Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bonsoir mes amis(es) lecteurs et lectrices

Nos nuits rallongent chaque jour, la couette est bienvenue.

Que votre nuit vous soit douce, car le weekend se fini, demain nous reprenons nos activités

 

 Je voudrais en ce moment t'avoir sur mes genoux, et couvrir ta bouche divine de baisers. 
Message de Victor Hugo ; Les lettres à la fiancée (1821)

Le bonheur éternel.

Recueil : Poésie d'amour (2008)

Jusqu'à la fin des temps, je te caresserais 
De mes dix doigts pressés de conquérir ta peau 
Tandis que mes lèvres sèmeront à gogo 
De tes pieds à ton front, des baisers indolents.

Et quand au passage, je verrais un frisson 
S'envoler prestement de la zone interdite, 
Je ferais un virage, j'augmenterais le son 
Pour le voir s'agrandir, augmenter son orbite.

Quand tu auras franchi le seuil du paradis, 
Quand la vague accourue du fond des profondeurs 
T'emportera au loin sur la plage, éblouie, 
Quand tu auras goûté au nectar du bonheur,

Je te caresserais jusqu'à la fin des temps 
De mon corps, de mon âme avec tant de passion 
Que tu me supplieras dans un ultime élan 
De te rejoindre pour parfaire notre union !


Philippe Brat
 

Amour et Amitié.

Recueil : L'Amour et l'Amitié (2003)

Cadeau immuable de cette vie que tu m'offres, 
Je te remercie pour le temps, que tu me donnes 
Ah ! Comme je voudrais entasser dans un coffre 
Tous les mots évoqués, qui dans ma tête résonnent.

Ta main tendue, chaque fois que je te la demande 
Est un geste rempli de tendresse, qui n'attend rien 
Parfois même, tu agis avant que je ne quémande 
Ce tracé, que tu créés afin que je vois mon chemin.

Ton écoute réelle, que je sais douce est merveilleuse 
Ta présence réchauffe mon coeur laminé ou trop triste 
Ton regard me rappelle, que je ne suis pas hideuse 
Tu m'élèves souvent, en me lisant, au rang d'artiste.

Ton esprit, source de cette confiance nouvelle en moi 
M'aide à comprendre ce passage en ce monde, sombre 
Tu me distilles avec une telle aisance, une part de joie 
Que plus jamais, mon visage ne reste dans la pénombre.

Ton âme libre qui est en symbiose totale, avec la mienne 
Permet la montée nécessaire, pour embellir ce parcours 
Effaçant les bribes gravées en elle, de toutes mes peines 
En fait, je sais qu'il n'y a qu'un pas entre l'amitié et l'amour.


Michèle De Guise

Voir les commentaires

Bonsoir mes frères et sœurs, Prions Le chapelet du dimanche ensemble pour tous les drames mondiaux

Bonsoir  mes frères et sœurs, Prions Le chapelet du dimanche ensemble pour tous les drames mondiaux
Bonsoir  mes frères et sœurs, Prions Le chapelet du dimanche ensemble pour tous les drames mondiaux
Bonsoir  mes frères et sœurs, Prions Le chapelet du dimanche ensemble pour tous les drames mondiaux

LE PAPE BENOIT XVI CELEBRE L'EPIPHANIE

Prière de Benoît XVI à Lourdes

Voici une Prière devant l’Adoration Eucharistique « Seigneur Jésus, Tu es là, devant nous, offert à nos regards, à nos questions et à notre amour » prononcée par notre Pape Benoît XVI lors de la Procession Eucharistique sur la Prairie à Lourdes le Dimanche 14 septembre 2008 au cours de son voyage apostolique en France à l'occasion du 150e anniversaire des Apparitions de Lourdes (12-15 septembre 2008)
 


La Prière de Benoit XVI devant le Saint Sacrement « Seigneur Jésus, Tu es là, devant nous, offert à nos regards, à nos questions et à notre amour » : 

« Seigneur Jésus, Tu es là ! Et vous, mes frères, mes sœurs, mes amis, vous êtes là, avec moi, devant Lui ! Seigneur, voici deux mille ans, Tu as accepté de monter sur une Croix d'infamie pour ensuite ressusciter et demeurer à jamais avec nous Tes frères, Tes sœurs ! Et vous, mes frères, mes soeurs, mes amis, vous acceptez de vous laisser saisir par Lui. Nous Le contemplons. Nous L'adorons. Nous L'aimons. Nous cherchons à L'aimer davantage. Nous contemplons Celui qui, au cours de Son repas pascal, a donné son Corps et son Sang à ses disciples, pour être avec eux « tous les jours, jusqu'à la fin du monde » (Mt 28, 20). Nous adorons Celui qui est au principe et au terme de notre foi, Celui sans qui nous ne serions pas là ce soir, Celui sans qui nous ne serions pas du tout, Celui sans qui rien ne serait, rien, absolument rien ! Lui, par qui « tout a été fait » (Jn 1, 3), Lui en qui nous avons été créés, pour l'éternité, Lui qui nous a donné son propre Corps et son propre Sang, Il est là, ce soir, devant nous, offert à nos regards. Nous aimons - et nous cherchons à aimer davantage – Celui qui est là, devant nous, offert à nos regards, à nos questions peut-être, à notre amour. Que nous marchions – ou que nous soyons cloués sur un lit de souffrance, que nous marchions dans la joie – ou que nous soyons dans le désert de l'âme (cf. Nb 21, 5), Seigneur, prends-nous tous dans ton Amour : dans l'Amour infini, qui est éternellement Celui du Père pour le Fils et du Fils pour le Père, celui du Père et du Fils pour l'Esprit, et de l’Esprit pour le Père et pour le Fils. Ainsi soit-il. » 
 

Prière de la Bienheureuse Mère Térésa de Calcutta

Voici la Prière « Les pauvres sont près de nous et nous ne les connaissons même pas »de la Bienheureuse Mère Térésa de Calcutta (1910-1997) née Agnès Gonhxa Bojashiu, Fondatrice de la Congrégation des Missionnaires de la Charité dédiée entièrement au service des malades, des abandonnés et des plus pauvres de l’Inde, béatifiée par Saint Pape Jean-Paul II en 2003. 
 


