Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Venez à l’écart et reposez-vous un peu. Jésus saisi de compassion enseigne longuement à la foule

com

 

Évangile de Jésus-Christ

selon saint Marc 6,30-34.


En ce temps-là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.
Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Bernard

(1091-1153)
moine cistercien et docteur de l'Église

De consideratione I, 5, 6 (Lectures pour chaque jour de l’année II, Prière du Temps présent, éd du Cerf, 1971, p. 99)
« Venez à l’écart et reposez-vous un peu »


Si tout ce qui fait ta vie et sagesse, tu les donnes à l’action, sans rien réserver pour la réflexion et la méditation, vais-je te louer ? Non, en cela je ne te louerai pas. Et il ne se trouvera personne, je pense, pour le faire, s’il a entendu cette parole de Salomon : « Qui limite son action acquerra la sagesse » (Eccli. 38,25 Vg). Et assurément, l’action elle-même a besoin d’être précédée par la réflexion.

            Par ailleurs, si tu veux être tout entier à tous, à l’exemple de celui qui s’est fait tout à tous je loue ton humanité, mais à condition qu’elle soit pleine et totale. Or, comment le serait-elle, si tu t’en exclue ? Toi aussi tu es homme. Donc, pour que ton humanité soit pleine et entière il faut qu’elle t’inclue, toi aussi, dans cette ouverture du cœur que tu réserves à tous. Autrement, que te sert-il, comme disait le Seigneur, de gagner l’ensemble des hommes, si toi, tu te perds ? Ainsi, puisque tu es le bien de tous, sois toi-même l’un de ceux qui le possèdent. Pourquoi serais-tu le seul à être privé de cette faveur ? Jusqu’à quand ton esprit va-t-il s’éloigner sans revenir à toi ? Jusqu’à quand vas-tu négliger de te recevoir toi-même, à ton tour, parmi tous ceux qui se présentent ? Tu te dois aux sages et aux ignorants, et à toi seul tu te refuserais ? (…)

            Oui, que tes eaux se répandent sur les places, que les hommes et le bétail s’y désaltèrent ; verse à boire même aux chameaux du serviteur d’Abraham. Mais, parmi eux tous, bois, toi aussi, à l’eau jaillissante de ton puits. (…) Souviens-toi donc, je ne dis pas toujours, je ne dis pas même souvent, mais au moins de temps, de te rendre toi-même à toi. Parmi beaucoup d’autres, ou même après beaucoup d’autres, recours à tes services.

 

Méditation du père Gabriel

Les réalités invisibles, voilà ce qui compte pour Jésus. Non pas un pouvoir qui étonne, même s'il exerce sur les esprits mauvais. Le règne de Satan est éphémère. L'action de Dieu le brise comme la foudre. Rien n'arrête la marche du chrétien qui annonce le Règne de Dieu : Ni serpents ni scorpions.

Le Retour de mission

Émerveillés de leur puissance, les soixante-douze disciples disent à Jésus : “Même les démons nous sont soumis en ton Nom !”

Satan ne peut rien contre les amis du Seigneur, et le Règne de Dieu annonce l'effondrement de celui du Malin. Un espoir nouveau se lève sur ce monde tyrannisé par le démon, et nous aurions bien tort de craindre le diable si nous sommes les amis de Jésus.

Le nom de Jésus fait reculer tout démon, le désarçonne. Ce n'est pas notre astuce, notre ruse qui en viennent à bout, car nous avons affaire au “Père de l'astuce”, au “Père du Mensonge”, nous dit Jésus .

Mais le nom de Jésus frappe Satan comme la foudre et il est si facile de la prononcer ! “Mes amis, je voyais Satan tombant du ciel comme un éclair”

Face au royaume de Dieu qui prend pied avec la prédication des apôtres, Jésus leur crie donc son enthousiasme.

“Voici, Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions. Et Je vous ai donné pouvoir sur une puissance quelconque de l'Ennemi. Rien ne pourra vous nuire. D'ailleurs, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais de ce que vos noms sont inscrits dans le Ciel”.

Les réalités invisibles, voilà ce qui compte pour Jésus. Non pas un pouvoir qui étonne, même s'il exerce sur les esprits mauvais.

Le règne de Satan est éphémère.

L'action de Dieu le brise comme la foudre. Rien n'arrête la marche du chrétien qui annonce le Règne de Dieu : Ni serpents ni scorpions.

