Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'aphorisme me plaît...

Cet article est reposté depuis Le blog de rosemar.

Voir les commentaires

Viens à ton heure et consomme L'œuvre accomplie par Jésus Christ.

Office de sexte
Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

 

Hymne : Comme le feu calcine

CFC — CNPL

Comme le feu calcine
L'arbre mort jusqu'aux racines,
Quand le péché nous domine,
Esprit de Dieu, purifie-nous.

Comme le fleuve entraîne
Les torrents jusqu'à la plaine,
Que ta puissance reprenne
Nos forces vives dispersées.

Comme autrefois ton souffle
Dans la mer fit une route,
Quand nous submerge le doute,
Dans l'impossible ouvre une issue.

Invente encore aux hommes
Les chemins de leur exode ;
Viens à ton heure et consomme
L'œuvre accomplie par Jésus Christ.

Antienne
Sur mon dos, ont labouré les laboureurs, allongeant leurs sillons.
Psaume : 118-20
153 Vois ma misère : délivre-moi ;
je n’oublie pas ta loi.
154 Soutiens ma cause : défends-moi,
en ta promesse fais-moi vivre !
155 Le salut s’éloigne des impies
qui ne cherchent pas tes commandements.
156 Seigneur, ta tendresse est sans mesure :
selon ta décision fais-moi vivre !
157 Ils sont nombreux mes persécuteurs, mes oppresseurs ;
je ne dévie pas de tes exigences.
158 J’ai vu les renégats : ils me répugnent,
car ils ignorent ta promesse.
159 Vois combien j’aime tes préceptes, Seigneur,
fais-moi vivre selon ton amour !
160 Le fondement de ta parole est vérité ;
éternelles sont tes justes décisions.
Psaume : 127

1 Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !

2 Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

3 Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse, *
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

4 Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur. *
5 De Sion, que le Seigneur te bénisse !

Tu verras le bonheur de Jérusalem
tous les jours de ta vie, *
6 et tu verras les fils de tes fils.

Paix sur Israël !

Psaume : 128

1 Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse,
– à Israël de le dire – *
2 que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse :
ils ne m’ont pas soumis !

3 Sur mon dos, des laboureurs ont labouré
et creusé leurs sillons ; *
4 mais le Seigneur, le juste,
a brisé l’attelage des impies.

5 Qu’ils soient tous humiliés, rejetés,
les ennemis de Sion ! *
6 Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits,
aussitôt desséchée !

7 Les moissonneurs n’en font pas une poignée,
ni les lieurs une gerbe, *
8 et les passants ne peuvent leur dire :
« La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! »

Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

Parole de Dieu : Dt 30, 2-3a
Tu reviendras au Seigneur ton Dieu, toi et tes fils, tu écouteras sa voix de tout ton cœur et de toute ton âme, tu observeras tout ce que je te commande aujourd’hui. Alors le Seigneur changera ton sort, il aura pitié de toi.
Répons
V/ Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.
Oraison

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement

 

Voir les commentaires

Prions pour


Je te choisis,
 
aujourd’hui Ô Marie,
en présence de toute la cour céleste,
pour ma Mère et ma Reine.
Je te livre et consacre,
en toute soumission et amour,
mon corps et mon âme,
mes biens intérieurs et extérieurs,
et la valeur même de mes bonnes actions passées,
présentes et futures,
Te laissant un entier et plein droit
de disposer de moi
et de tout ce qui m’appartient,
sans exception,
selon ton bon plaisir,
à la plus grande Gloire de Dieu,
dans le temps et l’éternité.
 
Prière de Saint Ignace, prière des scouts

Seigneur Jésus,

apprenez-nous à être généreux,
à vous aimer comme vous le méritez,
à donner sans compter,
à combattre sans souci des blessures,
à travailler sans chercher le repos,
à nous dépenser sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que nous faisons votre Sainte Volonté.
Amen.
 
Saint Ignace de Loyola, (1491-1556), qui va fonder la Compagnie de Jésus, un simple groupe de 7 amis en 1534, pour devenir en 1539 l’Ordre Religieux des Jésuites dont il sera élu Général jusqu’à sa mort en 1556.

Seigneur Jésus toi qui est amour, prends pitié de nous.


Chacun souffre selon leurs perceptions, leurs souffrances sont différentes. Et pourtant ils souffrent avec la même intensité.
« Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nous »,


Plus spécialement pour les Mayas, qui ont subi les génocides historiquement.
Seulement il y a eu près de nous le génocide des années 1950


Nous prions pour la Paix dans les âmes qui ont été victimes, à cause de leur foi en vous. A cause de leurs souffrances, qu’ils leurs soient pardonner leurs erreurs, Je ne doute pas de votre bonté, certains d’entre eux sont pardonnés, mais d’autres attendent dans le purgatoire.
Prend pitié des survivants, et de leurs familles survivantes de ce génocide.
Seigneur D.ieu le Père, Seigneur Jésus et le Saint Esprit
Redonne à chacun l’espérance, la vie douce et bienheureuse qu’elles ont mérité.
Seigneur, mon Père de l’univers, que j’aime profondément écoute ma prière.
Ecoute les prières du groupe UJC, vois leurs peines, elles diffèrent
Nous sommes tous de différentes confessions, nous prions tous le même D.ieu. Celui qui a crée l’Univers, et qui nous a donné le Livre de vos lois, c’est-à-dire vous.
Ecoutez mon Seigneur nos cœurs,
Séchez les larmes pour ceux qui pleurent
Guérissez-les
Effacez-leurs plaies
Pardonnez-leurs, car ils pêchent inadvertances pour quelques-uns
Pardonnez leurs, car certains d’entre-deux ont été maladroit
Pardonnez-leurs, leurs bavardages ils sont inconscients du mal qu’ils font
Mon tendre Seigneur, que j’aime profondément,
Vois, mon cœur déchiré,
Vois, mes larmes qui coulent de mon cœur
Vois, les désespoirs de certains
Ecoute-ceux, qui souffrent par ignorance des autres parce qu’ils sont différents
Ecoutes-ceux, qui ont des soucis familiaux
Ecoutes-ceux, qui te louent, ils sont votre consolation.
Seigneur D.ieu le Père, Seigneur Jésus, et le Saint Esprit
Prends Pitié de nous, car nous sommes si petits,
Nous avons conscience que :
 Vous seul, sait ce qui nous faut,
 Vous seul, peut sonder nos cœurs,
Vous seul, est un en trois puisque vous êtes la Trinité.
Gloire à vous qui étais, qui est, et qui sera.
Amen
Monique Emounah
 

Voir les commentaires

Jésus-Christ, notre trésor

Jésus-Christ, notre trésor
Jésus-Christ, notre trésor

Évangile selon saint Matthieu 13, 44-46

Jésus disait à la foule ces paraboles : « Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l'homme qui l'a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le Royaume des cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle. »

Écouter cette méditation

Prière

Seigneur, je crois fermement en toi. Je crois que tu es présent ici, à côté de moi, au moment où je me mets en ta présence. J’espère en toi. J’espère en ta vie éternelle. J’ai confiance ; tu vas me guider aujourd’hui vers cette vie éternelle. Ô Seigneur, je t’aime. Par-dessus toute chose. Plus que moi-même. Mais augmente en moi cet amour. Donne-moi de n’aimer que toi, et d’aimer tes créatures parce que toi tu les aimes.

