Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.»

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc 5,1-11.


En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.
Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules.
Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. »
Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer.
Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.
À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. »
En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ;
et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.»
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)
prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

Homélie sur la cananéenne, 10-11 (La prière, Cahiers de La pierre qui vire, Desclée de Brouwer, 1954, p. 176-177)
« Désormais ce sont des hommes que tu prendras »

 

Je n’ai pas persuadé aujourd’hui mon auditeur, mais peut-être le ferai-je demain, peut-être dans trois ou quatre jours ou dans quelques temps. Le pêcheur qui a jeté inutilement ses filets pendant un jour entier, prend quelquefois sur le soir, au moment de partir, le poisson qu’il n’avait pu prendre pendant le jour. Le laboureur ne laisse pas de cultiver ses terres, quoiqu’il n’ait pas eu de bonne récolte pendant plusieurs années ; et, à la fin, une seule année répare souvent et abondamment toutes les pertes antérieures. Dieu ne nous demande pas de réussir, mais de travailler ; or, notre travail ne sera pas moins récompensé parce qu’on ne nous aura pas écoutés.

            Il y a plus :
le diable cesse-t-il de tenter chacun des fidèles, parce qu’il prévoit que plusieurs seront sauvés ? Voyez avec quels soins, quelle infernale persévérance, quelle détestable sollicitude il poursuit l’âme jusqu’à ce qu’on ait rendu le dernier soupir :

jusque-là il ne désespère pas, et vous croyez, que votre évêque ne fera pas pour sauver votre âme ce le diable fait pour la rendre ? Le Christ savait bien que Judas ne se convertirait pas et pourtant jusqu’à la fin il voulut tenter sa conversion, lui reprochant sa faute dans le termes les plus touchants : « Ami, pourquoi es-tu venu ? » (Mt 26,50)
Or, si le Christ, le modèle des pasteurs a travaillé jusqu’à la fin à la conversion d’un homme désespéré, que ne devons-nous pas faire pour ceux à l’égard desquels il nous est donné d’espérer ?

 

Méditation de l'Evangile du père Gabriel

Jésus veut amener les hommes à tout quitter pour le Royaume et se sert de leur propre métier pour les convaincre. Là où les raisonnements n'auraient rien produit, la pêche miraculeuse bouleverse Pierre et ses compagnons. Les signes de Dieu ont un retentissement spirituel bien au-delà de leur texture naturelle. Cela nous arrive sans cesse à nous-mêmes, à travers les évènements de chaque jour.

La pêche miraculeuse

La pêche miraculeuse révèle aux apôtres la puissance du Seigneur. Leur vieille expérience de la mer ne les a pas trompés, ce n'était pas une nuit à prendre du poisson. Ils ont pêché toute la nuit sans rien prendre et ils le savent bien : la lune, le vent, la température n'y sont pas. Inutile d'insister. Et pourtant, ils font confiance au Maître, à sa parole.

“Et Simon répondant, dit : “Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ! Mais sur ta parole, je lâcherai les filets” On sent une petite note d'agacement envers le Rabbi.

D'où le renversement de la situation et le cri de Pierre devant cette pêche inexplicable.

“L'ayant donc fait, ils capturèrent une grande quantité de poissons et leurs filets se rompirent. Et ils firent signe à leurs associés dans l'autre barque, de venir à leur aide. Et ils vinrent. Et l'on remplit les deux barques, à tel point qu'elles enfonçaient…Ce que voyant, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, disant : Eloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur, Seigneur ! Car la stupeur l'avait envahi, lui et eux qui étaient avec lui, à cause de la pêche des poissons qu'ils avaient faite, et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, qui étaient compagnons de Simon”

Mais le but de l'œuvre n'est pas la pêche en elle-même. Jésus veut amener les hommes à tout quitter pour le Royaume et se sert de leur propre métier pour les convaincre. Là où les raisonnements n'auraient rien produit, la pêche miraculeuse bouleverse Pierre et ses compagnons.

Les signes de Dieu ont un retentissement spirituel bien au-delà de leur texture naturelle. Cela nous arrive sans cesse à nous-mêmes, à travers les évènements de chaque jour.

“Et Jésus dit à Simon : Ne crains point : désormais tu prendras des hommes”

Jésus semble s'excuser d'employer sa puissance car Il est le Dieu de la liberté et de la paix. Car la pêche miraculeuse est faite pour bien montrer à ces hommes que c'est Dieu qui agit dans leur conversion, mais elle n'est pas destinée à les effrayer.

“Et ayant ramené la barque à terre, quittant tout, ils le suivirent”.

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

5e dimanche du temps ordinaire

« Jésus dit à Simon : Avance en eau profonde, et jette les filets pour pêcher. »

Jésus monta dans l’un de ces bateaux, qui était à Simon, et il lui demanda de s’éloigner un peu du rivage.

