Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon nouveau combat, est-ce le dernier ?

croix celtiqueAlors, que tout aller comme sur des roulettes,

Un fainéant malfaisant tente de me faire chuter

Que je suis fatiguée de tous ces combats stériles

Est-ce le dernier, celui du recueil à venir.

Combien est difficile ce parcours de mes derniers jours,

Cet engagement contre ces prétentieux précieux

Qu’ont-ils dans la tête, en dehors de leur suffisance?

Rien assurément, puisque leur cœur est vide, futile.

 

Leurs langues persifleuses accusent preuves à l’appui,

Un éditeur peu sérieux a publié un roman non publiable.

J’étais naïve et fière de ce premier roman,

Il m’a coûté, la correction non effectuées

Ces faux amis, me déclarent nulle, je ne suis pas du sérail!

Comme des perroquets ils distillent sans savoir leurs mots

Assassins, traitre, ils sont envahissant l’univers de l’amie.

La gloire seule est pour eux seul, ils jugent sans vergogne.

 

Ils ne veulent reconnaître qu’un autre livre est sorti sans erreur

Seul le roman est retenu dans leur esprit étroit.

Qu’imaginent-ils, leurs pensées incontournable et sûre?

Que d’orgueil dans cet univers, ce monde où l’on ne m’accorde pas de place!

Pourtant mes amis internautes, me soutiennent,

Serai-je encore à vous parler sans eux?

 

Je pense que non, car tout m’est cruauté,

Ce mari malade qui me tourmente,

Mais lui au moins ce n’est pas de sa faute,

On ne commande pas la maladie.

 

Quand je vois les élections, c’est mortel,

Il n’y a rien de bon qui va en sortir,

Ce pays est ingérable.

Celui qui gagnera ne pourra tenir ses promesses.

 

Enfin un éditeur faisant son possible,

Sa gentillesse est véridique,

Même son honnêteté!

C’est remarquable dans ce milieu.

 

Pourtant mon livre n’est pas arrivé,

Comme on me l’avait promis,

De dédicace, il n’y aura point!

À cause de la Poste!

 

Chaque pas, m’est un combat,

Chaque mot, m’est un combat,

Chaque €uro, m’est un combat,

Je n’en peux plus, de cet univers.

 

Mon fils que je ne peux voir,

Ce monde si cruel envers moi,

On me voit sourire,

Pourtant, mon cœur saigne.

 

Ma consolation est si petite,

Ma petite et douce Kiwi,

Combien de temps cela me suffira-t-il?

Suis-je, enfin, arrivée au bout de mon temps?

 

12 août 2011

Voir les commentaires

Amour présent

B000021

 

      Lorsque l’amour est présent

Il est le  bijou, le présent.

Les cœurs sont exempts

De pensées méprisantes.

 

Leurs idées sont attirantes

Leurs boutades amusantes

Leurs mots doux sont jouissances

Leurs domaines sont réjouissances.

 

3 janvier 2013

Voir les commentaires

L’ennui de la vie

la déprime

La  neige tombe,

Tombe

Mes pas s’enfoncent

S’enfoncent

Leurs souvenirs restent,

Restent

Tendresse à devenir,

Devenir

C’est l’ennui de la vie

 

C’est l’ennui de ma vie

Comme une feuille d’automne,

Voletante elle s’étonne

D’un cœur monotone

Mon esprit vogue

Dans la pirogue

Du nuage musicologue

 

Un nuage rosé avance,

Avance.

