Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Se lever pour suivre Jésus, c'est d'écouter sa Parole et la mettre en pratique, sans juger nos semblables

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Marc 2,13-17

 


En ce temps-là, Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.
Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre.
Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Pierre Chrysologue

(v. 406-450)
évêque de Ravenne, docteur de l'Église

Sermon 30 ; CCL 24, 173 ; PL 52, 284 (in L'évangile selon Matthieu commenté par les Pères; coll. PdF n°30; trad. B. Landry; Éd. DDB 1985, p. 75s rev.)
 

« L'homme se leva et le suivit »


Assis à son bureau de douane, ce malheureux publicain était dans une situation pire que le paralytique dont je vous ai parlé l'autre jour, lui qui gisait sur son lit (Mc 2,1s). L'un était atteint de paralysie en son corps, l'autre en son âme. Chez le premier, tous ses membres étaient difformes ; chez le second, c'est le jugement dans son ensemble qui était en déroute. Le premier gisait, prisonnier de sa chair ; l'autre était assis, captif d'âme et de corps. C'est malgré lui que le paralytique succombait aux souffrances ; le publicain, lui, était de son plein gré esclave du mal et du péché. Ce dernier, innocent à ses propres yeux, était accusé de cupidité par autrui ; le premier, au milieu de ses blessures, se savait pécheur. L'un entassait gain sur gain, et tous étaient des péchés ; l'autre effaçait ses péchés en gémissant dans ses douleurs. C'est pourquoi elles étaient justes, ces paroles adressées au paralytique : « Courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés », car par ses souffrances il compensait ses fautes. Quant au publicain, il entendit ces mots : « Viens, suis-moi », c'est-à-dire : « Tu feras réparation en me suivant, toi qui t'es perdu en suivant l'argent ».

            Quelqu'un va dire : pourquoi le publicain, plus coupable semble-t-il, reçoit-il un don plus élevé ? Il devient apôtre aussitôt. (...) Lui-même a reçu le pardon, et il accorde à d'autres le pardon de leurs péchés ; il illumine toute la terre de l'éclat de la prédication de l'Évangile. Quant au paralytique, à peine est-il jugé digne de recevoir seulement le pardon. Tu veux savoir pourquoi le publicain a obtenu plus de grâces ? C'est que, selon un mot de l'apôtre Paul : « Là où le péché s'était multiplié, la grâce a surabondé » (Rm 5,20)

Méditation de l'Evangile du père Gabriel

Jésus répond lui-même aux attaques des pharisiens : « Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais ceux qui se portent mal. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la pénitence ». Jésus est le Dieu de l'Espérance. Il s'adresse aux malades de l'âme et de l'esprit pour les réconcilier avec Dieu et avec eux-mêmes.

L'appel de Lévi

 

 Et Il sortit de nouveau le long de la mer. Et toute la foule venait au-devant de Lui. Et Il les instruisait. Et s'éloignant, Il vit Lévi, fils d'Alphée (appelé Matthieu) assis au bureau de la douane, et Il lui dit : suis-moi ! Et se levant, il le suivait »

Et il considéra un publicain nommé Levi, assis au bureau de la douane et il lui dit : Suis-moi ! Et laissant tout et se levant, il le suivait.

Dans la Palestine de cette époque, choisir comme ami et comme intime (Matthieu fait partie des Douze) un publicain ! il faut du toupet et du courage. Mais Jésus est anticonformiste. Seule la vérité de l'homme l'intéresse.

Il choisira un zélote comme Simon "le zélé" pour en faire l'un des siens, mais témoignera aussi une grande amitié à Nicodème, le pharisien, qui ne l'oubliera jamais. Nicodème sera d'ailleurs là au procès, faisant front avec courage à la meute de ses ennemis.

« Et Lévi lui fit un grand festin dans sa maison, et il y avait grande foule de publicains et d'autres qui étaient à table avec eux »

Lévi lui fait fête et lui offre un banquet au milieu de tous ses amis publicains. Jésus aime la fête et y participe sans arrière-pensée.

Levée de boucliers contre ce prophète à la manque qui fréquente de tels gens : « Et les pharisiens et leurs scribes murmuraient en s'adressant à ses disciples, disant : Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et avec les pêcheurs ? »

Jésus répond lui-même à leurs attaques : « Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais ceux qui se portent mal. Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs à la pénitence ».

On ne peut être plus clair sur le but de sa mission. Ce sont les pauvres à qui Il est venu annoncer la Bonne Nouvelle. Pour Jésus le passé n'est pas d'un tel poids qu'il doive écraser l'avenir. Jésus est le Dieu de l'Espérance. Il s'adresse aux malades de l'âme et de l'esprit pour les réconcilier avec Dieu et avec eux-mêmes.

