Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma page pour mes amis orthodoxes

Ma page pour mes amis orthodoxes
Le métropolite Macaire, de la nouvelle Église ukrainienne, considère que, sans le soutien des États occidentaux, le patriarche œcuménique n’aurait pas proclamé l’autocéphalie

Dans une interview à la chaîne TV ukrainienne « Kanal 24 », le métropolite Macaire (Maletitch), de la nouvelle Église autocéphale ukrainienne, a répondu ce qui suit à la question du journaliste sur la raison de la proclamation récente de l’autocéphalie, alors qu’elle aurait pu avoir lieu il y a une dizaine ou une quinzaine d’années : « Il n’y avait pas de soutien du pouvoir. Mais je vous dis ouvertement que le pouvoir n’y est pas intéressé. Par exemple, certains politiciens, comme Porochenko, Timochenko et autres ont parlé de la création d’une seule Église orthodoxe. Mais, croyez-moi, c’était seulement des paroles. Le 14 octobre, le jour de la fête de la Protection de la Mère Dieu, j’ai dit à Porochenko et à tous ceux qui étaient rassemblés sur la place Sainte-Sophie, que la réunification de toutes les Églises en une seule, locale, était une affaire risquée. Parce qu’à ce moment, nous ne savions pas s’il y aurait un Tomos d’autocéphalie ou non. Il y avait beaucoup de partisans de l’Église locale, mais en même temps, beaucoup d’adversaires. C’est pourquoi Porochenko l’a payé aux élections, lorsque les partisans du Patriarcat de Moscou ont voté contre lui ». À la question de l’influence de Porochenko sur la réunification de l’Église d’Ukraine, le métropolite Macaire a répondu : « Pour dire la vérité, sans Porochenko, la réunification des Églises n’aurait pas eu lieu. Mais ce n’est pas seulement le mérite de Porochenko, c’est aussi celui du parlement, des Ukrainiens eux-mêmes, dont 85% soutenaient l’Église indépendante. Mais les diplomates des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne s’intéressaient aussi à l’Église. Pour cette raison, si le patriarche œcuménique n’avait pas vu le soutien des principaux États du monde, il ne l’aurait pas fait. Et alors, ni Porochenko, ni le parlement, ni Philarète, ni moi, n’auraient rien fait ».

Source

L’Église russe hors-frontières fusionne ses diocèses de Grande-Bretagne et d’Europe occidentale

Le Synode de l’Église russe hors-frontières confirme la fusion de ses diocèses de Grande-Bretagne et d’Europe occidentale et donne à l’évêque Irénée (Steenberg) le titre d’évêque de Londres et d’Europe occidentale

Une session régulière du Saint-Synode des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières s’est tenue à San Francisco du 27 au 28 juin 2019, à l’occasion du 25ème anniversaire de la canonisation de St Jean de Changhaï qui, de 1953 à 1962, était l’archevêque du diocèse d’Europe occidentale de cette Église. Les hiérarques suivants ont pris part à la séance du Synode, sous la présidence du métropolite Hilarion de New York et d’Amérique orientale : les archevêques Marc de Berlin et d’Allemagne, Cyrille de San Francisco et d’Amérique occidentale, Gabriel de Montréal et du Canada, les évêques Irénée de Richmond et d’Europe occidentale, (lequel est également secrétaire synodal pour les relations inter-orthodoxes de l’Église russe hors-frontières) et Nicolas de Manhattan. L’évêque Théodose de Seattle, bien que non-membre du Synode, a également participé à la session. Lors de sa séance du mercredi 29 juin, le Synode a confirmé sa décision de réunir les diocèses d’Europe occidentale et de Grande-Bretagne et Irlande en un seul diocèse de Grande-Bretagne et d’Europe occidentale, un processus déjà commencé lors de la session du Synode qui eut lieu à Londres en septembre 2018. En réunissant ainsi les deux territoires qui, durant le siècle passé, ont constitué parfois une seule entité et à d’autres moments (comme plus récemment) des diocèses séparés, le Synode a regroupé dans une fraternité spirituelle plus étroite les paroisses et communautés de ces régions qui ont été liées spirituellement pendant des siècles, tout en affirmant que leurs caractéristiques spécifiques continueront à être préservées par des administrations distinctes sur chaque territoire (Grande-Bretagne et Irlande d’une part, Europe continentale d’autre part). Durant la même session, le Synode a également confirmé une décision prise précédemment par l’Assemblée des évêques de l’Église hors-frontières de revenir à l’ancien usage en vigueur dans ladite Église pour ce qui concerne le titre du titulaire du siège de Grande-Bretagne, à savoir « évêque de Londres ». C’est ainsi que l’évêque Nicolas (Karpoff) avait été consacré par le métropolite Antoine (Khrapovitzky) d’éternelle mémoire en juin 1929 afin de superviser les communautés au Royaume-Uni, et avait reçu le titre « d’évêque de Londres », qu’il conserva jusqu’à son décès. Plus tard, le titre d’évêque de « Richmond » a été donné aux hiérarques suivants, dont l’évêque Irénée (Steenberg) depuis sa nomination à ce siège en septembre 2018. En conséquence, à effet immédiat, l’évêque Irénée sera commémoré dans le nouveau diocèse comme « Son Excellence l’évêque Irénée de Londres et d’Europe occidentale ». L’évêque Irénée qui, jusqu’à présent résidait en Californie, s’installera définitivement à Londres au début du mois de juillet 2019.