Aston en connivence

Connivence

Arrive en convergence

Convergence

Protecteur d’une nature

Nature

Triomphante elle perdure

 

Radieuse comme une rose

Rarement  morose

Elle y dépose

Puis se dispose

Selon  l’humeur

Avec l’ardeur

D’un grand parfumeur

 

L’amour s’enflamme,

Enflamme

Le brasier devient froid,

Froid

Il se transforme en cendre,

Cendre

Dans les méandres il va,

Va

C’est l’ennui de la vie

 

Lentement, elle s’éveillera

La neige éphémère retombera

Un autre brasier  ressuscitera

Une ingénue se réchauffera

Le printemps reviendra

Son souvenir restera

Blotti dans son opéra

 

Voir les commentaires

La mère des souvenirs

mere-des-souvenirs.jpg

Mère me disait souvent

Ne désespère pas

Tu reverras la mer

Tu retrouveras son odeur

Son parfum si particulier

Cette eau salée, iodée

Sa musique enchanteresse

Sous le soleil, son chant robuste

Parfois ses colères terrifiantes

Que tu aimes tant,

Dans tes souvenirs.

 

Bientôt en août, tu la reverras

Elle sera différente, bien que pareil

Pourtant  changé, toujours sourire

Jadis elle t’a charmé, par sa puissance

Elle ta bercé sur son sable,

Chaud, propre

Ses lames te caressaient

Sans désespérer

Cette mer magnifique

En moi je retiens

 

Cette mer en moi

Ressemble  à un sentiment

Merveilleux que je ne peux définir

Ses couleurs miroitent dans mon cœur

Cette brise vivifiante

Tantôt chaude, parfois fraîche

Souvent tiède, toujours attirante

Caressante ou frappante.

 

Mère disait, tu la reverras

Sa plage n’est plus aussi belle

Cependant son accueil est  le même

Quoique triste avec ses coquillages

Ses algues et ses mégots dispersés

La mer t’attend et t’espère

Elle connait ton cœur

Elle sait que tu nettoie ta place

Et celle des voisins inconscients

Mère disait tu es son souvenir

Comme elle est ton souvenir 

 

6 Septembre 2012

Voir les commentaires

Cette sensation curieuse

A000028.JPG

En regardant mon autel

Ce soir mes yeux sont dans une brume

J’ai eu un drôle d’impression.

Comme si j’étais dans l’au-delà.

 

Ce sentiment est imperceptible

Ancré sur le versant invisible

Mes pensées flottaient au-dessus

D’un monde totalement inconnu.

 

À mon grand étonnement

Un petit vent doux m’envahit

Une sensation douce m’enveloppe

Elle semble n’avoir pas de fin.

 

Comme si l’éternité habiter mon âme.

Cette sensation est curieuse,

La Paix m’inonde douce et tiède.

Une paix inconnue de notre monde.

 

Seules des clochettes venues de loin

Tintent comme des grelots,

Je ne sais d’où elles viennent

Pas plus que je ne les vois.

 

J’ai simplement cette sensation curieuse.

Venue d’un autre monde,

Sans pouvoir la définir,

Ni même, la mettre en couleur célestes.

sur caneva

 

MIM Nanou75

Voir les commentaires

L’amour dans un autre pays

calin consolationToi qui m’as sauvé au péril de ta vie.

Tu me  regardes inquiet désarmé,

Tu cherches à me décontenancer.

Tu as peur de ma fragilité physique.

Tu redoutes ma force de caractère.

Tu joues à me déstabiliser,

Néanmoins rien ne nous sépare.

 

À la moindre alerte, tu paniques.

Je ne connais que trop cette vérité.

Ton cœur tente de me la dissimuler.

Certes, ton âme jadis blessée,

Éprouvée par tant de deuils.

Tu as dû quitter ton continent,

Ensoleillé et chaleureux.

 

Tu l’as quitté le cœur gros,

Pour un futur forcément  meilleur,

Et pourtant, si éprouvant.

Ce froid inconnu dans ton pays,

Ces arbres tristes en hiver

Le ciel gris la plupart du temps

Tu as découvert une autre vie.

Voir les commentaires

Nos rêves

Nos rêves explorent notre passé, nos histoires imaginaires.

Parfois nos vieilles chimères surgissent sans crier gare.

Elles nous plongent dans nos déserts brûlants.

Ou bien,  ce sont les myriades  étoilées du firmament de nos espérances.

Le réveil est souvent brutal.

