Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dérision d'un jour d’affliction

Le temps de l’abandon…

 

Dormir, oui,

Oui, dormir.

La lassitude,

Les vicissitudes,

Éternel recommencement,

Aux tourments,

Néphrétiques,

Colériques,

Estafilades,

Sans escapades.

 

Dissimulation

Estimation

Discrétion.

Sans émulation

Dans la compétition,

D’une vie sans ambition.

Un simulacre

Fragile comme le nacre,

Puisqu’il idolâtre,

L’opiniâtre.

 

Minimes malheurs,

Et pourtant dans l’heure,

Me sont ombrages.

Ouvert sans calibrage.

L’individualité du plombage,

Révisent la problématique,

Études de la lymphatique,

Solution systématique,

Certes parfois sympathique

Rarement analytique.


Copyright" © Monique Isope Macalou 2012 tous droits réservés pour tout pays

Voir les commentaires

La belle, et ses amis

La-belle-et-ses-amis.jpg

 

Une nuit étoilée arrive,

La lune s’invite admirative,

Du spectacle sur la  rive,

Les ombres furtive, dérive.

 

Madame la lune sourit à une jeune fille,

Triste, assise sur la berge du lac

Les étoiles dans la  voûte sautillent,

La lune sourie au-dessus des valaques.

 

Sous le soleil couchant, le ciel rougeâtre,

Ses larmes coulent à n’en plus finir,

Elles arrosent le sol glissant verdâtre,

Son chagrin est tel, qu’elle ne peut les contenir.

 

Un couple de cygnes accoste la rive

S’approche, sans bruit  de la belle,

Doucement, l’enveloppe de leurs ailes,

Ils rassurent la belle craintive.

 

Quel est donc, ce gros chagrin ?

Serait-ce un amoureux indélicat,

Comme ce grand flandrin ?

As-t ‘elle besoin d’un avocat ?

 

Un héron atterri près de son nid,

Intrigué devant le spectacle indéfini,

Reste interloqué inquiet dans les fusains.

Que se passe-t-il chez ses voisins ?

 

La belle raconte l’histoire de son amie.

Perdue dans les méandres  de l’infamie.

Jugée prostituée à cause d’un viol,

Son histoire est rythmée au son d’une viole.

 

Une fée se penche sur la jeune fille,

Elle lui caresse les cheveux d’or

Sa baguette s’y pose, une nuée d’or,

Enveloppe affectueusement la jeune fille.

 

Sèche tes larmes, commande la fée

Ta fidélité envers ton amie est récompensée,

Tes prières ont glissées, bouleversées

Celui qui est, il a fait grâce de ces faits.

 

La joie est revenue, l’arc en ciel se dessine

La nuit n’est plus, le ciel se parfume de glycine

Ses amis cygnes et hérons battent des ailes

La fête s’accompagne au son du violoncelle.

 

"Copyright" © Monique Isope Macalou 2012 tous droits réservés pour tout pays.

Voir les commentaires

Ce gourmet, l’épicurien

Ce-gourmet--l-epicurien1.jpg

 

Le gourmet est un épicurien,

Au palet délicat,

À l’odorat affiné

Il choisit un menu  raffiné.

Il n’aime pas  les en-cas

Ni ce qui rappelle l’ordinaire

 

Il aime la vie  autour de la table

Il apprécie un met et son vin

Ce complément indiscutable

Il reconnait chaque terroir

Grâce à son odorat

Mais également ses papilles.

 

Il est amateur de tous les arts

L’ambiance autour de la table

Lui confère le bonheur sensuel

Une musique langoureuse douce

Une lumière tendre tamisée.

Le met en position du gourmet

12 juillet 2012

Ce-gourmet--l-epicurien-2.jpg

 


 

 

Voir les commentaires

Le solitaire cet invisible

couple de Dauphins

 

La solitude le mal moderne

Le dimanche est terrible

Pas un mot

Le vide autour de soi.

 

Les jours fériés

Le pauvre reste chez lui,

Pas de son chez lui,

Les voix viennent du voisin

 

À l’hôpital c’est pire.

Pas de visite

Ni en semaine

Ni les dimanches

Encore moins les jours fériés.

