Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir et avoir c’est percevoir

Voir-et-avoir-c-est-percevoir.jpg

 

Allez voir, ce qui est à voir,

Ce jour est à voir en particulier,

Il est un devoir de percevoir,

Ce qui se trame pour voir,

Combien il va pourvoir,

Au manque de ses avoirs.

Allons voir si au pays des avoirs,

Pour percevoir un nouvel avoir,

Combien pèse-t-on pour nous revoir ?

Nous ne pouvons le voir,

Pourtant il a tout à voir,

En rusé il laisse entrevoir une porte.

 

Il veut nous faire voir,

Qu’un jour il va voir,

Car il doit voir quelqu’un,

Avant devoir statuer,

Pour voir venir,

La réalité des avoirs.

Cependant je voudrais bien vous y voir

Pour voir grand le problème,

Le résoudre sans un essai pour voir.

Voyez-vous il est impossible d’avoir,

L’avoir sans avoir le devoir d’un avoir à voir.

Voir les commentaires

LA FÉE DES CŒURS

fee-des-coeurs.jpg

La tristesse de la solitude,

Apporte la certitude,

Qu’un jour viendra la  sollicitude.

 

Le cœur brisé d’amertume,

Appelle la coutume,

Avant qu’il soit posthume.

 

La fée des cœurs charme,

Avec cupidon son arme,

Jamais ne désarme.

 

Elle verse une larme,

De sa potion parme,

À la moindre alarme.

 

Elle ajoute sous la lune,

Une goutte de runes,

Interdisant la dune.

 

La fée des cœurs est complaisance,

Sa baguette donne l’abondance,

D’un amour se voulant intense.

 

Totalement, expressément,

Fougueuse assurément,

L’amour en est le sédiment.

 

Mim Nanou75

Voir les commentaires

Abba - Take A Chance On Me

Music video by Abba performing Take A Chance On Me. (C) 1977 Polar Music International AB

Music video by Abba performing Take A Chance On Me. (C) 1977 Polar Music International AB

Voir les commentaires

La sagesse

La-sagesse.jpg

Elle est le genre de la politesse,

Le  paravent de toute maladresse,

Par nature, prudence est sa maîtresse,

Le discernement en est la compresse.

 

La sagesse n’est pas la mélancolie,

Voire, si elle arrive à la lie,

Ne reste pas toute la journée au lit,

l’auteur joyeux, en soit  réconcilie.

 

À l’égard des douceurs, ce délit éveil,

Les voix amicales donnant les conseils,

La vie est ce fameux le lien soleil.

La sagesse s’y veut être merveille.

 

Le repli sur soi n’est point sagesse,

Une sécurité douteuse sans souplesse,

C’est tout simplement, une forme de noblesse,

Rien ne vient défier en souplesse.

 

Voir les commentaires

Poétiquement

Poetiquement.jpg

Quelle politique est une poésie ?

Tout dépend du regard accordé,

À l’humain, aux mots ou les deux.

 

Les mots sont importants pour tous,

Seuls leurs usages diffèrent royalement,

Les discours sont proclamés avec verve.

 

Le poète clame avec sensibilité ses mots,

Ils les tissent, les fonds dans le charme,

Il exprime, écrit, clame :

 

Ses pensée,

Ses émois,

Ses espérances.

 

Les mots sont la fleur de l’esprit,

Le parfum des sentiments,

Les caresses affectueuses

Voir les commentaires

L’orage

l-orage.jpg

Soudain un éclair me transperce

La pluie battante frappe, se déverse,

Coure sur mon livret, me réveille.

 

Le tonnerre tonitruant éclate,

Je me bouche l’oreille,

Le réveil brutal du songe me renversent.

 

Mon nez atterri dans mon verre

Cauchemar de Rocambole,

Dans mon verre flottais un ver !

 

Mon regard va vers Éole

Bien que mes yeux soient grand ouverts,

Tel le myope je rampe, tâte le sol.

 

Soudain je me souviens du tournesol,

À l’entrée de la caverne de l’école,

Là où le roc se transforme en parasol !

 

Alors reprenant mes esprits,

Espérant en avoir plein, je transcris,

Ce qu’un jour peut-être sera un manuscrit

 

Voir les commentaires

SUIS-JE AU CIEL ?

Suis-je-au-ciel.jpg

Suis-je au ciel ?

Quand je goûte le miel

De ma belle montagne.

Les abeilles m’y accompagnent

Assurément puisque la vigueur

Du sourire est de rigueur

 

En est-ce la valeur

Suite à ce dur labeur

Que la joie du service

Loin du précipice

Au ciel me poursuit

Là où je suis !

 

De quel ciel s’agit-il ?

Celui de la gourmandise,

Nombreuse sont les friandises

Celles d’une bouche épicurienne

Des dictions de la comédienne

Des actions de la politiciennes

 

S’agit-il du ciel primaire

Celui du céleste bonheur

Le chant d’éternelle clameur

Du pardon d’Omer intérimaire

Ou bien ce paradis

Si souvent discrédit

 

Seulement les anges m’accompagnent

Lorsque d’un coma, je me réveille

Quand le rossignol dans la campagne

Siffle, chante, m’émerveille

La glycine au parfum envoûtant

M’enchaîne en même temps

 

Oui au Ciel je suis

Quant au lit je suis

Un livre dans la main

Rêvant au lendemain

Dans la sécurité planétaire

Sans être obligée de se taire

Voir les commentaires

LA PENSEE, RESTE LIBRE

la-pensee-reste-libre.jpgLa pensée et la langue gouvernent,

Nos pas, notre avenir, nos joies.