Demande

Seigneur, allume en moi un ardent désir de vivre avec toi !

Réflexion

1. « Le royaume des cieux est comparable à un trésor (...) »

Qu’est-ce que le royaume des cieux, pour que Jésus le compare à un trésor, à une perle ? Qu’a-t-il de si précieux ? Le royaume des cieux, c’est le règne d’un roi. Quel roi ? Le Roi des rois, Jésus-Christ. « Que ton Règne vienne» : ce que nous demandons chaque jour dans le Notre Père, c’est Jésus-Christ, notre roi. Pourquoi alors Jésus-Christ est-il notre trésor ? Jésus, montre-moi ta beauté, ton amour. Je sais que tu es roi. Tu me dis que tu veux être mon trésor. Quelle est ta richesse ? Montre-la-moi, pour que je te désire !

2. « (…) qui était caché dans un champ et qu’un homme a découvert. »

Comment te trouver, ô Christ mon trésor ? Par hasard, sans le vouloir, comme cet homme qui a découvert le trésor. C’est le cas de beaucoup d’entre nous. Nous avons reçu le baptême sans le chercher. Le trésor nous a été donné depuis tout-petits. Mais il est « dans un champ ». Il faut le racheter, car le champ n’est pas à nous dès le début. Jésus ne s’impose pas à moi. Il veut que j’aille avec joie acheter ce champ où il se trouve. C’est-à-dire acheter ce baptême reçu depuis tout petit, le faire propre. Mais pour cela il faut tout vendre, abandonner ce qui dans ma vie est un obstacle à dépasser pour suivre le Christ et ses commandements.

3. « Un marchand qui cherchait des perles fines (…) »

Parfois Jésus-Christ, nous le cherchons. Nous savons qu’il est présent dans notre vie, par le baptême, par la participation à la messe. Mais nous ne le sentons pas, nous ne le voyons pas. Il paraît absent. C’est qu’il veut que je le cherche. « Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver . » nous dit le prophète Isaïe (Is 55, 6). Le Christ veut que je le désire. Que je laisse de côté mes attachements indignes de lui. Et il se laissera trouver. Mais où le chercher ? Il nous l’a dit lui-même : « Prenez, mangez, ceci est mon corps. » (Mt 26, 26) : l’Eucharistie ; « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là. » (Mt 18, 20) : la prière ; « Celui qui veut venir à ma suite, qu’il prenne sa croix » (Lc 9, 23) : la croix ; « Et le Verbe était auprès de Dieu, et le verbe était Dieu. » (Jn 1, 1) : l’Évangile.

Dialogue avec le Christ

Jésus-Christ, je crois que tu es roi, le Créateur de cette terre. Je sais que tu veux être pour moi un trésor, une perle précieuse. Mais je ne cherche pas encore, ne te désire pas encore assez, enflamme-moi d’ardeur pour te trouver, te posséder, vivre avec toi ! Je te cherche, ô Jésus. Laisse-moi te trouver. Montre-moi ce que je dois vendre, abandonner, pour pouvoir te trouver !

Résolution

Aujourd’hui, j’irai chercher le Seigneur là où il se laisse trouver, dans un de ces quatre endroits : la messe ; un moment de prière dans une église, devant Jésus présent dans le tabernacle ; 5-10 mn extra de lecture de l’Évangile ; l’offrande d’un sacrifice, d’une épreuve ou d'une difficulté, en union à Jésus crucifié.

Frère Matthieu Boo d'Arc, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés
Saint Bonaventure (1221-1274)

franciscain, docteur de l'Église

Sermon sur l'Eucharistie (Œuvres spirituelles, tome III, Sté S. François d'Assise, Paris 1932, pp. 234-235, rev.)

Là où est ton trésor...

Le Christ est le trésor de toute grâce ; car « Il est rempli de grâce et de vérité » (Jn 1, 14), et les Anges et les hommes reçoivent de sa plénitude. Il possède la source même de la plénitude, et « ouvrant sa main, remplit de bénédiction tout animal » raisonnable. Mais ce trésor de grâces est caché sous le voile du Sacrement de l'autel. « Le Royaume des cieux n'est-il pas semblable à un trésor caché dans un champ ? » (Mt 13, 44). Et ce champ, n'est-ce pas ici le Sacrement du corps du Christ, qui est recueilli dans les champs ? Dans ce champ nous possédons un trésor caché, parce que là sont cachés tous les genres de grâces. « Celui qui l'a découvert, s'en va dans sa joie, vend tout ce qu'il possède et l'achète » (Mt 13, 44). Celui qui connaît la richesse de ce Sacrement, renonce très volontiers à toute autre activité, pour se donner en toute liberté à l'action et à la dévotion envers ce Sacrement ; il sait qu'il y gagnera la possession de la vie éternelle, selon cette parole du Seigneur : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang, a la vie éternelle » (Jn 6, 55).

      Et le trésor de toute gloire est dans le Christ. Toute la gloire que possèdent les anges et les hommes qui se sauveront jusqu'au jour du jugement, qu'elle soit la gloire du corps ou la gloire de l'âme, ils la tirent de ce trésor. C'est Lui, en effet, dont les trésors sont des abîmes, et qui a fixé les limites incompréhensibles de sa gloire. Aussi nous ordonne-t-il de courir à ce trésor en disant : « Amassez-vous des trésors dans le ciel » (Mt 6, 20). Ce trésor est caché sous le voile du pain et du vin pour que tu aies le mérite de la foi.