La Prière de la Bienheureuse Mère Térésa de Calcutta « Les pauvres sont près de nous et nous ne les connaissons même pas » : 

« Aujourd’hui, Dieu aime tant le monde qu’Il vous donne vous, Il me donne moi, pour aimer le monde, pour être Son amour, Sa compassion. C’est une si belle pensée pour nous – et une conviction – que vous et moi pouvons être cet amour et cette compassion. Savons-nous qui sont nos propres pauvres ? Connaissons-nous notre voisin, les pauvres de notre quartier ? Il est tellement facile pour nous de parler encore et encore des pauvres des autres pays. Très souvent, nous avons des gens souffrants, seuls, des gens – vieux, rejetés, malheureux – et ils sont près de nous et nous ne les connaissons même pas. Nous n’avons même pas le temps de leur sourire. Nos pauvres sont des gens merveilleux, très aimables. Ils n’ont pas besoin de notre pitié. Ils ont besoin de notre amour compréhensif et ils ont besoin de notre respect. Il faut que nous disions au pauvre qu’il est quelqu’un pour nous, que lui aussi a été créé, par la même main aimante de Dieu, pour aimer et être aimé. Amen. » 

Bienheureuse Térésa de Calcutta (1910-1997)

Teresa_calcutta.jpg

Voir les commentaires

Bonjour mes amis(es) je vous souhaite un bon dimanche

Bonjour mes amis(es) je vous souhaite un bon dimanche
Bonjour mes amis(es) je vous souhaite un bon dimanche
Bonjour mes amis(es) je vous souhaite un bon dimanche

Que vous inspire cette image?

Notre planète

 

Je me suis amusée à écrire

 33 phrases commençant par L. Le sujet : La Planète et la nature en poésie

Voulez-vous écrire une phrase sur ce thème avec La lettre L pour commencer la phrase, et bien sûr sans copier l'une des 33 phrases.

Amusez-vous, et bon dimanche

 

  1. La planète terre, la nôtre, est née d’une fusion cosmique.
  2. La mesure du temps et des saisons se partage en deux hémisphères inversées tranchées en fuseaux comme un agrume.
  3. Les heures et les saisons battent la mesure.
  4. La terre est un millefeuille de génoise, de choux glacés, de crème vanille, de sucres glaces, l’écume salée se couche sur les galets.
  5. La louche moule les saisons, déverse les larmes, les glaces, les perles.
  6. Le soleil caresse, réchauffe nos cœurs ou se cache derrière les nuages.
  7. L’été la saison où soleil s’invente des jeux parfois brûlants, il se mire sur la mer suave, et quelquefois houleuse.
  8. Les saisons traversent allègrement et joyeusement notre planète dans une course sans aucun arrêt, sans jamais avoir de fin.
  9. Les saisons se suivent, se poursuivent, le printemps fleuri prépare l’été flamboyant, lui-même laisse sa place à l’automne en rouge et or remplacé par l‘hiver pervers avec sa blancheur signe de pureté.
  10. Les oiseaux chantent, dansent les passereaux parcourent la planète au gré de leurs périples et leur périodicité.
  11.  La planète bleue, notre terre rêve de bonheur sans anicroche.
  12.  Les malfaisants hélas plantent les algues vertes pour remplacer le bleu azur ces eaux.
  13.  La sérénité revient par le bonheur de la faune sauvage et florale, avec les fragrances allant du musc des fraises jusqu’au jasmin.
  14.  Les merveilles de la nature chantent, les ruisseaux descendent de la montagne sautent de cailloux à l’autre jusqu’à la rivière.
  15.  Les mariages grandissent les familles de la poissonnaille ; hélas les usines les nourrissent, et empoisonnent toute la faune marine ; elle saute joyeusement, miroite pour enfin mourir dans nos estomacs au mieux, mais souvent finit sur les berges ou les plages le ventre à l’air.
  16.  Les montagnes enchantent nos regards et nos jambes.
  17.  Les fleurs endimanchent les prés, les berges et nos parcs.
  18.  Le toit de nos montagnes rêve dans sa splendeur vertigineuse.
  19.  L’horizon des montagnes barre protectrice, majestueuse et dangereuse, appelle, attire et enveloppe de toute sa puissance.
  20.  Les plaisirs de la planète me sont joies de la montagne à la mer.
  21.  Les animaux sauvages comme nos fidèles compagnons nous montrent l’amour et le respect de l’habitat et surtout la fidélité.
  22. L’équateur révèle par son désert, son aridité, sa sévérité expose sa chaleur affective, ainsi que ses dangers entre les mirages et les cactus.
  23.  Le lion rugit dans la jungle, le cerf brame dans sa forêt.
  24.  La cigale chante tout l’été dans les prés et champs de nos campagnes.
  25.  Le fusil claque parfois sinistrement, les chasseurs détruisent le charme de nos campagnes, de nos forêts et jungles.
  26.  L’horreur, la concupiscence tombe dans certaines luxures humaine ou animale.
  27.  Les gloires perfides en font commerce au détriment de notre planète.
  28.  La planète se meurt de nos tristes actions irrévérencieuses.
  29.  Les larmes froides sont les perles de défense de notre planète.
  30.  L’enchantement devrait-être la source d’une vie respectueuse de la nature.
  31.  La chance est l’apprécier du vrai bonheur de vivre sur cette planète, avec tous ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie.
  32.  La vie est ce qu’il y a de plus remarquable et extraordinaire que nous apporte notre planète.
  33. Le charme de la vie, se mesure que lorsque nous avons perdu ce que la nature nous avait donné.

 Pauvre de nous

 

 

Alumacom

21 décembre 2016

 

 

Voir les commentaires

Saint Jérôme

Saint Jérôme
Saint Jérôme

Saint Jérôme

Père et Docteur de l'Eglise ( 420)

Jérôme est un étudiant romain plein d'allant.

 Il demande le baptême à 19 ans et son tempérament entier ne conçoit d'autre vie que consacrée à Dieu.

Mais où et comment ? A la recherche de sa vocation, il se met à voyager

. Il passe tout d'abord deux années dans le désert de Chalcis en Syrie : un petit stage d'érémitisme ascétique et contemplatif, dans la méditation amoureuse des Écritures, est la meilleure formation pour le service du Seigneur.

 Mais Jérôme a besoin d'action. Il se rend alors à Antioche, fameuse pour son école exégétique. Il y apprend le grec et l'hébreu et y reçoit le sacerdoce.

Passant par Constantinople, il découvre l'exégèse d'Origène et se met sous la direction de saint Grégoire de Nazianze. Mais toujours indécis sur ce qu'il doit devenir, il retourne à Rome. Là sa grande culture fait de lui le secrétaire du pape Damase. Il a aussi beaucoup de succès auprès des laïcs : un petit cercle de dames chrétiennes, des admiratrices inconditionnelles dont il est le père spirituel, se rassemble autour de lui.

 A la mort de saint Damase, il doit quitter Rome où son bouillant caractère lui a valu beaucoup d'ennemis. Ses 'dames' le suivent jusqu'à Bethléem où il fonde pour elles un petit monastère. Biblia Sacra - Vulgate Il a trouvé le lieu de sa vocation. Il se consacre à l'étude de la Bible qu'il traduit en latin 'la Vulgate' sans négliger de se brouiller avec de nombreuses personnalités et de s'immiscer dans toutes les querelles de l'époque.