Également nos peines, nos malheurs.

 

Elles ne sont pas l'image d’une fleur.

La fleur loin des pensées humaines,

Fleurie sans l’altruisme humain.

 

Cette fleur aux diversités colorées,

S’apparente aux ethnies humaines,

Sa tête sourit dans l’allégresse.

 

Pensée, la langue des colporteuses,

Elles sont responsables des rumeurs,

Des grands tapages médiatiques.

 

Il n’y a pas de fumée sans feu, dit-on,

La vérité est-elle respectée?

Lorsque le mal est fait, il est trop tard.

 

Les ragots courent tellement vite,

Les commères publient sans vérifier,

Leurs toupets est causes des problèmes

 

En divulguant ces informations,

Elles se jugent irréprochables.

Le sont-elles selon leurs critères ?

 

Elles glosent selon leur logique,

Sans vergognes s’érigent en censeurs,

Se croyant toujours au-dessus des lois

 

Elles sont si peu de choses dans la vie.

Par la langue, la pensée, elles Sont,

Tout au moins elles se l’imaginent.

 

Pensées et langue sont partenaires.

Elles supputent sciemment leur ferment

Jetant leur hégémonie sur le naïf.

 

Réunies, elles sont philosophes,

Voire sociables, charitables,

En s’insurgeant du philosophisme.

 

N’avons-nous pas le droit de penser?

Évidemment qui pourrai l’empêcher !

La pensée, la langue en sont le brio.

 

La pensée ne peut être unique.

Pensée et langue chacune sont propre,

À l’origine et dialecte.

 

 

L’avenir, utilise pensées et langues,

Les sentiments doux ou la colère,

C’est le dilemme de chaque instant.

 

Elles font parfois preuve de snobisme,

Ou sont responsables des merveilles,

Quelquefois, ce sont les pires horreurs.

 

La fleur de l’âme, loge en voisine.

Avec la parole médicinale,

Apportant la gaze aux plaies.

 

Une pensée rebelle pourrait être,

L’une des belles des fleurs de l’esprit,

Mais également un vrai cauchemar.

 

Alors, si nos pensées quel qu’elles soient,

Et, si, notre langage s’unit.

Elles traduisent de notre ego.

 

L’humain est constitué d’eau,

Aussi de capacités magiques.

Qu’il a nommé pensées et langages.

 

Tout vivant pense et a une langue.

Toute langue n’est pas langage

Puisqu’elle est un organe charnu.

 

Alors que, je réfléchis à la pensée,

J’aimerais méditer sur le bonheur,

D’avoir la chance de penser librement.

 

On peut toujours museler la langue.

La pensée vagabonde librement,

J’espère que cela restera ainsi.

Voir les commentaires

AVOIR FAIM DE…

AVOIR-FAIM-DE-.jpg

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

Avoir faim de ton corps

De tes mains possessives

De tes bras sécuritaires

Avoir soif de tes mots

De ton regard envoutant

L’attente en est si dure

 

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

Avoir faim de ces beaux fruits

De ce sentier malicieux

Poursuivant une biche joueuse

Avoir soif de cet automne

Aux feuillages rouges et or

Attendre la fin des vendanges

 

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

Avoir faim sans fin

Un quignon de pain

Un sourire en plus

Avoir soif d’un peu d’eau fraiche

D’un peu de respect

D’un simple regard

 

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

La faim du pouvoir

Ne jamais s’émouvoir

Obtenir les accessoires

La soif de la fortune

Soif de représentation

Ça sert à quoi ces misères?

 

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

Sur ce lit d’hôpital

On a plus faim

On attend la fin

On n’a plus soif

On se décoiffe

La fin est proche

 

Avoir faim

Avoir soif

Et attendre la fin

 

Enfin la vie est une fin

Si l’on a plus faim

Si l’on a plus soif

Que nous reste-t-il ?

Des interrogations

Sans plus d’obligations           

Voir les commentaires

L’égoïste

l-egoiste-2.jpg

 

 

 

Le miracle de l’égoïsme,

Est ne pas savoir aimer,

Puisqu’il est lui, tout seul.

 

Lui, l’égoïste, seul sait aimer,

Par trop d’amour de lui-même,

Il envahit l’univers de l’autre.

 

Il réfléchit beaucoup pour son confort,

Non pas pour le bien-être de l’autre,

Mais comment acquérir un mieux-être,

 

Sa motivation première,

Il ne doit pas avoir à donner à l’autre,

À moins, que ce soit son objectif.

l-egoiste.jpg

L’égoïste est un manipulateur,

Ceci est de premier ordre,

Car son confort mental lui est cher.

 

Peu lui importe la souffrance de l’autre,

De toute façon, il ne le voit pas,

Puisque introverti, tout revient sur lui.

 

À lui

En lui

Pour lui

Tel est sa devise.

12 mai 2012

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>