 

La solitude est une souffrance

Elle n’a pas de photos

Pas de parole,

Le silence au centre de la foule

 

Le solitaire est invisible

 

Voir les commentaires

Le flirt magique

Le-flirt-magique.jpg les souvenirs et méditations

 Chapitre 4 Extrait de: les Souvenirs et méditations

link

 

Le flirt magique avec la lune,

Nez en l’air humant la brume.

La licorne s’enrhume,

Le maréchal frappe l’enclume.

 

Le pêcheur enlève l’écume.

Les étoiles filent et fument,

Les souvenirs s’exhument.

C’est de cet amour que j’éternue.

 

La galaxie des poètes rêve des nues,

Qu'ils arpentent sans retenue,

Plongeant dans son contenu,

Sans y être vue.

 

Dans ce songe la sève de deux corps,

Prends un tournant brûlant d’effort,

Où se trouve le réconfort,

Dans cet immense Océan d'or.

 

Je m'abandonne au soleil,

Sur la plage des merveilles,

Le regard s’émerveille,

À l’aube enfin je m'éveille.

 

Le feu des caresses s’enraye,

Le songe de ce sommeil,

Telle la vidéo que l’on monnaye,

Disparaît sans ambiguïté au réveil.

 

15 novembre 2008

 

Monique Isope Macalou

Voir les commentaires

La pluie, toujours la pluie.

Il pleut                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis quelques temps, le soleil se cache.

Aurait-t-il honte de nos insouciances.

 

La pluie, toujours la pluie,

Triste année, toute frileuse.

Le soleil ce grand intermittent,

Cet acteur génial, nominal,

De la nature,

De nos sens.

 

Le 14 juillet la fête sans pluie.

Celle des révolutionnaires.

Les descendants des victimes,

La pluie est dans leur cœur,

Larmes,

Prières.

 

Ce jour, est jour de deuil ou de fête

Est capital pour la France.

Cette année le ciel est larmoyant,

Est-ce les prémices d’un futur,

De  grisaille,

 

De colère.

Voir les commentaires

XVII - Une semaine difficile s’annonce

2Pascal est à son travail lorsque David se réveille. Le petit déjeuner l’attend sous la cloche. Il est encore chaud, Bernadette vient certainement de l’apporter. Isis est à côté de sa tête.

Il réalise les rideaux et les volets sont ouverts ainsi que la fenêtre! Quelle heure est-il ? Songea-t-il, en se levant.

Ce matin il n’est pas comme d’habitude. Il doit se secouer pour faire sa toilette, prendre son petit déjeuner, qu’il ne consomme à peine la moitié. Bernadette s’inquiète. Elle connait David depuis plus de quatre ans, il n’a jamais refusé son café au lait avec des crêpes à la confiture de figues.

Monsieur, mes crêpes sont ratées ? vous vous ne sentez pas bien ?

Tout va bien Bernadette

Mais que vous arrive-t-il ? si je peux me le permettre. Ajoute-t-elle

Ne vous inquiétez pas, ma brave Bernadette répond David en lui tapant amicalement sur l’épaule.

Tout de même Monsieur, ce n’est pas dans vos habitudes de vous lever si tard sans prévenir, et encore moins de grignoter votre petit déjeuner préféré ! Vous devriez voir le Docteur de Villardien.

Mais, non c’est passager

J’ai donc raison, quelque chose ne va pas ou vous tourmente.

C’est vrai, mais ce n’est pas très important.

L’affaire Legroux je suppose ?

Vous voilà bien curieuse ! S’insurge David. Puis éclate de rire. Bernadette ne sait rien !

Bernadette, je déjeune seul à midi. J’arriverai vers treize heures. Je suis à l’Asso pour prendre mon planning de la semaine, ainsi qu’à la FAC.

Vous devriez vous reposer. Dit-elle timidement après hésitation.

Vous ne dites rien à Mère ! Je peux vous faire confiance ? Inutile de l’inquiété pour des broutilles.

Bien Monsieur, je serais muette si elle téléphone.

Bien Bernadette.