Voir les commentaires

Prière du jour

Prière du jour
Claudie dans Prions une prière chaque jour
‎3‎ ‎juillet‎ ‎2019

Prions Saint Thomas, Apôtre
 

Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination ; d'autre part, il avait du cœur et du dévouement. Ces deux caractères de sa personnalité paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui.
Peu avant sa Passion, Jésus veut retourner en Judée ; les Apôtres lui rappellent les menaces de ses ennemis.
Thomas seul s'écrie : « Eh bien ! Allons et mourons avec lui ! » Voilà le dévouement du cœur de l'Apôtre.
Après sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de ses disciples, en l'absence de Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d'une telle merveille, qu'il en douta et dit vivement :
« Je ne le croirai pas avant d'avoir mis mes doigts dans ses plaies. » Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur. Mais son premier mouvement d'hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi.
Que fit alors Thomas ? Nous le savons ; un cri du cœur s'échappa de ses lèvres : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Dieu permit l'hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ.
Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.
Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat.
La tradition prétend qu'il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu'il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère.
Partout, sur son passage, l'Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques.
Quand au XIVe siècle, les Européens s'emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent dans les traditions des peuples de ce vaste pays des souvenirs chrétiens, et en particulier celui de saint Thomas. Un miracle de l'Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n'avaient pu remuer, fut l'occasion d'innombrables conversions.
Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l'Apôtre ; il aurait été percé d'une lance devant une Croix où il priait.
 
(Evangile au quotidien)
 
 
Tu nous donnes de t'appeler Père
 

Seigneur Dieu, tu nous donnes de t'appeler Père, car nous sommes tes enfants.
Saurons-nous jamais vivre en frères les uns pour les autres ?
Ton pain de ce jour, l'avons-nous partagé ?
L'avons-nous rompu à celui qui ne devait le recevoir que de nos mains ?
En avons-nous ramassé les miettes, pour que rien ne se perde et que le pauvre trouve à manger à l'heure qu'on n'attendait pas ?
Ton nom très saint, l'avons-nous vénéré dans le nom de nos frères ?
Avons-nous su appeler celui qui ne nous sert pas ?
Avons-nous regardé le petit, le caché, le malade, l'infirme, le vieillard, ceux-là qui portent sur leur front ton nom que nous disons sanctifier ?
Ta volonté et ton règne, les avons-nous ramenés à notre mesure, qui est inhumaine ? Les avons-nous interdits à ceux qui nous déplaisent ?
Aurons-nous permis, aujourd'hui, que les hommes te connaissent, comme amour, comme doux et humble de cœur,  comme Dieu-avec-nous ?
Et les offenses qu’on nous a faites,  les avons-nous pardonnées, ou les tenons-nous en réserve pour le jugement particulier de notre tribunal ?
Si tu nous tiens rigueur de notre attitude, Seigneur Père, comment nous pardonneras-tu, aujourd'hui ?
Même si nous sommes de mauvais fils  et des frères durs, ta justice à toi est plus grande que la nôtre.
Pour que tu nous délivres du mal et nous rassembles auprès de toi, nous dépouillons notre volonté et nous nous remettons entre tes mains.
 
Amen.
 
 
Jacques Julien, Devant toi, Seigneur, Novalis l1981 Mouvement des Cursillos Francophones du Canada

Voir les commentaires

Tu reviendras au Seigneur ton Dieu, toi et tes fils,. Alors le Seigneur changera ton sort, il aura pitié

Tu reviendras au Seigneur ton Dieu, toi et tes fils,. Alors le Seigneur changera ton sort, il aura pitié
Office de sexte
Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Comme le feu calcine

CFC — CNPL

Comme le feu calcine
L'arbre mort jusqu'aux racines,
Quand le péché nous domine,
Esprit de Dieu, purifie-nous.