Il nous est bon d'entendre le Seigneur nous dire : “Rien ne pourra vous nuire”

Père Gabriel

 

Homélie du père Gilbert Adam

Samedi de la 4e semaine

« Venez vous-mêmes à l’écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. »

« Les apôtres se réunissent auprès de Jésus, et ils lui rapportèrent tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné."

 

Et il leur dit : « Venez vous-mêmes à l’écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. » De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux que les apôtres n’avaient pas même le temps de manger." Tout joyeux, les Douze reviennent de leur première mission, ils étaient partis deux par deux pour proclamer partout qu’il fallait se convertir, pour chasser les démons et guérir des malades. Et les voilà de retour, heureux de la confiance que Jésus leur a faite, mais fatigués après cette longue tournée. Se reposer sur place est impossible : les gens vont et viennent sans arrêt pour voir Jésus et causer avec lui. Jésus prend les devants :« Venez dans un lieu désert pour vous reposer un peu. » Les Douze et Jésus partent ensemble en barque, vers un lieu tranquille à l’écart de la foule. C’est ainsi que les apôtres vont découvrir ou Jésus se repose. L’Évangile nous le signale déjà passant de longues heures en prière avec son Père. Jésus est encore en repos avec Marie l’immaculée qui est le plus beau fruit de son labeur sur la Croix. Elle est le repos de Jésus car elle est la terre sanctifiée d’une clarté étonnante, le fruit de sa Passion, de son amour infini d’où resplendit l’œuvre de Dieu comme dans un miroir. Jésus donne aux disciples l’exemple du repos avec lui, qui le premier, se réservait des moments de repos dans la prière.

"Ils partirent donc dans la barque vers un lieu désert, à l’écart. Les voyant s’éloigner, beaucoup comprirent, et de toutes les villes on accourut là-bas, à pied, et on les devança."

Jésus s’en va, avec sa petite troupe, il sait qu’il nous faut tenir bon longtemps, et que nos forces hu­maines ont des limites. Sagement, pour mieux assurer la mission, il fait reposer ses amis. Ces initiatives de Jésus qui se repose, ou qui propose le repos à ses disciples, révèlent le mystère de l’Incarnation de Jésus vrai Dieu et vrai homme. Jésus est entouré du matin au soir, les pauvres, les malades sont là, qui se pressent et qui attendent. Ce sera le repos avec Lui, pour l’écouter et pour tout lui confier, c’est le repos qu’il promet à tous ceux qui se tournent vers lui avec confiance. Le repos des disciples sera Jésus lui-même, l’envoyé du Père qui vit pleinement de l’amour infini. C’est baptisés en lui, confirmés dans son amour et bénéficiaires de la communion à son amour infini que nous trouvons la vie de Dieu. Vivre de foi, d’espérance et d’amour, demeurer dans le Christ est le repos du disciple. Devant cette foule, Jésus va annoncer la parole ! Nous allons devenir sa parole, lui va soigner et guérir par nos mains, Il sera le salut. Il va continuer de toute manière son œuvre par nous et nous demeurons dans son repos.

« En débarquant, Jésus vit une foule nombreuse et il en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement. »

Quand il débarque avec les siens, il découvre sur la côte une foule de gens venus à pied de toute la région. Sur les collines avoisinant le lac, les pauvres n’ont pas quitté des yeux la barque de Jésus qui s’éloignait. En voyant quelle direction elle prenait, beaucoup ont compris à quel endroit Jésus allait. Des malades sont là, et des pauvres accourus pour être guéris ou soulagés. Des hommes et des femmes avec dans les yeux et dans le cœur une immense espérance sont arrivés pour entendre Jésus parler du Royaume de Dieu. Jésus éprouve pour eux une immense pitié qui le bouleverse, car tous ces gens n’ont personne pour les prendre en charge, personne pour les guider. Longuement il leur parle du Père, de son amour et de sa volonté. La foule est grande et ses besoins sont immenses. Jésus, instruisant cette foule, est le repos des disciples. En leur donnant la Parole comme nourriture, il est leur repos. C’est au cœur du mystère Pascal que se donne le repos de Jésus, « par lui, avec lui et en lui, à toi Dieu le Père, tout honneur et toute gloire. » La gloire de Dieu c’est Jésus qui nous sauve et dans le même mouvement où il nous sauve, il rend gloire à son Père.

 Prière

Nous demandons la grâce du repos de Dieu qui est à la fois dans la contemplation et dans l’action .

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article