Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.

com

Évangile de Jésus-Christ selon
saint Jean 6,60-69.


En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !...
C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Concile Vatican II
Constitution sur la Sainte Liturgie « Sacrosanctum Concilium », 10 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)
Le sacrement du Corps et du Sang du Christ nous rassemble en lui et nous envoie vers le monde
         

  La liturgie est le sommet auquel tend l'action de l'Église, et en même temps la source d'où découle toute sa vertu. Car les labeurs apostoliques visent à ce que tous, devenus enfants de Dieu par la foi et le baptême, se rassemblent, louent Dieu au milieu de l'Église, participent au sacrifice et mangent la Cène du Seigneur. En retour, la liturgie elle-même pousse les fidèles rassasiés des « mystères de la Pâque » à n'avoir plus « qu'un seul cœur dans la piété » (cf Ac 4,32) ; elle prie pour « qu'ils gardent dans leur vie ce qu'ils ont saisi par la foi » ; et le renouvellement dans l'Eucharistie de l'alliance du Seigneur avec les hommes attire et enflamme les fidèles à la charité pressante du Christ. 

            C'est donc de la liturgie, et principalement de l'Eucharistie, comme d'une source, que la grâce découle en nous et qu'on obtient avec le maximum d'efficacité cette sanctification des hommes dans le Christ et cette glorification de Dieu, que recherchent, comme leur fin, toutes les autres œuvres de l'Église.

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel

Heureusement, la réponse massive de Simon-Pierre redonne visage à l'amitié profonde qui unit ces douze à Jésus. Ils n'envisagent même pas de quel côté ils pourraient se tourner, si Jésus venait à leur manquer. Ils le considèrent et l'aiment comme la source de la Vie Eternelle !

La confession de foi de Pierre

Combien fut douloureux à Jésus cet abandon de disciples aimés, compagnons des marches à travers toute cette Palestine !

À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s'en retournèrent et cessèrent de l'accompagner.

Et jaillit cette dernière question à l'intention des Douze, qui montre toute l'angoisse de son coeur : "Jésus dit donc aux Douze : Et vous aussi, voulez-vous vous en aller ?"

Heureusement, la réponse massive de Simon-Pierre redonne visage à l'amitié profonde qui unit ces douze à Jésus. Ils n'envisagent même pas de quel côté ils pourraient se tourner, si Jésus venait à leur manquer. Ils le considèrent et l'aiment comme la source de la Vie Eternelle !

"Simon-Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu possèdes des paroles de Vie Eternelle ; et nous croyons et nous savons que tu es le Saint de Dieu !"

Oui, ils ont raison, ce sont des amis fidèles, les seuls. Ne les a-t-Il pas choisis lui-même, ses Douze ? Et pourtant, dans cette si belle amitié, une faille. On sent dans la réserve de Jésus, comme dans le commentaire de Jean, cette stupeur devant l'amitié trahie !

"Jésus leur répondit : N'est-ce pas Moi qui vous ai choisis tous les douze ? Et pourtant l'un de vous est un démon ! Il parlait de Judas, fils de Simon Iscariote ; car il devait Le trahir, lui, un des Douze"

"Et ils ne marchaient plus avec Lui..."

Est-ce que je marche avec Toi, Seigneur, sur tous mes chemins, bons ou mauvais ?

Père Gabriel

Homélies du Père Gilbert Adam

Samedi de la 3e semaine de Pâques

Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu

Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent : « Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »

 

Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit : « Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !… C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Jésus va jusqu’au bout de l’Incarnation, à la fois dans le concret de la vie humaine, et par le Don de lui-même. Sa parole est d’un réalisme surprenant pour qui adhère au mystère de l’Incarnation. Jésus vient du Père, il est né de la Vierge Marie. Il a pris la chair humaine et il vit de l’Esprit Saint, l’Amour infini de Dieu. La vérité de Jésus nous ouvre un quotidien nouveau ou nous pouvons comprendre que l’homme ne vit pas que de pain, mais de ce qui sort de bouche de Dieu. L’Eucharistie nous offre vraiment le Corps du Christ né de la Vierge Marie ; Il est le Pain du Père, le Pain de Vie. La coupe de vin est vraiment le Sang du Christ donné pour que nous ayons la vie. La vie nous est donnée, elle nous donne de nous rencontrer dans la foi en la vie, la foi en Dieu : « C’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. » La foi est un lâcher prise, elle est la naissance à l’autre. Jésus sait déjà qui est celui qui ne croit pas. Mystérieusement, l’évangéliste Jean, signale la trahison de Judas !

"Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait."

Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » Le mystère de la vie peut advenir en nous sans que nous en recherchions l’Auteur ! Mais il n’y a rien de durable dans notre vie sans un abandon réel à la volonté de notre Père. Si j’accepte de recevoir l’Auteur de ma vie, je me reconnais fils, existant de lui. « Cela nous est donné par le Père, » dit Jésus. Jésus a insisté jusqu’au bout sur le réalisme de la foi. Nous pouvons vivre une dépossession de nous même dans l’espérance que Dieu nous donne de l’avenir. C’est l’acceptation de ne pas vivre seul mais à partir d’un autre, l’attente de quelqu’un qui nous sauve. Cela se traduit par une ouverture au pauvre. Il s’agit de la réalité de Jésus venu dans la chair humaine. L’apôtre Jean qui a reçu Marie chez lui nous annonce le Don de Jésus par sa vie. Il y va de la réalité de Jésus à la croix qui réalise le don de son corps et de son sang, le don de sa vie. Nous recevons tout de lui, nous n’avons plus rien par nous-mêmes, mais nous espérons tout du Christ qui nous fait entrer dans un nouvel univers.

« À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. »

Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. » La certitude de Pierre est ouverture au Mystère de Dieu qui se laisse accueillir pauvrement en Jésus. La foi eucharistique ne sera pas entamée dans le reniement de Pierre qui a manqué d’espérance. Après le reniement, Jésus croisera le regard de Pierre qui se mettra à pleurer. Pierre a été nourri le Jeudi Saint du corps et du sang de Jésus, il se référera sans cesse à ce que Jésus a fait dans sa vie : « Seigneur, à qui irions-nous, tu as les paroles de la vie éternelle. » Au matin de la résurrection, au soir d’Emmaüs, c’est avec le pain partagé que nous sommes appelés à l’action de grâce. La puissance de l’amour infini de Dieu en Jésus est désormais à l’œuvre dans le cœur de l’Église, dans le cœur des Apôtres. La puissance de l’Esprit Saint agit dans l’Église qui continue l’œuvre de Jésus. C’est ainsi que nous voulons nous remettre à Dieu de tout notre être pour entrer dans le mystère de l’Eucharistie, le mystère du don de nous-même à la suite de Jésus. C’est le lieu de notre foi.

Nous demandons la grâce d’être confortés dans notre foi eucharistique pour reconnaître Jésus qui vient à nous et qui nous donne son Esprit Saint.

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article