Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux: Désiré et autres fêtes du 8 mai

com

Saint Désiré
évêque de Bourges (✝ 550)

Chancelier royal et évêque de Bourges, il fut l'un des plus grands évêques de l'époque mérovingienne qui contribuèrent à tirer la Gaule du chaos où l'avait plongée l'effondrement de l'empire romain et qui lui rendirent une civilisation en la rendant chrétienne.

Histoire diocèse de Bourges Chancelier, il exerça sa charge de manière à contenter tout le monde. Mais il avait aussi souvent l'envie de quitter cette cour pleine de débauches et de cruautés. Il sut patienter en pensant que d'autres à sa place n'auraient peut-être pas la possibilité d'empêcher tant de mal. Son épiscopat fut aussi marqué par la conciliation et la paix. Il parvint en effet à concilier l'Anjou et le Poitou en guerre et à remettre la paix entre les tribus allemandes prêtes à s'entr'égorger.
À Bourges, en 550, saint Désiré, évêque, qui avait été gardien du sceau royal et qui enrichit son Église de reliques de martyrs.

Martyrologe Romain

 

Saint Boniface IV

Pape (67e) de 608 à 615

Boniface IV est né dans le territoire dit 'dei Marsi' (aujourd'hui province de L'Aquila) au sein d'une famille riche ; fils de médecin.

Disciple de Grégoire 1er, comme le souligne son épitaphe, il l'imita allant jusqu'à faire de sa propre maison familiale un monastère.

Devenu pape, il favorisa la vie monastique. Famine, peste et calamités naturelles ont marqué la période de son pontificat. Il entretint de bonnes relations avec les autorités de Constantinople, l'empereur Phokas (602-610) et, ensuite, avec son successeur Héraclius (610-641).

L'empereur Phokas l'autorisa à convertir le Panthéon romain en temple consacré à la Vierge Marie et à tous les martyrs. Boniface le remplit de reliques provenant des catacombes. C'était la première fois qu'on franchissait le pas de transformer un temple païen en église chrétienne à Rome.

Par l'entremise de Mellitus († 624), évêque de Londres, qui se trouvait à Rome au moment du synode romain de 610, Boniface envoya des lettres à Laurent, archevêque de Cantorbéry, au roi Ethelbert de Kent et au peuple anglais.

Saint Colomban (543-615), apôtre d'Irlande, lui écrivit au sujet des célèbres 'Trois chapitres' (qui résumaient les thèses monophysites condamnées au concile de Chalcédoine). Cette hérésie continuait à envenimer les rapports entre Églises.

 

Boniface fut inhumé à Saint-Pierre.

 

Sainte Madeleine de Canossa

Religieuse et fondatrice des

« Fils et Filles de la charité »

Dans le Martyrologe Romain la date de la mémoire est celle de la naissance au ciel (dies natalis) : le 10 avril. Pour la Famille Canossienne et au niveau local, le jour de la mémoire est le 08 mai car ce jour, en 1808, est celui du début officiel des
« Filles de la charité »

 Maddalena naît le Ier mars 1774 à Vérone dans une noble et riche famille. Dès son enfance les épreuves ne lui manquent pas : mort de son père, remariage de sa mère, traitements rudes de la part d’une gouvernante française, maladie.

 À partir de 17 ans, elle fait deux essais chez les Carmélites, mais ce n’est pas sa vocation. De retour chez elle, elle se montre une excellente administratrice de sa maison. Un jour, elle reçoit Napoléon en son palais de Vérone. La pureté de sa vie comme la modestie de son allure font grande impression sur celui-ci et il parle d’elle comme d’un ‘ange’. (Elle obtiendra de lui la cession d’un ancien couvent pour son institut).

La période révolutionnaire et les troubles de l’époque engendrent bien des malheurs sociaux ; elle-même, chassée de chez elle, aboutit à Venise. Elle y visite les hôpitaux. De retour à Vérone, elle continue les mêmes visites et c’est pour elle un choc. Dans l’homélie de canonisation, saint Jean-Paul II déclare : « Lorsqu’elle se rendit compte des plaies effrayantes que la misère morale et matérielle répandait parmi la population de sa ville, elle comprit qu’elle ne pouvait aimer son prochain “en grande dame”, c’est-à-dire en continuant à jouir des privilèges de son milieu social, se limitant à distribuer des biens, sans se donner elle-même. La vision du crucifix l’en empêchait… Des choix s’ensuivirent, paraissant à ses proches comme des “scandales” et des “folies” (1Co 1,23). À qui se montrait surpris, elle répondait : “Le fait d’être née marquise m’empêcherait-il d’avoir l’honneur de servir Jésus-Christ dans ses pauvres ?”»

