Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux Justine et autres Saints et saintes du 12 mars

com

Bienheureuse Justine
bénédictine en Toscane (✝ 1319)
Beata Giustina Bezzoli FrancucciGiustina Bezzoli Francucci.

 

Bénédictine d'Arrezzo en Toscane, elle vécut dans une telle fidélité à la Règle de saint Benoît qu'elle fut ainsi conduite à la sainteté.
(elle est souvent invoquée comme 'sainte Justine' par la vénération populaire)
Illustration:
Beata Giustina Bezzoli Francucci - Vergine Benedettina (12 marzo) - Arezzo, 1257 circa - Arezzo, 12 marzo 1319
Institut des sœurs dominicaines Pompei (en italien)
À Arezzo, en Toscane, l'an 1319, la bienheureuse Justine Francucci Bezzoli, vierge, moniale bénédictine, qui termina sa vie en recluse.

Martyrologe Romain

 

 

Saint Syméon le Nouveau Théologien
Moine et higoumène à Constantinople (✝ 1022)

Saint Syméon le Nouveau Théologien

Moine à Constantinople

Syméon naît en 949 à Galatai, en Paflagonie (Asie mineure), dans une famille noble de

province. Encore jeune, il partit pour Constantinople pour y entreprendre des études et entrer au service de l'empereur. Mais il se sentit peu attiré par la carrière civile qui l'attendait et sous l'influence des illuminations intérieures dont il faisait l'expérience, il se mit à la recherche d'une personne qui l'orientât dans le moment de grands doutes et de perplexité qu'il était en train de vivre, et qui l'aidât à progresser sur le chemin de l'union avec Dieu. 

Il trouva ce guide spirituel en Syméon le Pieux (Eulabes), un simple moine du monastère de Studios, à Constantinople, qui lui donna à lire le traité La loi spirituelle de Marc le Moine. Dans ce texte, Syméon le Nouveau Théologien trouva un enseignement qui l'impressionna beaucoup: « Si tu cherches la guérison spirituelle - y lit-il - sois attentif à ta conscience. Tout ce qu'elle te dit, fais-le et tu trouveras ce dont tu as besoin. » A partir de ce moment-là - raconte-t-il lui-même - il ne se coucha plus sans se demander si sa conscience n'avait pas quelque chose à lui reprocher.

Syméon entra dans le monastère des Studites, où, toutefois, ses expériences mystiques et son extraordinaire dévotion envers le Père spirituel lui causèrent des difficultés. Il partit pour le petit couvent de Saint Mamas, toujours à Constantinople, dont, après trois ans, il devint le chef, l'higoumène. Il y conduisit une intense recherche d'union spirituelle avec le Christ, qui lui conféra une grande autorité. Il est intéressant de noter qu'il lui fut donné le qualificatif de « Nouveau Théologien », bien que la tradition ne réserve le titre de Théologien qu'à deux personnalités: à l'évangéliste Jean et à Grégoire de Nazianze. Il endura des incompréhensions et souffrit l'exil, mais fut réhabilité par le patriarche de Constantinople, Serge II.

Syméon passa la dernière période de son existence dans le monastère de Sainte Marine, où il écrivit une grande partie de ses œuvres, en devenant de plus en plus célèbre en raison de ses enseignements et de ses miracles.

Il meurt le 12 mars 1022.

 

Saint Louis Orione
Prêtre et fondateur :

« Petite Œuvre de la divine Providence »

« Petites Sœurs Missionnaires de la Charité »

« Mouvement Laïcal Orioniste (MLO) »

Luigi Orione naît à Pontecurone, dans le diocèse de Tortona, le 23 juin 1872. Au début de son adolescence, il aida son père comme paveur jusqu'à treize ans. Louis voulait étudier pour devenir prêtre et fut accueilli dans le couvent franciscain de Voghera, mais il dut abandonner à cause d'une grave pneumonie.

Il fut alors accepté dans le collège de Valdocco, où il connut don Bosco, déjà âgé. Il parvint à obtenir le privilège de se faire confesser par lui et, après avoir préparé trois cahiers entiers de péchés, il vit le saint les déchirer, qui lui dit, entre autres choses: « Nous serons amis pour toujours ». À Turin il respira l'esprit salésien et connut l'œuvre du Cottolengo qui était proche.