      Que le Seigneur soit donc loué pour ses miséricordes parce qu'il nous a représenté son Corps par avance sous la figure du trésor céleste !

Voir les commentaires

Bonne fête aux Ignace et Caliméro et les Saintes âmes du 31 juillet

Mercredi 31 juillet 2019

Bonne Fête aux:
Eneko= Ignace

Ignacio, Ignacy, Ignazio

Loyola 

Caliméro

Saint Thaumaturge
invoqué pour une prise de décision
Dictons
Au jour de Saint-Ignace, Moissonne quelque temps qu'il fasse.
Année de groseilles année de bouteilles. (Morvan)
Saint Ignace de Loyola

Fondateur de la Compagnie de Jésus
(1491-1556)

Saint Ignace de Loyola
Saint Ignace de Loyola

Saint Ignace naquit au château de Loyola, en Espagne. Il fut d'abord page du roi Ferdinand V; puis il embrassa la carrière des armes. Il ne le céda en courage à personne, mais négligea complètement de vivre en chrétien, dirigé uniquement par l'orgueil et l'amour des plaisirs. De ce chevalier mondain, Dieu allait faire l'un des premiers chevaliers chrétiens de tous les âges.

Au siège de Pampelune, un boulet de canon brisa la jambe droite du jeune officier, qui en peu de jours fut réduit à l'extrémité et reçut les derniers sacrements. Il s'endormit ensuite et crut voir en songe saint Pierre, qui lui rendait la santé en touchant sa blessure. A son réveil, il se trouva hors de danger, quoique perclus de sa jambe.

Pour se distraire, il demanda des livres; on lui apporta la Vie de Jésus-Christ et la Vie des Saints. Il les lut d'abord sans attention, puis avec une émotion profonde. Il se livra en lui un violent combat; mais enfin la grâce l'emporta, et comme des hommes de cette valeur ne font rien à demi, il devint, dans sa résolution, un grand Saint dès ce même jour. Il commença à traiter son corps avec la plus grande rigueur; il se levait toutes les nuits pour pleurer ses péchés. Une nuit, il se consacra à Jésus-Christ par l'entremise de la Sainte Vierge, refuge des pécheurs, et Lui jura une fidélité inviolable. Une autre nuit, Marie lui apparut environnée de lumière, tenant en Ses bras l'Enfant Jésus.

Peu après, Ignace fit une confession générale et se retira à Manrèze, pour s'y livrer à des austérités qui n'ont guère d'exemple que dans la vie des plus célèbres anachorètes: vivant d'aumônes, jeûnant au pain et à l'eau, portant le cilice, il demeurait tous les jours six ou sept heures à genoux en oraison. Le démon fit en vain des efforts étonnants pour le décourager. C'est dans cette solitude qu'il composa ses Exercices spirituels, l'un des livres les plus sublimes qui aient été écrits par la main des hommes.

Passons sous silence son pèlerinage en Terre Sainte et différents faits merveilleux de sa vie, pour rappeler celui qui en est de beaucoup le plus important, la fondation de la Compagnie de Jésus (1534), que l'on pourrait appeler la chevalerie du Christ et le boulevard de la chrétienté. Cette fondation est assurément l'une des plus grandes gloires de l'Église catholique; sciences profanes et sciences sacrées, enseignement, apostolat, rien ne devait être étranger à la Compagnie d'Ignace.

Les vertus du fondateur égalaient ses grandes oeuvres; elles avaient toutes pour inspiratrice cette devise digne de lui: Ad majorem Dei gloriam! "A la plus grande gloire de Dieu!"

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

L'homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme. Les autres choses, sur la face de la terre, sont créées pour l'homme, pour l'aider à poursuivre la fin pour laquelle il est créé. Il s'ensuit que l'homme doit en user dans la mesure où elles lui sont une aide pour sa fin et s'en dégager dans la mesure où elles lui sont un obstacle.

Saint Ignace de Loyola - Exercices spirituels

Saint Germain d'Auxerre

Évêque
(380-450)

Saint Germain d'Auxerre
Saint Germain d'Auxerre

Germain naquit à Auxerre, de parents nobles et pieux. Il fut envoyé aux écoles les plus célèbres des Gaules, où il obtint de grands succès. Il alla ensuite à Rome étudier le droit et acquit bientôt une réputation éclatante par son éloquence au barreau. Les talents du jeune docteur le mirent en vue, et l'autorité impériale le revêtit d'une haute dignité militaire, à Auxerre, sa patrie.

L'an 418, saint Amator, évêque d'Auxerre, eut la révélation de sa mort prochaine et reçut de Dieu l'ordre de désigner Germain pour lui succéder. Il réunit le peuple dans sa cathédrale, et lui exposa quelle était la Volonté de Dieu; Germain, qui était présent, atterré d'une semblable nouvelle, entendit la foule acclamer son nom. Après avoir reçu successivement les différents ordres sacrés, il se résigna au sacrifice et accepta le fardeau de l'épiscopat. Il ne fit plus désormais chaque jour qu'un seul repas, composé de pain d'orge trempé dans l'eau; il ne consentait à boire un peu de vin qu'aux solennités de Noël et de Pâques; il passait les nuits en oraison, n'accordant à la nature qu'un court sommeil sur des planches couvertes de cendre.

Nommé légat apostolique pour aller combattre le pélagianisme dans la Grande-Bretagne, il passa par Paris, où il fit la rencontre de la pieuse bergère de Nanterre, sainte Geneviève, dont il prédit la gloire.

Dans la traversée de la mer, Germain apaisa une horrible tempête en versant dans les flots quelques gouttes d'huile sainte. Ses miracles sans nombre opérèrent encore plus de bien que ses éloquents discours dans la Grande-Bretagne, et il eut la consolation de revenir à Auxerre, après avoir accompli un bien immense chez ces peuples infestés par l'hérésie. Le saint évêque continua sa vie d'apostolat, de prière et de mortification, et devint de plus en plus illustre par le don des miracles.

Un jour, un pauvre trouva le moyen de lui dérober son cheval; mais il fut obligé de le rendre à l'évêque en lui disant qu'il n'avait jamais pu le diriger, et que, voyant là un châtiment de Dieu, il restituait à son maître l'animal volé: "Mon ami, lui dit le Saint, c'est moi qui suis coupable; si j'avais eu hier la charité de te donner un vêtement, tu n'aurais pas eu l'idée de commettre ce vol," et il le renvoya avec une large aumône et sa bénédiction.

