Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CE PRINTEMPS JOURS DE JOIE

090313075021185988

 

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !

N'ai-je donc tant vécu que pour avoir la peine

D’un triste sort de mon livre fini dans l’infini

Puisque la ligue des perdreaux brûle à peine.

Tous ces amis que je croyais sincère !

Ô rage ! Ô désespoir Ô désillusion

Tant de fois je crus en ce pouvoir

Sans pour autant parvenir à décrocher

Ce qui ne fut pas sans m’émouvoir

Alors que ces textes sont si appréciés

O rage ! Ô désespoir ! D’être inconnue !

Oh  bien sur hier j’étais l’ingénue

Maintenant je n’ai plus cet état

Seulement certains éditeurs sont des états

Ils se prennent pour le nombril du monde

Alors que d’autres cherchent et ne trouve pas

La crainte de la personnalité du nouveau

L’argent leur moteur les aveugles

Le petit écrivain nouveau sur la route

Se cramponne pour ne pas être en déroute.

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô désir inassouvi

Que de larmes versées pour rien

Que de prières stériles de galériens

Se transformant en espoir aérien !

Malheur aux à ces magnifiques vauriens

O rage ! Ô désespoir ! Ô douceurs amères !

Rien n’est plus enseignant

Que la méchanceté des mots sur du velours,

Leurs mots, ont fabriqués des maux

Ceux-ci ont rendu la force du combattant

Ô rage ! Ô désespoir ! Le nouveau à gagné !

Inconnu il fut, connu à ce jour il est.

Les amis l’ont soutenu, il en est tout retourné

Le bonheur l’inonde avec le printemps

Ce printemps est jours de joie.

 

MIM Nanou 75

Texte inspiré et semi parodié

du CID de Pierre Corneille.

 

Voir les commentaires

C’EST UNE AFFAIRE DE SEING

Le dessin peu être le seing

Déterminant le destin

D’un esprit sain

 

Or le Saint lui se donne

Dans le charme d’un sein

 Dans une voie lactée saine

 

Rien n’est plus sain

Qu’une scène plaidée

Au bord de la Seine

 

Tout est scellé par le seing

Lorsque l’amour sain est le destin

Des scènes venues du sein des saints

 

Monique Isope Macalou5552185007_29a386ff39.jpg

Voir les commentaires

CE PETIT COUCOU

Ce petit coucou

Je suis tout simplement radieuse.

Oui j’ai cette amitié délicieuse.

Ce bonheur de me sentir aimée.

Le retrouver animé

Dans son monde virtuel enflammé

Sa réalité dans le macramé

Son irréalité enthousiaste

Sa légitimité emplumée.

Chaque jour plus parfumé.

 

A ce petit coucou

Nous échangeons nos idées

Sans brimer la différence,

La complicité se confirme,

Cette amitié naissante

Poursuivant nos idéaux

Dépouillé d’orgueil

Sans pour autant consommer

Ni se consumer.

0045.gif

Voir les commentaires

LA PAGE BLANCHE

écritoireAu moment d’une page sans écriture,

Je me dis tu ne dois pas risquer la rupture.

Bien que des messages variés carburent,

Cette solitude de l’esprit me sature.

 

Que d’émoi dans l’esprit aérien

Que d’énervement pour rien

Des torpeurs puis des icariens

Et çà retombe pour un rien

 

La page blanche la hantise

De l’écrivain qui la courtise

Sa main suspendue poétise

    Espérant  trouver une prise

 

MIM Nanou 75écritoire

Voir les commentaires

SACRE VENDREDI !

4a6dea58.jpg

Essoufflé le vent redit

Va chercher Vendredi

Il a un sacré flair ce bandit

Ce jour est vendredi

Demain il va vendre diamant

Puisque son dit amant

Lui fut l’infidèle dormant

D’un soir d’or mendiant

Un peu d’amour dit en passant

Ne sont que des maux passants

Déclare Maupassant 

Pour n’être que les dindons

D’une farce qui n’est pas d’un don

 

11 Février 2011

 

Monique Isope Macalou

 

Je vous souhaite une bonne journée


Voir les commentaires

CES SONGES D’UNE NUIT

 

a-travers-les-pins---Copie.jpg

 

Sève miraculeuse s'abreuvant d’espoir.

Du fond de ma souffrance et du désespoir.

Naît ce bonheur guérisseur d’une nuit noire.

Elle ondoie la fleur de rêve la cajoleuse,

Elle tournoie comme la pie voleuse,

Sa volonté enivrante et mystérieuse.

Du mystère de la frileuse rieuse

Mon âme roule dans ce doux délice

S’enrobe d’une tendre malice.

Elle offre son artifice sans sacrifice

A cette délicieuse fontaine ou glisse.

L’eau bienfaisante sur mes cicatrices

 

Ces rêves  roulent dans les nuées

Au son enchanteur de la vielle

L’aurore enflamme le ciel

Mon âme en est toute remuée

Demain sera fait de miel

Il n’y a pas son pareil

Dans ce rêve des merveilles.

Tombe, tombe la pluie,

Où ce souvenir reluit.

Caché sous le parapluie

Paraissant être celui

Des souvenirs mourant d’ennui.

Bien qu’il ne fasse pas nuit,

La belle de nuit s'épanouit

Ainsi va la vie de l’inouïe.

Bien qu'il n’a pas d'ouïe

Il lui a fallu dire oui

 

Cette pensée m'amène

Au printemps sans gêne

Cet été là, à Jérusalem.

Il a ce feu d’automne pour diadème

L’hiver c’est la neige son emblème

Je rêve, oui je rêve d’une crème

A  savourer sans problème.

