Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux Marcel et aux Saintes âmes du 16 janvier

com

 

Saint Marcel Ier
Pape (30e) de 308 à 309 et martyr (✝ 309)


Il se consacra à la réorganisation de son Eglise, ravagée par la persécution de Dioclétien. Certaines mesures de pardon prises à l'égard des chrétiens trop faibles qui avaient apostasié, lui valurent l'animosité de quelques chrétiens qui le dénoncèrent à l'empereur. Il fut condamné à être esclave, chargé d'entretenir des écuries dans sa propre église. Ce pape est célèbre par les vers que lui consacra saint Damase.
À Rome, au cimetière de Priscille sur la voie Salarienne nouvelle, en 309, la mise au tombeau de saint Marcel Ier, pape. Comme le rapporte le pape saint Damase, il fut un véritable pasteur, mais maltraité de façon mordante par ceux qui avaient failli dans la persécution et qui ne voulaient pas se soumettre à la pénitence établie, dénoncé par eux honteusement au tyran Maxence, il fut chassé de la ville et mourut en exil.

Martyrologe Romain

Saint Marcel I
Pape et martyr
(† 310)

 

Romain d'origine, Marcel fut choisi le 21 mai 308, pour succéder à saint Marcellin, martyrisé quatre ans auparavant. (Il siégea sous le règne de Maxence, cinq ans, six mois et vingt-et-un jours.)
Devenu pape, Marcel I n'oublia point les exemples de vertus et de courage de son prédécesseur. Il obtint d'une pieuse matrone nommée Priscille, un endroit favorable pour y rétablir les catacombes nouvelles, et pour pouvoir y célébrer les divins mystères à l'abri des profanations des païens. Les vingt-cinq titres de la ville de Rome furent érigés en autant de paroisses distinctes, afin que les secours de la religion fussent plus facilement distribués aux fidèles. À la faveur d'une trêve dans la persécution, Marcel s'efforça de rétablir la discipline que les troubles précédents avaient altérée. Sa juste sévérité pour les chrétiens qui avaient apostasié durant la persécution lui attira beaucoup de difficultés.

L'Église subissait alors la plus violente des dix persécutions. Dioclétien venait d'abdiquer en 305, après avoir divisé ses États en quatre parties, dont chacune avait à sa tête un César. Maxence, devenu César de Rome en 306, ne pouvait épargner le chef de l'Église universelle. L'activité du Saint Pontife pour la réorganisation du culte sacré au milieu de la persécution, qui partout faisait rage, était aux yeux du cruel persécuteur, un grief de plus.

Maxence le fit arrêter par ses soldats et comparaître à son tribunal, où il lui ordonna de renoncer à sa charge et de sacrifier aux idoles. Mais ce fut en vain : Marcel répondit hardiment qu'il ne pouvait désister un poste où Dieu Lui-même l'avait placé et que la foi lui était plus chère que la vie. Le tyran, exaspéré par la résistance du Saint à ses promesses comme à ses menaces, le fit flageller cruellement. Il ne le condamna point pourtant à la mort ; pour humilier davantage l'Église et les fidèles, il l'astreignit à servir comme esclave dans les écuries impériales.

 Le Pontife passa de longs jours dans cette dure captivité, ne cessant dans la prière et le jeûne, d'implorer la miséricorde du Seigneur. Après neuf mois de détention, les clercs de Rome qui avaient négocié secrètement son rachat avec les officiers subalternes, vinrent pendant la nuit et le délivrèrent. Une pieuse chrétienne nommée Lucine donna asile au Pontife. Sa maison devint dès lors un titre paroissial de Rome, sous le nom de Marcel, où les fidèles se réunissaient en secret.

 Maxence en fut informé, fit de nouveau arrêter Marcel, et le condamna une seconde fois à servir comme palefrenier dans un haras établi sur l'emplacement même de l'église. Saint Marcel, Pape, mourut au milieu de ces vils animaux, à peine vêtu. La bienheureuse Lucine l'ensevelit dans la catacombe de Priscille, sur la voie Salaria. Les reliques de ce Souverain Pontife reposent dans l'ancienne église de son nom, illustrée par son martyre. Il fut le dernier des Papes persécutés par le paganisme, en ce temps.

 

Bse Juana María Condesa Lluch

Vierge et fondatrice de la Congrégation :

« Servantes de l'Immaculée Conception »

Jeanne-Marie Condesa Lluch, née à Valence (E) le 30 mars 1862 dans une famille chrétienne aisée, reçut une formation humaine et chrétienne soignée en contraste avec la vague de déchristianisation qui régnait alors à Valence. Très tôt, elle découvrit le don de l'amour de Dieu qui se développait abondamment dans son cœur.

 Elle avait à peine 18 ans quand elle comprit que la volonté de Dieu dans sa vie était de s'abandonner entièrement à la cause du Royaume, au moyen de l'évangélisation et du service à la femme ouvrière, en s'intéressant aux conditions de vie et de travail de ces jeunes femmes.

 En 1884, après plusieurs années de difficultés et d'obstacles, en particulier dus à l'Archevêque de Valence, qui la trouvait trop jeune pour fonder une Congrégation religieuse, elle obtint finalement la permission d'ouvrir une maison afin d'accueillir, former et redonner leur dignité aux ouvrières qui n'étaient considérées que comme des instruments de travail. Convaincue que son œuvre était le fruit de l'Esprit Saint, elle persista dans le projet de fonder une Congrégation religieuse et suivre ainsi le Christ. Elle obtint l'approbation diocésaine de la Congrégation des « Servantes de l'Immaculée Conception » en 1892.

