Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux Honorine et aux autres saints et saintes âmes du 27 février

com

Sainte Honorine
vénérée dans les évêchés de Bayeux et de Rouen (IVe siècle)

 

statue située dans la chapelle Sainte-Honorine,

Conflans-Sainte-HonorineOn ne connaît d'elle que les reliques qui furent rapportées de Haute-Normandie jusqu'en Ile-de-France à Conflans-Sainte-Honorine. Son culte en Normandie est très ancien et la tradition en fait une martyre gauloise.
Des internautes nous signalent
- la tradition rapporte qu'elle fut martyrisée en l'an 303 lors de la dernière persécution romaine. Sainte Honorine est également patronne des prisonniers.
- Honorine était originaire de la tribu gauloise des Calètes (actuellement pays de Caux). Vers 303, elle fut martyrisée par les Romains à Lillebonne et son corps jeté dans la Seine proche.
Son corps fut recueilli à Graville (actuel quartier du Havre) et y fut enterré.
Pour échapper aux invasions normandes, son corps est amené à Conflans (confluent de la Seine et de l'Oise).
Le 27 février est la date actuellement retenue pour les cérémonies et processions et ce, depuis l'an 1080.
- paroisse de Conflans-Sainte-Honorine où Vêpres et vénération des reliques sont organisés tous les ans pour sa fête.
- Histoire de sainte Honorine à Conflans, diaporama qui retrace ce que l’on sait de la vie et de la mort d’Honorine, ce que l’on sait de l’histoire des reliques (grâce au 'Livre de la translation et des miracles de sainte Honorine') et qui montre les images qui la représentent.
Sur le territoire de Rouen, au IVe siècle, sainte Honorine, vierge et martyre.

Martyrologe Romain

"Sainte Honorine, l'espérance des captifs et des matelots, obtenez-nous la délivrance de nos périls et de nos maux" (cantique composé vers 1875)

 

Saint Grégoire de Narek
Moine au monastère de Narek, docteur de l'Église (✝ v. 1005)
 

Illustration: Grégoire de Narek rédigeant son fameux 'livre des lamentations' tableau d'Advast Berberian vers 1960 - Musée Melik

Né en Arménie près du lac de Van, le jeune Grégoire perd sa mère; son père décide alors d'entrer au couvent, confiant son fils au monastère de Narek, où il est élevé par son grand-oncle. Passionné pour l'étude, le jeune moine lit les Pères de l'Église arménienne ainsi que les traductions des Pères grecs. Des jaloux l'accusent d'hérésie. Grégoire de Narek
Pour lui tendre un piège, on lui apporte un pâté, un jour de jeûne. Il rend la liberté aux oiseaux cuits et ceux-ci s'envolent emportant avec eux sa réputation d'hérétique. Sa renommée se répand. On lui demande de nombreux écrits. Actuellement encore, ses 'Élégies sacrées' où s'exprime son expérience mystique, constituent le principal livre de prière de l'Église arménienne.

- Le moine «chanteur» de Marie, le 2 février 2021, décret inscrivant la mémoire facultative de trois docteurs de l'Église: Grégoire de Narek, Jean d'Avila et Hildegarde de Bingen au Calendrier romain.
- Saint Grégoire de Narek, qui a vécu au Xe siècle, est une figure centrale de l'histoire arménienne; ses abondants écrits, composés de poèmes, hymnes et de commentaires bibliques, tiennent encore aujourd'hui une place prépondérante dans la littérature nationale. Théologien, mystique, il est également le 36e docteur de l'Église; proclamé comme tel par le Pape François lors d'une messe célébrée en la Basilique Saint-Pierre pour les fidèles de rite arménien, le 12 avril 2015, à l'occasion du centenaire du Metz Yeghern, le 'grand mal', qui a frappé le peuple arménien, première nation chrétienne de l'Histoire. Cette célébration, intense et émouvante, avait mis en évidence la fraternité entre l'Église catholique et les différentes Églises de l'Arménie. Saint Grégoire de Narek, fêté le 9 octobre dans l'Église arménienne, le 27 février dans l'Église latine, est le deuxième docteur de l'Église à provenir de l'Orient, après Saint Ephrem Le Syrien, proclamé en 1920 par le Pape Benoît XV.
Le Pape François, entouré de Karékine II et d'Aram Ier, inaugure la statue de St Grégoire de Narek dans les jardins du Vatican, le 5 avril 2018.
- Ce moine mystique arménien du Xe siècle est connu pour son recueil de prières de près de 20 000 vers... Il devient le second docteur de l'Eglise à provenir d'une Eglise orientale après Ephrem le Syrien, élevé au doctorat en 1920 par Benoît XV.
Saint Grégoire de Narek, nouveau docteur de l'Eglise (Radio Vatican le 11 avril 2015)
- L'architecture du Livre de Lamentation de Grégoire de Narek
Au monastère de Narets en Arménie, vers 1005, saint Grégoire, moine, docteur des Arméniens, illustre par sa doctrine, ses écrits et sa connaissance mystique.

Martyrologe romain

Si, malgré l'attention des gardes, quelqu'un s'égare dans la solitude,
Que ce livre lui permette d'attendre ton retour vivificateur !

Livre de Lamentation de Grégoire de Narek

 

Saint Gabriel (Gabriele) de l'Addolorata

Acolyte passioniste

 

Gabriel de l'Addolorata (dans le siècle Francesco Possenti), onzième de treize enfants, naît le 1er mars 1838 à Assise, en Ombrie, alors États pontificaux.

Son père, Sante, était gouverneur des États pontificaux. Lorsque ce dernier fut nommé assesseur à Spolète, le jeune Francesco y fit ses études chez les Frères des écoles chrétiennes puis au collège des Jésuites.  

