Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bijou mon ami

Bijou-mon-ami.jpg Il aime l’herbe tendre

De son pré préféré

Nos courses effrénées

Dans les bois aux hautes futées

Nos arrêts dans les clairières,

Où sur les chemins de terre,

C’était la tendresse à l’état pure.

Bijou toujours en action

Les courses il les gagnait

La tristesse de ce passé,

Me taraude, j’étais si jeune.

À mon départ pour la ville

Je revois ses yeux inquiets

Notre séparation fut un déchirement

 

Les choses de notre vie

Qu’il ne comprend pas

L’homme le lui impose

La solitude le guette

 

Pourtant la semaine si longue

Passe parfois en un éclair

Alors le retour est tel un ouragan

De bonheur et de câlin.

Voir les commentaires

Les joies de l’hiver

les-joies-de-l-hiver.jpg

Les joies de l’hiver sont parfois perverses

Dans les bras l’un de l’autre

On frisonne de bonheur

Pas seulement à cause du froid.

 

Les joies de l’hiver  sont innocentes

La neige crisse sous nos pas,

Un bonhomme de neige se dresse

Des boules de neige fusent.

 

Les joies de l’hiver peuvent être heureuses

Dans le bonheur d’une lecture

Entrecoupé de jeux de société

Bercé dans la douceur musicale.

 

Les joies de l’hiver sont sportives

La neige blanche attire les jeux

La luge  glisse rapide dans la pente

La joie de dévaler les pentes  sur les skis.

 

Monique Macalou

 

29 janvier 2014

Voir les commentaires

Le repos du dégourdi

le-cygne-se-degourdi-.jpg 

Le repos du dégourdi

Son  repos l’engourdi

Il en est abasourdi.

Se démenant dans la tragédie

Sans connaître la comédie

Il en fait une parodie

Qu’il qualifie de mélodie

Ce grand étourdi.

 

Il est si dégourdi.

Son adresse est dite

Astucieuse dans l’édit

Déluré  s’il est inédit

La malice de l’érudit,

Sa fougue il ne la vendit

Gardant sa lance d’incendie

Pour le repos du dégourdi

 

Le mardi gras est proche

Il se fait reproche

Lors de son approche.

Ce qui est moche

Il a dans sa valoche

Venu  de Loches

Dans ses galoches

Un bocal de loches.

 

Monique Macalou

28 janvier 2014

Voir les commentaires

Comme un lundi

comme-un-lundi.jpg

 

Comme un lundi

Le réveil est difficile

Hier j’étais au Paradis

 

La journée s’annonce difficile

Pourtant, rien ne paraît

Ce jour l’érudit le complique.

 

Personne ne l’avait prédit

C’est une journée  maudite

J’attends l’arrivée du corbillard.

 

Monique Macalou

 

24 janvier 2014

Voir les commentaires

Ne méprisez pas le petit

 

Ne méprisez pas le petitNe-meprisez-pas-le-petit.jpg

Il est peut-être le plus grand

Son cœur si lourd

Ce chagrin toujours

À cause des balourds

 

Pour qui ? Pourquoi ?

Une cloche les protège

Le suicide les contraint

Ils se dévoilent

Pour une chiquenaude

Qu’ils n’ont pas mérité.

 

Il essaie de vivre

La tête au-dessus de l’eau

De cette eau noire

Cette eau miroitante

Passée  par l’usine

Sa source n’est que figurine.

Pour la publicité

 

Le petit se désole

Si supérieur à la moyenne

N’étant pas du sérail

Il n’a pas droit au bail.

Gare au petit « vieux »

Les envieux les sectionnent

Leur volent les richesses

Le petit n’y a pas droit

C’est ce qui le rend maladroit.

 

 

Nanou M.I.M

Voir les commentaires

Ce mois de janvier

Ce-mois-de-janvier.jpg

 

Un ciel tout gris pleurnicheur,

Le soleil se cache sous les nages

Les graviers crissent sous nos pas

De petites foulées glissantes

Sur le sol rappelle l’hiver

Pourtant la température douce

Nous entraîne à des folies

Digne d’un printemps en avance.

 

Dans les sentiers tristes hésitent,

Le gel n’est pas au rendez-vous.

La grive, le pigeon sont surpris,

La mésange s’interroge sur le temps

Le gel n’est pas encore passé.

