Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’œil du papillon

Papillon.jpg

Un beau papillon aux ailes veloutées

Noires oranges tacheté de blanc,

Se balancent de haut en bas

Gracieusement sous le soleil

Il danse gracieusement

Le cercle orangé sur les ailes

Trace les contours de l’œil

Le corps noir central allongé,

Est  l’iris  protecteur

Sa queue est l’accélérateur

En haut le satellite noir

Guide son trajet parmi les fleurs.

Il va, se pose, s’envole,

De l’une à l’autre

Toujours avec grâce

Dans un silence musical

 

Voir les commentaires

L’amour tel un papillon

citation amourUn jour de froid et de pluie on ne peut que rêver de soleil et de papillon.

Dans la grâce de ses ailes de velours

Le papillon tournoie savoure

L’instant d’une bravoure,

Évolue en une prodigieuse courbe

Léger, butine, effleure,

Émerveille, impressionne,

Laissant ce sentiment heureux.

L’amour est tel un papillon,

vit, meurt dans le tourbillon,

De la vie  et le temps passe,

Il file, se faufile, se pare,

Puis part sans pouvoir crier gare

Il s’évanoui dans l’univers.

Voir les commentaires

Comme tous les soirs

la lune

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ciel aux étoiles cachées

Ventile une douceur

Parfumée d’eau de rose

C’est un soir comme les autres.

Une mère attentive,

Porte sur le front de son enfant

Un souffle léger

Elle l’effleurant

Contemple son beau fruit.

 

Souvenirs des joies

Sur le sable mouillé

La mer avait chanté,

Rythmée,

Au son

De ses roulements

Ce soir elle évoque

Comme les autres soirs

Ce souvenir du disparut,

Hante

Transperce

De son omniprésence.

Il lui reste ce bijou.

Elle le touche tendrement

Caresse ses cheveux

Puis comme une fée

Disparait de la chambre.

 

 

Monique Isope Macalou

Voir les commentaires

Histoire de cœur

CAF1AJS8 Mon cœur,

C’est une maisonnette,

Elle renferme une bannette.

 

Ton cœur,

S’enflamme sous mes caresses,

Tes mots me sont délicatesses.

 

Son cœur,

Fond comme le beurre,

Quel que soit l’heure.

 

Nos cœurs,

Sont à l’unisson,

Tel des nourrissons.

 

Vos cœurs,

Jugent selon vos critères,

Vos bouches sont des cratères.

 

Leurs cœurs,

S’apitoient comme des putois,

Qui ont perdu leur toit.


Les cœurs tendres,

Peuvent prétendre,

À se détendre.

 

10 février 2013

Voir les commentaires

III. Linda rejoint David

 

Les Touteschoses continuent la propagande sur le parcours les menant à l’église. Olga souriante présente son mari Louis et la candidature de Monsieur aux passants intéressés. Ils expliquent, commentent, détaillent le programme du parti « l’Union démocrate de Maximeville. » Néanmoins, Olga reste légèrement en retrait, tout en étant active. Elle expose et répond aux questions, comme si, elle avait conçu ce programme toute seule. Pourtant, ils l’ont conçu ensemble avec leurs adhérents. Il est vrai, que ce sont pour la plupart les idées d’Olga, qui ont été retenues. Chacun sait, que les épouses des hommes politiques, sont les moteurs, en actes et en imaginations de leurs valeureux époux. Il y a ce paradoxe. Les électrices demandent des femmes au pouvoir, et elles votent pour des hommes. C’est dans cette optique, qu’Olga voulu, que son mari soit candidat à sa place. Il y avait une autre raison, s’il est élu, et qu’à la fin du mandat il n’est pas reconduit,  lui, en cas d’échec, son mari garde son emploi. Il retrouve un poste dans une préfecture, pas forcément à Rouen. Cependant, pour elle, cela lui serait beaucoup plus difficile. Il lui faudrait garder un œil, sur sa société pendant la mandature, tout en effectuant la gestion de de la municipalité en plus des biens familiaux, comme elle le fait actuellement. Elle risque de ne plus être la PDG, malgré qu’elle soit la fondatrice principale de sa société. Elle préfère jouer la carte de la sécurité d’emploi. De ce fait, elle organise les rendez-vous, hypocritement crée des espaces de discutions sur les sujet prioritaires de leur petite ville. Au milieu de cette effervescence Olga et Louis serrent, et serrent et resserrent les mains des commerçants et des passants sans être avare de mots de sympathie à chacun selon leurs attentes  sur le trajet menant à l’église.

