Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Les gens reconnurent Jésus : ils parcoururent toute la région, et se mirent lui à apporter les malades sur des brancards

com

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,53-56.

 


En ce temps-là, après la traversée, abordant à Génésareth, ils accostèrent.
Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus :
ils parcoururent toute la région, et se mirent à apporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait.
Et dans tous les endroits où il se rendait, dans les villages, les villes ou les campagnes, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Léon le Grand (?-v. 461)
pape et docteur de l'Église

1er Sermon pour Noël, 2-3 ; SC 22 bis (Sermons 1-19, trad. P. Dolle, éd. du Cerf, 1964 ; p. 71-74)
 

Une nouvelle création nous est offerte dans le Christ
 

Notre Seigneur Jésus Christ, en naissant vraiment homme, lui qui n’a jamais cessé d’être vraiment Dieu, a réalisé en lui le début de la nouvelle création, et dans sa naissance il a donné à l’humanité un commencement spirituel. Quelle intelligence pourrait comprendre un tel mystère, qui pourrait dire une telle grâce ?

L’injustice redevient innocence, la vieillesse, nouveauté ; les étrangers ont part à l’adoption et des gens venus d’ailleurs entrent en possession de l’héritage. Les impies deviennent justes ; les avides, généreux ; les débauchés, chastes ; les hommes pétris de terre, spirituels. D’où vient un tel changement, sinon de « la droite du Très-Haut » (Ps 76,11) ? C’est que le Fils de Dieu est venu détruire les œuvres du diable ; il s’est incorporé à nous et nous a incorporés à lui de sorte que la descente de Dieu vers le monde des hommes fût une élévation de l’homme vers le monde de Dieu. (…)

Que tes yeux reçoivent la lumière sensible, mais embrasse de tout ton esprit cette vraie lumière « qui éclaire tous les hommes en venant dans ce monde » (Jn 1,9), et dont le prophète dit : « qui regarde vers elle resplendira, sans ombre ni trouble au visage » (Ps 33,6). Si en effet nous sommes le temple de Dieu, et si l’Esprit de Dieu habite en nous, ce que chaque fidèle porte en son âme a plus de valeur que ce qu’on admire au ciel.

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel

 

Jésus les aime tous ces malades qui se désespèrent… On le sait si bien qu'à peine annoncé son passage voilà que l'on part à la recherche de tous les déshérités pour les Lui amener. On les Lui offre, et Lui ne repousse pas cette foule de misères, mais les laisse. Le toucher, toucher la houppe de son vêtement. Et, à cette prière pleine de confiance des malades de Génésareth, Jésus ne sait répondre que par la guérison : « Et tous ceux qui Le touchaient étaient guéris ! »

Jésus et les malades

Jésus aimait les malades, et le texte de Marc que je vous transcrit nous montre toute son attention à leur égard.

« En ayant fait la traversée, ils vinrent à terre (à Génésareth) et abordèrent… et quand ils furent sortis de la barque ; aussitôt des gens qui l'avaient reconnu parcoururent toute cette région et se mirent à apporter sur des grabats ceux qui étaient malades là où ils entendaient dire qu'Il était.

Et partout où Il arrivait, villages, villes, hameaux, on déposait les malades sur les places et on Le priait de les laisser toucher ne fût-ce que la houppe de son vêtement. Et tous ceux qui le touchaient étaient guéris ! » .

Il les aime tous ces malades qui se désespèrent… On le sait si bien qu'à peine annoncé son passage voilà que l'on part à la recherche de tous les déshérités pour les Lui amener. On les Lui offre, et Lui ne repousse pas cette foule de misères, mais les laisse

Le toucher, toucher la houppe de son vêtement. Et, à cette prière pleine de confiance des malades de Génésareth, Jésus ne sait répondre que par la guérison : « Et tous ceux qui Le touchaient étaient guéris ! »

La religion de Jésus ne se perd pas dans l'abstrait, c'est la laine de son vêtement que l'on touche et qui guérit.

C'est le sens du Sacrement.

Cette fibre du monde nous annonce la puissance de Dieu et son amour, comme le pain et le vin de son dernier repas nous font déjà participer aux noces éternelles. Dans la vision de la foi, le monde créé tout entier, matière et esprit, devient le signe de l'amour de Dieu, répandu sur la terre.

Jésus veut se servir de toute la trame du monde créé pour nous conduire vers le Père. Voilà pourquoi Il se laisse toucher par les malades.