Isis s’étire et regarde suppliant David, elle semble dire emmène-moi Il s’habille en tenus sportive. Il a l’intention de finir sa journée à la piscine pour se détendre.

Bon, on va faire un essai, seulement tu laisses Canaille tout seul !

Je reste bien toute seule quand vous sortez tous, et puis lui il sort pour ses besoins hygiénique semble-t-elle lui répondre en minaudant des pantomimes dignes de Canaille.

 D’accord pour ce matin. D’un bond elle saute dans ses bras et lui caresse les joues.

Tu as compris mon chagrin, pourtant je ne t’ai rien dit, cette nuit. Tu es venue te blottir dans mes bras, et je me suis endormi grâce à toi. Bon allons y.

David prend le coussin d’Isis en disant :

Je vais t’en acheter un à l’Asso pour la voiture, et tu le choisiras. La réponse d’Isis fut un câlin sur la poitrine de David. Décidément, nous avons eu une sacré chance avec nos animaux Pascal et moi constate-t-il.

Arrivé dans la voiture, David installe le coussin à l’arrière de la Rosita, pourtant il y a un soleil digne de juillet. Il décide de protéger Isis et du soleil, et de sa disparition possible, s’il quitte la voiture pour le pompiste. Il sort donc avec la toiture fermée, comme s’il pleuvait. Arrivé à l’Asso, il range sa voiture à son parking personnel, et met la laisse à Isis tout en la prenant dans ses bras. Il passe ainsi devant la vitrine sans s’arrêter, et pousse la porte suivante. C’est le bureau d’accueil.

Bonjour David ! Nous vous attendions.

Ah oui ? répond innocemment le sourire aux lèvres

Ah mais c’est Isis ! s’esclaffe Cloé en entrant

Elle a voulu venir !

Je ne savais pas que vous veniez aujourd’hui Cloé !

Je suis venue pour préparer la sortie des enfants du Centre aéré « Le village des petits fripons » et j’avais proposé votre participation à l’Asso.

C’est pour quand, et que dois-faire ?

Demain les éducateurs et moi nous visitons la ferme éducative de Vire, votre participation sera de répondre aux questions des enfants. Puis elle complète

Les fermiers font les commentaires et l’accueille, il y a un goûter éducatif également fait de produits de la ferme qu’ils visitent.

Quel est leurs âges ?

Ils ont de huit à dix ans.

Bon c’est d’accord

Voici votre feuille de route pour la semaine. Vous convient-elle ?

David vérifie, mardi journée avec gouter à la ferme de Vire, mercredi matin soins des animaux opérés, jeudi de quatorze heures à seize heures visite éducative des enfants du centre aéré au refuge.

Oui c’est bon. Cela me convient. Déclare David en repartant

Au revoir David et Isis font Cloé et Madeleine.

David passe devant la vitrine et oublie semble penser Isis. Alors elle si sage depuis qu’elle est sortie de la voiture, pose sa patte sur la joue de David, pour lui rappeler la promesse.

Tu reconnais le magasin ? interroge David stupéfait et heureux. C’est vrai c’est là, qu’ils sont venus après l’adoption, pour acheter les fournitures nécessaire à chacun d’entre eux.

Madame Graindorge les accueille avec enthousiasme.

Que recherchez-vous aujourd’hui ?

Un coussin spécial voiture pour Isis

Venez !  Nous en avons quatre au choix pour chat.

En voyant les coussins, Isis saute sur le velours doux or épais et moelleux. Les attaches sont en lanières or et rose.

Miaou, Miaou en se couchant dessus.

Ok, amour. Vient on va à la FAC maintenant.

Mais voilà qu’Isis ne voulut pas quitter son coussin. David fut obligé d’emmener Isis dans la voiture sur le coussin qu’il venait d’acheter. Il installe les attaches au siège arrière. Une fois arrimée, Isis s’étire voluptueuse, montrant ainsi sa satisfaction d’être à la fois en sécurité et en compagnie de son maître. À la Fac l’accueille est également chaleureux.

Bonjour David. Nous vous attendions un peu plus tôt, mais l’important vous êtes là.

Bonjour Monsieur le professeur. Quelles sont mes missions de la semaine ?

