Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Sylvain et autres fêtes du 4 mai

com

Saint Sylvain de Gaza
Evêque de Gaza, martyr et ses 39 compagnons (✝ 311)

Saint Sylvain évêque de Gaza Condamné aux mines avec 40 autres chrétiens.
Comme tous les condamnés aux mines, il eut un œil arraché et un pied brûlé avec un fer rougi. Quand ils furent jugés "inutiles", en raison de leur état physique, on s'en "débarrassa" comme on le faisait pour tous les condamnés aux mines; ils furent décapités. Il vivait à Gaza sous le règne de Dioclétien. C'était un homme doux et pacifique qui servit l'Église comme prêtre durant de longues années.
Illustration: Icône - Saint Sylvain évêque de Gaza en Palestine - Alain -
site internet: iconesalain.free.fr.
Aux mines de Phéno en Palestine, vers 304, la passion des saints martyrs Silvain, évêque de Gaza, et trente-neuf compagnons. Condamnés aux mines dans la même persécution, et sur l'ordre du César Maximin Daïa, ils furent décapités tous ensemble.

Martyrologe romain

 

Bx Thomas d’Olera
Religieux profès o.f.m. cap.

Selon la Lettre apostolique (reportée à la fin de cette composition hagiographique) du pape François, la fête liturgique a été fixée au 4 mai.

Thomas d'Olera (dans le siècle Tommaso Acerbis) naît en 1563 à Olera, petit village de la commune d'Alzano Lombardo (Bergame, Italie), au sein d'une ancienne famille noble.

« L'amour de Dieu, comme il l'écrivait, demeure dans les cœurs humbles ». La vie de Thomas d'Olera se reflète profondément dans ces paroles.

Encore adolescent, il partage avec ses parents les difficultés quotidiennes et le travail, d'abord en tant que berger, puis comme agriculteur.

En 1580 la vocation l'amène, à l'âge de 17 ans, à rejoindre l'Ordre des Frères capucins du couvent de Vérone. Après sa formation, il devint un infatigable prédicateur de l'Évangile et, surtout, un humble frère quêteur. Chaque jour il demande à tous, sans distinction, des offrandes et du pain pour les religieux et pour les pauvres. Il assure à chacun consolation et prières.

Le frère Tommaso resta dans la ville de Vérone jusqu'en 1605. Puis il fut transféré à Vicence où ses prédications donnèrent naissance à des vocations féminines. Il récolta également des fonds pour faire construire le monastère Saint Joseph.

En 1612 il fut envoyé à Rovereto, dans la région du Trentin-Haut-Adige où il fit construire le monastère Saint-Charles pour y abriter des Clarisses.

C'est à Padoue qu'il continue sa mission, à partir de 1618 en tant que gardien du couvent.

Au couvent de Conegliano, il exerça les fonctions de frère mendiant. Thomas ne néglige personne et parle de Dieu aux grands de ce monde, y compris rois et empereurs, et aux personnes d'humble condition.

Sa réputation de grand prédicateur lui vaut l'invitation de Léopold V, archiduc du Tyrol, pour être son guide spirituel. Il devint ensuite conseiller de nombreuses personnalités politiques et ecclésiastiques. Même s’il fréquentait de grands personnages, le Frère Tommaso resta humble et obéissant envers ses supérieurs. Il avait aussi un mode de vie très austère, rythmé par la prière et la pénitence. 

En plus de ses nombreuses activités, il fit construire un sanctuaire marial à Volders (dans le Tyrol, Autriche) qui sera inauguré, après sa mort, en 1654.

Le frère Tommaso est mort en odeur de sainteté, dans son humble cellule, le 3 mai 1631 à Innsbruck.

Le procès en béatification a été ouvert en 1963 ; il a été déclaré vénérable le 23 octobre 1987 par saint Jean-Paul II.

Tommaso (Acerbis) d’Olera a été béatifié le 21 septembre 2013, l'année du 450e anniversaire de sa naissance, dans la cathédrale Saint Alexandre de Bergame, par le délégué pontifical card. Angelo Amato s.d.b., Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui lut la Lettre Apostolique du Pape François :
 « En accueillant le désir de notre frère François Beschi, évêque de Bergame, d'autres frères dans l'épiscopat et de nombreux fidèles, après avoir eu l'avis favorable de la Congrégation pour les Causes des Saints, avec notre autorité apostolique nous concédons que le vénérable Serviteur de Dieu Thomas d'Olera (dans le siècle Thomas Acerbis), religieux profès de l'Ordre des Frères Mineurs Capucins, qui par la contemplation du Christ crucifié, est devenu un témoin et un catéchiste plein de zèle de la très haute charité divine de la Sagesse, soit désormais appelé bienheureux et que nous puissions célébrer sa fête dans les lieux et selon les modalités prévues par le Droit, chaque année, le 4 mai».

 

Bx Jean-Martin Moyë

Prêtre de la Société des Missions étrangères de Paris

Fondateur des « Sœurs de la Divine Providence »

 

Jean-Martin Moyë naît le 27 janvier 1730 dans le petit village lorrain de Cutting, à 25 km de Sarrebourg.

Vicaire à Metz, cet apôtre au cœur de feu se laisse émouvoir par toutes sortes de situations difficiles qu’il rencontre. Un exemple : en ce temps là, beaucoup de nouveau-nés mouraient. Jean-Martin travaille et lutte pour que ces enfants reçoivent le baptême.

 Mais son désir de faire connaître et aimer Dieu n’a pas de frontières. En 1771, il part en Chine, pays interdit aux missionnaires. Il y entre clandestinement, il rencontre persécutions, privations, emprisonnements… Son zèle ne diminue pas, surtout pour les enfants. Il fonde de petites écoles et appelle des jeunes femmes à enseigner.

 Épuisé et malade, il revient en France en 1784. Il consolide son œuvre jusqu’à la Révolution française. En 1791 il doit s’exiler à Trèves en Allemagne où il s’occupe encore des soldats blessés. À leur contact il tombe malade du typhus et meurt le 4 mai 1793.

Autres Fêtes du Jour

Saint Albian  (✝ 304)
Saint Antoine du Rocher Fondateur du monastère de Saint Julien (VIe siècle)
Sainte Antonine martyre à Nicomédie (✝ v. 304)
Saint Enéour moine (IVe siècle)
Saint Ethelred (✝ 716)
Saint Florian Martyr à Lorsch (✝ 304)
Saint Gautier  abbé de saint Martin de Pontoise (✝ 1099)
Saint Gény  martyr - diocèse d'Auch (IVe siècle)
Saint Girons  moine martyr (Ve siècle)
Saint Grégoire l'Illuminateur Apôtre de l'Arménie (✝ v. 325)
Sainte Hélène  (date ?)
Saint Jacques  Diacre et martyr à Bergame (✝ 380)
Saint John Houghton  Martyr en Angleterre (✝ 1535)
Saint Ladislas prêtre franciscain en Pologne (✝ 1505)
Saint Macaire évêque (Ve siècle)
Saint Malou (VIe siècle)
Saint Marcoul  abbé près de Coutances (✝ 558)
Bse Marie Léonie Paradis  Fondatrice de la Congrégation de la Sainte Famille à Sherbrooke (✝ 1912)
Bx Michał Giedroyć  chanoine de Saint-Augustin (✝ 1485)
Saint Nicéphore  (✝ 813)
Sainte Pélagie  martyre à Tarse (IIIe siècle)
Saint Pérégrin Laziosi  religieux (✝ 1345)
Bienheureux Salvador Victor Emilio Moscoso Cárdenas  jésuite, martyr en Équateur (✝ 1897)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article