Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand vient l’hiver

 

 

Le vent siffle sa chansonnette.

Souffle sa puissance à nos portes,

Déporte les feuilles, les emporte.

Les flammes lèchent la cheminée.

Les bûches pétillantes flambent,

Sautent, dansent, chantent.

 

Les feuilles mortes tombent,

Roulent, s’envolent, courent.

Mon marronnier se dénude,

Fébrile il  frissonne doucement,

Ses yeux sont sur ma chambre,

Malgré le froid mon ami veille.

 

La tonnelle se transforme.

En multicolore elle est,

Verte, orangée, or, marron.

Sa jupe descend jusqu’au  pied.

La treille est son squelette.

Seul reste, le vert de la peinture.

 

Nos arbres sont enfin nus,

Leurs membres sont sombres,

Leurs corps si fiers grelottent.

Le jardinier a ratissé le sol.

Les corneilles et pies,

   Elles affrontent le froid hivernal.

 

Viennent-de-Paraitre.jpglink

j

JOYEUSES FÊTES DE FIN D'ANNEES

Voir les commentaires

Le chant du cygne amoureux

cygnes-N-B-amour.jpg

 

Un chant mélodieux

Des  jours radieux

Des nuits voluptueuses,

Les étoiles fastueuses,

Dans les yeux du suprême,

Amour sincère de l’extrême

Que seule la jeunesse,

Glorifie dans l’ivresse,

D’un long sentier,

Aux bordures d’églantier.

 

Cygnes au plumage noir ou blanc majestueux,

Élèvent leurs voix dans  un chant harmonieux,

Vers leurs  belles aux allures si gracieuses,

Elles attendent fébriles fières et silencieuses.

 

Un soir de printemps, leurs longs cols se ploient,

Dans leurs ailes, les yeux clos, leurs rêves les envoient,

Vers une nuée brumeuse lumineuse dans une douce joie,

La torpeur, l’indolence sont leurs seul emplois.

 

Dans leurs songes, ils imaginent l’hymne du bonheur,

Les  cœurs brisés, retrouvent  les plaisirs du promeneur.

Ces cygnes  sauvages amoureux des blanches demoiselles,

S’étirent vers  une destinée douce sur des notes naturelles.

 

Leurs  sorts de bienheureux  amènent des jaloux,

Ils  voguent lentement d'une rive à l'autre en filous.

Ils suivent les contours de l'onde fraîche et furtive,

L’aimée se fait prier, elle est si belle et intuitive.

 

Sous le soleil ardent soleil, un cygne noir attend  au rivage,

Il patiente langoureusement, doucement le passage,

De ce col tellement  gracieux, de sa blanche amie,

Son espérance est à la hauteur  de sa monogamie.

 

Mille perles d'argent brillent sur l’eau tel un grimoire

Elles y laissent une rosée sur leurs plumes moire.

Les  saules  s’agitent  dans une fièvre brulante,

Ils se préservent dans le secret de  ces passions galantes.

 

Un rameau caresse doucement, prestement  effleure,

L’aile en chassant les feuilles, qui  y demeurent,

Tel le souvenir douloureux  devenu trop sensible,

À l’emprise d’un passé, d’une tristesse submersible.

 

Un soir, abordant la rive  verdoyante, chatoyante,

Fleurs et gazon accueille l’amoureux flamboyant,

La belle aux pas cadencés suit la brise inspirée,

Écoutant les mots doux, susurrés, murmurés.

 

Un chant mélodieux

Des  jours radieux

Des nuits voluptueuses,

Les étoiles fastueuses,

Dans les yeux du suprême,

Amour sincère de l’extrême

Que seule la jeunesse,

Glorifie dans l’ivresse,

D’un long sentier,

Aux bordures  d’églantier.

 

Les cygnes noirs et blancs aux amours dignes,

Des cœurs souffrants  signent ce qui les assigne,

Dans la douleur, des  pleurs venus du cœur,

Ce chant aux voix unies venue des profondeurs.

Cygnes-noirs--blancs.jpg

Voir les commentaires

SANS VOUS, JE NE SUIS RIEN

ESPOIR D'UN BONHEUR

Les oiseaux chagrinés ne chantent plus,

Ils se cachent.

Ne me quitte pas, ne me quitte pas,

Sans vous je ne suis rien.

 

Les étoiles se mettent à l’abri,

Elles ont peur.

Reste avec moi, reste avec moi

Sans vous je ne suis rien.

 

Les poissons s’enfoncent dans la vase,

Ils sont craintifs.

Pourquoi vous enfuir ? Pourquoi vous enfuir ?

Sans vous je ne suis rien.

 

La terre tressaille sous mes pieds,

Sauve qui peut !

Ne m’oubliez pas, ne m’oubliez pas

Sans vous je ne suis rien.

 

29 janvier 2012

Voir les commentaires

L’apocalypse arrive

1353070 japon-vague-incendie-sendai-capture-bbc

L’apocalypse arrive

L’homme n’y prend  garde.

Ce n’est pas un jour terrestre

C’est un jour de l’univers

 

Ce jour, court dans l’univers

Long pour ce monde terrien

Pas de correspondances données

Seulement des supputations.

 

Des escrocs en profitent

Leurs crocs sont longs

Incisifs ils naviguent

Leurs âmes sont démentes.

 

Pourtant les journalistes relayent

Informent, clament, débattent,

Créant les psychoses chez les âmes

À la fois fragiles et peureuses.

 

Pourtant ce jour-là…

C’est l’équinoxe de l’hiver !