Il passe, dans l'histoire, pour l'un des plus mauvais caractères de la communion des saints. Mais son affectivité exacerbée le rend très proche de nous. On le plaint d'avoir été irascible et vindicatif. On l'admire pour son amour du Christ et de la Parole de Dieu.

A lire : lors de la catéchèse de Benoît XVI à l'audience générale du 7 novembre 2007 l'évocation de saint Jérôme (né vers 347), qui "mit la Bible au cœur de son existence et en réalisa une traduction latine. Il la commenta dans ses écrits mais surtout s'appliqua à la vivre quotidiennement".

Mémoire de saint Jérôme, prêtre et docteur de l’Église. Né en Dalmatie, il étudia à Rome et y fut baptisé ; nourri de toute la culture antique, mais attiré par la vie contemplative, il fit dans le désert de Syrie l’apprentissage de la vie monastique et fut ordonné prêtre. Revenu à Rome, il fut secrétaire du pape saint Damase ; de là il se retira à Bethléem pour y mener la vie monastique et se montra un savant remarquable pour traduire en latin et commenter les saintes Écritures. Il prit sa part, d’une manière admirable, de bien des besoins de l’Église et, parvenu à un âge avancé, mourut en paix en 420.

Martyrologe romain

Priez-vous ?

 Vous parlez au Seigneur.

 Lisez-vous l’Ecriture sainte ?

C’est Lui qui vous parle.

- Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ.

– On ne naît pas chrétien. On le devient.

- Ce qui a de la valeur, c’est d’être chrétien et non de le paraître.

Paroles de saint Jérôme

Voir les commentaires

Bonjour Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)

Bonjour Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)
Bonjour Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)
Bonjour Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)
  • Introduction
    V/ Dieu, viens à mon aide, R/ Seigneur, à notre secours. Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen. (Alléluia.)
  • Hymne : Voici la nuit
    Voici la nuit, L'immense nuit des origines.Et rien n'existe hormis l'Amour, Hormis l'Amour qui se dessine :En séparant le sable et l'eau, Dieu préparait comme un berceauLa Terre où il viendrait au jour.Voici la nuit, L'heureuse nuit de Palestine,Et rien n'existe hormis l'Enfant, Hormis l'Enfant de vie divine :En prenant chair de notre chair, Dieu […]
  • Antienne
    Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
  • Psaume : 103 - I
    1 Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Revêtu de magnificence,2 tu as pour manteau la lumière ! Comme une tenture, tu déploies les cieux,3 tu élèves dans leurs eaux tes demeures ; des nuées, tu te fais un char, tu t'avances sur les ailes du vent 
Première lecture : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nb 11, 25-29)

Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là,
    le Seigneur descendit dans la nuée
pour parler avec Moïse.
Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci,
et le mit sur les 70 anciens.
Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser,
mais cela ne dura pas.

    Or, deux hommes étaient restés dans le camp ;
l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad.
L’esprit reposa sur eux ;
eux aussi avaient été choisis,
mais ils ne s’étaient pas rendus à la Tente,
et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser.
    Un jeune homme courut annoncer à Moïse :
« Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »
    Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse depuis sa jeunesse,
prit la parole :
« Moïse, mon maître, arrête-les ! »
    Mais Moïse lui dit :
« Serais-tu jaloux pour moi ?
Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple
un peuple de prophètes !
Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

    – Parole du Seigneur.

Psaume (Ps 18 (19), 8, 10, 12-13, 14)

Refrain psalmique : (Ps 18, 9ab)

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur.

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables.

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit.
Qui peut discerner ses erreurs ?
Purifie-moi de celles qui m’échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l’orgueil :
qu’il n’ait sur moi aucune emprise.
Alors je serai sans reproche,
pur d’un grand péché.

Deuxième lecture : « Vos richesses sont pourries » (Jc 5, 1-6)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Vous autres, maintenant, les riches !
Pleurez, lamentez-vous
sur les malheurs qui vous attendent.
    Vos richesses sont pourries,
vos vêtements sont mangés des mites,
    votre or et votre argent sont rouillés.
Cette rouille sera un témoignage contre vous,
elle dévorera votre chair comme un feu.
Vous avez amassé des richesses,
alors que nous sommes dans les derniers jours !
    Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers
qui ont moissonné vos champs,
le voici qui crie,
et les clameurs des moissonneurs
sont parvenues aux oreilles du Seigneur de l’univers.
    Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de délices,
et vous vous êtes rassasiés
au jour du massacre.
    Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué,
sans qu’il vous oppose de résistance.

    – Parole du Seigneur.

Évangile : « Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la » (Mc 9, 38-43.45.47-48)

Acclamation : (cf. Jn 17, 17ba)

Alléluia. Alléluia. 
Ta parole, Seigneur, est vérité ;
dans cette vérité, sanctifie-nous.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jean, l’un des Douze, disait à Jésus :
« Maître, nous avons vu quelqu’un
expulser les démons en ton nom ;
nous l’en avons empêché,
car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
    Jésus répondit :
« Ne l’en empêchez pas,
car celui qui fait un miracle en mon nom
ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ;
    celui qui n’est pas contre nous
est pour nous.
    Et celui qui vous donnera un verre d’eau
au nom de votre appartenance au Christ,
amen, je vous le dis,
il ne restera pas sans récompense.

    Celui qui est un scandale, une occasion de chute,
pour un seul de ces petits qui croient en moi,
mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou
une de ces meules que tournent les ânes,
et qu’on le jette à la mer.
    Et si ta main est pour toi une occasion de chute,
coupe-la.
Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle
que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains,
là où le feu ne s’éteint pas.
    Si ton pied est pour toi une occasion de chute,
coupe-le.
Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle
que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
    Si ton œil est pour toi une occasion de chute,
arrache-le.
Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu
que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux,
    là où le ver ne meurt pas
et où le feu ne s’éteint pas. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie du dimanche 30 septembre

Références bibliques:

Première lecture « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tou… Nb 11, 25-29
Psaume Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur. Ps 18 (19), 8, 10, …
Deuxième lecture « Vos richesses sont pourries » Jc 5, 1-6
Évangile « Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Si ta main est pour t… Mc 9, 38-43.45.47-48

***

Aujourd’hui, nous ne prendrons que deux des lectures sur les trois que l’Eglise nous propose en cette liturgie. Le Livre des Nombres et l’Évangile selon saint Marc, puisque la première privilégie un des aspects de l’Évangile de ce dimanche. Comme Moïse, Jésus se réjouit de voir que les dons de Dieu ne peuvent se restreindre à quelques privilégiés et s’étendent au-delà du groupe des disciples rassemblés. « Ah ! si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » – « Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »

LES NOTABLES ET LES ANCIENS

La Bible signale à deux reprises que des anciens et des notables parmi le Peuple ont été associés à la charge de Moïse.

Le conseil de Jéthro.