Je vois que votre petite protégée est avec vous ? Vous savez que vous ne pouvez pas l’emmener avec vous, avec tous les risques qu’il y a pour elle.

Je sais, mais ce n’est qu’une visite administrative ce matin.

Alors nous sommes d’accord. Puis il enchaîne

Je vous ai mis Vincent Rocco avec vous. C’est un jeune de bonne volonté à former. C’est un étudiant boursier, il a besoin d’aide. Vous verrez il en vaut la peine.

Mais vous m’aviez promis de me donner Serge Chevalier. ! répond David déçu.

Oui, mais Monsieur Chevalier viendra deux fois par semaine, pour vous seconder au Zoo. Vous ne serez pas de trop tous les trois le vendredi.

Quels sont les tranches ?

C’est le planning pour juillet, août et septembre. Le mercredi de quatorze heures à dix-huit heures dans l’infirmerie animalière. Et le vendredi de six heures à dix-huit heures. Votre équipe sera au remplacement des soigneurs auprès des animaux. Vous, vous les superviserez, et répondrez en cas d’accident dans le zoo.

Où est ce zoo ? je n’en connais pas à Rouen ! s’inquiète David

Le parc zoologique de CERZA à Lisieux. Vous pendrez votre Bipper Tepee ! Comme cela vous emmènerez tout le monde. Ordonne le responsable.

Bien Et…nous commençons…Quand ?

Vendredi prochain. Nous prévenons Messieurs Rocco et Chevalier, ils attendent votre réponse. Dit-il en souriant

Ah ! çà alors !

Et oui tous deux ont été choisis sur la liste des demandes. Vous êtes très populaire !

Merci pour mon programme. Bonne journée.

Au revoir Docteur Touteschoses.

David retourne dans la voiture, il est ravi, cela va lui changer les idées. En attendant il n’a plus que cette après-midi de libre.

Hé bien ma petite Isis, il y a beaucoup de travail dans la semaine. Je ne t’emmènerai pas toujours. Dit-il avec un soupir désabusé.

En arrivant à l’appartement, il dépose Isis, disons plutôt, qu’elle saute de joie en voyant Canaille.

Bernadette cria-t-il gaiement.

Je ne suis pas trop en retard ? ça sent drôlement bon.

Tout est près, Monsieur David

À quinze heures, il se décide, il téléphone à son ami Jean-Jacques pour se renseigner sur les recours possible pour sauver Linda. Après son appel, il décide d’aller à la piscine à pied pour se défouler. Quand uns femme l’aborde, et lui dit :

Monsieur, voulez-vous m’écouter un instant !

Que me voulez-vous… ?

Maya pour vous servir. Monsieur vous avez beaucoup de peine, votre ami vous aime.

Que voulez-vous dire ? interroge David à la fois curieux et furieux

Donnez-moi votre main gauche.

Tenez, que voyez-vous ? dit-il moqueur

Ne vous moquez pas, je vois une ligne de vie très longue, celle du cœur nette et large, rétrécie à mi-parcours. Cependant, elle continue. Vous l’épouserez. Elle sera la seule épouse que vous aurez. Et vous aurez trois enfants. Ne riez pas ! Car ce que vous vivez ne durera que quelques mois. Je vois, que la prison vous menace, mais vous gagnerez. Car vous êtes un homme bien et juste. Vous souriez, vous êtes incrédule et pourtant, je serais à vos noces l’année prochaine. Voici ma carte de visite.

Merci Maya. Je vous dois combien ?

Ce que vous voulez, seule votre vie compte pour moi. Répond-elle mystérieusement.

Comment cela ? interroge David intrigué

Vous allez être victime d’une agression dans environ un mois, faite attention au croissant vert. C’est lui votre problème.

Quel Croissant vert ?

Vous le recevrez par courrier. Je ne peux vous en dire plus, quel que soit la somme que vous me donnerez.

Maya ! attendez !

Maya le laisse sur le trottoir et disparait au coin de la rue. David est à la fois intrigué car cela répond à ces inquiétudes, mais également moqueur aux propos de cette femme mystérieuse et inconnue.

 Bon fait-il en secouant la tête

Allons, la piscine est à côté. Cela va me détendre. Pense-t-il. C’est ainsi que fini sa journée de lundi.