Comme le fleuve entraîne
Les torrents jusqu'à la plaine,
Que ta puissance reprenne
Nos forces vives dispersées.

Comme autrefois ton souffle
Dans la mer fit une route,
Quand nous submerge le doute,
Dans l'impossible ouvre une issue.

Invente encore aux hommes
Les chemins de leur exode ;
Viens à ton heure et consomme
L'œuvre accomplie par Jésus Christ.

Antienne
Sur mon dos, ont labouré les laboureurs, allongeant leurs sillons.
Psaume : 118-20
153 Vois ma misère : délivre-moi ;
je n’oublie pas ta loi.
154 Soutiens ma cause : défends-moi,
en ta promesse fais-moi vivre !
155 Le salut s’éloigne des impies
qui ne cherchent pas tes commandements.
156 Seigneur, ta tendresse est sans mesure :
selon ta décision fais-moi vivre !
157 Ils sont nombreux mes persécuteurs, mes oppresseurs ;
je ne dévie pas de tes exigences.
158 J’ai vu les renégats : ils me répugnent,
car ils ignorent ta promesse.
159 Vois combien j’aime tes préceptes, Seigneur,
fais-moi vivre selon ton amour !
160 Le fondement de ta parole est vérité ;
éternelles sont tes justes décisions.
Psaume : 127

1 Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !

2 Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

3 Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse, *
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

4 Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur. *
5 De Sion, que le Seigneur te bénisse !

Tu verras le bonheur de Jérusalem
tous les jours de ta vie, *
6 et tu verras les fils de tes fils.

Paix sur Israël !

Psaume : 128

1 Que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse,
– à Israël de le dire – *
2 que de mal ils m’ont fait dès ma jeunesse :
ils ne m’ont pas soumis !

3 Sur mon dos, des laboureurs ont labouré
et creusé leurs sillons ; *
4 mais le Seigneur, le juste,
a brisé l’attelage des impies.

5 Qu’ils soient tous humiliés, rejetés,
les ennemis de Sion ! *
6 Qu’ils deviennent comme l’herbe des toits,
aussitôt desséchée !

7 Les moissonneurs n’en font pas une poignée,
ni les lieurs une gerbe, *
8 et les passants ne peuvent leur dire :
« La bénédiction du Seigneur soit sur vous ! »

Au nom du Seigneur, nous vous bénissons.

Parole de Dieu : Dt 30, 2-3a
Tu reviendras au Seigneur ton Dieu, toi et tes fils, tu écouteras sa voix de tout ton cœur et de toute ton âme, tu observeras tout ce que je te commande aujourd’hui. Alors le Seigneur changera ton sort, il aura pitié de toi.
Répons
V/ Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.
Oraison
Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement.

Voir les commentaires

Bonne fêtes aux quelques Saintes âmes du 3 juillet

Bonne Fête aux
Thomas
TaoThaoThomaïsThomasineThomassiaThomé
ThominThomineTomTomasToméTommasoTommy
 
 
Patron(ne):
Architectes
Arpenteurs
Maçons
 
Dictons
Qui veut bon navet le sème en juillet.
 

Saint Thomas

Apôtre (Ier siècle.)

Thomas appelé Didyme (le Jumeau) fait partie du petit groupe de ces disciples que Jésus a choisis, dès les premiers jours de sa vie publique, pour en faire ses apôtres. Il est "l'un des Douze" comme le précise saint Jean (Jean 20. 24). Le même Jean nous rapporte plusieurs interventions de Thomas, qui nous révèlent son caractère. Lorsque Jésus s'apprête à partir pour Béthanie au moment de la mort de Lazare, il y a danger et les disciples le lui rappellent: "Rabbi, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider." Thomas dit alors aux autres disciples: "Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui." Dans cette parole est préfiguré le martyre futur de celui qui, dès le début, a donné sa vie à Jésus. Lors du dernier repas, lorsque Jésus annonce son départ, c'est Thomas, la gorge nouée sans doute, qui pose la question :"Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin?" Thomas l'incrédule (miniature du XIIe siècle)- "Je suis le chemin, la vérité et la vie", répond Jésus. Mais, c'est grâce à ses questions et à ses doutes que Thomas, doit sa célébrité. Le voici qui revient d'on ne sait où: "Nous avons vu le Seigneur!" - "Si je ne vois pas dans les mains la marque des clous, si je ne mets pas ma main dans son côté, non, je ne croirai pas." Pour la postérité, il a reçu le qualificatif d'Incrédule. C'est grâce à cette incrédulité, à cet esprit scientifique pourrait-on dire, qui ne croit que ce qu'il a vérifié, que nous devons la certitude qui nous habite. On oublie souvent que Thomas est surtout le premier qui, devant le mystère des plaies du Christ ressuscité, a donné à Jésus son véritable titre: "Mon Seigneur et mon Dieu." 
Illustration: Thomas l'incrédule (miniature du XIIe siècle)
...«Même dans ces jours-là, même quand tu seras dans la nuit, continue de croire. Heureux es-tu, si tu arrives à croire, même lorsque tu ne vois plus rien». «Ne renie pas dans les ténèbres ce que tu as vu dans la lumière»...
Enseignement du cardinal Philippe Barbarin sur l'apôtre Thomas 
Fête de saint Thomas, apôtre. Alors que les autres disciples lui annonçaient que Jésus était ressuscité, il ne voulut pas croire, mais lorsque Jésus lui-même lui montra son côté transpercé, il s'écria: «Mon Seigneur et mon Dieu!» Selon la tradition, c'est cette foi qu'il annonça aux peuples de l'Inde.
Saint Thomas est fêté le 6 octobre dans les Eglises d'Orient.