Dans le Livre de l’Exode (chapitre 18), c’est Jéthro, prêtre de Madian, qui n’est pas juif, même s’il est le beau-père de Moïse, qui lui donne le conseil d’appeler autour de lui des anciens, des sages d’expérience et des notables, lorsque Moïse le rencontre, dans le désert, avec le peuple libéré qui vient de quitter l’Egypte. Après l’avoir vu occupé, toute la journée, à trancher les innombrables différends, inévitables entre les membres d’un groupe humain, Jéthro recommande à son gendre de faire juger les cas mineurs « par des hommes de valeur, craignant Dieu, dignes de confiance et incorruptibles. »

Quant à Moïse, il restera le juge des affaires importantes et le médiateur entre Dieu et le Peuple. « Emploie-toi personnellement devant Dieu pour le Peuple et porte-lui leurs litiges. » (Exode 18. 19) et Jéthro, le prêtre de Madian, ajoute : « Si tu agis ainsi et que Dieu te l’enjoigne … » Ce n’est donc pas une simple sagesse humaine qui déterminera la décision, c’est aussi avec Dieu qu’elle doit être prise.

L’ordre de Dieu.

Dans le Livre des Nombres (chapitre 11), le choix des soixante-dix anciens a une autre dimension. Ce n’est plus un conseil donné par un sage expérimenté, mais extérieur au Peuple d’Israël, c’est un ordre de Dieu qui l’intime à Moïse.

Soixante-dix. Ce nombre est signe de plénitude puisque le septénaire, parfait comme la semaine de la Création ou les branches du chandelier, y est multiplié par le nombre dix, qui évoque les dix commandements et le nombre des nations païennes tel que le judaïsme le voit établi dans la liste du Livre de la Genèse au chapitre 10.

Les circonstances dans lesquelles ils sont choisis sont elles-mêmes significatives. Le récit, dont nous lisons aujourd’hui la conclusion, couvre tout le chapitre 11 du Livre des Nombres. La dominante en est la révolte du Peuple qui méprise la manne, don de Dieu, et qui pleure après les oignons d’Egypte et le poisson qu’il mangeait pour rien. Moïse est écrasé par le charge de ce peuple, non seulement à cause de son nombre et de ses besoins matériels, mais aussi à cause de son infidélité, de son ingratitude de son péché.

Les Douze, choisis et envoyé par Jésus, correspondent aux douze tribus d’Israël. Ils en seront les Pères dans la foi. C’est à ces soixante-dix que correspondent les disciples de Jésus, comme pour marquer que l’Évangile s’adresse aux nations païennes.

L’ESPRIT SUR LES ANCIENS

Si nous continuons à comparer les deux scènes du Livre de l’Exode 18 et du Livre des Nombres 11, nous relevons que, dans le second cas –et seulement dans celui-là- la désignation s’accompagne d’un transfert d’esprit. Dieu ordonne. Moïse choisit. Dieu répand l’Esprit qui reposait d’abord sur Moïse seul : « Je prendrai de l’esprit qui est sur toi, pour le mettre sur eux. » (Nombres 11. 17)

La suite de la scène montre bien que cet « esprit » n’est pas seulement la force d’âme personnelle de Moïse. C’est un « esprit » qui vient de Dieu, puisque Moïse n’a d’autre espérance que de voir « le Seigneur mettre son esprit » sur tous.

Faut-il alors identifier l’esprit qui est ainsi partagé, avec l’Esprit-Saint, personne divine « qui est le Seigneur et qui donne la Vie », comme nous le disons dans le Credo ? L’identification serait hâtive et ne respecterait pas le rythme propre de la Révélation, tel que Dieu l’a voulu.

L’ESPRIT RÉPANDU SUR TOUTE CHAIR

Pourtant notre regard est invinciblement attiré vers la Nouvelle Alliance, la plénitude de l’Alliance, où tout le Peuple sera prophète, de même que Dieu l’a appelé pour qu’il soit « un royaume de prêtres et une nation sainte. » (Exode 19. 6) Saint Pierre développe cla : »Pour constituer une communauté sacerdotale. » (2ème lettre de Pierre. 2. 5 et ss)

Dieu voit plus loin que nous.

Lors de l’événement relaté par le Livre des Nombres, Eldad et Médad sont à l’avant-garde de ce peuple. Moïse les avait choisis, mais ils n’étaient pas venus. Dieu pourtant les a atteints et l’esprit s’est reposé sur eux.

Inversement le don reste inachevé. L’esprit continue de reposer sur les anciens, mais ils ne prophétiseront que peu de temps. Ils ne sont pas devenus prophètes.

D’une certaine manière, l’épisode que nous relate Marc rejoint cette même « extension » du don de Dieu par d’autres que par les apôtres à qui Jésus l’avait transmis. Un intrus chassait les esprits mauvais au nom de Jésus ! « Nous avons vu quelqu’un chasser des esprits mauvais en ton nom et nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. En parlant ainsi : « nous suivent », les apôtres manifestent leur tendance à se considérer comme un ensemble que les autres doivent rejoindre pour recevoir les dons qu’ils ont reçus.

Jésus souligne alors à ses apôtres que tout ce qui se fait « en son nom » a une valeur toute particulière, puisqu’elle fait appelle à sa valeur. « Qui accueille un de ces petits en mon nom, m’accueille et non pas moi seulement mais Celui qui m’a envoyé. » (Marc 9) Il nous faudrait reprendre tout ce que signifie « en son nom », car cela ne s’entend pas au sens actuel de « par procuration ». C’est en invoquant son nom, sa personne, en accomplissant ses faits et gestes avec la même intention et dans le même sens que se réalise la guérison.

Tous peuvent recevoir l’Esprit de Dieu.

Au temps du Messie, Dieu répandra son Esprit sur toute chair. « Vos fils et vos filles prophétiseront. » (Joël 3. 1 et 2) Au matin de la Pentecôte, Pierre annonce que Dieu réalise cette promesse : l’Esprit est venu sur les frères rassemblés à Jérusalem. Il leur a donné de parler et de professer la foi. Leur prédication se résout en ce conseil : « Repentez-vous et que chacun se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ pour la rémission de ses péchés et vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. » (Actes 2. 38)

Tous et donc nous aussi.

C’est pourquoi, dès notre baptême, nous sommes marqués de l’huile sainte, le chrême (Chrême-Christ). Et le geste liturgique est accompagné de cette parole : « Vous qui faites maintenant partie de son peuple, Dieu vous marque de l’huile sainte pour que vous demeuriez éternellement les membres de Jésus-Christ, prêtre, prophète et roi. »

Dans le même mouvement, et immédiatement dans les rites orientaux du baptême, le chrétien sera confirmé dans ce même Esprit. Dans le rite latin, cette chrismation est reportée à quelques années plus tard.

