Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La moisson est abondante, les ouvriers peu nombreux. mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent

com

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Luc 10,1-9.

 

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.
Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

« Voici que le semeur sortit pour semer »

(Marc 4, 1-20)
Alléluia. Alléluia.
La semence est la parole de Dieu ;
le semeur est le Christ,  celui qui le trouve demeure pour toujours.

Alléluia.

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit. Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait :
    « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer.
    Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché.
    Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ; ils ont donné du fruit  en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. »
    Et Jésus disait :
« Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

    Quand il resta seul, ceux qui étaient autour de lui avec les Douze l’interrogeaient sur les paraboles. Il leur disait :
« C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles.
    Et ainsi, comme dit le prophète :
Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient et recevraient le pardon. »
    Il leur dit encore :
« Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ?
    Le semeur sème la Parole.
    Il y a ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée : quand ils l’entendent, Satan vient aussitôt et enlève la Parole semée en eux.
    Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux :
ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ;  mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les gens d’un moment ; que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils trébuchent aussitôt.
    Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces :
ceux-ci entendent la Parole, mais les soucis du monde, la séduction de la richesse
et toutes les autres convoitises  les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.
    Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »

 

Saint Augustin (354-430)
évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

 

Sermon 101 ; PL 38, 605s (L'évangile selon Luc commenté par les Pères, Coll. PdF 034; trad. P. Soler, rev. A. Maignan; DDB 1987, p. 73. – Cf. aussi Delhougne, Homéliaire pour les dimanches et les grandes fêtes, coll. Mysteria; 14e dimanche TO C; trad. R. Pirlot; Éd. Brepols 1991, p. 417)


Le maître de la moisson


L'évangile qui vient d'être lu nous invite a chercher quelle est cette moisson dont le Seigneur nous dit : « La moisson est abondante, les ouvriers peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson ». C'est alors qu'il a envoyé, en plus des douze disciples qu'il a appelé apôtres (« envoyés »), soixante-douze autres personnes. Tous, comme on le voit d'après ses propres paroles, il les a envoyés travailler à une moisson déjà préparée. À quelle moisson ? Ils n'allaient pas moissonner chez les païens, où rien n'avait été semé. Il faut donc penser que la moisson avait lieu au milieu des juifs ; c'est pour moissonner là qu'est venu le maître de la moisson. Aux autres peuples il envoie non des moissonneurs, mais des semeurs. Chez les juifs, donc, la moisson ; ailleurs les semailles. Et c'est bien en moissonnant chez les juifs qu'il a choisi les apôtres ; c'était le temps de la moisson, elle était mûre, car les prophètes avaient semé parmi eux. (...)

            Le Seigneur n'a-t-il pas déclaré à ses disciples : « Vous dites que l'été est encore loin. Levez les yeux et regardez les champs, ils sont blancs pour la moisson » (Jn 4,35). Il a dit encore : « D'autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux » (v. 38). Abraham, Isaac, Jacob, Moïse et les prophètes ont pris de la peine ; ils ont peiné pour semer le grain. À son avènement, le Seigneur a trouvé la moisson mûre, et il a envoyé les moissonneurs avec la faux de l’Évangile.

 

Méditation de l'Evangile du père Gabriel

Cette parole nous vient de différentes manières. Le semeur, c'est l'Evangile que nous lisons nous-mêmes; c'est l'Evangile que nous entendons, un jour durant la messe ; c'est un simple passage de l'Evangile cité par un ami...Cette Parole, qui change nos mentalités et nous fait rentrer dans le règne de Dieu, a un ennemi : le diable, Satan, l'esprit du mal. Jésus y croit. Il dénonce son vrai but : empêcher les hommes d'être sauvés.

La parabole du semeur : Explication par Jésus
Jésus nous a expliqué lui-même la parabole du Semeur. D'emblée Il nous engage à écouter soigneusement :

" Vous donc, écoutez la parabole du Semeur"

C'est l'un de ses nombreux impératifs de liberté qui nous renvoient à nous-mêmes. Ce ne sont pas tellement des ordres que des rappels : la vie spirituelle s'opère à travers nos propres choix, ici l'attention portée à la Parole.

« La semence est la Parole de Dieu, le semeur sème la Parole »

Cette parole nous vient de différentes manières. Le semeur, c'est l'Evangile que nous lisons nous-mêmes ; c'est l'Evangile que nous entendons, un jour durant la messe ; c'est un simple passage de l'Evangile cité par un ami...

Cette Parole, qui change nos mentalités et nous fait rentrer dans le règne de Dieu,
a un ennemi : le diable, Satan, l'esprit du mal. Jésus y croit. Il dénonce son vrai but : empêcher les hommes d'être sauvés.

« Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui ont entendu ; ensuite vient le diable, et il enlève la parole de leur cœur, pour empêcher qu'ils ne croient et ne soient sauvés »

C'est l'ennemi n° 1 du règne de Dieu. Il est empressé à se jeter sur la semence divine et à l'arracher des cœurs.

Jésus, par une série de verbes actifs, nous montre bien l'action du Malin. Nous en montre la violence et la soudaineté et nous laisse deviner sa hargne. On pense au milan qui fond comme un bolide sur sa proie. Voici, regroupés, les suggestifs verbes actifs de Jésus :

Et il arrive (Matthieu)
Et il ravit (Matthieu)
Et il arrache (Luc)
Et il emporte (Marc)

Par ailleurs, le texte de Matthieu laisse entendre que la Parole du Règne demande réflexion, un temps de méditation. Car, encore une fois :

« Quiconque entend la Parole du Règne et ne comprend pas (faute de se recueillir), le Malin vient et ravit ce qui a été semé dans son cœur »

Et il est bon de noter que c'est dans le cœur que germe et grandit la Parole. Dieu nous provoque au plus intime de nous-mêmes.

Le deuxième obstacle que rencontre la Parole, c'est notre légèreté. Jésus connaît très bien l'homme et tout ce qu'il y a en lui, et la difficulté de l'atteindre profondément.

« Car bien des hommes n'ont pas de racine en eux-mêmes, mais sont mobiles »

« On reçoit avec joie la Bonne Parole. Mais s'il arrive une tribulation ou une persécution, à cause de la Parole, aussitôt on se scandalise »

Jésus a prévu aussi les trois grands obstacles qui, dans chacune de nos vies, risquent d'étouffer la Parole de Dieu :

« Les soucis, les délices de la richesse et les convoitises de tout genre, qui pénètrent en nous, étouffant la Parole qui ne peut faire du fruit »

Père Gabriel

Homélie du père Gilbert Adam

Mercredi de la 3e semaine

Il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent pour un. »

Jésus était sur le lac et toute la foule était au bord du lac, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et il leur disait, dans son enseignement : « Écoutez ! Voici que le semeur est sorti pour semer.

Comme il semait, il est arrivé que du grain est tombé au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. La parabole est une comparaison qui sert à faciliter la compréhension d’un enseignement, une image destinée à illustrer une vérité appliquée au Royaume de Dieu. Jésus est un maître de la parabole, pour illustrer son enseignement il recourt à des images de la vie de tous les jours, ainsi, il rend accessible sa Parole aux auditeurs les plus modestes. Quand nous contemplons le semeur semer le bon grain partout, nous comprenons que Dieu vient à bout de toutes choses ! Il n’y a pas de rocher, de ravin qui ne puisse devenir un merveilleux jardin. C’est donc dans tous ceux et celles avec lesquels il y a le plus de difficultés que Dieu agit, et dans tous les endroits plus difficiles de notre être. Si je consens à la parole de Dieu, elle fait son travail ! Nous reconnaissons, dans cette merveilleuse parabole, qu’il s’agit de chacune de nos vies. Jésus s’adresse à notre liberté, son action dépend de la réponse que nous lui donnons, de notre consentement pour que cette semence de vie donne tout son fruit. C’est en fonction de notre accueil de la parole de Dieu, de notre foi en Jésus le Sauveur, que le mystère de l’amour infini de Dieu nous envahit tout entier.

Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché.

Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés sur la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent pour un. » Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Voilà ce qu’est le Royaume de Dieu, son Amour infini semé dans nos cœurs. Il nous faut, pour le comprendre, une révélation du Seigneur et les lumières du Saint Esprit : « À tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfant de Dieu. » La même semence tombe dans la terre où elle peut germer et fructifier. Des gens non seulement entendent l’Evangile, mais le « reçoivent avec joie », non seulement ils le reçoivent avec joie, mais ils portent du fruit. « Trente, soixante ou cent ». A des degrés divers, selon les cas, elle porte toujours du fruit. Marie « la première en chemin, » a reçu cette Parole. Elle qui a porté le bon grain, elle l’a fait fructifier, elle nous a donné le Fils de Dieu. Il s’agit pour nous de le recevoir comme elle, de croire en lui. Quand nous sommes devenus ses enfants, Dieu de l’intérieur nous transforme et l’Esprit Saint comme un maître intérieur merveilleux oriente toutes choses vers le Père. Le vieux monde s’en est allé, un monde nouveau est déjà là.

Quand il resta seul, ses compagnons, ainsi que les Douze, l’interrogeaient sur les paraboles.