Il entre à dix-huit ans au noviciat des Passionistes où il reçoit le nom de frère Gabriel de l'Addolorata (en français « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ») pour laquelle il avait une dévotion particulière. De constitution fragile il développa une attention fidèle à la Règle et un amour joyeux envers Jésus crucifié. Il eut comme compagnon de noviciat Bernardo Maria di Gesù (Cesare) Silvestrelli (béatifié le 16 octobre 1988).

Il fit ses études de philosophie en 1858 à Pieve Torina (Macerata) auprès du Vénérable Norberto Cassinelli qui le suivit toute sa vie.

En 1859 il poursuivit ses études de théologie à Isola del Gran Sasso.

En 1861 il reçut les ordres mineurs à la cathédrale de Penne (Pescara).

Il mourut de tuberculose le 27 février 1862 demandant à la Vierge de la rejoindre vite.

Gabriele dell’Addolorata a été béatifié le 30 mai 1908 par saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, 1903-1914) et canonisé par le Pape Benoît XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922) le 13 mai 1920. Il est le co-patron de l'Action catholique et des Abruzzes.

Son sanctuaire à Isola del Gran Sasso est visité chaque année par un million de pèlerins.

Saint Léandre
Archevêque de Séville
(† 596)

 

Saint Léandre, d'une famille princière, naquit en Espagne. Il embrassa de bonne heure la vie monastique et y puisa l'esprit de dévouement et de discipline qui devait lui valoir l'honneur d'exercer une influence prépondérante sur l'avenir de son pays.

Séville fut le théâtre de son zèle et de ses vertus. Moine d'abord, puis archevêque de cette cité, il créa, à l'ombre de sa métropole, une école destinée à propager, en même temps que la foi catholique, l'étude de toutes les sciences et de tous les arts. Il présidait lui-même aux exercices des maîtres savants et des nombreux élèves qu'il avait su attirer.

Parmi ses disciples, le plus célèbre fut son jeune frère, saint Isidore, qui devint son successeur, et surpassa sa gloire. Mais une autre illustration de l'école de Léandre fut saint Herménégilde, un des fils du roi arien Leuvigilde; c'est lui qui avait gravé au coeur de l'illustre jeune homme cette foi invincible qui fit de lui la victime de son propre père.

Une des gloires de saint Léandre est d'avoir été un ami du grand Pape saint Grégoire le Grand. On aime à trouver ces tendres et fortes amitiés, dont la vie des Saints fournit tant d'exemples; elles seules sont vraies et solides, parce qu'elles reposent sur la seule base ferme et inébranlable, l'amour de Dieu. Rien de plus attendrissant que la correspondance intime de ces deux grands personnages:

"Absent par le corps, écrivait le Pape à son fidèle ami, vous êtes toujours présent à mes regards, car je porte gravés au fond de mon âme les traits de votre visage... Ma lettre est bien courte, mais elle vous montrera combien je suis écrasé par le poids de ma charge, puisque j'écris si peu à celui que j'aime le plus au monde." Quel éloge de notre Saint sous la plume d'un si grand Pape!

Léandre, éprouvé par la persécution, eut enfin le bonheur de voir le triomphe de son Église. Le roi Leuvigilde se convertit avant de mourir, et mit son fils Récarède sous la conduite du saint archevêque, qu'il avait exilé. Récarède eut la gloire de ramener tout son peuple à l'Église romaine; cette gloire, il faut le dire, rejaillit en grande partie sur Léandre, qui s'empressa d'annoncer la nouvelle au Pape saint Grégoire.

On ne connaîtrait qu'à demi ce docteur et cet apôtre de l'Espagne, si l'on ignorait que sa vie fut toujours mortifiée et recueillie comme celle d'un moine, sans faste comme celle d'un pauvre de Jésus-Christ, laborieuse comme celle d'un soldat de la foi.

*Les années bissextiles, on fête ce Saint le 28 février

Autres Fêtes du Jour
 

Sainte Anne Line  Martyre en Angleterre (✝ 1601)
Saint Ascelepios et Saint Jacques  (Ve siècle)
Saint Bésam  soldat, martyr au troisième siècle (✝ 250)
Bx Emmanuel de Crémone évêque et moine cistercien (✝ 1198)
Saint Etienne l'Hospitalier  (✝ 614)
Vénérable Franciszek Blachnicki  prêtre diocésain polonais (✝ 1987)
Bse Françoise-Anne de la Vierge des Douleurs Fondatrice de l'institut des Soeurs de la Charité (✝ 1855)
Saint Galmier  Moine au monastère Saint-Just (✝ v. 650)
Saint Gélase (✝ 297)
Saint George HerbertPrêtre anglican et poète (✝ 1633)
Bx José Tous y Soler  fondateur des capucines de la Mère du Divin Pasteur (✝ 1871)
Saints Julien et Eunus  Martyrs en Egypte (✝ 250)
Saint Luc d'Armento  abbé du monastère du Saint-Sauveur (✝ 1140)
Bienheureux Marc Barkworth  Martyr en Angleterre (✝ 1601)
Bse Marie de Jésus (Marie Deluil-Martiny) fondatrice de la Congrégation des Filles du Coeur de Jésus (✝ 1884)
Bse Marie de la Charité du Saint-Esprit  fondatrice de la Congrégation des Franciscaines de Marie Immaculée (✝ 1943)
Vénérable Melchior Fordon  franciscain (✝ 1927)
Saints Procope le Décapolite et Basile  moines à Constantinople (✝ 741)
Bienheureux Roger Filcock  martyr en Angleterre (✝ 1601)
Saint Thalalée  anachorète (✝ v. 460)
Saint Tite de Kiev  moine (✝ 1190)
Saint Torquat  évêque de Braga, au Portugal (✝ 716)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article