Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous …

com

Évangile de Jésus-Christ
selon saint Jean 15,18-21.

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.
Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous.
Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre.
Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Saint Augustin

(354-430)
évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

Sermon 334, pour les Saints Martyrs, §1
 

« Vous n'appartenez pas au monde, puisque mon choix vous a tirés du monde »
 

  Tous les bons et fidèles chrétiens, mais surtout les glorieux martyrs, peuvent dire : « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rm 8,31). Contre eux le monde grondait, les peuples préparaient de vains complots, les princes se liguaient (Ps 2,1) ; on inventait de nouveaux tourments et imaginait contre eux d'incroyables supplices. On les accablait d'opprobre et d'accusations mensongères, on les enfermait dans des cachots insupportables, on labourait leur chair avec des ongles de fer, on les massacrait à coups d'épée, on les exposait aux bêtes, les livrait aux flammes, et ces martyrs du Christ s'écriaient : « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? »

    Le monde entier est contre vous, et vous dites : « Qui sera contre nous ? » Mais les martyrs nous répondent : « Qu'est-ce pour nous que ce monde tout entier, quand nous mourons pour celui par qui le monde a été fait ? » Qu'ils disent donc, les martyrs, qu'ils le redisent, et que nous écoutions et disions avec eux : « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » Ils peuvent déchaîner leur fureur, nous injurier, nous accuser injustement, nous couvrir de calomnies ; ils peuvent non seulement tuer mais torturer. Que feront-ils les martyrs ? Ils répéteront : « Voici que Dieu vient à mon secours, c'est le Seigneur qui soutient mon âme » (Ps 53,6)... Or, si le Seigneur est le soutien de mon âme, en quoi le monde peut-il me nuire ? ... C'est lui aussi qui rétablira mon corps... « Tous vos cheveux sont comptés » (Lc 12,7)... Disons donc, disons avec foi, disons avec espérance, avec un cœur brûlant de charité : « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? 

 

Méditation de l'évangile du père Gabriel

" Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous …"

DISCOURS APRÈS LA CÈNE – LES PERSÉCUTIONS

Jésus met ses amis devant la réalité : le monde ne comprend rien à sa mission. Ses œuvres elles-mêmes, ses miracles ne servent à rien sinon à attirer la haine et contre Lui et contre le Père qui l'a envoyé.

« Si Je n'avais pas fait parmi eux les œuvres que personne d'autre n'a faites, ils n'auraient pas de péché ; mais maintenant même après avoir vu, ils ont haï et Moi et mon Père » (Jn XV, 24). Cette influence spirituelle qui émane de Lui est intolérable pour les gens en place. Et cela dure et explique la haine qui, à chaque siècle, atteint les chrétientés.

« Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais comme vous n'êtes pas du monde, et que Je vous ai fait sortir du monde par mon choix, c'est pour cela que le monde vous hait» (ln XV, 18,19).

 Cette analyse de la situation par Jésus est tellement extraordinaire !

C'est exactement ce que les gouvernements et les partis reprochent aux chrétiens : leur influence spirituelle qui concurrence celle de l'État. Et Jésus d'ajouter : « Souvenez-vous de la Parole que Je vous ai dite : le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre » (ln XV, 20).

Jésus, d'ailleurs, garde son réalisme et son optimisme. Il y aura toujours des hommes qui écouteront sa parole, aujourd'hui comme de son temps. Mais en fait, ces persécutions, ces oppositions s'adressent d'abord à Lui, Jésus, l'Envoyé du Père. « Mais ils feront tout cela contre vous à cause de mon Nom, car ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé » (ln XV, 21).

 L'influence des idées du Seigneur gêne les gens en place, ou les groupes qui veulent conquérir le pouvoir, ou les États installés dans leur puissance. Jésus a averti ses disciples des dangers de la foi, en face de ces catégories qu'il appelle « le monde ». Oui, la foi en Jésus est dangereuse dans un « monde » qui veut, pour lui seul, l'autorité et l'influence sur les esprits et même les cœurs.