Nos-reves.jpg

 

Pourtant…

Nos rêves jalonnent notre vie, ils sont l’essentiel de l’existence. Sans eux irions-nous de l’avant ?

Bien sûr que non

Les rêves, les yeux ouverts sont l’ambition bien calculée. Quelquefois, pour ne pas dire souvent, avec des soupirs d’incompris, de désirs pas exaucés, ou bien de soulagement dans une situation d’appréhension.

Nos rêves dans le sommeil, sont des promenades dans notre subconscient. Selon nos tourments, nos joies, nos attentes, ils sont beaux, la promenade nous emmène sur le chemin de nos réflexions pas toujours de la journée ou du tourment du moment. Pour peu que l’on rêve éveillé en regardant une photo souvenir, ou un tableau de maître que l’on aime particulièrement, notre imagination ou nos souvenirs quel qu’ils soient, nos rêves dans le sommeil se personnifient. Ils sont souvent des symboles de nos aspirations, de nos craintes, de nos souhaits merveilleux ou réaliste.

Souvent, nous aimerions que nos rêves dans le sommeil se réalisent, comme nos rêves d’ambitions.

La réalité, elle, rappelle que la vie est un chemin tracé d’avance, semé d’embûches. Lorsque nous réalisons enfin notre rêve principal, c’est avec beaucoup de lutte à la fois intérieur, et extérieur au mental.

La foi en Dieu ou en ce quelque chose auquel nous croyons, cela peut-être un projet est un moteur important dans la réalisation de nos rêves d’avenir.

 

Monique Macalou 21 février 2012

 

Voir les commentaires

MON CIEL À MOI

2

 

Mon ciel à moi

Ce n’est pas le tien.

Pourtant nous avons le même.

Sans pourtant se le partager.

 

Mon ciel à moi

Ce n’est pas le tien.

Nous respirons le même air

Sans pour autant être le tien.

 

Mon ciel à moi

Ce n’est pas le tien.

Nos cœurs battent à l’unisson

Le tien et le mien sont réunis.

 

29 janvier 2012

Voir les commentaires

Salon de Paris 2013

salon-2013.jpgLes souvenirs et méditations

Contes et fable de Nini

Les temps de la vie Tome 1 (L’année, les années, les saisons)

Les temps de la vie Tome 2 (Nos années)

Au salon du livre vous serez dans un univers merveilleux, vous pouvez vous restaurer sur place.

 

Tous mes LIVRES sur AMAZON (www.amazon.fr)

Tous mes LIVRES sur DILICOM (dilicom.com) (pour les professionnels)

Tous mes LIVRES sur CHAPITRE (www.chapitre.com)

Tous mes livres sur RUEDUCOMMERCE (www.rueducommerce.fr)

Mes quatre derniers livres chez Edilivre : vente  livre papier et numérique 5% de réduction.

Tous mes livres sur BNF

 Viennent de Paraître

contes et fables de Niniles souvenirs et méditations

Sur simple demande par message perso sur FB ou par mail :

mim.nanou@gmail.com

 

Je vous envoie votre ou vos  livre(s)  dédicacé(s), contre un chèque ou par  paiement sécurisé Paypal  votre commande.

 Ajouté  à votre commande pour le port :(tarif pour la métropole )

 

 1 livre                                        3 €

2 livres                                       3.50 €

3 et 4 livres                                4.00 €

N'hésitez pas à me le demander, je suis à votre disposition  par mail privé

 

Voir les commentaires

Tendrement, tu étais…

B000021

 

Tendrement dans le creux de tes bras

À notre première rencontre,

Je m’y suis lovée.

 

Tendrement tu m’as transportée

Dans cette torpeur douce,

Au ciel j’étais.

 

Tendrement tu me chérissais

La garantie m’enveloppait,

J’étais aux anges.

 

Tendrement tu m’as protégée

De tout l’univers,

C’était le bonheur.

 

Tendrement tu m’as bercée

Ta voix m’étourdi

Ce fût l’amour

 

Tendrement tes murmures

M’ont  rassuré

C’était la félicité

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>