Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 6,52-59.

 

En ce temps-là, les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.
Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »
Voilà ce que Jésus a dit, alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380)
tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

Miséricorde au monde (Jésus Christ notre Résurrection, trad. A. Bernard, éd. du Cerf, 1980, p. 63-64)
Dieu se donne : folie d’amour !

 

Trinité éternelle, Trinité éternelle ! Ô feu ! ô abîme de charité ! Fou de ta créature ! Vérité éternelle, feu éternel ! ô éternelle sagesse ! La sagesse fut-elle seule à venir en ce monde ? Non ! Car la sagesse n’a pas été séparé de la puissance, ni celle-là de la clémence : ô sagesse, tu n’es donc pas venue isolée, mais escortée par la Divinité tout entière. Trinité éternelle ! Fou d’amour ! Quel profit retires-tu de notre rédemption ? Aucun : car tu n’as nul besoin de nous, toi, notre Dieu. Le profit échut donc à l’homme seul. Ô charité sans prix !

            Tu nous as donné une première fois ta divinité et toute ton humanité. Tu t’es ensuite légué tout entier en nourriture : et tu préviens nos défaillances en nous fortifiant au cours de notre pèlerinage ici-bas. Homme, que t’a donc légué ton Dieu ? Tout lui-même : sa divinité et son humanité entière voilées sous les blanches apparences de ce pain. Ô feu d’amour ! ne te suffisait-il donc pas, après nous avoir créés à ton image et ressemblance, de nous avoir refaits surnaturellement dans le Sang de ton Fils, sans qu’il fallût encore nous donner ta divine essence en nourriture ? Ta charité l’a voulu ainsi, fou d’amour que tu es ! Non seulement tu as donné ton Verbe dans la rédemption et dans l’Eucharistie, mais aimant à la folie ta créature tu lui as donné ton essence tout entière.

Méditation de l'évangile du père Gabriel 

Jésus nous apporte une nourriture qui calme nos faims d'absolu.

Discours sur le Pain de Vie – La Vie Éternelle

Jésus nous apporte une nourriture qui calme nos faims d'absolu.

« Procurez-vous, non la nourriture périssable, mais la nourriture qui demeure pour la vie éternelle, celle que le Fils de l'homme vous donne ; car c'est Lui que Dieu le Père a marqué de son sceau » (Jn VI, 27).

 Nos vies, éclairées par ses paroles, prennent un tout autre sens ; notre soif d'un avenir solide et cohérent y trouve réponse. « Je suis le Pain de la Vie : celui qui vient à Moi n'aura pas faim, et celui qui croit en Moi n'aura jamais soif » (ln VI, 35).

 « Car telle est la volonté de mon Père que quiconque voit le Fils et croit en Lui possède la vie éternelle. Et je le ressusciterai au dernier jour » (ln VI, 40). Il se donne vraiment comme « la » réponse définitive, celle qui transforme nos vies et les installe dans la vie éternelle.

« Je suis le Pain de la Vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert et ils sont morts … C'est ici le Vrai Pain descendant du ciel : pour que celui qui en mange ne meure pas » (Jn VI, 48,50).

 Il a l'audace de se donner comme la source même de la vie éternelle. Il la puise Lui-même dans ce « Premier Vivant » qui est son Père. Voilà l'aventure à laquelle Il nous convie.

« Celui qui dévore ma chair et boit mon sang demeure en Moi, et Moi en lui. De même que le Père qui vit m'a envoyé et que je vis pour le Père, ainsi celui qui me dévore, celui-là vivra pour Moi. C'est ici le Pain descendu du ciel, non pas tel que celui qu'ont mangé les pères. Et ils sont morts. Celui qui dévore ce pain vivra à jamais » (]n VI, 57~58).

 Voilà ce qu'Il nous propose.