Une autre fois, Germain guérit un jeune homme paralytique, en lui passant la main sur la longueur de la jambe. On rapporte de lui la résurrection d'un mort et de nombreuses guérisons. Un jour, après avoir offert le saint sacrifice, il annonça sa mort très prochaine et mourut après sept jours de maladie.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Saint Calimer

évêque de Milan (IIe siècle)

Calimero ou Calimère.
San Calimero de MilanGrec de naissance, il fut élevé à Rome puis à Milan. Choisi pour en être l'évêque, il parcourut la Lombardie pour y annoncer l'Evangile. Arrêté durant la persécution d'Antonin, il fut transpercé d'un coup d'épée puis jeté, encore en vie, dans un puits où il consomma son martyre.
Illustration: Fresque de Flamenghini dans l'église San Calimero de Milan
Après un certain temps, Saint Castritien lui succéda.
À Milan, à la fin du IIe siècle, saint Calimère, évêque.

Martyrologe romain

Voir les commentaires

Bonjour mes frères et mes soeurs, D.ieu nous parle, sachons l'écouter

Office des laudes
Introduction
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
Antienne invitatoire

Les yeux fixés sur Jésus Christ, entrons dans le combat de Dieu.

Psaume invitatoire : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

Hymne : En quels pays de solitude

D. Rimaud — CNPL

En quels pays de solitude,
Quarante jours, quarante nuits,
Irez-vous, poussés par l’Esprit ?
Qu’il vous éprouve et vous dénude !
Voyez : les temps sont accomplis,
Et Dieu vous convoque à l’oubli
De ce qui fut vos servitudes.

Sur quels sommets d’incandescence
Entendrez-vous le Bien-Aimé
Vous parlant depuis la nuée ?
Qu’il vous prépare à ses souffrances !
Suivez Jésus transfiguré :
Demain, il sera crucifié
En signature d’Alliance.

Ne forez plus vos puits d’eau morte :
Vous savez bien le don de Dieu
Et quelle est sa grâce, et son jeu :
Il vous immerge, il vous rénove !
La vie s’élève peu à peu,
Les champs sont dorés sous vos yeux :
Embauchez-vous où Dieu moissonne !

Pourquoi rester sur vos ornières.
Baissant vos fronts d’aveugles-nés ?
Vous avez été baptisés !
L’amour de Dieu fait tout renaître.
Croyez Jésus : c’est l’Envoyé !
Vos corps à son corps sont branchés :
Prenez à lui d’être lumière.

Déjà vos tombes se descellent
Sous la poussée du Dieu vivant.
Regardez : Jésus y descend !
Appelez-le : Il vous appelle.
Venez dehors ! C’est maintenant
Le jour où la chair et le sang
Sont travaillés de vie nouvelle !
Antienne

Enseigne-moi à faire tes volontés, car tu es mon Dieu.

Psaume : 142
1 Seigneur, entends ma prière ; +
dans ta justice écoute mes appels, *
dans ta fidélité réponds-moi.
2 N’entre pas en jugement avec ton serviteur :
aucun vivant n’est juste devant toi.

3 L’ennemi cherche ma perte,
il foule au sol ma vie ;
il me fait habiter les ténèbres
avec les morts de jadis.
4 Le souffle en moi s’épuise,
mon cœur au fond de moi s’épouvante.

5 Je me souviens des jours d’autrefois,
je me redis toutes tes actions, *
sur l’œuvre de tes mains je médite.
6 Je tends les mains vers toi,
me voici devant toi comme une terre assoiffée.

7 Vite, réponds-moi, Seigneur :
je suis à bout de souffle !
Ne me cache pas ton visage :
je serais de ceux qui tombent dans la fosse.

8 Fais que j’entende au matin ton amour,
car je compte sur toi.
Montre-moi le chemin que je dois prendre :
vers toi, j’élève mon âme !

9 Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur :
j’ai un abri auprès de toi.
10 Apprends-moi à faire ta volonté,
car tu es mon Dieu.
Ton souffle est bienfaisant :
qu’il me guide en un pays de plaines.

11 Pour l’honneur de ton nom,
Seigneur, fais-moi vivre ;
à cause de ta justice, tire-moi de la détresse.
[12]
Antienne

Grâce, miséricorde et paix dans la vérité et dans l'amour.

Psaume : CANTIQUE d'Isaïe (Is 66)

10 À vous, l'allégresse de Jérusalem ! +
Exultez en elle, vous tous qui l'aimez ! *
Réjouissez-vous de sa joie,
vous qui la pleuriez !

11 Alors, vous serez nourris de son lait,
rassasiés de ses consolations ; *
alors, vous goûterez avec délices
à l'abondance de sa gloire.

12 Car le Seigneur le déclare : +
« Voici que je dirige vers elle
la paix comme un fleuve *
et, comme un torrent qui déborde,
la gloire des nations. »

Vous serez nourris, portés sur la hanche ; +
vous serez choyés sur ses genoux. *
13 Comme un enfant que sa mère console,
ainsi, je vous consolerai.

Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. +
14 Vous verrez, votre cœur se réjouira ; *
et vos os revivront
comme l'herbe reverdit.

Antienne

Dieu se plaît avec ceux qui le craignent, avec ceux qui espèrent en son amour.

Psaume : 146
1 Il est bon de fêter notre Dieu,
il est beau de chanter sa louange !

2 Le Seigneur rebâtit Jérusalem,
il rassemble les déportés d’Israël ;
3 il guérit les cœurs brisés
et soigne leurs blessures.

4 Il compte le nombre des étoiles,
il donne à chacune un nom ;
5 il est grand, il est fort, notre Maître :
nul n’a mesuré son intelligence.
6 Le Seigneur élève les humbles
et rabaisse jusqu’à terre les impies.

7 Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce,
jouez pour notre Dieu sur la cithare !

8 Il couvre le ciel de nuages,
il prépare la pluie pour la terre ;
il fait germer l’herbe sur les montagnes
et les plantes pour l’usage des hommes ;
9 il donne leur pâture aux troupeaux,
aux petits du corbeau qui la réclament.