Dieu nous a choisis, Dieu nous a aimés d'un amour libre et premier. C'est un amour dangereux car, comme tout amour, il entraîne l'envie chez ceux qui l'ont refusé et qui en prennent ombrage.

Homélie du père Gilbert Adam

Samedi de la 5e semaine de Pâques

Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé.

"Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.

 

"Le monde," dans ce message de Jésus, désigne ceux qui s’opposent à l’initiative du Père : c’est le monde du refus de Dieu. Il ne s’agit pas d’une haine secrète, qui reste tapie au fond des cœurs, mais d’une haine active et efficace, qui va jusqu’à la persécution. Ce que le monde ne supporte pas, c’est l’Esprit Paraclet dont nul ne sait ni d’où il vient ni d’où il va. Nous pouvons échapper au monde du refus de Dieu et à son entreprise d’autonomie par rapport à Dieu. Nous adhérons à la liberté filiale dans l’obéissance à Dieu. Le Christ Jésus, notre Sauveur, a extirpé la haine qui peut encore sommeiller en nous. Cette haine peut-être réveillée par la haine du monde qui agit au milieu de nous ! Nous rencontrons en effet des obstacles à la vie divine et nous faisons l’expérience du « monde » qui est autour de nous mais aussi en nous. Appartenant au Christ, nous suivons Jésus, heureux de donner sa vie avec Marie qui était heureuse de donner sa vie à la suite de Jésus.

" Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui.

Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Parce qu’ils ne connaissaient pas Jésus et n’acceptaient pas Dieu qui l’envoie, les hommes du refus ont persécuté Jésus l’Envoyé du Père. Le procès intenté à Jésus et qui l’a mené à la croix, se perpétue en procès contre les amis de Jésus, obéissant comme Jésus jusqu’à la mort. De même, l’Église servante épouse tout le destin de son Seigneur : destin de service, destin d’obéissance inconditionnelle. Le vieillard Siméon avait annoncé à Marie : « Un glaive de douleur transpercera ton âme. » Quand Marie portait Jésus en elle, il la protégeait et elle le protégeait. C’est en passant par le cœur de Marie que le cœur de Jésus a été blessé. La haine du monde contre nous est le signe que nous avançons véritablement dans le cœur de Jésus. Nous sommes toujours remis devant l’amour infini de Dieu. Nous vivons dans la foi en Jésus Christ, éclairés par sa Parole et nourrit par les sacrements qui nous donnent la vie de Dieu. Ils nous rendent victorieux de tout mal : « Demeurer dans mon amour comme je demeure dans le Père, demeurez en moi. »

« Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. »

Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. En fait, la haine du monde ne fait pas échec à Dieu ni à son dessein de salut, car l’œuvre de haine, la persécution, loin de séparer le croyant de son Sauveur, intensifie sa relation au Fils et au Père. Mieux encore, la persécution nous fait entrer dans la réponse filiale de Jésus à son Père. Marie, qui a donné son consentement pour les mystères de joie à Noël, a donné aussi son consentement pour toute la vie de Jésus. C’est progressivement qu’elle a découvert les mystères douloureux de sa vie. En donnant son consentement aux mystères de douleur, Marie était déjà glorifié en Lui. « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. » Parce que nous sommes infiniment aimés, c’est seulement dans l’amour que nous pourrons affronter les épreuves et la haine qui nous vient du monde. Dans cet amour nous pouvons tout supporter car il nous faut encore être purifiés, pacifiés et illuminés. C’est un travail tout intérieur de Jésus qui nous est donné pour opérer notre libération totale. Quand nous sommes libérés, des fleuves d’eau vive ou l’amour de compassion prend corps, coulent en nous. Nous sommes témoins de la transformation progressive de notre vie en Dieu, il nous donne d’aimer dans l’Esprit Saint.

Nous demandons à l’Esprit Saint la grâce de demeurer en Jésus pour vivre profondément du mystère de sa vie.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article