en outre que tous les prêtres assisteraient l'évêque dans la célébration des Mystères. Il établit que patriarche, primat, métropolitain ne pourraient, sans l'autorité apostolique, condamner un évêque. Son pontificat fut de dix-huit ans et dix-huit jours. En quatre ordinations au mois de décembre, il créa treize prêtres, sept diacres, et treize évêques pour divers lieux. Il fut ... enseveli sur la voie Appienne, près du cimetière de Calliste, le sept des calendes de septembre." (site internet de l'abbaye saint Benoît)
- Site internet catacombe di S. Callisto (en italien)
Catacombes de Saint-Calixte: La basilique occidentale abritait probablement les sépultures du Pape Zéphyrin et du martyr Tarcisius. (site du Vatican - catacombes de Rome)
À Rome, au cimetière de Calliste sur la voie Appienne, en 217 ou 218, la mise au tombeau de saint Zéphyrin, pape, qui dirigea l'Église romaine pendant dix-huit ans et chargea son diacre, saint Calliste, d'organiser sur cette voie le cimetière de l'Église romaine.

Martyrologe romain

 

Saint Dominique de Silos
Abbé

(† 1073)

 

Dominique, surnommé de Silos, à cause de son long séjour dans le monastère de ce nom, était de la souche des anciens rois de Navarre. Il se mit à l'étude, n'ayant guère pour maître que l'Esprit-Saint. Devenu prêtre, il entra bientôt dans un monastère de l'Ordre de Saint-Benoît, où il brilla au premier rang par sa sainteté.

 Le monastère de Silos était bien déchu de sa gloire et de sa ferveur passées. Le moine Licinien, qui gémissait de cet état de choses, disait la Sainte Messe quand Dominique entra dans l'église ; par une permission de Dieu, lorsque, au moment de l'offertoire, il se tourna vers le peuple pour chanter : Dominus vobiscum, il chanta : Voici le restaurateur qui vient ! Et le chœur répondit : C'est le Seigneur qui l'a envoyé ! L'oracle ne tarda pas à se vérifier.

 La charité du saint ne se concentrait point dans son monastère, mais elle s'étendait à tous les affligés. Le don des miracles attirait au couvent des aveugles, des malades, des boiteux, et il les guérissait par centaines, comme le prouvent encore aujourd'hui les ex-voto de la chapelle où sont gardées ces reliques. Les guirlandes de chaînes, de boulets, de fers, suspendues aux voûtes attestent sa charité spéciale pour les pauvres chrétiens captifs des Maures d'Espagne ; il allait les consoler et payer leur rançon, préludant ainsi à l'Œuvre de Notre-Dame-de-la-Merci.


Après de longues années de bonnes œuvres, Dominique sentit approcher le moment de la récompense, il en fut même averti par la Sainte Vierge : « J'ai passé toute la nuit avec la Reine des anges, dit-il un jour à ses religieux ; elle m'a invité à me rendre près d'elle dans trois jours ; je vais donc aller bientôt au céleste festin où Elle me convie. » Il fut, en effet, malade trois jours ; ses frères virent son âme monter glorieuse au ciel. C'est à son tombeau que la mère de St Dominique de Guzman obtint la naissance de son fils.

 

Saint Vincent Romano

Prêtre
(1751-1831)

 

Martyrologe Romain : À Torre del Greco près de Naples, en 1831, le bienheureux Vincent Romano, prêtre. Curé de paroisse, il mit toute son ardeur à éduquer les enfants et à s’occuper des besoins des ouvriers et des pêcheurs.

 Vincenzo Romano naît le 3 juin 1751 à Torre del Greco (petite ville près de Naples, capitale du corail). À 14 ans, il est admis au Séminaire diocésain de Naples ; le 10 juin 1775 il est ordonné prêtre.

 Il fut curé de paroisse à Torre del Greco près de Naples. La personnalité du futur Curé d'Ars ressemblait beaucoup à à la sienne. Il passa toute sa vie dans sa ville natale, comme père des orphelins, consolateur des affligés et protecteur des opprimés.

Il mourut le 20 décembre 1831 après une longue et pénible maladie.

 Vincenzo Romano à été élevé à la gloire des autels le 17 novembre 1963, par saint Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) et canonisé le 14 octobre 2018, à Rome, par le pape François.

Autres Fêtes du Jour
 

 

Saint Daniel de Serbie  (✝ 1338)
Saints Eugène et Macaire  Martyrs à l'époque de l'empereur Julien l'Apostat (IVe siècle)
Bienheureux Gonzalve  Moine de l'abbaye bénédictine de Silos (✝ 1073)
Saint Ignace le Théophore  (Ier siècle)
Saint Jean de Cronstadt  prêtre orthodoxe russe (✝ 1908)
Saint Jean le Tailleur  (✝ 1652)
Vble Joaquim Rosselló i Ferrà  fondateur de la Congrégation des Sacrés Coeurs de Jésus et Marie (✝ 1909)
Saint Libéral  martyr à Rome (date ?)
Bienheureux Macaire l'Ecossais  (✝ 1153)
Bienheureux Michel Piaszczyński  prêtre de Łomża et martyr (✝ 1940)
Saint Philogone  Evêque d'Antioche de Syrie (✝ 322)
Bienheureux Pierre de La Cadirète  (✝ 1277)
Bienheureux Pierre de Massalenis  (1375 - 1453)
Saint Ursan  Confesseur dans le Jura suisse (✝ 625)

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article