10 La force des chevaux n’est pas ce qu’il aime,
ni la vigueur des guerriers, ce qui lui plaît ;
11 mais le Seigneur se plaît
avec ceux qui le craignent,
avec ceux qui espèrent son amour.
Parole de Dieu : (cf. 1 R 8, 51-53a)
Nous sommes, Seigneur, ton peuple et ton héritage. Que tes yeux soient ouverts à la supplication de ton serviteur et d’Israël, ton peuple, écoute-les toutes les fois qu’ils crieront vers toi. Car c’est toi qui les as mis à part pour toi comme héritage, parmi tous les peuples de la terre.
Répons

R/ Nous sommes ton peuple, Seigneur.

 

* Pitié, nous crions vers toi.

 

V/ Nous ployons sous le poids de nos fautes. *

 

V/ Écrasés de maux et de peines. *

Antienne de Zacharie

Si quelqu'un veut venir à moi, qu'il renonce à lui-même , qu'il prenne sa croix et qu'il me suive.

Cantique de Zacharie (Lc 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

Intercession

Malgré nos fautes, Seigneur, ne ferme pas ton oreille, inspire-nous la vraie prière :


R/

Kyrie eleison.

 

Viens à notre aide, nous périssons.

 

Dis seulement une parole, et nous serons sauvés.

 

Si tu veux, tu peux nous guérir.

 

Viens au secours de notre incroyance.

 

Que nos yeux s'ouvrent et nous te suivrons.

Souviens-toi de nous quand tu viendras dans ton Royaume.

Apprends-nous toi-même à prier : Notre Père...

 
Notre Père
Oraison

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèv

LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Ils virent arriver Moïse : son visage rayonnait, et ils n’osaient pas s’approcher » (Ex 34, 29-35)

Lecture du livre de l’Exode

Lorsque Moïse descendit de la montagne du Sinaï,
ayant en mains les deux tables du Témoignage,
il ne savait pas que son visage rayonnait de lumière
depuis qu’il avait parlé avec le Seigneur.
    Aaron et tous les fils d’Israël virent arriver Moïse :
son visage rayonnait.
    Comme ils n’osaient pas s’approcher, Moïse les appela.
Aaron et tous les chefs de la communauté vinrent alors vers lui,
et il leur adressa la parole.
    Ensuite, tous les fils d’Israël s’approchèrent,
et il leur transmit tous les ordres que le Seigneur lui avait donnés
sur la montagne du Sinaï.
    Quand il eut fini de leur parler,
il mit un voile sur son visage.
    Et, lorsqu’il se présentait devant le Seigneur
pour parler avec lui,
il enlevait son voile
jusqu’à ce qu’il soit sorti.
Alors, il transmettait aux fils d’Israël
les ordres qu’il avait reçus,
    et les fils d’Israël voyaient rayonner son visage.
Puis il remettait le voile sur son visage
jusqu’à ce qu’il rentre pour parler avec le Seigneur.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 98 (99), 5, 6, 7, 9)

R/ Tu es saint, Seigneur notre Dieu ! (cf. Ps 98, 9c)

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous au pied de son trône,
car il est saint !

Moïse et le prêtre Aaron, Samuel, le Suppliant,
tous, ils suppliaient le Seigneur,
et lui leur répondait.

Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
ils ont gardé ses volontés,
les lois qu’il leur donna.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous devant sa sainte montagne,
car il est saint, le Seigneur notre Dieu.

ÉVANGILE
« Il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ » (Mt 13, 44-46)

Alléluia. Alléluia. 
Je vous appelle mes amis, dit le Seigneur,
car tout ce que j'ai entendu de mon Père, 
je vous l'ai fait connaître.
Alléluia. (Jn 15, 15b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là,
Jésus disait aux foules :
« Le royaume des Cieux est comparable
à un trésor caché dans un champ ;
l'homme qui l'a découvert le cache de nouveau.
Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède,
et il achète ce champ.

Ou encore :
Le royaume des Cieux est comparable
 à un négociant qui recherche des perles fines.
Ayant trouvé une perle de grande valeur,
il va vendre tout ce qu'il possède,
et il achète la perle. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Voir les commentaires