Pour les fêtes c’était le bonheur.

Maintenant c’est la crainte de l’avenir,

Que ferons-nous si le gel est en mars

 

Monique Macalou

21 janvier 2014


 

Voir les commentaires

Les caresses royales

Les caresses brûlantes112-9368a thumb s

Le souffle court

Les bras tentaculaires

Caressent

Aspirent

Frappent çà et là.

Sous sa domination

La peau rougie

Ruissèle

Se dessèche

Se cloque

Les pensées se rident

Les feuilles grillent

La terre se fendille

L’homme est en nage

Il s’essuie

Sous l’astre dominateur.

 

Quelquefois l’orage

Bienfaiteur enrage

Déverse ses larmes

Puissantes froides,

Foudroie l’aventureux

Éclaire la ville

Aux mœurs viles

Aux plaisirs gourmets,

Sous le charme éphémère

Tous ces épicuriens,

Sous le charme royal,

Des lasers caressant

La peau frissonne

Se délecte,

Se complet

Sous ses multiples doigts

Souvent impériales,

S’ouvrent aux plaisirs,

D’une lecture douce

Enivrante

Imagée

Ce  livre  reste ouvert

Sur les genoux

Les  lèvres entre-ouvertes

Les paupières fermées

Le film défile

Dans la volupté

De la caresse royale,

De l’astre solaire.

 

Monique Macalou

22 janvier 2014.

Voir les commentaires

Mon amour, ne craint pas

amour grandi

 

Pourquoi tant de maladresse ?

Dans tes mots

Tu ne veux pas me faire souffrir

Seulement tes gestes.

Tu ouvres la porte

Je sursaute

Un vase tombe,

Se brise

L’eau s’étale sur le carrelage.

Les fleurs sont blessées

Mourantes,

Implorantes.

Mon sentiment est compassion

Mes paroles se font douces

Hésitantes,

Douteuses,

Sans arrière-pensée.

Seule la maladie explique

Tes tremblements,

Tes hésitations

Tes craintes

Mon amour, ne craint pas,

Je suis à tes côtés

 

21 janvier 2014

 

Monique Macalou

Voir les commentaires

Si Dim en chemise

image 27569 1 20304 1 9323 1 37872

 

Si Dim en chemise rêve

Sur les rives du fleuve

Se prélasse sous un arbre

Ferme les yeux

Revit ce qu’il a perdu.

Les illusions du dimanche.

Ce jour de repos

Qui n’est de repos

Que  pour l’ours mal léché.

 

Quand Dim en chemise

Roule sur la route

Sous la voute des platanes

Aux feuillages bruissant

Avance  sur son cycle

Cheveux aux vents

Humant l’air fouettant

Son visage avec délice

Dim  sans  aucun doute

Retrouve ses vingt ans

 

Alors Dim en chemin

Retrouve  sa vigueur

Revoie son amour

Revient sur ce passé

Si lourd de roses

Plein d’aubépine

Alors la résurrection

Est au diapason des actions

Pas celle de la bourse

Puisque jour de repos

Celui qui débourse

En fleur pour le pardon

En cierge pour le souhait

De retrouver l’âme perdu

 

Monique Macalou

 

 

 

 

Monique Macalou Isope

Voir les commentaires

La vie en express

polar-express.jpg 

Nous vivons à l’heure de l’express.

Nous allons poster notre lettre

Par voie en express

Nous prenons le train Grande Vitesse

C’est le grand express de jadis

Sur l’autoroute personne ne double

Nous prenons la voie expresse.

Nous envoyons un texto

Notre temps nous presse.

À la terrasse du café

Nous  commandons un express.

Tout est devenu urgent

Surtout  dans la presse

Les scoops et les stressent

Chacun s’empressent

Pour courir plus vite

Parfois nous finissons aux urgences

Dans l’hôpital c’est la course

Pour cautériser avec la compresse

Puis nous sous empressons

De rentrer la maison

Devant la télé nous décompressons

Mais malheur le conjoint

Ne regarde pas notre chaîne

Alors au lit avec un livre

Nous nous délectons de mots.

Enfin c’est la détente sans la presse.

Monique Macalou

13 janvier 2014

Voir les commentaires

1 2 3 > >>