Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

« Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous.

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Marc 9,38-40.


 

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Vénérable Pie XII
pape de 1939 à 1958

Encyclique « Mystici Corporis Christi »
« Nous avons voulu l'empêcher car il n'est pas de ceux qui nous suivent »


Imitons l'immensité de l'amour de Jésus lui-même, modèle suprême d'amour envers l'Église. Assurément l'Épouse du Christ, l'Église, est unique ; cependant l'amour du divin Époux s'étend si largement que, sans exclure personne, il embrasse dans son Épouse le genre humain tout entier. Si notre Sauveur a répandu son sang, c'est afin de réconcilier avec Dieu sur la croix tous les hommes, même s'ils sont séparés par la nation et le sang, et de les réunir en un seul Corps. Le véritable amour de l'Église exige donc non seulement que nous soyons dans le Corps lui-même membres les uns des autres, pleins de sollicitude mutuelle (Rm 12,5), membres qui doivent se réjouir quand un autre membre est à l'honneur et souffrir avec lui quand il souffre (1Co 12,26) ; mais il exige aussi que dans les autres hommes non encore unis avec nous dans le Corps de l'Église nous sachions reconnaître des frères du Christ selon la chair, appelés avec nous au même salut éternel. 

      Sans doute il ne manque pas de gens, hélas ! aujourd'hui surtout, qui vantent orgueilleusement la lutte, la haine et la jalousie comme moyen de soulever, d'exalter la dignité et la force de l'homme. Mais nous qui discernons avec douleur les fruits lamentables de cette doctrine, suivons notre Roi pacifique, qui nous a enseigné non seulement à aimer ceux qui n'appartiennent pas à la même nation ou à la même origine (Lc 10,33s), mais à aimer même nos ennemis (Lc 6,27s). Célébrons avec saint Paul, l'apôtre des nations, la longueur, la largeur, la hauteur et la profondeur de l'amour du Christ (Ep 3,18) ; amour que la diversité des peuples ou des mœurs ne peut pas briser, que l'immense étendue de l'océan ne peut pas diminuer, que les guerres enfin, entreprises pour une cause juste ou injuste, ne peuvent pas désagréger.

 

Méditation de l'Évangile du père Gabriel

Jean à qui Jésus a donné le nom de "fils du tonnerre" est intolérant, et Jésus, très calmement rétablit la vérité. Il témoigne d'une grande ouverture d'esprit face à l'intransigeance et à l'étroitesse des siens. Jésus nous enseigne ainsi humour et tolérance.

Jésus et l'esprit de tolérance

Combien notre esprit est éloigné de celui du Christ-Jésus, dans nos luttes fraternelles entre chrétiens : nous ressemblons fort à Jean disant à Jésus :

"Maître, nous avons vu quelqu'un qui, en ton Nom, chassait les démons ! Et nous l'empêchions, parce qu'il ne marche pas avec nous. Mais Jésus leur dit : n'empêchez personne d'agir ainsi ; car celui qui n'est pas contre nous est pour nous "
Jésus n'a pas d'œillères. Il voit large et grand ...

Jean à qui Jésus a donné le nom de "fils du tonnerre" est intolérant, et Jésus, très calmement rétablit la vérité. Il témoigne d'une grande ouverture d'esprit face à l'intransigeance et à l'étroitesse des siens.

Jésus nous enseigne ainsi humour et tolérance;

Cela aussi c'est l'espérance d'un monde où les hommes s'estimeraient et se supporteraient, sans être toujours à se lancer à la tête les épithètes de "droite" et de "gauche", d'athée ou de croyant, de blanc ou de noir, de vieux ou de blanc-bec.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Saint Polycarpe

Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.

« Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. »

 

Nous fêtons aujourd’hui saint Polycarpe qui s’est enraciné dans l’Amour infini de Dieu. Il était disciple de saint Jean qui avait entendu et vu Jésus. C’est à partir de Lyon que saint Irénée, disciple de Polycarpe, a évangélisé la France. Les bourreaux avaient allumé le feu du bûcher de saint Polycarpe. Le vent se mit à souffler et une grande voûte de lumière entourait le vénérable vieillard qui ressemblait à un pain qui cuisait, plutôt qu’à un martyr qui allait mourir. Le feu des hommes n’a pas touché Polycarpe qui demeurait dans le feu de l’amour infini de Dieu. Jésus nous a dit que nous souffririons à cause de son Nom. Nous subissons aujourd’hui encore dans le monde des persécutions sanglantes qui font des martyrs plus nombreux que dans les premiers siècles. Nous avons à l’esprit tant de nos frères et sœurs qui livrent un combat continuel à cause de leur foi. Ils souffrent la persécution, les calomnies, jusqu’à donner leur vie. Dans tant de régions de l’univers qui ont succombés au matérialisme, beaucoup d’entre nous sont méprisés parce qu’ils témoignent des vérités de la foi. Jésus nous a averti que le mal rôde, qu’il guette ceux qui vivent dans la lumière et l’amour de Dieu. L’Esprit Saint, l’Amour toujours offert, circule dans nos vies enracinées dans l’Amour du Père.

« Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. »

Dieu est Amour, nous avons l’expérience d’être aimés jusqu’au bout dans la Passion de Jésus. Si nous demeurons dans l’amour, nous portons beaucoup de fruits. Nous avons d’autant plus besoin de l’amour de Jésus que nous sommes dans l’épreuve, vivant avec lui dans sa Croix. Notre grâce est aussi notre épreuve, nous sommes traités comme Jésus. C’est l’ignorance de l’amour du Père qui provoque la persécution. Malgré la méchanceté des hommes, malgré les persécutions que nous recevons, nous voulons servir Jésus dans la vérité, la justice et la paix. Quand nous le recevons dans l’Eucharistie, nous demeurons dans l’amour. L’Esprit Saint demeure en nous pour ranimer notre vie. Il nous faut un cœur pleinement aimant, obéissant comme Jésus, pour rencontrer nos frères. Notre vocation est de devenir l’enfant bien aimé du Père, elle est de devenir des sœurs et des frères qui s’aiment. Le mystère du passage de la mort à la vie qui s’offre à nous, nous plonge dans le mystère pascal.

« Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

Nous entendons l’appel de Jésus et nous rejetons toute crainte. A la suite de Jésus, notre vie renait à partir du mystère de la Croix. Jésus est mort, il est Ressuscité. Nous marchons sur ses pas en lui demandant l’humilité et la simplicité. Nous ne pouvons pas témoigner si nous n’avons pas rencontré Jésus crucifié. L’efficacité de notre témoignage dépend de la profondeur de notre foi. Si nous vivons et reflétons fidèlement l’Evangile, nous pourrons être des témoins convaincants. Demeurer dans l’amour est le plus grand combat de notre vie, car l’amour n’est pas aimé. Demandons à l’Esprit Saint de remplir nos cœurs de la vraie joie, celle des enfants du Père. Dans son amour, dans sa présence, l’amour de Jésus est plus fort que tout. « Nous reconnaissons qu’il demeure en nous, parce qu’il nous a donné de son Esprit. » Nous apprenons à connaître Jésus par la prière et par les sacrements. Jésus par sa croix est vainqueur de tout ce qui s’oppose à l’amour.

Nous demandons la grâce de comprendre l’amour de Dieu et de marcher à la suite de Jésus.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article