Dieu transfère aux chrétiens l’Esprit qui, d’abord, ne reposa en plénitude que sur Jésus, le seul Christ. Comme le Seigneur avait transféré sur les soixante-dix l’esprit qui, d’abord, n’avait habité que Moïse.

« Les décisions du Seigneur sont justes et vraiment équitables. Aussi ton serviteur en est illuminé. » »(Psaume 18) Nous pouvons chanter ainsi avec le psalmiste, nous tous qui sommes appelés à avoir « part à l’héritage glorieux de celui qui nous unit à son sacrifice lorsque nous proclamons sa mort. » (Prière après la communion)

Que notre parole et notre vie y entraînent nos frères. « Ah si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! » (Nombres 11. 29)

Voir les commentaires

Bonsoir mes frères et mes sœurs Prions ensemble le chapelet

Bonsoir mes frères et mes sœurs  Prions ensemble le chapelet
Bonsoir mes frères et mes sœurs  Prions ensemble le chapelet
Bonsoir mes frères et mes sœurs  Prions ensemble le chapelet
Bonsoir mes frères et mes sœurs  Prions ensemble le chapelet

 

Voir les commentaires

Le coin des penseurs artistes et philosophes

Le coin des penseurs artistes et philosophes

Les citation célèbres

 

Pour critiquer les gens il faut les connaître, et pour les connaître, il faut les aimer.

Coluche : Artiste, Comique (1944 - 1986)

 

L'homme veut être le premier amour de la femme, alors que la femme veut être le dernier amour de l'homme.

Oscar Wilde :  Artiste, écrivain (1854 - 1900)

 

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

Lamartine

Artiste, écrivain, Homme politique, Poète (1790 - 1869)

 

L'éducation, c'est la famille qui la donne ; l'instruction, c'est l'Etat qui la doit.

Victor Hugo Artiste, écrivain, Poète, Romancier (1802 – 1885

 

Les hommes naissent ignorants et non stupides. C'est l'éducation qui les rend stupides.

Bertrand Russell

Artiste, écrivain, Homme politique, Mathématicien, Moraliste, Philosophe, Scientifique (1872 - 1970)

 

La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit.

Oscar Wilde Artiste, écrivain (1854 - 1900)

 

Rien ne rend une femme aussi vieille que d'essayer désespérément de paraître jeune.

Coco Chanel Artiste, Couturière (1883 - 1971)

 

Un des moyens d'extirper la frustration est sans doute la dérision.

Youssef Chahine

Acteur, Artiste, Cinéaste, Producteur (1926 - 2008)

 

L'avenir, c'est la trahison des promesses.

Daniel Pennac (1944 - )

 

Celui qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été.

Aristote Philosophe

 

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches.

Victor Hugo

Artiste, écrivain, Poète, Romancier (1802 - 1885)

 

Un chef est un homme qui a besoin des autres.

Paul Valéry Artiste, écrivain, Philosophe, Poète (1871 - 1945)

 

Je ne crains pas Dieu, je crains ses disciples.

Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien, Cosmologiste, écrivain, écrivain scientifique, Physicien, Scientifique (1942 - 2018)

LA LIBERTE DE PAROLE

 

La liberté de parole est la preuve de démocratie d’un pays. La parole demande du discernement, de la conscience, les journaux en premier puisque à leur suite, les réseaux sociaux s’expriment selon la perception des informations. D’où le problème, il est nécessaire de se rappeler l’importance du poids des mots.

La liberté de parole ne veut pas dire : dire tout et n’importe quoi.  L’important est comment le dire.

La liberté de Parole est la plus belle des choses humaine de la démocratie.

Seulement cela demande du discernement dans les propos parlés, écrit ou même en photos et vidéo.

Cela veut dire également être responsable.

Se rappeler que chaque mot à une portée positive, négative et parfois sont responsable de massacre.

Peu importe si les mots sont sous forme de sagesse, sentencieuse, conseil, ordre, ou même l’arme suprême l’humour.

La forme importe peu, il faut toujours se souvenirs ; les mots sont responsables de la Paix, Mais sont souvent également l’implication des guerres locales ou mondiales.

Quand les journaleux assènent leurs mots répétitifs, car l’imagination n’est pas leur fort, ils le font selon le porte-monnaie leurs réflexions, ils ne vont pas plus loin. Ils n’ont pas conscience, du moins je l’espère, que leurs familles, leurs amis pourraient être victimes de leurs propos assénés toute la journée avec des détails à faire frémir d’horreur les âmes sensibles pour certains, et d’autres à enthousiasmer les assoiffer de sang, ils touchent les malades de la mort.

Oui il faut informer de tous les faits avec intelligence et cela demande du discernement, et ne rien dévoiler dans les détails tant que les évènements ou les enquêtes ne sont pas terminés.

 Oui il faut dévoiler les faces cachées des choses de la vie du pays.

Oui il faut prendre part à des débats et donner son avis, qu’il soit d’accord ou pas peu importe. Ce qui compte c’est avec prendre part avec intelligence avec nos mots dans le respect de tous ceux qui nous lisent, nous écoutent, ou nous regardent.

 Ainsi les enquêtes de la police ne pourront pas être caduques, puisque par de révélations intempestives. Pire, la vie de nos soldats sur le terrain est en jeu face à nos ennemis actuellement (E.I.). Savoir se taire quand il le faut et parler à un moment adéquat, ce n’est pas seulement de l’intelligence humaine un aussi un acte patriotique.

Ne pas confondre journaliste et journaleux.

Le journaliste, lui, on peut lui faire confiance, il est sur le terrain et a conscience du danger des mots et des images. L’argent est seulement l’accessoire nécessite pour vivre.  Car son métier est le plus important dans la vie de chaque instant. Il sait qu’il peut faire tomber des politiciens, des gouvernements, il est en conséquence soucieux de la justesse de ses informations, et aussi de la présentation de ses articles. Par eux la démocratie existe ou en voie de le devenir. Un vrai journaliste ne se laisse pas compter, ou refuse de subir un rédacteur en chef n’ayant pas la déontologie du journalisme. Il préfère démissionner, et même être journaliste indépendant.

  Malheureusement, quelques journalistes paient de leur vie pour ce droit de la liberté de paroles et d’information.

Le journaleux, sa conscience est au service de la perfidie, et surtout de son porte-monnaie, c’est un opportuniste. Ces soi-disant débats philosophiques, qui  au reste qui n’en sont pas, mais en ont l’air, sont en définitif au service du plus offrant, souvent à celui du gouvernement en place peu importe le pays qui les paie, ou de leur opinions personnels, lorsqu’ils en ont.

Ceux-là sont un danger public. Les criminels en tout genre le savent. À cause d’eux, les enquêtes piétinent. Les larmes des victimes sont de plus en plus nombreuses

La paix ne peut arriver rapidement, ils ont le sang sur leurs mains à cause de leurs langues fourchues.