Au loin, les parents aperçoivent David. Ils sourient, en voyant le succès de leur fils entouré de jeunes gens. Il va leur apporter des voix ! Alors ils ne font pas très attention.

*****

David joue le jeu, il s’écarte subrepticement avec un paquet de tracts. Les jeunes viennent à sa rencontre. Il discute avec eux sur leurs problèmes spécifiques. Enfin, ses copains le rejoignent et l’emmènent à leur rendez-vous habituel.

À l’enseigne « AU PETIT COCHON », ils entrent. C’est une petite cafétéria originale, ce n’est pas seulement un Cyber-café, c’est aussi un lieu de rencontre pour les jeunes. Les parents de David lui ont acheté cet ancien PMU. Ainsi les revenus sont un apport complémentaire à l’argent de poche de David et aussi une expérience pour la gestion des affaires. Les Touteschoses lui prennent dix pour cent du bénéfice en remboursement de leur prêt, sans intérêt. Le comptable d’Olga suit la gestion. Quinze pour cent sont les émoluments du gérant. Le reste c’est pour David. Avec cet argent il doit subvenir à ces études, l’entretien de son logement Rouennais, et ses dépenses personnelles.

David a créé ce lieu pour lui et ses copains. Officiellement c’est un carrefour avec des forums à thème. Chaque mois le thème diffère. Quatre tables rondes de huit personnes permettent aux copains de philosopher, mais aussi de rire, et de discuter sur les personnalités, la mode, les problèmes des jeunes normands, et principalement ceux de Maximeville. Ils veulent moderniser leur ville, et aussi être  « in. » en politique selon leurs vues.

Le gérant, un ancien des années soixante-huit bedonnants, le cigare à la bouche, la queue-de-cheval blonde grisonnante, les accueille tous les samedis. L’arrière-boutique est le lieu de prédilection des jeunes gens, particulièrement celui de David et Linda.

Monsieur LECIDOX dit « DOX » a spécialisé l’échoppe pour la jeunesse selon les directives des Touteschoses et de David. Il n’y a ni tabac, ni alcool dans l’établissement.

En plus des trois P.C., des jeux électroniques sont à la disposition de tous. Les jeunes gens philosophies et militent pour La cause « des jeunes cybernautes de Maximeville». David est la grande fierté d’Olga et de Louis, pour eux leur fils est l’image d’une réussite certaine, d’un avenir brillant. Ils ont un aperçu succinct de l’arrière-boutique.

La parité de filles et garçons s’est faite naturellement. Il n’a pas de restriction d’origine sociale ou raciale. Ils sont seulement disciples de David Touteschoses.  À l’initiative de leur ami David, Ils ont créés leur association et leur site avec l’enthousiasme de leur jeunesse. Dans ce contexte, les parents financent l’association. D’où le soutient de David dans la campagne électorale de son père avec ses copains.

Linda les rejoint régulièrement, et bien sûr, le samedi, celui de David. Pour tous, c’est jour de fête, puisque non seulement les parents de David sont occupés sur le marché, mais également les parents de Linda !

Ahmed le père de Linda est marchand de fruits et légumes sur quelques-uns des marchés du département. Tous les samedis il est à Saint-Maximeville sur la place Saint-Lois. Il est donc très occupé. Fatima la maman est bien trop loin pour surveiller sa fille. À la sortie de la ville, madame Ziniride est avec ses autres enfants dans leur pavillon à l’orée du bois. Elle croit Linda au basket de son lycée à Fécamp !

Linda n’a que dix-sept ans, et prépare son bac philo. David lui, est toujours étudiant. Il est à la Fac de médecine vétérinaire à Rouen. Il veut être vétérinaire généraliste. Toujours-est-il, que sa mère aurait voulu, qu’il se dirige dans le commerce pour la seconder dans son affaire. Toutefois, lui, n’est pas branché finance. Il est plus tôt collé Linda actuellement.

***

Aujourd’hui, Linda n’est pas arrivée à l’heure habituelle, son bus de Fécamp est en retard. Il en profite pour préparer la table de la réunion hebdomadaire dans l’arrière-boutique. Le sujet du jour est particulier « Les causes des accidents de la route en Seine-Maritime», ils ont une heure trente pour se mettre d’accord. Ensuite, ils passeront au vote. C’est ainsi qu’ils déterminent l’article principal, qu’ils vont écrire dans leur petit journal. « LES NOUVELLES DE MAXIMEVILLE  l’hebdo des jeunes ».