Il leur disait : « Le semeur sème la Parole. Ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée, quand ils l’entendent, Satan survient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. Et de même, ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les hommes d’un moment ; quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils tombent aussitôt. Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces : ceux-ci entendent la Parole, mais les soucis du monde, les séductions de la richesse et tous les autres désirs les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent pour un. » Jésus, le Verbe de Dieu fait chair,« se fait le commentateur de la Parole qu’il nous donne, il en dit pour nous toute son importance ! La semence est le Verbe de Dieu qui veut prendre possession de toute notre humanité. Et Il n’y a pas de roche qui soit trop dure pour que le grain de blé ne pousse. Ce grain transforme la roche en un merveilleux jardin. Il n’y a pas de soucis qui ne fondent comme la neige au soleil, sous le regard d’amour de notre Dieu. Entrer dans cette perspective, c’est croire que Jésus est le Sauveur pour moi. Le croire, fait agir le divin médecin qui me guérit dans mon acte de foi même. »Je crois Seigneur, viens en aide à mon peu de foi !" Nous rendons grâce à Dieu parce nos cœurs et nos vies donnent déjà du fruit à trente, cinquante, cent pour cent.

Réflexions et Prière:

La semence est la parole de Dieu ; le semeur est le Christ,
 celui qui trouve demeure pour toujours.

Réflexions

Jésus enseigne comme nos professeurs. Lui ses images, ce sont les témoignages et écrits des apôtres, ses films se sont les paraboles. L’avantage, cela nous oblige à réfléchir pour comprendre la Parole, de Dieu. Jésus sème les mots de la LOI du Père, comme nous enseignons la morale par les fables La Fontaine) des pièces de théâtres, (Molière) des Opéras (La Mort de cygne) la musique (Bach) Mais Jésus lui c’est la Parole, la Loi(décalogue) de notre Père Créateur. Ce jour selon que nous étudions la Parole avec Prions en Eglise, ou Magnificat nous avons deux textes de l’Evangile pour expliquer la même chose !

1 « Voici que le semeur sortit pour semer » (Mc 4, 1-20)

2 « « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » Luc 10,1-9.

« La semence est la parole de Dieu ; le semeur est le Christ, celui qui le trouve demeure pour toujours » La foule grandit chaque jour, pour écouter la Parole, er recevoir les multiples miracles, qui accompagnent cet enseignement.

Saint Augustin explique que le maître de la moisson c’est Jésus, qu'il a envoyé, en plus des douze disciples qu'il a appelé apôtres (« envoyés »), soixante-douze autres personnes, comme nous dans notre monde on embauche des saisonniers pour travailler la récolte. Mais le Seigneur, lui appelle et embauche pas temporairement, mais à temps pleins pour l’éternité. Le chômage lui est inconnu ! Le Seigneur envoie les ouvriers pour la récolte, ceux qui ont déjà reçus la Parole du Père dès leurs Naissances. Jésus ne se contente pas de la récolte du Père. Il envoie des semeurs, dans les terres vierges à défricher. Les prophètes avaient semé dans son peuple les graines à cultivées. « D'autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux » ((Jn 4 : 38). Abraham, Isaac, Jacob, Moïse et les prophètes ont pris de la peine ; ils ont peiné pour semer le grain. À son avènement, le Seigneur a trouvé la moisson mûre, et il a envoyé les moissonneurs avec la faux de l’Évangile.

Marc et Luc disent la même chose et sont complémentaire. Dans Marc Jésus dit aux Apôtres : » « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume des Cieux ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles.  « Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient et recevraient le pardon. »     Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ?  Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ?  les prophètes sont les semeurs et le semeur sème la Parole.

Jésus : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups Restez dans la maison qui vous accueille; car l’ouvrier mérite son salaire. «  Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” » Guérir les malades ce n’est pas systématiquement faire des miracles comme le fait Jésus, c’est de redonner l’espoir, c’est apporter le réconfort dans le malheur, c’est apporter l’amitié, la confiance, la Parole, c’est ne plus être dans la solitude.

Il y a une autre leçon très actuelle dans la pratique : mangez et buvez ce que l’on vous sert, car ce qui est impur, ce n’est pas ce qui entre dans la bouche, mais ce qui en sort ! (la parole) Il y a ceux qui ne mange pas de viande, ou pas certains animaux et autres aliments. Vous partagez le repas sans faire de remarques désobligeantes Ne passez pas de maison en maison, comme le font les sectes vous importunez et c’est contre productifs.  Laissez-vous guidez par le Seigneur, et non par vos déductions propres.

Emounawh

25 Janvier 2022

Seigneur ne permet pas que notre coeur soit aride et désertique, mais qu'il soit  le terreau où germe la Parole de Notre Seigneur, pour devenir le bouquet des fleurs nourricières et d'amour pour nos frères et soeurs. Que le Seigneur nous donne la grâce de servir véritablement la parole de Notre Père, tel qu'il nous le demande.

Amen

26, janvier 2022

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article