Les pharisiens et leurs scribes ont raison, les publicains sont des pêcheurs mais il leur offre, comme à tous les hommes, la chance de se transformer, de faire pénitence, de changer de mentalité.

C'est tout le sens de son regard qui croise celui de Lévi, et l'engage à quitter sa place installée, assise, et à le suivre dans une toute autre aventure.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Samedi de la 1re semaine

Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades.

« Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait. »

 En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Dans la surabondance de l’amour miséricordieux de son cœur, Jésus, venu dans notre chair humaine, donnera sa Vie, afin que nous retrouvions la vie. Mathieu, qui le voit agir, le suit immédiatement. Jésus sait, qu’au fond du cœur des hommes et des femmes qu’il est venu rencontrer, il y a un désir de Dieu. C’est ce désir de Dieu qu’il est venu réveiller, saisir, dans notre humanité. Ceux que l’on qualifie de pécheurs, sont des enfants du Père ; Guéris par Jésus, ils deviendront des enfants de lumière. Nous savons le combat, l’agonie et la Croix, que Jésus vit pour nous. Il nous donne sa lumière et son amour en nous accueillant dans notre situation, comme Lévi, fils d’Alphée, assis à son bureau de publicain. Nous sommes tous pris par notre vie que personne ne peut réaliser pour nous. C’est là que Jésus vient nous sauver, il nous accompagne, notre liberté est enchâssée dans la sienne. Il nous délivre et nous guérit. Au contact du Médecin divin, nous touchons la miséricorde du cœur de Dieu qui nous redonne une bonne Santé.

« Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre. »

Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! » Jésus est invité par Matthieu à une réception pour fêter cet événement si important dans sa vie. Il fait un grand repas ou il invite tous ses amis publicains. Voyant Jésus avec les pécheurs, avec les publicains, les scribes du groupe des pharisiens sont scandalisés. Comme eux, nous sommes des êtres mélangés, quand une partie obscure en nous se réveille, nous sommes scandalisés. Mystérieusement, ces zones de ténèbres se révoltent devant la lumière et la miséricorde de Jésus. Mathieu se lève, il se tient debout, et il prend possession du monde nouveau offert par Jésus. Une si belle dignité est offerte à tous, elle donne le pouvoir de suivre Jésus, de nous en remettre à lui avec une grande humilité. C’est la liberté de Jésus qui réveille la liberté de Mathieu, elle l’invite à une nouvelle vie. Jésus vient guérir nos cœurs partagés, le combat que Jésus provoque chez les pharisiens qui se révoltent est tout intérieur. C’est le combat de la foi et de l’espérance en Dieu bon et miséricordieux que les pharisiens n’ont pas compris ! Pourtant, c’est un avenir lumineux qui s’ouvre avec Jésus, dans la relation à l’autre.

"Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » 

Le pécheur qui est en nous aspire à vivre autrement, il laisse en lui ouverte une brèche, une possibilité de devenir meilleur. Pardonné, le pécheur a la joie de s’incarner en Jésus, de le célébrer. Il désire rencontrer d’autres sur son chemin, il est renouvelé dans sa vie. Ce renouvellement lui donne satisfaction, la vie appelle à la vie. Mais les scribes du parti des pharisiens disent : « Comment cet homme peut-il manger avec ces pécheurs et ces publicains ; » Comment peut-il être à cette table, avec beaucoup de ses disciples ! Partout où Jésus passe, la réalité de révèle, elle devient transparente, et l’on se retrouve resplendissant de l’amour infini de Dieu. Jésus est écouté par tous les pécheurs dont le cœur est encore partagé, il les écoute et il les aime. Il révèle son cœur plein d’amour pour tous, bien-portants comme malades ! Seuls ces derniers le reconnaissent. Jésus est tout-puissant dans son amour pour nous, il est lumière en nous. Partout où nous passerons, nous apporterons la lumière de son amour.

Prière:

Seigneur apprend-nous à écouter, à voir ceux qui ont besoin de toi. Apprend-nous à ne pas juger les impies, mais à voir ce qui est bon en eux, car  tu nous dis : "Je ne suis pas venu pour les justes, mais les pêcheurs"​​​​ Donne-nous la grâce d'ouvrir nos pensées selon le coeur, et pas seulement d'après nos principes de vie. Seigneur je te demande la grâce de vivre selon ton message d’amour   pour être plein de bonté et dans ta lumière.

Emounawh

15 janvier 2022

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article