En 1895, elle prononça ses vœux temporaires et, en 1911, sa profession perpétuelle. Toute sa vie, vécue sur l'exemple de la Vierge Immaculée, fut un don inconditionné à la volonté de Dieu.

Mère Condesa Lluch meurt le 16 janvier 1916.

 Le 14 avril 1937, l'Institut obtint l'approbation pontificale temporaire de la part de Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) et le 27 janvier 1947 l'approbation définitive du Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

Son procès en canonisation fut ouvert en 1953 à Valence. Ses vertus héroïques furent reconnues en 1997.

 Juana María Condesa Lluch a été béatifiée le 23 mars 2003, sur la Place Saint Pierre de Rome, par Saint Jean-Paul II (>>> Homélie du Saint Père), avec : Pierre Bonhomme, prêtre, fondateur de la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Calvaire;María Dolores Rodríguez Sopeña, vierge, fondatrice de l'Institut catéchétique « Dolores Sopeña »; María Caridad Brader, vierge, fondatrice de la Congrégation des Sœurs franciscaines de Marie Immaculée ; László Batthyány-Strattmann, laïc, père de famille.

 

 

Saint Honorat
Abbé de Lérins et évêque d'Arles (✝ 430)

 

Originaires d'une noble famille gallo-romaine, Honorat et son frère Venance reçurent le baptême dès leur jeunesse. Saisis par le désir de perfection, ils cherchèrent à gagner l'Orient, patrie des moines. Ils s'embarquent alors pour la Grèce avec un troisième compagnon, épris lui aussi de vie monastique. En Grèce, Venance tombe malade et meurt. Honorat regagne l'Occident avec son compagnon, mais l'appel de la solitude ne les a pas fait se quitter. L'évêque de Fréjus, Léonce, leur fait don d'une île de l'archipel de Lérins au large de Cannes, alors déserte. Abbaye de Lérins Les deux solitaires en chassent démons et serpents et, grâce aux disciples venus du continent, l'île se peuple de moines organisés en une communauté cénobitique fort souple, sous la direction d'Honorat.

Ce monastère deviendra l'un des grands centres spirituels de la région. Actuellement, le monastère est encore habité par des moines cisterciens. La Règle de saint Honorat, qui insiste sur la stabilité du moine, servira de modèle à d'autres et fera l'admiration de Jean Cassien.

En 426, saint Honorat quitte son île pour devenir évêque d'Arles. Dans ce diocèse déchiré par les divisions, il rétablit la concorde et rend à l'Église d'Arles rigueur, vigueur et sainteté.
C'est au début du cinquième siècle que St Honorat trouve, en se fixant à Lérina, le désert qu'il désirait et qui va rapidement devenir l'un des centres les plus rayonnant du monachisme occidental à ses débuts...
En 425, Saint Honorat, fondateur de Lérins, est Évêque d'Arles. (Diocèse d'Aix et Arles - Histoire)
... La communauté que fonde Honorat est à l'image de l'Église naissante, forte d'une foi missionnaire qui bouleversera la monde romain. L'abbaye de Lérins est une source de saints et d'évêques.
(Histoire des saints de Provence - diocèse de Fréjus-Toulon)
À Arles en Provence, l'an 429, saint Honorat, évêque, qui fonda sur l'île de Lérins un monastère très célèbre et reçut ensuite le gouvernement de l'Église d'Arles.

Martyrologe romain

Vivez de telle sorte que la fin de la vie, - on l'appelle la mort -, ne vous effraie pas. Le trépas serait-il une peine lorsqu'il ne conduit pas aux supplices de l'enfer ?

Saint Honorat à ses moines

Autres Fêtes du Jour


Saint Bérard  et ses compagnons, martyrs franciscains au Maroc (✝ 1220)
Saint Danacte Lecteur dans l'Église d'Aulone en Illyrie, martyr (IVe siècle)
Saint Fris  martyr - diocèse d'Auch (✝ v. 732)
Saint Fursy  abbé (✝ v. 650)
Saint Henri  Ermite dans l'île de Cocket (✝ 1127)
Saint Jacques de Tarentaise  Evêque pour la Tarentaise (Ve siècle)
Sainte Jeanne de Bagno  Religieuse bénédictine camaldule (✝ 1105)
Saint Joseph Vaz  prêtre oratorien indien (✝ 1711)
Bienheureux Joseph-Antoine Tovini  (✝ 1897)
Bx Louis-Antoine Ormières  fondateur des Soeurs de l'Ange Gardien (✝ 1890)
Vble Maria Antonella Bordoni  laïque italienne du Tiers-ordre dominicain (✝ 1978)
Saint Maxime de Totma  Prêtre à Totma (✝ 1650)
Saint Mélas  évêque à Rhinocolure (✝ v. 390)
Saint Romain  Moine au monastère de Ravanitza en Serbie (✝ 1374)
Saint Tammaro  évêque (✝ 490)
Bienheureux Thomas Illyricus  'l'ermite d'Arcachon' (✝ 1528)
Saint Titien  évêque (Ve siècle)
Saint Tozzo  Evêque d'Augsbourg (✝ 661)
Saint Trivier  ermite à l'abbaye de Thérouanne (✝ v. 550)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article