Bonjour, Le journal de Kiwi suite

Journal de Kiwi (suite)
1er octobre et 2 octobre 2009
JEUDI 1er OCTOBRE 2009
 
Comme Serge est malade,
il se lève un peu plus tard.
Maman est debout depuis
six heures. Nous sortons
avant huit heures.
A ma grande surprise, je ne
reconnais plus rien. Je suis
terrifiée. Il n’y a plus les
travaux sur le trottoir !
Et qu’est-ce qu’il est large !
S’il n’y avait pas les mêmes
bâtiments et les mêmes
boutiques, je croirai avoir
déménagée en dormant !
Comme d’habitude elle me
tire pour aller là où elle veut
aller. Je fais mes petites affaires et……..Voilà qu’elle s’arrête ! Elle regarde au loin. Alors je vois ce qui l’avait arrêté. C’est le vieil homme avec sa cane qui est au loin avec un
gros chien marron. Elle me dit
  • Il faut faire demi-tour on va se promener de l’autre côté, car il est avec son
    gros chien méchant.
Seulement cela se met à circuler sur la rue, des voitures et des voitures et aussi
des cars. Il parait que se sont des bus ici ! Et voilà qu’une sirène et une grosse
voiture passe. Maman m’explique:
  • c’est une ambulance ! Ce n’est pas pour toi !
Enfin, elle ajoute :
  • On rentre à la maison !
Que ces mots-là sont doux à mes oreilles. Même si je dois subir les.
  • Doucement, doucement
Et que je tire la langue. Nous arrivons sans encombre au cinquième étage à mon
grand soulagement. En arrivant la voix de Serge venant de la cuisine interroge :
  • déjà ? c’était court ce matin !
  • oui ! Car pour elle tout est nouveau, elle n’a plus ses repères. En plus le vieux à
    la cane était avec son gros chien méchant.
  • Pourquoi tu as peur ?
  • personnellement je n’ai pas peur, mais il m’avait parlé que son gros boxer, il ne
    peu le sortir avec sa femelle, car il ne supporte pas les petits chiens. c’est
    pourquoi , j’ai préféré avoir la sagesse de rentrer. C’est mieux pour lui comme
    pour Kiwi et moi.
  • Ah bon !
Fit-il. Tout en lui parlant, Monique enlève sa veste et va me servir mon pâté.
Je suis heureuse car même si parfois je suis obligée d’insister pour qu’elle
comprenne, elle fini toujours par comprendre.
Ce soir elle me dit on va faire vite. Elle ne croyait pas si bien dire ! Quand nous
sommes descendus, il y avait un jeune homme juif dans l’ascenseur. Il avait laissé
son sac à dos sur le sol. J’ai pu le sentir sans que personne ne dise rien. Je le
regarde, il me semble gentil.
Puis maman lui parle, il me semble qu’ils sont amis. Et enfin on ne parle pas de
moi, mais de lui. Il est  étudiant pour devenir Rabbin. Qu’est qu’un rabbin!
Maman ne lui pose pas la question. Elle doit savoir!
Quand nous arrivons sur notre trottoir, il fait nuit. Je ne reconnais pas mes
marques. Alors je veux rentrer. Des enfants crient, rient, courent.
  • Ils jouent.
Dit,  maman.
  • Si tu fais ce pourquoi nous sommes sorti nous rentreront aussitôt !
Alors là, j’ai fait diligence. J’ai fait mon compte-rendu et nous sommes
effectivement rentrés à la Maison comme elle dit. Serge a été encore une fois
surpris et cela a fait rire, maman.
Au milieu de la nuit, j’ai réveillé, maman, et nous avons joué, Serge n’a rien
entendu. Sa télé marchait et maman ne l’a pas éteinte comme d’habitude.
Alors, nous nous sommes bien amusées toutes les deux.
VENDREDI 2 OCTOBRE 2009
Maman se lève comme d’habitude prend son petit déjeuner, s’habille et…….
Va sur son PC comme elle dit ! Tiens on ne sort pas ce matin ? Serge arrive
  • tu as déjeuné ?
  • Oui mais j’ai oublié les croissants.
  • Alors viens !
Et elle y va. Puis voilà que j’entends que l’on met quelque chose dans ma gamelle. J’arrive de suite sans bruit. Et c’était des morceaux de croissant pour moi ! Hum ! Miam-miam. Puis elle retourne à son PC
  • Quand vas-tu la sortir ?
  • Tout à l’heure !
  • Mais enfin soit raisonnable !
  • Je l’emmène à la Poste !
  • A la poste ?
Du coup la surprise est si forte qu’il ne dit mot. Seulement, pour moi cela ne me
dit rien qui vaille ! Enfin elle est prête, elle vient avec mon harnais et veux me
le mettre. Comme Serge est à côté sur son PC à lui je m’étire en tendant les pattes
vers lui. Mais il ne comprend pas. Je suis déçue. Alors je me laisse faire. Et j’ai
mes câlins et bisous habituels. Elle fait passer la pilule ainsi. Si je ne faisais pas çà
j’aurais moins de bisous et de caresses ! Et je fais mon cinéma coutumier elle
appelle çà mon cirque
Sur le trottoir je refais mon cirque. J’ai difficulté à accepter ces changements.
Pourtant, courageusement je la suit. Au carrefour Lagny je refuse de traverser,
seulement, elle me l’impose. Alors nous continuons. Là, il y a des travaux comme
cela était avant chez nous. Je me sens un peu en sécurité, mais je reste vigilante.
Et voilà un bruit infernal qui me terrorise. Maman fait demi-tour, cependant,
pas comme je croyais ! Elle s’invente de traverser le boulevard. Elle peste contre
l’ouvrier. Elle le traite d’imbécile, d’incultes et autres choses encore. Elle me
prend dans ses bras et nous traversons quand même. Elle me fait des bisous. Je la
laisse faire, c’est si agréable, mais ce n’est pas ce que je demande ! Il parait que
c’est un marteau piqueur ! Enfin nous arrivons à la poste, je découvre l’entrée de
la Poste.
Il faut attendre, alors j’attends. J’ai toujours peur, mais relativement. J’observe
tout ce qui s’y passe. Quand arrive notre tour,  je la suis et je me cale contre le
guichet, c'est comme à la pharmacie. Et j’attends sagement. C'est au moment de
partir que la trouille me reprend. Nous passons devant le fleuriste comme à l’aller,
enfin, elle veut traverser. C'est à nouveau la panique qui me prend. Et l’abruti qui
se dépêche de décharger son camion en me voyant apeurer !  Je me débats
tellement que maman manque de tomber , pourtant, elle ne me prend pas, mais
raccourci la laisse et m’impose la marche sur le côté de ses jambes ! Et nous
traversons ainsi. Malgré que je refuse de traverser j’essaie de passer devant elle.
Et là, elle me place à côté de ses jambes, je ne peux faire autrement que de suivre. Deux vieilles nous observent et elles se disputent sur le comportement que l’on doit
avoir dans cas. Une fois la traversée finie, maman s’arrête et me caresse en
m’encourageant. Elle me fait encore un bisou. Mais nous avons encore à traverser
le Cour de Vincennes. Elle m’annonce
  • Ici on traverse en deux fois !
Ben alors c’est gai§ Et nous traversons toujours la laisse serrée à côté de sa jambe
droite. Nous passons sans encombre. J’ai compris on traverse quand les voitures
s’arrêtent à ce qu’elle appelle les feux rouges, sur des bandes jaunes. Je me détends
un peu. Evidemment, voilà qu’elle veut une nouvelle fois traverser le boulevard
Davout ! Hé bien, cette fois elle ne me prend pas dans ses bras. Enfin, elle me dit impérativement:
  • allez courage!
Et j’avance bien serré contre sa jambe droite ! Enfin nous parvenons à la terrasse
du café où se trouvent deux gros chiens. Maman me serre encore à sa jambe et
ne dit pas un mot. Les chiens n’ont réalisé mon passage qu’après. Enfin nous
traversons la rue de Lagny et là elle me desserre la laisse. Alors je tire pour rentrer
à la maison. Car je sais que c’est la direction. Quand nous sommes tout prêts de la
grille une de ces amies l’interroge.
  • Çà va ?
  • Oui malgré la frayeur qu’elle a eut en traversant le Boulevard Soult. Nous sommes allée à la Poste.
  • Vous avez pu rentrer avec votre chien ? Ils vous ont laissez rentrer ?
  • Oui
  • Salut !
  • Au revoir
Enfin on arrive. On attend l’ascenseur. Elle recule pour attendre. Qu’est-ce qu’on
peut attendre pour monter dans cette cage qui s’ouvre! Puis un homme sort en
disant bonjour au Monsieur qui est venu nous rejoindre. Moi je me faufile de
suite en douceur sur le côté des jambes du Monsieur qui sort. Et me voilà je suis
dans la cage montante et Monique me dit:
  • C’est bien fifille
Je n’en reviens pas ! Le soir je ne veux pas descendre. Je supplie Serge avec mes
pattes, mais rien à  faire, je dois y aller ! Elle me dit
  • Allez ma grande courageuse!
Alors je cède à contre cœur. Elle me dit dès que tu as fait le nécessaire on rentre.
Je te le promets. Alors j’avance avec la laisse devant Serge, qui nous regarde partir.
Arrivé à la grille extérieure, la panique me reprend. C'était assuré, comme
d'habitude, elle ne cède pas. Je dois avancer coûte que coûte. Et sa voix douce et
ferme m’encourage. Enfin, nous voilà sur ce trottoir comme tous les soirs.
Seulement il fait nuit et pourtant nous sommes descendus un peu plutôt  que les
autres jours. Je ne parviens pas à m’habituer à ce nouveau trottoir, sans barrière.
J’ai si peur des voitures ! Elles roulent terriblement vite et ce long véhicule qui
longe le trottoir. Il n’y a plus de voitures en arrêt pour me protéger !
Enfin je parviens à me détendre un peu et je fais dans le sol qui n’est pas
goudronné. Alors Monique me dit on rentre à la maison. Là je ne me le fait pas
dire deux fois. Je fais un demi tour illico presto. J’avais oublié que maman
ne peut pas marcher aussi vite. Si bien qu’elle agrippe la laisse et je ne suis tiré
vers l’arrière. Seulement, nous allons vite par rapport à d’habitude. Nous rentrons
sans problème. Elle me félicite plus que d’habitude. Car ce matin j’ai tellement
souffert.
Après un bon repos, Serge regarde la télé, maman et moi nous jouons toute les
deux et c’est le bonheur. Et comme toujours ses bisous, ses caresses. Elle me
serre dans ses bras si intensément que je n’en reviens pas.
à suivre