 

Voir les commentaires

Mon charivari d’un matin

COMME EN POESIE 

Ce rêve me promène

Du printemps sans gêne

À l’été délicat de Jérusalem

Puis l’automne et son diadème

Enfin l’hiver et ses emblèmes

De ma jeunesse sans problème

 

Je rêve, oui je rêve d’une crème glacée

De fraise et de vanille émincée

Couchée sur un lit froncé

De macarons rose et café glacé

Ce n’est pourtant pas la panacée

Je la savoure, la délecte sans problème.

 

La dentelle de l’abat-jour

Renvoie à ce doux rêve d’un jour

La rosée s’efface avec le jour

Pour que ce soit plus court

La fleur du ciel parcourt

 

Sa destinée sans discours.

 

Voir les commentaires

XVI - Le week-end à Deauville (suite)

plage-deauville.png La nuit fut courte  pour Pascal. Coucher à quatre heures levées en fanfare à 6 heures par les amis de David. Fut la première surprise de la journée.

On a préparé le petit dj. Venez les amoureux !

Ok !

 Allez dépêchez-vous, la journée est belle et le programme est chargé !

Ok ! ok ! ça va, nous arrivons crie Pascal émergeant de son sommeil.

   Après une toilette rapide, les tourtereaux rejoignent le clan. Ils sont attendus avec l’interrogation de jeunes gens insouciants et heureux.

 On va louer des chevaux pour une randonnée sur la plage annonce Jean-Jacques

Une randonnée sur la plage ?

Oui à Deauville c’est même ce qui se fait de mieux !

Qu’allons-nous voir ? interroge Pascal dans la stupéfaction.

Nous visiterons la côte Il y a les vestiges de la dernière guerre mais il y a également deux sites protégés :….des phoques sur une île et des dauphins.

Quel est la suite du programme ? s’émerveille Pascal

Ensuite resto, puis au choix… prélassement sur la plage ou bowling. Demain nous reprenons le travail pour plusieurs d’entre nous, alors nous rentrerons tôt.

C'est-à-dire ? Font les voix à l’unisson !

Nous quitterons la plage autour de dix-neuf heures resto rapide nous serons à Rouen à vingt heures, puis séparation jusqu’à la semaine prochaine à Maximeville. Ce programme vous convient-il ?

Oui ! répondent-ils d’un cœur

Seulement, il y a un hic, j’aime bien les chevaux mais je n’en ai jamais monté ! Intervient Pascal

Il y a un une jument spéciale pour les débutants. Tu  verras c’est avec elle que j’ai appris. Elle est vieille, et toujours bon pied bon œil.

Informe Gérard

Bon d’accord, comment s’appelle-t-elle ?

Linette d’Or !

Arrivé au Haras, Gérard fait le nécessaire près des propriétaires. D’un geste il appelle les copains. Il remet Linette d’or à Pascal.

C’e n’est pas difficile, surtout qu’elle est patiente et douce. Regarde-nous pour monter. Tu poses le pied à l’étrier tranquillement comme nous. Explique David

Ok !  Répond Pascal

   Canaille les oreilles droites, penche la tête à droite, à gauche se demandant sur quel cheval il va sauter ! Pour lui pas question de faire tout le trajet à quatre pattes ! Il est pris de stupeur au milieu de son dilemme. Linette d’Or ce met à rire suivi des humains ! Pascal est tombé de l’autre côté de Linette d’or ! Canaille va consoler son maitre. Maintenant il a décidé ! Il sera avec Pascal !

 Ton élan était trop fort ! Élance-toi naturellement, sans effort particulier et tu verras. Puis laisse Linette d’or te promenée. Elle en a l’habitude.

   Lui confirme Gérard à l’oreille. Enfin tout le monde est prêt

Alors en route nous avons du trajet ! Lance David

Par trois ils le suivent tel un défilé militaire. Canaille lui décide de dormir d’un œil. Jean-Jacques lui semble plus sûr. Il se dit : je vais le tester quand je le jugerai bon ! Les baigneurs stupéfaits s’arrête de nager en voyant ce mini-défilé. Leur surprise ce n’est pas tant la promenade des chevaux, car ils ont l’habitude de les voir. Mais de la façon de se mettre en formation comme un défilé !