En rêvant d’un système

Parfait celui du saint-chrême

Bien sur ce n’est qu’un rêve

Hélas il n’y a  pas de suprême !

La chimère reste brève

 

Ce jeu coure avec le jour

Ainsi il est  plus court

La fleur du ciel parcoure

La destinée sans discours.

Sans même un détour.

Ce songe si lointain

Au milieu des lupins

Semble si proche

Qu’il est sans reproche.

 

Le flirte avec la lune

Nez en l’air humant la brume.

La licorne s’enrhume

Le maréchal frappe l’enclume.

Le pêcheur enlève l’écume.

Les étoiles filent et fument

Les souvenirs s’exhument.

C’est de cet amour que j’éternue

La galaxie des poètes rêve des nues

Qu'ils arpentent sans retenue

Plongeant dans son contenu

Sans y être vue.

 provence-2.jpg

Dans ce songe la sève de deux corps

Prends un tournant brûlant d’effort

Où se trouve le réconfort,

Dans cet immense Océan d'or.

Je m'abandonne au soleil,

Sur la plage des merveilles

Le regard s’émerveille.

A l'aube enfin je m'éveille

Le feu des caresses s’enraye

Alors  le songe du sommeil

Disparaissent au réveil.

Au cœur des vagues imprégnées

Du guide de la destinée ensoleillée,

De cet amour unissant l’effeuillé

Au divin plaisir de l’estampillé

Du large infini du fruit de la veillée.

Souvenirs des nuits de l’atelier

Où il en a été le domicilié.

Monique Isope Macalou

www.copyright 00049843-1" © Monique Isope Macalou 2011-Tous droits réservés pour tous pays

Voir les commentaires

PRES DE MA RIVIERE

ma rivière et mon arbre

Près de ma rivière

Son chant joyeux

Annonce le bonheur

Le soleil revient

 

 Près de ma rivière

La brise m’effleure

Le bonjour des fleurs

Ravit mon cœur

 

Près de ma rivière

Les oiseaux annoncent

La naissance en réponse

Aux appels d’hier

 

Près de ma rivière

Sous mon arbre préféré

Il est mon référé

Aux questions linières

 

Près de ma rivière

Mon arbre centenaire

Du vent me protège

Des candeurs d’un siège

 

 

Monique Isope Macalou

21 Mars 2011

 

Voir les commentaires

LE DON DE LA SAGESSE

 

 

l-arbre-de-la-sagesse.jpgLa sagesse est-ce un paravent

Pour cacher la maladresse ?

Est-ce une attitude nous liant

Dans une situation bien définie ?

Quand tu as la mélancolie

Qu’elle t’envahie Jusqu’à la lie,

Ne boude pas, ne reste pas au lit,

Prend une lecture et lis

En gourmet comme une friandise

Pour que l’on ne te fasse pas guiliguili.

Visite et appelle tes amis avec le lys,

Soit leur soleil de la vie et leur lien

A la chaîne de celui qui se replie

Ainsi revient l’affection sans faux plis

La sagesse c’est réfléchir avant d’agir

C’est savourer un alcool sans excès

Se régaler d’un met avec délicatesse

Cultiver tailler les arbres avec respect

Aimer fidèlement le choix de son cœur

C’est mesurer les projets d’avenir

Seulement l’amour n’a point de sagesse

Dans la rencontre de deux êtres

Point de sagesse dans nos hésitations

Pire dans nos certitudes vaniteuses

Pourtant l’amour est sagesse

Quand il œuvre pour le bien de l’univers

Car il est source de paix

La sagesse c’est le don de la sérénitéchouette

Voir les commentaires

UN CERTAIN REGARD

76414931.jpg

Enfin le printemps arrive précoce

Un jour beau un jour féroce

Les étoiles clignotent

La lune c’est le clin d’œil.

 

Le chant de la nuit souvent effraie

L’effraie comme la hulotte hululent

Elles transpercent la brume

Perchées elles scrutent

 

Au levé du jour le brouillard se lève

Dépose la rosée miroitante

Sous le réveil du soleil

La lune tarde de se coucher

 

Le merle heureux est si matinal

Qu’il sonne le réveille en bon mâle

La pie s’envole en jacassant

Le pinson salut de son timbre renversant

 

Discernant leur joie une idée bête

Me vint en allant dans le jardin

Le bonheur de participer à la fête

Me fit fredonner un refrain

 

Le  visage de la nature au printemps

C’est le tableau d’un peintre

Dessinant l’ange de l’instant

La caresse est son empreinte

 

 

 

 "Copyright" © Monique Isope Macalou 2011-Tous droits réservés pour tous pays

 

 46703762.jpg

Voir les commentaires

LES ROSES

090313075021185988.gif

La rose des penseurs

Est souvent celle des senseurs

Elle pour odeur sa sœur

Dans ce caniveau de l’encenseur

 

La rose de l’important

C’est un cœur bien portant

D’un bonheur réconfortant

Sans l’égo du débutant

 

La rose de l’univers

C’est un poète à l’envers

Clamant des vers

Sans livre ouvert

 

La rose de l’instant

Est celle du consultant

Pour son cœur palpitant

Puisqu’il reste distant

 

La rose du divers

C’est un bouquet de primevère

Chanté par les trouvères

Suivant la ligne sans travers.

 

La rose peut être pacifique,

La céleste des magnifiques,

Dans le ciel philosophique

Des penseurs soporifiques

 

Monique Isope Macalou

 "Copyright" © Monique Isope Macalou 2011-Tous droits réservés pour tous pays

pentite-pens-e-255a212-copie-1.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 > >>