Voir les commentaires

Mes amies(s) bonne soirèe à demain : histoire de Paris et archéologie IDF

Rue Réaumur, des squelettes sous le Félix Potin

Avec Isabelle Abadie, archéo-anthropologue à l'Inrap, anthropologue et Mark Guillon, anthropologue biologique à l'Inrap

 

Le Salon noir, France Culture, le mardi de 15h30 à 16h 
Par Vincent Charpentier
Émission du 12 mai 2015
Peste, typhus, variole ou choléra, cette macabre découverte est aujourd'hui le témoin  d'un événement depuis longtemps oublié.
 

 

 

UN SANCTUAIRE GALLO-ROMAIN À MARNE-LA-VALLÉE

À l'occasion de l'aménagement d’un centre de villégiature conçu par Euro Disney et le groupe Pierres et Vacances-Center Parcs, les archéologues ont mis au jour un sanctuaire gallo-romain.  

Le terrain à fouiller était recouvert par un épais remblai composé de boues de station d'épuration et de terres rapportées pouvant atteindre un mètre d'épaisseur. Situé en contrebas du chantier, il recevait toutes les eaux d'écoulement des alentours.
Le décapage des couches superficielles a révélé un terrain assez arasé.
Trois grands enclos, pas vraiment rectangulaires ni réguliers, délimités par des fossés, compartimentent un espace d'environ 100 m de côté. Celui du sud-ouest, d’une superficie de 4 265 m², est le plus grand avec une longueur d'environ 73 m et une largeur d'environ 56 m au nord et de 60 m au sud

 
 
 
 
Près de Disneyland Paris, un fanum a été mis au jour au sein de vastes fossés d’enclos. C'est la première fois qu'un sanctuaire antique est ainsi découvert sur Marne-la-Vallée. 
© Inrap, Tournez S'il Vous Plait, 2014

 

TROIS ENCLOS ET UN TEMPLE

Presque au centre de l'enclos, mais légèrement décalé vers le sud, se trouve un bâtiment d'un plan bien connu en Gaule, un fanum.
Ce petit temple carré est constitué d'une cella de 60 m², d'environ 7,70 m de côté, entourée par une galerie de circulation large de 2,80 m. Cet ensemble de 240 m² présente une largeur de 15,50 m. De cet édifice, il ne subsiste, en fait, que les tranchées de récupération des murs. Après son abandon, toutes les pierres de construction du bâtiment, jusqu'à la base des fondations, ont été prélevées. Des fragments de tuiles ont été découverts dans le comblement de ces tranchées. Ils indiquent que la couverture était constituée, classiquement, de tegulae et d'imbrices.

Le peu d'éléments conservés ne livre aucune information sur l'architecture de la construction et, encore moins, sur la divinité honorée. On peut, cependant, supposer que l'entrée était orientée vers le soleil levant, ce qui est une disposition assez commune. En effet, à 21 m à l'est du fanum et dans le même axe que celui-ci, se trouve un pavillon de 98 m². Sa longueur est similaire à celui du temple et sa largeur était d'environ 6,20 m. Ce bâtiment, qui a été également entièrement récupéré, a été construit sur le fossé occidental de l'enclos du sud-est. Cet enclos est le plus petit des trois, avec une superficie de 2 564 m² et une largeur de 38 m. Ce fossé central du dispositif sacré, qui délimitait le péribole, a été comblé, au moins partiellement, pour permettre la construction de cet édifice. De part et d'autre de celui-ci, une haie a peut-être été plantée pour maintenir cette séparation si le fossé avait été entièrement obstrué. Le troisième enclos borde au nord les deux autres enclos et offre une largeur d'environ 36 m. Sa superficie est ainsi de 3 063 m².

UN PROBABLE BÛCHER FUNÉRAIRE

Le fossé qui sépare le troisième enclos du premier a livré, lors du diagnostic, un abondant matériel céramique et des ossements humains brûlés. Ces indices de la possible présence d'une nécropole à incinération a incité le service régional de l'Archéologie à prescrire une fouille, ce type de vestiges étant d'une extrême rareté sur Marne-la-Vallée. La fouille a révélé que des rejets similaires se trouvaient dans d'autres tronçons des fossés qui entourent le fanum. Quelques fosses circulaires contenant un sédiment charbonneux et des esquilles d'ossements brûlés ont été mises au jour en plusieurs points des enclos. Une grande fosse quadrangulaire, aux parois légèrement rubéfiées, a été découverte au-dessus du fossé oriental de l'enclos 2. Il s'agit vraisemblablement d'un bûcher funéraire.