Père Gabriel

Homélies du Père Gilbert Adam

Vendredi de la 3e semaine de Pâques

Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

"Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »

Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. Les Paroles de Jésus heurtent, elles choquent les Juifs qui se mettent à discuter fort. Pour nous, deux mille ans plus tard, ces Paroles de Jésus risquent de ne plus nous émerveiller en provoquant notre reconnaissance et notre adoration. Nous croyons "savoir !" et la routine nous menace ! Les saints se sont toujours émerveillés du Mystère de l’Eucharistie : ils l’ont adoré ne doutant pas des Paroles de Jésus : "Nous aimant comme une mère, le Christ nous nourrit de sa propre Chair. Il a placé devant nous le Pain et le Vin, Son Corps et Son Sang, nourriture d’Immortalité. En les mangeant, nous recevons la grâce de l’Esprit-Saint qui s’écoule vers nous et nous rend immortels et incorruptibles en espérance," dira Théodore de Mopsueste. Il nous faut revenir au mystère de Marie pour entrer dans ce mystère de Jésus. A l’Annonciation il lui a été dit : "L’Esprit Saint viendra sur toi." Le corps que Marie a tissé à Jésus dans sa chair va régénérer le monde entier. Marie est la créature immaculée, renouvelée totalement à l’avance dans la Passion et la Résurrection de Jésus. Une humanité plus belle nait, créée dans l’amour infini de Dieu et régénérée dans l’Esprit Saint et dans le don du Corps et du sang de Jésus. C’est du « coté ouvert » du nouvel Adam que naît une Femme, la nouvelle Ève.

"De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.

Jésus-Hostie prend possession de chacun de nous pour recréer au Nom de Son Père une humanité nouvelle. Jésus, nous manifestant le plus grand Amour, nous parle avec tendresse. Marie accueille Jésus dans notre cœur, le Saint-Esprit l’enveloppe encore de Son ombre pour former avec nous un Peuple nouveau. Elle nous entraine, en hâte, vers nos frères qui ont besoin de lumière. C’est par petites touches que nous entrons dans le mystère de Dieu : « Le Verbe s’est fait chair », le Verbe de Dieu a pris notre humanité avec toute sa faiblesse. Jésus dit : « le Père, qui est vivant, m’a envoyé » ! Le Père est source de la vie que donne le Fils, il est à l’origine de notre foi en la personne du Fils. Jésus nous donne sa chair, il nous donne tout lui-même pour que nous ayons la vie. Il nous faut passer par cette nouvelle « Incarnation, » devenue Sacrement, pour retrouver la vie qui nous nourrit et nous transforme fondamentalement en nous rendant bienheureux.

« Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Voilà ce que Jésus a dit, alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm. « Il est grand le Mystère de la Foi, » chantons-nous en célébrant le Mystère de la Sainte Eucharistie qui nous donne réellement Jésus le Christ ! Nous le prions de nous aider à comprendre toujours plus profondément ce Mystère merveilleux, et de l’aimer toujours mieux. O Jésus, nous Te rendons grâce d’avoir « inventé » ce Moyen divin pour rester toujours avec nous, jusqu’à ton retour en Gloire ! Tu nous ouvres la possibilité de demeurer avec toi dans la vie que tu tiens de ton Père de toujours à toujours. Communier au corps et au sang du Christ Jésus, c’est demeurer en relation étroite avec lui qui va jusqu’au sacrifice total de lui-même et qui nous entraîne à faire de même. Jésus fait toute chose nouvelles : Il redonne vie, il guérit les boiteux, il ressuscite les morts. Jésus est venu dans notre chair, il est venu dans notre humanité concrète pour que tout ce qui va se vivre dans sa chair soit en harmonie avec Dieu. Nous sommes introduits ainsi dans une toute nouvelle perspective ! Jésus communique sa vie dans son Corps et dans son Sang livré pour notre salut ! La Passion et la Résurrection de Jésus nous donne ainsi la vraie Vie.

Nous demandons la grâce de comprendre ces paroles de Jésus qui nous invitent au réalisme de l’Incarnation.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article