Où allons-nous ?

Voir les phoques de Normandie

Il y a des Phoques ?

Oui, ils ont échoués sur la côte. Intervient Claudine.

Tu connais ? Interroge Jean-Jacques

Oui je fais du bénévolat le dernier Week-end de chaque mois au conservatoire du littoral.

David est subjugué, il laisse éclater sa joie.

Arrivé à destination tu nous serviras de guide. En attendant, bien que plus long avec nos chevaux le trajet par la plage sera plus rapide même avec les rochers qui nous ralentiront légèrement. Il n’y aura pas d’interruption à cause de la circulation. Quand Pascal aura pris ces marques, nous irons au galop. En attendant voici ce que nous verrons : Les belles moustaches et des postures « en banane » (signe de bien-être !) au beau milieu de la baie des Veys. Nous l’appelons communément phoque veau-marin, il s’est installé en petite colonie, près de Sainte-Marie-du-Mont, dans le parc régional des marais du Cotentin et du Bessin, en lisière de la Manche. Claudine vous expliquera le reste sur place.

Pascal dit

On peut aller au galop, je suis prêt

On fait un essai, mais reste à côté de Jean-Jacques, car au galop nous sommes en file indiennes !

OK ! Répondent les deux compères concernés à la grande joie de Canaille !

   La queue de Canaille fouette Linette d’or par inadvertance. Voilà qu’elle se met au galop ! Bien que surpris, Pascal par automatisme parvient à rester sur le dos du cheval. Ce fut le grand éclat de rire de la troupe !

 Maintenant nous savons que nous pouvons galoper de suite. Tant mieux !

   Le trajet fut plus rapide qu’escompté. Ils arrivent dans la baie à treize heures et s’arrêtent devant une boutique-restaurant ambulante. Ne pouvant pas rester sur la plage, ils s’installent dans le pré voisin pour déjeuner.

   Chacun s’occupa de son cheval. Ils les attachèrent aux deux arbres du pré, leur donnèrent la moitié de la ration journalière de leur alimentation comprise dans la location. Pascal donna un sucre en plus avec l’eau de source. Le repos et la sieste fut bien apprécié. Seulement Pascal lui est courbaturé. Claudine lui masse les reins et les jambes et les bras. Canaille, lui, il en est tout surpris. Dans sa petite tête il n’avait pas souvenir d’un massage après une course à cheval !

Je crois bien que Canaille a été saisie pour maltraitance dans un cirque ! Déclare Serge

Cela est bien possible. Il nous fait des choses que seul un chien de spectacle fait. Répond Claudine

   Canaille couché, la tête sur ses pattes avant, les yeux fermés semble dormir. Seulement les oreilles bougent à l’énoncé de son nom, sa petite queue bouge. Cette sacré queue, elle le trahi à toute les fois, qu’il veut faire croire qu’il dort ! Rire des amis de Pascal. Canaille prépare sa vengeance. Pour l’instant, il fait semblant d’être indifférent. Puis ils repartent en suivant Claudine. Elle avait pris rendez-vous avec les responsables de l’aquarium la veille.

 Les chevaux seront à l’abri des visiteurs. Dit-elle en entrant dans la propriété.

Un homme bedonnant, grisonnant à l’allure affable s’avance vers les nouveaux arrivants

Bonjour Claudine, nous avons le pré de la clé des champs. Vos chevaux seront bien reposés lorsque vous repartirez. On vous prépare une collation pour votre retour. Lui dit Didier

Merci, combien nous vous devons ?

Rien c’est pour te remercier de tout ce que tu fais pour nos phoques !

Après hésitation Didier ajoute,

Si cela gêne tes amis, ils peuvent faire un don pour le soin des phoques.

Tous sont d’accord, ils acquiescent de la tête le sourire aux lèvres.

Didier, je te présente mon fiancé Pascal

Très heureux de vous connaître. Répond Didier en serrant la main du jeune homme.

Claudine fait la présentation de toute la bande de copain. Tous apprennent que Didier est le meilleur ami du père de Claudine.

