Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

« Le jour du sabbat..., il enseignait en homme qui a autorité »

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Marc 1,21-28


Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. »
L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui.
Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. »
Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Ambroise

(v. 340-397)
évêque de Milan et docteur de l'Église

Commentaire sur l’évangile de Luc, 4, 57 ; SC 45 (Traité sur l'Evangile de S. Luc, tome I. Livres I-VI; trad. G. Tissot; Éd. du Cerf 1971, p. 174)
« Le jour du sabbat..., il enseignait en homme qui a autorité »

 

C'est un jour du sabbat que le Seigneur Jésus commence à accomplir des guérisons, pour signifier que la nouvelle création commence au point où l'ancienne s'était arrêtée, et aussi pour marquer dès le début que le Fils de Dieu n'est pas soumis à la Loi mais supérieur à la Loi, qu'il ne détruit pas la Loi mais l'accomplit (Mt 5,17). Ce n'est pas par la Loi mais par le Verbe que le monde a été fait, comme nous le lisons : « Par la Parole du Seigneur les cieux ont été faits » (Ps 32,6). La Loi n'est donc pas détruite mais accomplie, afin de renouveler l'homme déchu. Voilà pourquoi l'apôtre Paul dit : « Débarrassez-vous de l'homme ancien ; revêtez l'homme nouveau, qui a été créé selon le Christ » (Col 3,9s).

            Il est donc juste que le Seigneur commence le jour du sabbat, pour montrer qu'il est le Créateur (…), continuant l'ouvrage qu'il avait commencé jadis lui-même. Comme l'ouvrier qui s'apprête à réparer une maison, il commence, non par les fondations, mais par les toits ; il commence à démolir ce qui est délabré. (...) En délivrant le possédé, il commence par le moindre pour en venir au plus grand : même des hommes peuvent délivrer du démon — par la parole de Dieu, il est vrai — mais commander aux morts de ressusciter n'appartient qu'à la puissance de Dieu.

 

 

Méditation de l'Evangile du père Gabriel

Baptisés, nous sommes libres face au démon. L'empire du démon croule devant Jésus le Fort, armé de la toute puissante tendresse de Dieu.

Expulsion d'un démon à Capharnaüm

Jésus domine le démon et lui parle en Maître. Jésus lui commande et il obéit. Pourquoi tant le craindre ?

“Il y avait dans la synagogue de Capharnaüm, un homme possédé d'un esprit mauvais qui se mit à crier : Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu !”

Il faut savoir de quel respect le Nom divin était entouré chez les juifs, pour comprendre l'émoi suscité dans l'assistance, par cette scène inattendue. Même au Temple, on ne prononçait le Nom divin qu'à voix basse et ce possédé hurlait le Nom Divin. C'était la consternation, l'effroi le plus complet dans la synagogue de Capharnaüm. Aussi Jésus, en faisant taire le possédé voulut-il en premier lieu rétablir l'ordre.

“Jésus l'interpella vivement : Silence ! Sors de cet homme ! L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui, en poussant un grand cri.”

Le démon a donc percé la vraie personnalité de Jésus. Il connaît l'opposition radicale qui existe entre eux deux. Jésus n'est venu que pour le perdre et lui arracher son empire sur le monde. Le démon le craint. Jésus lui parle avec autorité. Il le chasse comme un chien qui courbe l'échine sous le bâton et que l'on renvoie à sa niche.

“Silence, sors de cet homme !” . Il ne lui permet pas de nuire en sa présence. ” L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui, en poussant un grand cri.” Que l'on est loin de la crainte ridicule qu'inspirent à des chrétiens, les soi-disant agissements du démon qui, bien souvent, ne sont que pures chimères, comme les jeteurs de sort.

Baptisés, nous sommes libres face au démon. L'empire du démon croule devant le Fort, armé de la toute puissante tendresse de Dieu. Jésus vient nous libérer de toutes autorités abusives, de celles des hommes comme de celles des démons.

Devant Lui, recule l'esprit impur qui détruit l'homme en le réduisant à ses instincts. C'est le sens de la réflexion des gens de son époque, devant son action si efficace face au démon.

“Tous s'interrogeaient : Qu'est-ce que cela veut dire ? Il commande même aux esprits mauvais, et ils obéissent.”

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Mardi de la 1re semaine

Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !

Ils entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.

 

On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. C’est au cœur de la liturgie, à la synagogue, que Jésus lit un passage des écritures. Jésus inaugure un Royaume de paix, d’amour, de lumière et de justice. Il enseigne avec autorité et il guérit les malades avec une grande bonté. Il est la réponse que le peuple qui crie vers Dieu attend. La parole de Dieu a prit chair de la Vierge Marie et le Verbe s’est fait homme, il est au milieu de nous. Jésus est le Dieu qui s’est manifesté au Sinaï, abordable et mêlé à la foule. Nous le contemplons quand il établit son Royaume en chacun de nous. Il est le Sauveur de l’humanité et nous attendons de lui ce dont nous avons besoin pour nos vies, nos familles et nos communautés. Nous croyons qu’il peut vraiment nous sauver comme il a sauvé cet homme possédé de l’Évangile. Nous reprenons courage et confiance car l’action divine de Jésus ne nous manquera pas. Par sa simple présence, Jésus rayonne l’amour et la lumière qui instaure le Royaume de Dieu.

"Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit impur, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Tais-toi ! Sors de cet homme. »

L’esprit impur le fit entrer en convulsions, puis, poussant un grand cri, sortit de lui. Jésus de Nazareth prend la Parole parmi les hommes, son autorité provient du mystère même de sa personne. À peine Jésus a-t-il ouvert la bouche, que sa parole touche et frappe à mort la présence du mal. L’esprit mauvais se rebiffe et crie à travers l’homme qu’il tient lié pour tenter de contester la parole de Dieu manifestée en Jésus. La personne de Jésus, sa Parole devenue chair, est comme une explosion, un retentissement qui bouleverse tous ceux, qui de près ou de loin, en sont touchés. Jésus est la Parole de Dieu, et son visage est la face de Dieu qui s’est rendue visible à nos yeux. Son regard est chargé d’une tendresse qu’aucun homme n’a encore pu exprimer. Tout le monde est bouleversé par son enseignement. Par sa seule présence, Jésus fait reculer les ténèbres, la haine et le mensonge. « Sors de cet homme ! » dit Jésus à l’esprit mauvais. Cet homme est délivré des ténèbres et de la misère qui empoisonnaient sa vie.

"Ils furent tous frappés de stupeur et se demandaient entre eux : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent. »

Sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de la Galilée. Cette force de la parole de Dieu en Jésus, est toujours avec nous. Nous sommes appelés à recevoir cette force de l’amour qui peut transformer nos cœurs et nos vies. Toute l’activité de l’Église est l’expression d’un amour qui cherche le bien intégral de l’homme. Nous vivons de cet Amour pour aller au-devant de la souffrance et des besoins matériels et spirituels des hommes. Nous voulons nous remettre sans cesse devant l’action de Jésus notre Sauveur. La Parole de Dieu est efficace, elle fait advenir le Royaume de Dieu. Elle dit la confusion, les mélanges, les ambiguïtés dans lesquels nous sommes engagés. Nous pouvons annoncer le salut de Jésus au cœur de nos vies en criant vers Dieu qui nous délivre.

Prière : 

Nous demandons à Notre Père Éternel la grâce de nous reconnaître pécheurs, de recevoir sa Miséricorde, et la conversion de nos cœurs par la  purification de ce que nous sommes. 

Amen

Emounawh

11 janvier 2022

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article