Ils sont pires que les espions, qui eux au moins servent leur pays, leurs idées.

Ces gens, d'une certaine manière ils trahissent leurs lecteurs, auditeurs ou spectateurs et provoquent des réactions incontrôlables.

Comment reconnaître le journaliste du journaleux ?

Difficile pour le lecteur, l’auditeur ou le téléspectateur.

Les journaux sont le reflet de leurs rédacteurs en chef, puisque c’est lui qui choisit parmi les candidats, qui doivent faire partir de son équipe.

Ceux-ci sont le reflet du logo, de l’image du journal qui les emplois. C’est ce qui détermine le sérieux du grand foutoir des moulins à paroles.

En conclusions pour diffuser des informations il faut se servir des mots et des images au service de la vérité et de la démocratie, même dans le rire, pour garder le droit à la liberté de parole.

 

Monique Macalou

Voir les commentaires

Nous fêtons ce jour les trois Archanges de D.ieu

Nous fêtons ce jour les trois Archanges de D.ieu
Nous fêtons ce jour les trois Archanges de D.ieu
Nous fêtons ce jour les trois Archanges de D.ieu
Nous fêtons ce jour les trois Archanges de D.ieu

Le 29 septembre, la Liturgie de l'Église nous invite à fêter les Saints Archanges Michel, Gabriel et Raphaël (depuis le 5ème siècle, une fête à St Michel Archange a toujours existé ce 29 septembre mais la restauration liturgique (FORME ORDINAIRE) a décidé de "regrouper" en une seule fête les 3 Archanges).

 Introït de la Messe : « Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : poténtes virtúte, qui fácitis verbum eius, ad audiéndam vocem sermónum eius.

Ps. : Benedic, ánima mea. Dómino : et ómnia, quæ intra me sunt, nómini sancto eius. Glória Patri… Benedícite... »

(« Bénissez le Seigneur, vous tous, ses Anges, qui êtes puissants et forts ; qui exécutez sa parole, pour obéir à la voix de ses ordres. Mon âme, bénis le Seigneur, et que tout ce qui est au dedans de moi bénisse son saint Nom. Gloire au Père… Bénissez... ») 

 



archangelsAvec les Saints Archanges, l'Église, en ce jour, honore tous les bons anges, dont Saint Michel a été le chef et le modèle au jour de la révolte de Lucifer et des mauvais anges.
La Tradition - notamment la division opérée par -Denys l’Aréopagite - enseigne que les anges sont divisés en neuf Chœurs et en trois Hiérarchies : Les Anges, les Archanges et les Vertus; les Puissances, les Principautés et les Dominations; enfin, plus haut encore, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins. Leur occupation est de contempler Dieu, de L'aimer, de Le louer et d'exécuter Ses Volontés pour la conduite de l'univers et pour le salut des hommes.
Aussi les voyons-nous chargés de différentes missions sur la terre, auprès des personnes, des familles, des paroisses, des diocèses, des royaumes, de l'Église entière.
Ceux dont l'Écriture fait une mention particulière sont, outre l'Archange Saint Michel, l'Archange Gabriel ("la force de Dieu"), à qui semble avoir été confié le soin de tout ce qui regarde le mystère de l'Incarnation, et l'Archange Raphaël ("Dieu qui guérit"), qui conduisit et ramena si merveilleusement le jeune Tobie.
Saint Michel (chef des armées de Dieu") a été fait non seulement Prince des Anges, mais aussi Prince des âmes qui doivent remplir les places demeurées vides par la chute des démons. Les Saints lui attribuent la plupart des apparitions mentionnées dans l'Ancien Testament. C'est lui, disent-ils, qui retint la main d'Abraham prêt à immoler son fils Isaac; c'est lui qui apparut à Josué et le rendit maître de Jéricho par la chute de ses tours et de ses murailles; c'est lui qui dirigea l'arche de Noé par-dessus les eaux du déluge; c'est lui qui lutta contre Jacob et le bénit; c'est lui qui donna la Loi à Moïse sur la montagne du Sinaï; qui rendit David victorieux de Goliath et le préserva de la persécution de Saül, etc. Il a été le protecteur de la Synagogue; il est maintenant le protecteur de l'Église. L'Histoire nous rapporte tant de merveilles de cet Ange sublime, qu'on ne peut douter qu'il ne soit, dans les desseins de Dieu, l'un des principaux instruments de Sa puissance et de Sa bonté. L'assistance que la France a souvent reçue de lui le fait regarder comme le protecteur spécial de ce royaume.
 
 
 
 

• TEXTES LITURGIQUES (SS. MICHAELIS, GABRIELIS ET RAPHAELIS, ARCHANGELORUM)

 

- Daniel 7, 9-14 ou Apocalypse 12, 7-12 : Vision de Daniel ou Michel combat le Dragon

- Psaume 138, 7 : Si je marche en pleine détresse, tu me rends la vie Seigneur

- Jean 1, 47-51 : « Vous verrez le Ciel ouvert et les Anges de Dieu »

 

 

Notre Père,  je Te salue Marie,

Gloire au Père, au Fils, au Saint Esprit, au Dieu

qui Est, qui Etait et qui Vient pour exaucer notre

prière.Amen Amen Amen !...

Saint Michel Archange, prie pour la France.Amen

Saint Michel Archange, fort dans le combat, prie

pour la France. Amen

Saint Miche l'Archange, vainqueur de Satan, prie

pour la France. Amen ! 

Saint Michel Archange, de Ta Lumière éclaire Ta

France. Amen !

Saint Michel Archange de Tes ailes protège Ta

France. Amen !

Saint Michel Archange, de Ton épée, défends Ta

France.

Amen Amen Amen !

Notre Dame de France prie pour notre Pays.

Amen !

 
JOYEUSE FÊTE AUX MICHEL (E) GABRIEL (E) RAPHAEL  
 
Prions pour ceux qui souffrent dans Rubrique
 
GRAND MERCI
 
Merci également Ame Bien Aimée pour Ta
 
présence généreuse sur le site du Seigneur :
  
*Ta Parole est Vérité*
 
Que L'Amour Te rende au centuple toutes ces
 
belles actions. Amen !
 
Mille et une pensées de Lumière,
 
de Douceur et de Paix. Amen !
 
SHALOM  EN TOUTES LANGUES AMEN !