En 1889 il commença ses études de philosophie au séminaire de Tortona. En 1892, alors qu'il est encore séminariste, il ouvrit un oratoire, et l'année suivante un collège. Il est ordonné prêtre en 1895. Dans la même célébration, l'évêque impose l'habit clérical à six élèves de son collège.

Il commença à ouvrir des œuvres dans toute l'Italie et en 1903 l'évêque de Tortona reconnut la congrégation religieuse masculine de la « Petite Œuvre de la divine Providence », composée de prêtres, de frères coadjuteurs et d'ermites, avec le charisme apostolique de « collaborer pour porter les petits, les pauvres et le peuple de l'Église au pape, moyennant les œuvres de charité. »

Après le terrible tremblement de terre de 1908, il secourut Messina e Reggio Calabria, assistant les orphelins et la population. Après avoir quitté la Sicile, il continua à s'occuper de l'expansion de sa Congrégation, en procurant des aides dans toute l'Italie à l'occasion de la Première Guerre mondiale.

En 1915 il fonda la branche féminine: les « Petites Sœurs Missionnaires de la Charité », à laquelle vinrent s'ajouter, en 1927, les « Adoratrices Sacramentines » pour les non-voyantes et, successivement, les « Sœurs Contemplatives de Jésus crucifié ». Plus tard surgiront également l'Institut Séculier et le Mouvement laïc don Orione.

Les fondations s'étendirent dans une grande partie du monde, en Amérique latine, dans les États-Unis d'Amérique, en Angleterre, en Albanie.

Au cours de l'hiver 1940, pour essayer de soulager les problèmes de cœur et de poumons, dont il souffrait, il se rendit à la maison de San Remo même si, comme il disait, « ce n'est pas entre les palmiers que je veux vivre et mourir, mais entre les pauvres qui sont Jésus-Christ ». Après seulement trois jours, entouré de l'affection de ses confrères, don Orione mourut le 12 mars 1940, en soupirant « Jésus ! Jésus ! Je viens vers toi ».

Luigi Orione a été béatifié le 26 octobre 1980 et canonisé le 16 mai 2004, par saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

 

Autres Fêtes du Jour
 

Bienheureuse Angèle Salawa  tertiaire franciscaine à Cracovie (✝ 1922)
Saint Bernard de Carinola  (✝ 1109)
Bienheureux Denis le Chartreux  écrivain mystique (✝ 1471)
Saint Elphège l'Ancien  Evêque de Winchester (✝ 951)
Bienheureuse Fina de San Gimignano  jeune italienne (✝ 1253)
Vénérable Flora Manfrinati  laïque italienne (✝ 1954)
Saint Grégoire le Dialogue  Grégoire le Grand (✝ 604)
Saint Innocent Ier  Pape (40e) de 401 à 417 (✝ 417)
Bienheureux Jérôme Gherarducci  prêtre augustin (✝ 1335)
Saint Joseph Tsang-ta-Peng  martyr en Chine (✝ 1815)
Saint Louis Orione  Prêtre italien (✝ 1940)
Vénérable María Teresa Albarracin  religieuse espagnole (✝ 1946)
Saint Maximilien  Soldat, martyr en Numidie (✝ 295)
Saints Migdoine et Mardoine  martyrs à Nicomédie en Bithynie (✝ 303)
Saint Mura Mac-Federach  (✝ v. 645)
Saint Pierre  Martyr à Nicomédie en Bithynie (✝ 303)
Saint Pol de Léon  abbé dans le Finistère - évêque et confesseur (✝ 573)
Bienheureux Rustique  (✝ 1092)
Bx Rutilio Grande García et ses 2 compagnons  martyrs au Salvador (✝ 1977)
Vble Saturnino López Novoa  cofondateur des religieuses des 'Vieillards abandonnés' (✝ 1905)
Saint Théophane le Chronographe Moine et higoumène à Samothrace, exilé par Léon l'Arménien (✝ 817)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article