Son activité caritative s’étend à toutes sortes de pauvretés, économiques tout autant que morales, liées à la maladie ou à l’ignorance. Poussée par la charité, cette jeune femme, avec toute son énergie ainsi qu’avec tous ses biens, aide de nombreuses familles dans le besoin, assiste des enfants abandonnés et de jeunes délinquants, reçoit les pauvres qui frappent tous les jours à la porte de son palais, et rend visite à ceux qui vivent dans des masures et des baraques. Cette fièvre de charité qui la dévore est due à son amour brûlant pour Jésus et Jésus crucifié.
Puis, avec quelques compagnes, elle part de chez elle, malgré l’opposition de son milieu, pour aller vivre dans les faubourgs les plus pauvres de Vérone.

Le 8 mai 1808, elle fonde les « Filles de la Charité ». Leurs activités embrassent cinq domaines : scolarisation gratuite des enfants pauvres, catéchèse, visite des hôpitaux, spécialement des femmes malades, soutien du clergé (par exemple : organisation de retraites), exercices spirituels pour les dames de la noblesse, afin de les inciter à la charité, et ensuite pour toutes celles qui le désirent.

Le 23 décembre 1828 elle obtient l'approbation pontificale de l'Institut des Filles de la Charité, lesquelles étaient déjà présentes également à Venise, Milan, Bergame et Trente. La fondatrice mène une vie très mortifiée, exemple vivant pour ses sœurs.

Pour compléter la famille canossienne, l'Institut des Fils de la Charité commence le 23 mai 1831 à Venise, car dès le début, elle avait conscience que cette branche masculine était nécessaire. Elle prépare d’autres implantations de son institut, quand la mort la surprend le 10 avril 1835. Après elle, l’institut continuera de s’accroître et de s’étendre.

Maddalena de Canossa a été béatifiée, le 07 décembre 1941, par le vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958) et canonisée, le 02 octobre 1988, par saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

 

 

Autres Fêtes du Jour
 

Saint Acace  Soldat martyr à Byzance (✝ 303)
Saint Aimé Ronconi  franciscain, ermite, pélerin, infirmier (✝ v. 1292)
Bienheureux Aloysius (Louis) Rabata  ordre des Carmes (✝ v. 1490)
Bienheureux Ange de Massaccio  martyr (✝ 1458)
Bienheureux Antonin Bajewski  franciscain martyr à Auschwitz (✝ 1941)
Saint Arsène  Anachorète dans le désert de Scété (✝ 449)
Saint Arsène le Travailleur  (XIVe siècle)
Saint Benoît II  Pape (81e) de 683 à 685 (✝ 685)
Bienheureux Bernard du Portugal  (✝ 1265)
Bse Clara Fey fondatrice des religieuses du Pauvre Enfant Jésus (✝ 1894)
Bienheureux Frédéric d'Hirschau  Abbé bénédictin (✝ 1070)
Saint Gibrien  ermite (✝ v. 515)
Saint Hellade  Evêque d'Auxerre (✝ 387)
Bienheureux Henri Vergès  martyr en Algérie (✝ 1994)
Bienheureuse Itte de Nivelles  bénédictine à Nivelles (✝ 652)
Bse Marie Thérèse Demjanovich  religieuse de la Charité de Sainte Elisabeth (✝ 1927)
Bse Marie-Catherine de St Augustin  religieuse hospitalière de la Miséricorde (✝ 1668)
Saint Martin de Saujon  prêtre et abbé de Saujon en Saintonge (✝ v. 400)
Saint Métron  ermite
Bse Paul-Hélène Saint-Raymond  religieuse des petites soeurs de l'Assomption martyre (✝ 1994)
Bienheureux Pierre Claverie et 18 compagnons  martyrs en Algérie entre 1994 et 1996 (XXe siècle)
Saint Pierre de Tarentaise  évêque (✝ v. 1174)
Sainte Thumette  martyre (IVe siècle)
Bienheureuse Ulrika Nisch  religieuse allemande (✝ 1919)
Saint Victor  Soldat africain en garnison à Milan (✝ 303)
Saint Wiron de Roermond  Evêque régionnaire en Ecosse (✝ 700)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article