Voir les commentaires

Bonjour mes frères et sœurs, Bien aimé Seigneur merci pour vos pardon qui ne cesse de nous combler de joie

Bonjour mes frères et sœurs, Bien aimé Seigneur merci pour vos pardon qui ne cesse de nous combler de joie
Bonjour mes frères et sœurs, Bien aimé Seigneur merci pour vos pardon qui ne cesse de nous combler de joie
Bonjour mes frères et sœurs, Bien aimé Seigneur merci pour vos pardon qui ne cesse de nous combler de joie
  • V/ Dieu, viens à mon aide, R/ Seigneur, à notre secours. Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen. (Alléluia.)
  • Hymne : Victoire de Lumière
    R/ Victoire de Lumière, Terreur des ténèbres sur la terre, Michel, au moindre appel ton cri traverse les sept cieux : « Qui est comme Dieu ? » Où la force ne peut suffire, où le danger touche au pire, tu fais lever en profondeur la Puissance du Seigneur ! Feu vertical, ton glaive tranche
  • Antienne
    Tandis que Michel combattait le dragon, tous acclamaient : Salut à notre Dieu ! Alléluia !
  • Psaume : 96
    1 Le Seigneur est roi ! Exulte la terre ! Joie pour les îles sans nombre !2 Ténèbres et nuée l'entourent, justice et droit sont l'appui de son trône.3 Devant lui s'avance un feu qui consume alentour ses ennemis.4 Quand ses éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola 
  • Antienne
    L'ange Gabriel apparut à Zacharie et lui dit : Élisabeth, ta femme, enfantera un fils, tu lui donneras le nom de Jean.
  • Psaume : 102 - I
    1 Bénis le Seigneur, ô mon âme,bénis son nom très saint, tout mon être !2 Bénis le Seigneur, ô mon âme,n'oublie aucun de ses bienfaits !3 Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ;4 il réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse ;
Textes de la messe du jour
Première lecture : « Des millions d’êtres le servaient » (Dn 7, 9-10.13-14)

Lecture du livre du prophète Daniel

La nuit, au cours d’une vision,
    moi, Daniel, je regardais :
des trônes furent disposés,
et un Vieillard prit place ;
son habit était blanc comme la neige,
et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ;
son trône était fait de flammes de feu,
avec des roues de feu ardent.
    Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui.
Des milliers de milliers le servaient,
des myriades de myriades se tenaient devant lui.
Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.

    Je regardais, au cours des visions de la nuit,
et je voyais venir, avec les nuées du ciel,
comme un Fils d’homme ;
il parvint jusqu’au Vieillard,
et on le fit avancer devant lui.
    Et il lui fut donné
domination, gloire et royauté ;
tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues
le servirent.
Sa domination est une domination éternelle,
qui ne passera pas,
et sa royauté,
une royauté qui ne sera pas détruite.

     – Parole du Seigneur.

 

OU BIEN

Première lecture : « Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon » (Ap 12, 7-12a)

Lecture de l'Apocalypse de saint Jean

Il y eut un combat dans le ciel :
Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon.
Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges,
    mais il ne fut pas le plus fort ;
pour eux désormais, nulle place dans le ciel.
    Oui, il fut rejeté, le grand Dragon,
le Serpent des origines,
celui qu’on nomme Diable et Satan,
le séducteur du monde entier.
Il fut jeté sur la terre,
et ses anges furent jetés avec lui.
    Alors j’entendis dans le ciel une voix forte,
qui proclamait :
« Maintenant voici le salut,
la puissance et le règne de notre Dieu,
voici le pouvoir de son Christ !
Car il est rejeté, l’accusateur de nos frères,
lui qui les accusait, jour et nuit,
    devant notre Dieu.
    Eux-mêmes l’ont vaincu par le sang de l’Agneau,
par la parole dont ils furent les témoins ;
détachés de leur propre vie,
ils sont allés jusqu’à mourir.
    Cieux, soyez donc dans la joie,
et vous qui avez aux cieux votre demeure ! »

    – Parole du Seigneur.

Psaume (Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 4-5)

Refrain psalmique : (cf. 137, 1)

Je chanterai le Seigneur, en présence des anges.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu'elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Évangile : « Vous verrez les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme » (Jn 1, 47-51)

Acclamation : (Dn 3, 58)

Alléluia. Alléluia. 
Tous les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur :
à lui, haute gloire, louange éternelle !
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
    lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui,
il déclara à son sujet :
« Voici vraiment un Israélite :
il n’y a pas de ruse en lui. »
    Nathanaël lui demande :
« D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond :
« Avant que Philippe t’appelle,
quand tu étais sous le figuier,
je t’ai vu. »
    Nathanaël lui dit :
« Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !
C’est toi le roi d’Israël ! »
    Jésus reprend :
« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier,
et c’est pour cela que tu crois !
Tu verras des choses plus grandes encore. »
    Et il ajoute :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous verrez le ciel ouvert,
et les anges de Dieu monter et descendre
au-dessus du Fils de l’homme. »

     – Acclamons la Parole de Dieu.

 
     
     
    • Antienne
      Je suis l'ange Raphaël, je me tiens devant le Seigneur. Bénissez Dieu, proclamez ses merveilles.
    • Psaume : 102 - II
      14 Il sait de quoi nous sommes pétris,il se souvient que nous sommes poussière.15 L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ;comme la fleur des champs, il fleurit :16 dès que souffle le vent, il n'est plus,même la place où il était l'ignore. 17 Mais l'amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,est de toujours....
    • Verset
      V/ Messagers du Seigneur, bénissez le Seigneur, attentifs au son de sa parole.
    • Lecture : Lutte de Michel et du dragon (Apocalypse 12, 1-17)
      01 Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. 02 Elle est enceinte, elle crie, dans les douleurs et la torture d’un enfantement. 03 Un autre signe apparut dans le ciel : un grand dragon, rouge...
    •  

    Prière de la Vénérable Marthe Robin

    Voici une Prière de Louange à la Vierge Marie « Prier Marie, L’aimer, L’imiter en silence »de Marthe Robin (1902-1981) déclarée « Vénérable » le 7 novembre 2014 par le Pape François, qui pendant 53 ans va seulement se nourrir de la Sainte Eucharistie et devenir une des grandes Figures de l’Église Catholique de France du XXe siècle. 

    La Prière de Marthe Robin « Prier Marie, L’aimer, L’imiter en silence » : 

    « Prier Marie, L’aimer, L’imiter en silence
    Vivre auprès d’Elle, appuyer sur son Cœur, 
    Mettre en Ses mains bénies, ma filiale confiance
    C’est là ma paix, ma joie et mon honneur... 

    Ô Vierge Sainte, ô blanche Souveraine, 
    Mon âme aimante, en Vous s’épanche à flots. 
    J’irai au Ciel, vers Vous, Mère que j’aime
    Ah ! Que ne puis-je y aller aussitôt !

    Quand je contemple Votre éclatant Visage, 
    Vos traits si doux, Vos regards maternels, 
    Ah ! Je voudrais dépeindre mon extase. 
    Divine Aurore, ô beau Lys immortel, 

    Reine des Cieux, si bonne et la plus pure, 
    Les séraphins, pour Vous, brûlent d’amour. 
    J’irai au Ciel Vous chérir sans mesure
    Ah, je voudrais y aller en ce jour !