Que la bonté de Dieu nous atteigne à travers la houppe de son vêtement…

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Lundi de la 5e semaine

Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau.

"En tout lieu où Jésus pénétrait, on mettait les malades sur les places et on le priait de les laisser toucher et tous ceux qui le touchaient étaient sauvés. »

« Ayant traversé le lac, ils abordèrent à Génésareth et accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus. » Les disciples sont encore sous le choc de la traversée difficile après l’orage et de l’arrivée sur la cote. De partout on accourt pour être en présence de Jésus qui réveille les vies défaillantes. La vie de Jésus apporte à chacun un cadeau merveilleux de délivrance. Le plus petit contact physique avec Jésus opère des miracles pour ceux qui s’approchent de lui avec foi. Son pouvoir de guérison déborde de son cœur aimant et s’étend même à ses vêtements. Dans la Sainte Communion, nous avons la certitude que ce contact peut opérer des miracles dans notre vie. Nous faisons plus que toucher « la frange de son manteau, » nous recevons réellement le Corps du Christ dans nos corps. Saint Ignace d’Antioche voyait dans l’Eucharistie « la médecine de l’immortalité et l’antidote contre la mort qui procure ce qu’éternellement nous allons vivre en Jésus. » Jésus replonge ses amis dans le grand mouvement de la vie reçue dès l’origine. A sa suite, nous avons la possibilité de regarder et d’écouter les merveilles que Dieu fait, la variété des fleurs, des oiseaux, des poissons, la variété de tout ce qui est donné et qui est impressionnante.

"Les gens parcoururent toute la région, et se mirent à transporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait la présence de Jésus. »

Dans le rayonnement de Jésus, toute personne se sent reconnue, aimée. Être guéri par Jésus dans l’Eucharistie implique de dépasser les replis sur soi. La réalité eucharistique est un remède divin contre l’individualisme et l’égoïsme qui caractérisent la vie quotidienne. Elle nous donne de découvrir la gratuité de nos relations avec le souci particulier de soulager les blessures de ceux qui sont les plus démunis. C’est souvent quand nous sommes passés par l’épreuve et le manque, que nous sommes plus présents à la création et plus présents aussi les uns aux autres ! Nous pouvons nous « habituer » si vite à la réalité qui nous est donnée en la prenant comme un du ! Nous oublions alors de regarder qu’elle nous est offerte comme un don, tout simplement, et pour rendre grâce à Dieu et le remercier de ses dons et de sa protection. Au cœur de la création, l’homme, créé « homme et femme, » est la réalité la plus merveilleuse que Dieu a fait dans cet univers si beau.

"Et dans tous les endroits où il était, dans les villages, les villes ou les champs, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés. » 

Devant toutes ces merveilles, l’action de grâce ne finit plus. Nous disons ce que nous avons vu et entendu, car nous avons tous besoin du Sauveur. Nous pouvons le rayonner pour les gens qui nous approchent et qui ne l’ont pas encore reconnu. Jésus guérissait ceux que l’on « déposait » devant lui et qui en avaient le plus besoin. Nous reconnaissons les moments difficiles comme précieux, car ils nous mettent devant la réalité de l’amour infini de Dieu qui nous est donné. L’Amour infini de Dieu réalise des merveilles et le courant de la vie réapparait. Dieu, en nous guérissant, nous remet au cœur de la création si merveilleuse, nous rendons grâce au Créateur et à Jésus qui le manifeste. Nous contemplons la foi des habitants de la région que Jésus parcourt, il est maître de notre âme et de notre corps, nous nous mettons à la disposition de tous qui veulent approcher de Jésus.

Prière:

Seigneur voit et écoute toutes ces souffrances, elles existaient lorsque tu es venue nous enseigner, et délivrer ceux qui t'aimer.
Actuellement les problèmes ont une forme apparentes différentes, mais les diverses problématiques n'ont pas changer seulement "modernisées". C'est pourquoi nous te demandons que: 
L’injustice redeviennent innocence, la vieillesse retrouve vigueur; les étrangers soient éduqués et adoptés en enfant du pays; les migrants, émigrés reçoivent et accueillent ton héritage spirituel.
Seigneur écoute-moi : que les impies deviennent justes ; les avides, généreux ; les débauchés, chastes ; les humains pétris de suffisances trouvent la Paix spirituels et l'humilité. ​​​​​​​

Père Eternel envoie nous la grâce de reconnaitre la merveille de la vie que tu nous as donnée.

Emounawh

7 février 2022

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article