UN ÉCLAIRAGE NOUVEAU SUR SUR L'HISTOIRE DE MARNE-LA-VALLÉE

La récupération intense des structures de construction du fanum et la disparition des sols d'occupation n'a laissé aucune information sur sa construction et, encore moins, sur le culte pratiqué. Les éléments de datation en relation avec le temple sont peu nombreux pour les mêmes raisons. En revanche, le matériel céramique livré par le comblement des fossés date essentiellement du Ier s. et de la première moitié du IIe s. Il n'y a aucune trace d'activité durant tout le Bas-Empire. Cependant, malgré toutes ces lacunes, la mise en évidence d'un petit sanctuaire gallo-romain et de pratiques funéraires liées à des incinérations apporte un éclairage nouveau sur l'occupation du secteur de Marne-la-Vallée durant l'Antiquité.

Aménageur : Epafrance
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie, Drac Île-de-France
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Philippe Bet, Inr

Voir les commentaires

Bonsoir frères et soeurs Garde-moi, mon Dieu : j'ai fait de toi mon refuge.

Office des complies
Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : En toi Seigneur, nos vies reposent

CFC — CNPL

En toi Seigneur, nos vies reposent
Et prennent force dans la nuit ;
Tu nous prépares à ton aurore
Et tu nous gardes dans l'Esprit.

Déjà levé sur d'autres terres,
Le jour éveille les cités ;
Ami des hommes, vois leur peine
Et donne-leur la joie d'aimer.

Vainqueur du mal et des ténèbres,
Ô Fils de Dieu ressuscité,
Délivre-nous de l'adversaire
Et conduis-nous vers ta clarté !
Antienne

Mon Dieu, tu ne peux m'abandonner à la mort.

Psaume : 15

1 Garde-moi, mon Dieu :
j'ai fait de toi mon refuge.
2 J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

3 Toutes les idoles du pays,
   ces dieux que j'aimais, +
ne cessent d'étendre leurs ravages, *
et l'on se rue à leur suite.
4 Je n'irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; *
leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

5 Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort.
6 La part qui me revient fait mes délices ;
j'ai même le plus bel héritage !

7 Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m'avertit.
8 Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

9 Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
10 tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

11 Tu m'apprends le chemin de la vie : +
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

Parole de Dieu : 1 Th 5, 23
Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers, et qu’il garde parfaits et sans reproche votre esprit, votre âme et votre corps, pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ.
Répons

R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

 

V/ Je suis sûr de toi, tu es mon Dieu. R/

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

 

Antienne de Syméon

Sauve-nous, Seigneur, quand nous veillons ; garde-nous quand nous dormons : nous veillerons avec le Christ, et nous reposerons en paix.

Cantique de Syméon (Lc 2)

29 Maintenant, ô Maître souverain, +
tu peux laisser ton serviteur s'en aller
en paix, selon ta parole.

30 Car mes yeux ont vu le salut
31 que tu préparais à la face des peuples :

32 lumière qui se révèle aux nations
et donne gloire à ton peuple Israël.

Oraison

Seigneur, notre part d’héritage, donne-nous de ne chercher qu’en toi notre bonheur et d’attendre avec confiance, au-delà de la nuit de notre mort, la joie de vivre en ta présence. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 
 
 
Bénédiction

Que la paix de Dieu garde notre cœur et nos pensées dans le Christ Jésus, notre Seigneur. Amen.

Hymne : Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !

 

Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !
Salut, Tige féconde ! Salut, Porte du ciel !
Par toi, la lumière s'est levée sur le monde.

Réjouis-toi, Vierge glorieuse,
belle entre toutes les femmes !
Salut, splendeur radieuse :
implore le Christ pour nous

Voir les commentaires

Son combat pour les municipales : Rachida Dati

Rachida Dati : elle ne compte pas lâcher
son combat pour les municipales

Jugée trop clivante au sein de son parti, Rachida Dati peine à obtenir l'investiture LR pour les municipales de 2020 à Paris. Elle ne fait pourtant pas mystère de ses ambitions concernant la capitale.

Rachida Dati : elle ne compte pas lâcher son combat pour les municipales
Publié par Lucien Petit-Felici le Lundi 29 Juillet 2019 : 13h30
 
Jugée trop clivante au sein de son parti, Rachida Dati peine à obtenir l'investiture LR pour les municipales de 2020 à Paris. Elle ne fait pourtant pas mystère de ses ambitions concernant la capitale.
 

Clivante, jusque dans son propre parti. Malgré les vents contraires, Rachida Dati compte bien se présenter à Paris pour les élections municipales de 2020, selon une information du Parisien. Problème, les vents contraires viennent surtout de LR, formation politique de Rachida Dati. L'opposition de droite ne croit en effet que moyennement aux chances de la femme politique dans la capitale. Celle-ci n'est créditée que de 16% d'intentions de vote, derrière Anne Hidalgo et LREM. Le parti d'Emmanuel Macron a ainsi réalisé un score de 46,5% des voix dans le VIIe arrondissement de Paris. Or, cet arrondissement huppé a pour maire une certaine... Rachida Dati. Mauvais signe. 


 
 
 
 

Une candidate "quoi qu'il arrive", soutenue par Sarkozy

De quoi refroidir les ténors de LR. Mais Rachida Dati n'en démord pas, elle sera candidate à Paris, et ce "quoi qu'il arrive". L'actuelle maire du VIIe arrondissement, qui fut également ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy, assure pouvoir compter sur le soutien de l'ancien président. "Carla Bruni est dans mon comité de soutien, et de manière officielle", affirme-t-elle.

Rachida Dati revendique également les appuis de Christian Jacob, patron du groupe LR à l’Assemblée nationale et candidat donné favori à la présidence de LR, ainsi que des députés LR Eric Ciotti, Guillaume Peltier et François Baroin.

"Demandez à tous les élus de Paris, personne n’en veut"

Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ancienne Garde des sceaux est loin de faire l'unanimité au sein de LR, jugée ultra-clivante et d’une "immense brutalité politique". "Demandez à tous les élus de Paris, personne n’en veut", souffle un cadre de la droite. "Tous les départs de LR, ce sont des gens qui ne voulaient pas que Rachida Dati soit investie", commente Claude Goasguen, député LR de Paris. Celui-ci est convaincu de la nécessité de s'allier avec Agir et/ou LREM afin d'être sûr de l'emporter face à Anne Hidalgo.

Mais Rachida Dati l'entendra-t-elle de cette oreille ?

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>