La fin d’un cycle naturel,

Pas la fin du monde.B000017

Voir les commentaires

La voie des voix

La voie des voix 2

Il est de vive voix,

Qu’un fait me fut révéler,

Sur la voie d’un canal radio,

Ce réseau en voie de devenir.

 

Il déraille sur cette voie,

Pour cause de désobéissances,

À la voix de son maître.

Pourtant cette voix guide le peuple.

 

C’est la voix de la raison,

Celles des voix et des actes,

Le jugement décompte les voix,

Sur la voie de la démocratie.

 

Sont jugées les voix actives,

Puis celles des négatives,

Vient la réflexion des passives,

Pour finir, un résultat de voix dubitatives.

 

Ces voix sont en voies sans perspectives.

L’avenir sur ces voies d’extrêmes,

Verront leur porte-voix devenir blême,

Après le temps des voix emblématiques     

 

   MimNanou75 Monique Isope Macalou 

Voir les commentaires

Ose et oser

Avoir un idéal

J’ose

J’ose et me pose

Tu oses et tu dispose

Il ose et  il dépose

Elle ose et elle appose

Nous osons et nous composons

Vous osez sans indisposer

Ils osent et exposent

Elles osent et se reposent.

 

Oser la vie de nos rêves,

C’est enfin vivre,

Sans la trêve.

 

Osez, osez, ainsi va la vie

N’ayez pas peur osé,

Osez vos envies,

Sans oser poser un leurre.

Oser charmer le lecteur,

Il ne vous coûtera que du bonheur.

Osez exposer vos malheurs,

Un seul ami vous redonnera vie.

 

Voir les commentaires

Que vais-je faire ?

00040750 vivre à 2Que vais-je faire ?

Maintenant que tu es parti

 

L’étoile se cache derrière un nuage,

Gris, moutonneux, larmoyant.

La fraîcheur monte vers elle,

La nuit est dans mon cœur.

 

Que vais-je faire ?

Maintenant que tu es parti

 

Depuis que tu n’es plus là,

Le vide crie en moi,

La glace comble ce néant,

Rien ne va plus.

 

Que vais-je faire ?

Maintenant que tu es parti.

 

Mon cœur saigne sans discontinuer,

L’orage gronde, sans éclater,

Des larmes sèches se répandent,

Comme dans la mer morte.

 

Que vais-je devenir ?

Puisque tu n’es plus là.

Voir les commentaires

Mon miroir

Blamer

Comme le hibou à l’aurore

Tu te couches pour dormir

Mais toi mon beau miroir

Tu te réveilles avec moi

 

Ma vie, ta vie est à l’unisson

Nous sourions ensemble

Nous rions de concert

Nous pleurons en chœur

 

Te dire adieu mon ami est difficile

Toi le complice de mes rides

Mon confident des beaux jours

Celui des mauvais jours.

 

Tu me fais face à chaque regard

Même si, je rejette mon image

Pourtant tu restes là, disponible

Froid, comme l’Ange noir

 

Reconnaître ta fidélité

Voir mon image est insupportable

Au jour venu tu seras toujours là

Avec ton regard sans concession

 

Tu expliqueras silencieusement,

Le passage dans l’au-delà,

Une grimace qui se veut sourire

Ainsi je te ferai mes adieux

 

Miroir, mon beau miroir

Je passerai dans ton monde

Tu me tourneras le dos.

Tu ne bouges plus pourquoi ?

 

Je suis seule dans l’infini

De loin je te vois translucide !

La lumière m’inonde sans éblouir

Tu m’as tracé le chemin de la foi

 

Cette foi dans l’amour de l’infini

Menant à la vertu mentale,

Sans aspérité, sans contrainte,

Dans le respect de l’Éternité

 

Mon cri a brisé mon beau miroir

Pourquoi t’ai-je écouter ?

Tu as souvent déchiré mon âme

Sans toi qui suis-je mon ami ?

 

Voir les commentaires

Comme on fait son lit, on se couche

2

Avenir, dit-moi que me réserves-tu ?

Je m’interroge toujours

Anxiété crainte

Rêve d’espoir enfin exaucé

Avenir qui est-tu pour me faire languir ?

Toi, tu es si mystérieux !

 

L'avenir c’est ce mystère

Angoissant pour certain

D’autre l’ardeur, l’envoûtement

L’avenir est à eux pensent-ils

Point d’interrogation pour ceux-là

Est-ce le secret du bonheur ?

 

Pourtant l’avenir reste une interrogation

Que l'on s’emploi chaque jour

À construire avec application

Il n’y a point d’austérité, ni damnation

L’amour de ce qui vit est l’avenir des lumières

L’avenir est le résultat de notre conduite

 

C’est dit-on :

Comme on fait son lit, on se couche


MIM Nanou    75  1/9/2011

Voir les commentaires

LES OISEAUX PERDUS

Le matin compte ses oiseaux

 

Et ne retrouve pas son compte.

 

 

 

Il manque aujourd'hui trois moineaux,

 

Un pinson et quatre colombes.

 

 

 

Ils ont volé si haut, la nuit,

 

Volé si haut, les étourdis,

 

 

 

Qu'à l'aube ils n'ont plus trouvé trace

 

De notre terre dans l'espace.

 

 

 

Pourvu qu'une étoile filante

 

Les prenne sur sa queue brillante

 

 

 

Et les ramène ! Il fait si doux

 

Quand les oiseaux chantent pour nous.


Maurice Carême

 

 

C'est auteur que j'aime bien

Voir les commentaires

1 2 > >>