Ils le conçoivent sous forme de gazette avec quatre rubriques. Les sorties, les actualités de la ville, le sport, la Vie des jeunes de Maximeville. Ce jour-là,  au milieu de la discussion …Soudain, une jeune fille brune élancée, un foulard non conventionnel à fleur, cache ses cheveux noirs et lance à la ronde, toute joyeuse et décontractée :

Salut tout le monde !

Un petit signe amical à Dox en passant. Puis elle se dirige rapidement à l’arrière-boutique, en faisant glisser sur ses épaules son foulard. Ce cher David la reçoit, l’enferme dans ses bras. Enfin, sa Linda est là. Elle défait en vitesse sa veste en cuir et garde sur ses épaules son foulard noir et or aux grosses fleurs roses. Nos jeunes tourtereaux s’embrassent. C’est la joie. Ils n’ont pas d’autres possibilités pour se voir. Seuls, les samedis de David leurs sont possible. Avant les discussions, Linda fait le tour des amis de David: Martine, Élodie, Myriam, Sylvia, Jean-Jacques, Gérard, Serge, et Stéphane. Un petit mot à chacun, et les embrasse.

***

Elle arrive de Fécamp. Elle vient de quitter son équipe de basket au milieu de l’entraînement. Les tourtereaux sont tranquilles, les parents de David sont à la messe ! Le père de Linda est trop occupé avec son commerce à cette heure-là. C’est la foule, de plus, il a une confiance aveugle vis-à-vis de sa fille.

Dans l’arrière-boutique, au milieu des caisses, David a aménagé un bureau et son ordi, une photocopieuse volumineuse en couleur reliée à l’ordi, des fauteuils, une table de salon et un divan clic-clac, avec la complicité de leur cher Dox.

Avant d’apposer son aval pour l’aménagement de l’arrière-boutique, Olga, au vu de la facture a visité l’arrière-boutique ; et fait établir une enquête de moralité sur Dox. Étant satisfaite, elle a consenti et signé son accord.

Elle n’a vu que l’ordinateur et la grosse photocopieuse couleur relié au PC pour leur journal ! Le petit salon bureau lui semblait peu important, puisqu’il sert de réunion de bureau de l’association de ces gamins! Tout au moins c’est ainsi, que lui a présenté son fils. Pendant que les copains débattent pour leurs articles, Linda et David se retrouvent sur le Clic-Clac. Selon leur habitude, ils règlent la sonnerie du réveil à l’heure de la sortie de la Messe ! Quand le réveille sonne, ils rejoignent les copains, pour préparer l’apéritif sans alcool. À ce moment-là, Linda se faufile rapidement, rejoins son père comme si elle arrivait de Fécamp ! David et ses amis prennent le repas simple, que Dox leur a préparer et l’après-midi, ils peaufinent la revue, la saisissent, et la mettent en forme.

En fin de soirée, la revue est prête pour la distribution du lundi matin à tous les jeunes de Maximeville. Il y a deux pages de publicité des commerçants de Maximeville pour financer ce journal, ce qui permet une distribution gratuite.

Voir les commentaires

SOUVENIR, D’UN RÊVE PARTICULIER.

Souvenir-d-un-reve-particulier.jpg   Bonne fête à toutes les mamans

Tombe, tombe la pluie,

Où ce souvenir reluit.

Endormi sous le parapluie.

Ce songe particulier luit.

 

Souvenirs étonnant d’ennui.

Il ne fait  pas encore nuit,

La belle de nuit s'épanouit,

Elle est l’imaginaire de l’inouïe.

 

Bien qu'il n’ait pas d'ouïe,

Il lui a fallu lui dire oui.

Cette pensée m'amène,

À un été sans aucune gêne.

 

Cet été là, l’esprit à Jérusalem,

Prépare l’automne son diadème.

La  neige devient son emblème,

Pour une idée devenue dilemme.

 

Je rêve, oui je rêve d’une crème,

À savourer sans problème.

En rêvant d’un système,

Le parfait du Saint Chrême.

 

Bien sûr, ce n’est qu’un rêve,

Hélas, il n’y a  pas de suprême !

La chimère reste hachée, brève,

Incontestable dans l’épiphonème.