Maintenant on visite ! Ordonne Claudine, pour couper court aux explications.

   Ils prennent cinq barques et arrivent aux iles des phoques. Claudine raconte plus qu’elle n’explique en montrant avec les mains.

Quand on s'balade dans la baie des Veys entre Manche est et Calvados comme aujourd’hui, si nous avons de la chance et de la patience, nous pourront les observer à légère distance les phoques communs, veaux marins appelés aussi "chiens de mer"

Comment cela, si on a de la chance ? intervient Élodie

Oui, parce que parfois, ils restent éloigné, on peut les voir avec les jumelles et…

veau-marin-baie-des-Veys.png Après un court instant, en descendant de leurs bateaux, elle s’écrie joyeusement

vous avez de la chance ils sont sur la plage !

Claudine commence ses commentaires la visite des phoques commence

Le veau marin (phoca vitulina) est un mammifère qui vit en colonie dans les estuaires découvrant des espaces plages sable. la marée est basse. Comme vous pouvez le voir, ils se prélassent. Il en existe cinq sous espèces vivant au nord Atlantique Groenland, pacifique, et Europe du nord.

Après un temps d’arrêt elle reprend

Ici dans la  baie des VEYS c'est le phoque commun et le Veau de mer qui habitent là.

Tous écoutent religieusement Claudine. Pascal est subjugué. David lui, pense (quelque chance d’avoir rencontré Pascal !) La voix claire de Claudine continue calmement sans interruption.

Voyez cette « tribu » ils sont une soixantaine environs. Cette année ils y a eu: une huitaine de naissances. Nous avons de bonne raison d’être optimiste pour l’avenir. Nous avons installé, creusé des vasières, un chenal, des berges « en talus » pour qu’ils puissent glisser ou « luger » plus vite dans l’eau et la mer. Ainsi le poisson nécessaire à leur alimentation, leur est fourni. La réserve naturelle nationale du domaine de Beau Guillot, dans la Baie-des-Veys, offre une vraie douceur de vivre à ses phoques communs.

Puis elle ajoute un complément d’information.

Il y a une chose que je me dois vous informer les phoques sont sensible à la pollution.

Dans la baie du Mont-Saint-Michel, ces phoques communs « normands » sont les plus méridionaux de l’espèce. Un peu plus au nord, en baie de Somme (Picardie), on compte 139 congénères, puis quelques autres spécimens en Pas-de-Calais. « Et il faut compter avec des colonies bien plus importantes aussi en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas. Même si la grande majorité d’une population de 600 000 individus a plutôt ses habitudes vers des latitudes plus élevées, en mer du Nord, en Baltique et jusqu’à l’Arctique ». C’est ce que Jean-François Elder, un scientifique nous enseigne sur cet animal dans ce domaine de Beau Guillot.

Ils ne sont pas désorientés en arrivant ici ? Demande Serge

Pas apparemment, ce sont sans doute des opportunistes, tout simplement. Les experts pensent qu’une avant-garde explore les eaux de la Manche depuis des décennies voire des siècles. Mais cela fait seulement quinze ans environ que la colonie actuelle s’est établie en Manche, s’appuyant sur une démographie dynamique, ici comme en baie du Mont-Saint-Michel ou en baie de Somme. Sans doute l’absence d’orques, leur prédateur naturel. Cela a sans doute également facilité leur installation dans la région.

Tu nous dis qu’ils craignent la pollution, or il est notoirement connu que les bateaux dégazent au large dans la Manche

Oui c’est pourquoi il y a un énorme travail. Pour préserver la qualité des eaux côtières. Le phoque commun est très sensible aux pollutions, aux substances chimiques confirme Claudine.

Puis elle complète

Il nous faut également maintenir l’homme à distance. Car même bien intentionné, s’il n’a pas de connaissance il peut-être prédateur sans le vouloir. D’où l’accompagnement obligatoire d’un soigneur ou d’un guide du conservatoire.