    Vos suaves tendresses, ô divine Marie, 
    Me font, dès cet exil, respirer l’air du Ciel. 
    Ces sublimes instants comblent mon âme ravie, 
    Quand pourrai-je les vivre au séjour éternel ?

    Sous Vos douces caresses, tout mon être palpite... 
    Rose mystique, Mère admirable, ô pur Miroir, 
    J’irai au Ciel Vous aimer sans limite. 
    Ah ! Que ne puis-je y aller dès ce soir ! » 

    Ainsi soit-il. 


    Marthe Robin (1902-1981) – « Journal de Marthe Robin », le Dimanche 2 février 1930 (version numérique aux Éditions Foyer de Charité)

    Marthe-Robin.jpg

    Voir les commentaires

    Mon nouveau combat est-ce le dernier?

    Basilic St Martin            St Etienne à Tours          Ste Geneviève à Bordeaux
    Basilic St Martin            St Etienne à Tours          Ste Geneviève à Bordeaux
    Basilic St Martin            St Etienne à Tours          Ste Geneviève à Bordeaux

    Basilic St Martin St Etienne à Tours Ste Geneviève à Bordeaux

    Les trois photos sont les trois lieux Saint qui ont eut un rôle très important à ma conversion.

    Mon nouveau combat, est-ce le dernier ?

     

    Que je suis fatigué de tous mes combats !

    Le dernier, celui de ce recueil,

    Tout semblait aller comme je l’espérer,

    Seul un fainéant à tout fait chuter !

     

    Combien est difficile mon parcours,

    Je n’en peux plus de ces prétentieux

    Qu’ont-ils dans leur petite tête,

    En dehors de leur suffisance ?

    Si peu de choses assurément.

     

    Ils font circuler des bruits accusateurs,

    La cause un éditeur peu sérieux,

    Ayant publié un roman plein de fautes,

    Or j’avais payé pour la correction !

     

    Ils jugent nul les politiquement incorrect !

    En perroquets ils distillent en ignorant,

    Les mots tueurs dont ils ignorent l’importance.

    Ils trahissent leur ami, pour garder leur place.

     

    Ils ignorent qu’un autre livre est sorti sans faute !

    Seule l’erreur est retenue dans leur esprit étroit.

    S’imaginent-ils eux ces être minables,

    Qu’ils sont la pensée incontournable et sûre ?

     

    Que d’orgueil dans cet univers politico-littéraire.

    Ce monde où l’on ne m’accorde pas de place !

    Pourtant mes amis internautes, me soutiennent,

    Serai-je encore là à vous parler sans eux ?

     

    Je pense que non, car tout m’est cruauté,

    Ce mari malade qui me tourmente,

    Mais lui au moins ce n’est pas de sa faute,

    On ne commande pas la maladie.

     

    Quand je vois les élections, c’est mortel,

    Il n’y a rien de bon qui va en sortir,

    Ce pays est ingérable car tous ont la science infuse.

    Le gagnant ne pourra tenir toutes ses promesses.

     

    Enfin un éditeur faisant son possible,

    Sa gentillesse est véridique,

    Même son honnêteté !

    C’est remarquable dans ce milieu.

     

    Pourtant mon livre n’est pas arrivé,

    Comme on me l’avait promis,

    De dédicace, il n’y aura point !

    À cause de la Poste parait-il !

     

    Chaque pas, m’est un combat,

    Chaque mot, m’est un combat,

    Chaque €uro, m’est un combat,

    Je n’en peux plus, de cet univers.

     

    Mon fils que je ne peux voir,

    Ce monde si cruel envers moi,

    Le sourire m’est inné et m’aide,

    Pourtant, mon cœur saigne.

     

    Ma consolation est si petite,

    Ma petite et douce Kiwi,

    Combien de temps cela me suffira-t-il ?

    Suis-je, enfin, arrivée au bout de mon temps ?

     

    Eh bien non, mon temps continue

    À me faire des surprises désagréables

    Cette année est la pire des années passées

    Santé et finance défaillante s’accompagnent.

     

    Heureusement ma foi en Celui Qui Est,

    Ne me quitte pas elle est mon épreuve

    Elle m’est destinée pour déterminée

    Le temps des épreuves et le sublime à venir.

     

    Mais combien de larmes dois-je verser,

    Combien de souffrance physique dois-je subir,

    Combien de temps de méditation dois-je consacré,

    Combien d’harcèlement moral dois-je accepter.

     

    Les bien-pensants ne me notifient pas en politique,

    Seulement chèque et actions sont appréciées

    Pour eux il ne peut y avoir de bonne étique

    Uniquement les parvenus de leur sérail.

     

    Les contestataires à pensées libre

    Ne pas confondre avec les libre-penseur

    Organisation toute aussi méprisable

    Que certaines personnalités influentes.

     

    Oui mon dernier combat est proche

    Dit-on il sera dur malgré tout, il est :

    Celui qui mènera au jugement dernier,

    Mais elle est longue ma route…

     

    J’espère que je ne déraillerais pas.

    J’ai pris le train de cette vie difficile

    Quand serai-je délivrée de ce monde ?

    On a coutume de dire Dieu seul le sait.

     

    Hé oui, Dieu seul le sait et c’est très bien ainsi.

    Avoir confiance dans le Seigneur c’est primordial

    En ce temps, il est cause de nombreux problèmes,

    Puisque notre temps est sous les dominations abjectes.

     

    Ce temps doit passer pour connaître les puérils

    Il est nécessaire pour séparer le bon grain de livrai

    Le bon grain recevra sa récompense au repos éternel

    Livrai est la recharge du foyer des flammes éternelles.

     

    Ah oui le purgatoire, je l'oubliais, il existe c'est vrai

    Il accueille en deux temps un mouvement

    Tous les délinquants de la terre passeront au purgatoire

    Le tri se fera selon le jugement du Seigneur Éternel.

     

    Certains seront en attente pour leur permettre le pardon

    D'autres seront en attentent pour les flammes éternelles

    A chacun une nouvelle chance 

    Que Dieu accorde dans son immense bonté.

     

    D'autres traverseront le purgatoire

    Seulement pour eux il n'y aura point de seconde chance.

    Ils alimenteront l'immense brasier directement

    Ce sera ainsi jusqu'au jugement dernier.

     

    L'Ange Déchu sera anéanti avec tous ceux qui l'ont aimé

    Là tous verront la gloire de Notre Père Éternel.

    La promesse Biblique sera assurée à tous les enfants du Père.

    Les enfants de Moïse et d'Abraham avec ceux que Jésus a sauvé.

     

    Monique Emounah

    Commencé en septembre 2011

    Terminé le 28 sept. 2018

    Voir les commentaires

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>