Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Alexandre et autres fêtes des Saints du 23 février

com

Saint Alexandre l'Acémète
Confesseur (IVe siècle)


Il naquit dans une île de la mer Egée en Grèce. Sa formation littéraire à Constantinople en fit un grand lettré. Devenu militaire, il fut gouverneur du Prétoire. Après quatre années de service, il se retira au désert comme le prophète Elie, d'abord en Mésopotamie. Les disciples affluèrent et il répartit ses moines en quatre groupes: grecs, romains, syriens et égyptiens. Les moines Acémètes.

Il leur donna pour règle de se succéder jour et nuit dans l'église pour chanter sans cesse l'office liturgique dans la langue qui était la leur. Puis, il vint à Constantinople où il fut le fondateur du célèbre monastère des Acémètes (ceux qui ne dorment pas mais se relaient pour la prière perpétuelle) dont s'inspirèrent beaucoup d'autres monastères en Orient.
Laus perennis: rite de la louange perpétuelle qui fut inventé par l'archimandrite Alexandre né vers 350 dans une île de l'Asie mineure et mort vers 430. Alexandre fut le fondateur des Acémètes, autrement dit "les non-dormants" ou "les vigilants". (abbaye de Saint Maurice, Suisse)
A lire: Les moines Acémètes. Vies des saints Alexandre, Marcel et Jean Calybite.

 

 

 

 

Saint Polycarpe
Évêque et martyr
(† 167)

 

Polycarpe fut un personnage d'une éminente sainteté et d'une très profonde doctrine. Il avait eu le bonheur de connaître plusieurs disciples du Sauveur, et de les entretenir familièrement, surtout l'apôtre saint Jean, par l'autorité duquel il fut établi évêque de Smyrne.

Homme de grande foi, Polycarpe avait horreur de tout ce qui attaquait la doctrine chrétienne. L'hérétique Marcion s'approcha un jour de lui audacieusement, au moment où Polycarpe détournait la tête pour éviter de le voir, et il lui dit : « Ne me connaissez-vous pas ? “Si, répondit l'évêque, je vous connais pour le fils aîné de Satan.” » Une telle âme était préparée au martyre.

Le récit de son sacrifice est une des plus belles pages de l'histoire aux premiers siècles. À l'entrée de ce saint vieillard dans l'amphithéâtre, tous les chrétiens présents entendirent une voix mystérieuse qui lui disait : « Courage, Polycarpe, combats en homme de cœur ! »

Le proconsul lui demanda : « Es-tu Polycarpe ? “Oui, je le suis.” Aie pitié de tes cheveux blancs, maudis le Christ, et tu seras libre. “Il y quatre-vingt-six ans que je le sers et il ne m'a fait que du bien ; comment pourrais-je le maudire ? Il est mon Créateur, mon Roi et mon Sauveur.” Sais-tu que j'ai des lions et des ours tout prêts à te dévorer ? “Fais-les venir ! ” Puisque tu te moques des bêtes féroces, je te ferai brûler. “Je ne crains que le feu qui brûle les impies et ne s'éteint jamais. Fais venir tes bêtes, allume le feu, je suis prêt à tout.” »

De toutes parts, dans l'amphithéâtre, la foule s'écrie : « Il est digne de mort. Polycarpe aux lions ! » Mais on arrêta qu'il serait brûlé vif.

Comme les bourreaux se préparaient à l'attacher sur le bûcher, il leur dit : « C'est inutile, laissez-moi libre, le ciel m'aidera. » Le saint lève les yeux au ciel et prie. Tout à coup la flamme l'environne et s'élève par-dessus sa tête, mais sans lui faire aucun mal, pendant qu'un parfum délicieux embaume les spectateurs. À cette vue, les bourreaux lui percent le cœur avec une épée

 

Bse Giovannina Franchi
Religieuse et fondatrice :
“Suore infermiere dell’Addolorata”
(Sœurs Hospitalières de Notre-Dame-des-Douleurs)

 

Giovannina Franchi naît le 24 juin 1807 à Côme, en Italie. Son père Giuseppe Franchi, était un magistrat réputé du tribunal de la cité et sa mère, Giuseppina Mazza, était de noble famille.