Puis il s’assit, et du bateau il instruisait les foules. Lorsqu’il eut cessé de parler, il dit à Simon : Avance en eau profonde, et jetez vos filets pour pêcher. Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre. Mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. Jésus est dans la barque de Pierre, s’adressant à la foule sur le rivage. Il est là, à côté, pour assurer la stabilité de l’embarcation, il entend le discours et il capte sa voix. Il est proche physiquement de lui, il est dans son intimité, il perçoit l’effort corporel de s’adresser à une foule. La Parole, dans sa dimension charnelle vient à lui, le rejoint à son poste de travail, dans son quotidien, et touche son désir. La Parole de Jésus percute Pierre, elle le met en condition de pêcher à nouveau. Jésus lui dit : « va au large. » Pierre avance au-delà de ses sécurités, de ses habitudes, de ses certitudes, « et il jette tes filets : « Sur ton ordre, je veux bien jeter les filets, » dit-il à Jésus. Il y eut une telle quantité de poissons qu’ils n’arrivaient plus à sortir le filet qui allait craquer. Chacun de nous peut dire à Jésus, "sur ton ordre, je veux bien avancer encore." Il nous faut être toujours avec lui, alors nous sommes témoins de la grâce de Dieu.

L’ayant fait, ils prirent une grande quantité de poissons : leurs filets se déchiraient.

Pierre a fait confiance à la Parole de Jésus, elle a nourri leur relation. Cette Parole l’appelle à créer du neuf, à honorer ses capacités humaines. C’est si bon d’être en mouvement dans la relation avec Jésus, de savoir que ce que nous faisons en réponse à Jésus crée une relation nouvelle, une intimité plus grande avec lui. Notre difficulté est que nous ne croyons pas assez en nous, en Dieu, et dans la mission qui nous est confiée. La Parole de Jésus nous est donnée, elle veut que notre vie avec Lui soit d’une grande fécondité, qu’elle ait un impact sur les autres. Nous pouvons ainsi mettre nos talents au service des autres. La vie qui nous est donnée est d’une grande valeur, il nous faut durer dans l’espérance qui en fait est d’une grande fragilité, mais Jésus nous fortifie. Isaïe l’annonce avec force dans la première lecture : « L’un des Séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel. Il l’approcha de ma bouche et dit : "Ceci a touché tes lèvres, ton péché est pardonné." C’est le Corps de Jésus ressuscité qui, dans son Eucharistie, vient toucher nos lèvres, c’est plus que tous les charbons de l’univers.

Car l’effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche qu’ils avaient faite.

La parole a été efficace, ce qui devait se produire s’est produit par une parole donnée, un discours entendu ! Pierre éprouve à la fois attirance et effroi. Jésus le touche au plus profond de lui, il le rend libre, pauvre, disponible, mais dans un grand désir. Se jetant à ses pieds il lui dit « éloigne-toi de moi, je suis un pécheur. » Cette parole de Jésus le rejoint au plus intime, pour un appel plus profond, plus total : "Suis-moi." Suivre Jésus, continuer l’aventure commencée par sa parole : Lâcher les filets. Jésus nous touche aujourd’hui de son Corps Ressuscité pour faire de nous les témoins de sa Bonne Nouvelle, nous aimer les uns les autres, car c’est là notre fécondité. Cet amour est possible parce que nous sommes unis au Fils de Dieu. « Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu et la grâce dont il m’a comblé n’a pas été stérile, » dira l’apôtre Paul. Nous voulons donner notre consentement car notre oui est capital : Jésus a ouvert pour nous un chemin d’humanité pour la gloire du Père.

Réflexions:

Jesus-Christ n'est pas seulement un Homme il aussi le Messie Celui qui permet de recevoir notre pardon, celui qui guide nos pas, pour faire la volonté du Père? C'est par lui que nous devons être les enfants au même titre que les juifs. Nous sommes les enfants adoptifs du Père, par la grâce de la Trinité.

Jésus nous amène à tout quitter pour son Royaume. Il utilise nos métiers pour nous permettre de comprendre son enseignement. Ce jour il utilise cette parabole de la pêche miraculeuse, qui a bouleversé les futur apôtres. Actuellement il utilise également  notre mode vie, pour aider à comprendre, et aimer la Parole . Les signes de Dieu ont un retentissement spirituel bien au-delà de ce que espérons, à travers les évènements de chaque jour. Si nous restons dans l'humilité, nous savons reconnaître l'action de Dieu, ou ces clin d'œil doux. L'orgueil nous empêche de voir l'ongle de son doigt. 

"Désormais ce sont des hommes que tu prendras » c'est le premier témoignage de la puissance de Jésus et aussi les paroles qui annonce que nous sommes appeller à convertir, selon l'appelle du Seigneur.

Saint Jean Chrysostome nous explique: notre travail ne sera pas moins récompensé parce qu’on ne nous aura pas écoutés.  Il y a plus car notre devoir est de rester vigilant dans la simplicité , et il nous rappelle :
le diable cesse-t-il de tenter chacun des fidèles, parce qu’il prévoit que plusieurs seront sauvés ? Voyez avec quels soins, quelle infernale persévérance, quelle détestable sollicitude il poursuit l’âme jusqu’à ce qu’on ait rendu le dernier soupir
:
tout au moins c'est son but. Alors que Jésus lui, c'est l'opposition totale. Ce qu'il veut c'est nous voir vivre heureux, avec lui pour l'éternité.

 Prière:

Sainte Trinité, je te demande de nous aider à ne pas suivre le Mauvais chemin, pour nous permettre d'avoir la joie d'être près de Jésus pour l'éternité. De recevoir la grâce d’être rejointe selon cette parabole : « Laissant tout, ils le suivirent. » Pour que la joie de Notre Seigneur Jésus soit.

Emounawh

6 février 2022

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article