 

 

http://www.amazon.fr/souvenirs-m%C3%A9ditations-Monique-Isope-Macalou/dp/2332485023/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1369552404&sr=1-2



Voir les commentaires

Histoire de pèche

Pour sourire si ce n'est rire

La gentillesse est un signe de sagesse et d'intelligence, pas de bêtise comme certains le croient.

La gentillesse et l'intelligence vont de pair, puisqu'ils impliquent avoir le discernement en tout.

le brème

VII

Histoire de pèche

 

Sur les rives  de la Brème,

Pécher une brème,

Est une chose suprême.

Ce fut une bonne  pêche

La photo sera sur la dépêche

N’empêche que cette pèche,

Dans un jour de carême

Avait cette odeur de  pêche,

Indéfinissable cette extrême,

Envie de pêche sous le pêcher.

Furtive chère à ce théorème,

Ridicule d’établir un barème,

À la futilité d’une simple pèche,

Un  jour de soleil revêche,

Pour un désir de pêche.

Hé oui ! Les rives de la Brème,

Longe le verger de pêcher !

 

Voir les commentaires

Fleurs de l’étrange

fleurs-de-l-etrange.jpg

Les fleurs de l’étrange,

Se produisent en automne

Se mettent  en scène,

Sur l’estrade de leur théâtre.

 

Les fleurs de l’étrange,

Sont fines et transparentes,

Le tulle d’un voile léger,

S’élèvent suivant le vent.

 

Elles avancent rapides,

Silencieuses fantomatiques,

Agissent et caressent,

L’âme du petit enfant délicat.

 

Les fleurs de l’étrange,

Défilent sur le sentier,

De nos rêves vaporeux,

Rejoignant le train de l'étrange.

 

 

"Copyright" © Monique Macalou 2012 tous droits réservés pour tout pays.

Voir les commentaires

Ce chérubin mon frère de l’au-delà

03knbfj8Ma sœur si vieille avec ses yeux foncés

Mariée, maman, et pourtant si cruelle,

Si bonne pour son image personnelle.,

Sa personne est si importante.

Néanmoins, ce fût ma grande sœur,

Triste, jalouse, généreuse si cela rapporte.

À quoi cela, lui a-t-il servi,

Maintenant qu’elle n’est plus.

 

J’aime mon frère, celui de l’au-delà

Je rêve  sa candeur, ses rires.

De ses yeux bleus-gris, ou vert

Changeant selon son humeur,

Comme ceux de père.

Il lui ressemble tellement !

Par sa douceur, sa gaité, son énergie,

Sa force herculéenne pour un bébé,

Sa beauté juvénile,

Sûrement celle de l’au-delà.

 

Dire pourquoi j’aime ce frère

Impossible à dire.

Je me demande, même parfois

Si je ne l’aime, que par les souvenirs

Racontaient par mes parents

Je n’en sais rien.

 

Il est si lumineux dans mon esprit,

Gérard  éclaire ma vie.

Ce frère invisible, pourtant perçu

Je ne l’ai pas connu, puisqu’il est l’ainé.

Seuls  les souvenirs familiaux,

Ceux racontés par mes parents,

Sont inscrit au fond de ma mémoire.

.

Ce chérubin parti, avant l’heure.

N’a pas attendu, nos arrivées,

Ma sœur, et moi la petite dernière.

Pourtant toujours, sa présence omniprésente.

Est restée en mémoire à chacun de nous.

Sa présence est constante, il semble attendre,

Veiller en attendant l’heure venue,

Ainsi, le cercle sera réuni dans l’éternité.

 

 ESPOIR D'UN BONHEUR

Voir les commentaires

Ce jour est si triste

L’hiver dans le cœur

Ce jour est si triste,

Le soleil se cache,

Le froid enveloppe,

La pluie fine s’invite,

Le printemps tarde.

 

Ma joie se transforme,

En  un cœur lourd, lourd.

Il est comme le ciel,

Frissonnant fiévreux,

Mes larmes sèches glissent.

 

Le vent de mes pensées non fleurie,

Balaye tout sur son passage.

Celui de l’extérieur l’inimaginable,

Naturellement dévaste sans vergogne,

Nos fiertés, nos faiblesses, nos amours.

 

Doucement, tendrement

Au son d’une musique

Qui se veut silencieuse

Ce jour est si triste,

Personne ne voit ni n’entend.

 

Mardi 21 mai 2013

"Copyright" © Monique Macalou 2013 tous droits réservés pour tout pays.

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>