Après sa scolarité chez les Sœurs de la Visitation, elle se consacre, dès ses 18 ans, à l'enseignement du catéchisme et à des œuvres de charité. Dès 1853, sur l'encouragement de son directeur spirituel, elle développe ses activités charitables. Elle s'occupe des plus pauvres, des enfants, des malades et loge même les indigents à son domicile.

Toujours à l'écoute des pauvres et des besogneux, elle décide de leur consacrer sa vie et ses ressources financières et ouvre une première maison d'accueil pour malades et convalescents à Côme.

De nombreuses femmes se joignent à elle et c'est ainsi que la congrégation des Sœurs Hospitalières de Notre-Dame-des-Douleurs voit le jour. Giovannina devient la Supérieure de sa fondation et sa congrégation se répand un peu partout en Europe.

Elle n'a cesse d'assister les sans abri, les malades, les vieillards et les miséreux, à une époque où sa ville natale est frappée par le choléra et la vérole noire qui déciment la population.
La leçon de vie de Mère Giovannina se base sur “l'amour universel que le Seigneur dispense à tout un chacun, sans aucune exclusion.”
Frappée à son tour par la vérole, elle meurt le 23 février 1872, quatre mois avant ses 65 ans.

Le 20 décembre 2012, le pape Benoît XVI (Joseph Ratzinger, 2005-2013) reconnaît les vertus héroïques de Giovannina Franchi, la déclarant ainsi vénérable.
Le 9 décembre 2013, le Pape François (Jorge Mario Bergoglio) signe le décret de reconnaissance d'un miracle obtenu par l'intercession de Mère Giovannina.

Giovannina Franchi a été proclamée bienheureuse le 20 septembre 2014 dans le Dôme de Côme, sa ville natale. La cérémonie de béatification a été présidée par le préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, Cardinal Angelo Amato s.d.b., qui représentait le Pape François (Jorge Mario Bergoglio) ; ont concélébré l'évêque Mgr Diego Coletti, ainsi que 6 autres Prélats et 100 Prêtres.

Autres Fêtes du Jour


Vénérable Andrea Garrido Perales  prêtre et théologien espagnol (✝ 1728)
Saint Boswell  Abbé de Melrose en Angleterre (✝ v. 661)
Saint Damien  Confesseur (✝ 1280)
Bienheureux Etienne Vincent Frelichowski  prêtre polonais et martyr (✝ 1945)
Saint Felix de Brescia  Evêque de Brescia (✝ v. 650)
Saint Florent de Séville  confesseur et évêque (✝ v. 485)
Bse Giovannina Franchi fondatrice des religieuses infirmières de l'Addolorata (✝ 1872)
Saint Jean le Moissonneur  Confesseur (XIe siècle)
Ste Joséphine Vannini  fondatrice de la Congrégation des Filles de Saint-Camille (✝ 1911)
Saint Lazare l'Iconographe  moine en Arménie (✝ v. 867)
Bienheureux Louis Mzyk  prêtre et martyr en Pologne (✝ 1942)
Sainte Marthe  Vierge et Martyre (✝ 252)
Saint Méraut  abbé bénédictin (✝ v. 850)
Sainte Mildburge  abbesse de Wenlock, fille du roi Merewald d'Anglie (✝ 722)
Bienheureux Nicolas Tabouillot prêtre de Verdun et martyr (✝ 1795)
Saint Polycarpe évêque de Smyrne (✝ 167)
Bienheureuse Raphaëlle Ybarra mère de famille nombreuse à Bilbao (✝ 1900)
Sainte Romaine sur les bords du Tibre, à Rome (✝ v. 324)
Saint Sérène Martyr à Sirmium (✝ 307)
Saint Véterin évangélisateur en Anjou (IVe siècle)
Saint Willigise  Evêque de Mayence et confesseur (✝ 1011)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article