Le phoque commun se montre volontiers curieux, voire espiègle, seulement il est également craintif. Il n’aime pas être dérangé. C’est une espèce protégée sur le territoire national depuis longtemps. La France s’est même engagée à maintenir en bon état de conservation les sites qui abritent cet hôte rare, (Directive européenne de 1992 « Habitat, faune, flore ») et les scientifiques peuvent étudier avec bonheur ce sympathique mammifère marin appartenant au groupe des pinnipèdes.

Tu  as bien appris ta leçon, ma chère Claudine. Constate David en souriant.

Elle rougit cependant elle est ravie, car elle ne sent pas une pointe de moquerie mais un encouragement pour continuer. Serge l’étudiant de première année de vétérinaire intervient.

Comment pouvez-vous les repérer au loin ?

On est obligé de Lorgner sur l’estran en plein été. Le phoque commun a une certaine torpeur sur les plages, comme le paresseux. En réalité il s’allonge au soleil, l’animal « travaille son corps », stock pendant sa sieste les graisses nécessaires pour l’hiver prochain. Ses autres talents physiologiques font le reste. Doué d’un système qui évacue totalement l’air des poumons (évitant le risque de bulles d’azote dans le sang) et d’un cœur pouvant réduire ses pulsations à cinq par minute, il sait éviter l’accident de décompression en plongée. Le phoque commun peut ainsi rester un quart d’heure sous l’eau ! Et quoique d’instinct grégaire, il vagabonde parfois en solitaire, jusqu’à 60 km de sa colonie d’origine ou bien plus loin. Un air pataud sur le sable… qui cache donc un nageur hors pair !

La visite se termine, le retour est proche. Canaille vexé est resté avec les chevaux. Didier les attends pour la « petite » collation normande. En voyant la table qui les attend, ils n’en reviennent pas ! Charcuterie variée sans oubliée la fameuse andouille de Vire, tripes de Caen, pâtisserie normande arrosé de cidre. Un café arrosé de Calvados pour conclure ! Enfin ils reprennent la route. Canaille s’installe devant Pascal. Fier comme Artaban.

Le retour se fait dans le silence, et au galop pour la plupart du trajet. À l’approche de Deauville, ils ralentissent. Ils sont sur la plage, et se remettent en cortège à trois au trot en cadence. Il y a plus de monde qu’en partant. Leur arrivé est remarqué. C’est à ce moment que Canaille décide d’appliquer sa vengeance !

Voilà qu’il saute sur la croupe du cheval de Claudine puis sur celle de Pascal, et continu  de Pascal à Jean-Jacques. Puis de Jean-Jacques à Pascal. Là, à grand coup de langue il débarbouille son maître !

Ils finissent leur route sous les applaudissements et les flashs des curieux surpris autant que ces chers jeunes gens ! Canaille a eu sa vengeance, il sera demain la Une de France-Ouest !

Lorsqu’ils furent dans leurs voitures, ils trouvèrent un soulagement, mais également le bonheur d’avoir passé un week-end formidable. De retour à Rouen Isis les accueille avec les cajoleries qu’un chat est seul capable de faire.

Pascal et Canaille vont directement dans leur chambre. Pascal après la douche, s’affale sur son lit.

Voir les commentaires

L’enfant perdu

enfant--les-moineaux.jpg

 

Le matin nous comptons le temps qui nous reste

Comme les oiseaux se comptent entre eux

Aucun ne doit manquer à l’appel du bonjour.

Nous c’est le temps pour faire quelque chose.

 

Ce jour, il nous manque du temps,

Nous nous sommes réveillés en retard,

Les enfants ont fini leur petit déjeuné

L’aîné est parti tout seul à l’école.

 

Les moineaux volent autour de la maison,

Ils ont entraînés l’enfant dans leur coursent,

L’enfant rit, coure, saute à leur poursuite,

Il oubli l’école, il s’est perdu dans le bois voisin.

 

Ce n’est qu’à l’aube que l’on retrouva l’enfant

Ils ont parcouru chaque centimètre

L’enfant tel un oiseau est craintif.

Pourtant la maman pleure et l’embrasse.

 

L’étoile des moinillons ont guidés leurs pas.

Il n’y a pas eu de chat, ni de loup,

L’enfant a compris la dure leçon

 

Désormais, il sera sage et obéissant

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>