Martyrologe romain

"O miracle inouï, la paille touche le feu et fut sauvée. Thomas mit sa main dans le Côté brûlant de Jésus-Christ et ne fut pas consumé par ce toucher. Il transforma la méchanceté de son âme en foi bénie. Avec ferveur, il s'écria du fond de son âme: Tu es mon Seigneur et mon Dieu. O Ressuscité des morts, gloire à Toi !" 
(Hymne byzantine)

Saint Léon II

Pape et confesseur
(† 683)

Saint Léon II
Saint Léon II

Après la mort du pape Agathon, le siège apostolique demeura vacant pendant dix-neuf mois. Ce fut après cette longue vacance que fut élu un des derniers papes du Moyen-Age, saint Léon II originaire de la Grande-Grèce, à Piano-di-San-Martino, près de Reggio. Fils de médecin, parfaitement versé dans les Saintes Ecritures, il était aussi pieux que savant, et ses bons exemples portaient tout le monde à la vertu. Devenu chanoine régulier, il prit un soin particulier des pauvres, des orphelins et des veuves.

Son court pontificat qui dura dix mois seulement, fut marqué par la confirmation du sixième concile œcuménique que son prédécesseur avait fait assembler à Constantinople pour combattre les hérétiques Monothélites ainsi appelés parce qu'ils ne reconnaissaient en Jésus-Christ qu'une volonté et une seule opération. Connaissant aussi bien la langue grecque que latine, saint Léon traduisit les actes de ce concile pour les Occidentaux, du grec au latin.

Le saint pape Léon II ordonna qu'on donnerait la paix à tous les assistants pendant la messe. Cette pieuse coutume avait été pratiquée et observée dès les premiers siècles de l'Eglise, comme on peut le constater dans les écrits de saint Denis et de saint Justin.

Le plain-chant que saint Grégoire le Grand avait composé et établi dans l'Église se trouvait alors dans une extrême confusion et décadence. Saint Léon II réforma lui-même le chant grégorien et composa aussi quelques nouvelles hymnes que l'Eglise a conservées jusqu'à nos jours.

Bien qu'il n'ait tenu le siège que dix mois et dix-sept jours, saint Léon II est un des plus excellents papes qui aient gouverné l'Eglise. Aimé et respecté de tout le monde, tant à cause de sa vertu que pour son naturel doux, affable et bienveillant, il ne manquait d'aucune des qualités requises pour exercer la charge de Pasteur suprême. Tous les fidèles le regrettèrent comme un père véritable. On inhuma son corps dans l'église St-Pierre, tombeau ordinaire des souverains pontifes. On le représente embrassant un mendiant, par allusion à sa charité envers les malheureux, ou tenant un livre où se lisent des notes musicales.

Tiré des Petits Bollandistes, Paris, 1874, tome VII, p. 417-418

Saint Héliodore d'Altino

Évêque (+ vers 390)

Saint Héliodore d'Altino
Saint Héliodore d'Altino

Saint Héliodore naquit au milieu du IVe siècle, en Dalmatie, dans le même pays que saint Jérôme, et il s'attacha de bonne heure à ce grand Saint, plus encore pour suivre ses conseils dans l'ordre de la vertu et de la perfection chrétienne que pour profiter de ses lumières et de son érudition profonde dans l'ordre des sciences humaines et divines.

La vie solitaire avait pour lui des attraits particuliers; mais, en entrant dans un monastère, il aurait fallu se séparer de son maître, et ce sacrifice lui parut au-dessus de ses forces. Il resta donc dans le monde sans l'aimer ni le fréquenter, vivant comme les anachorètes, uniquement occupé de la prière et de la lecture des Livres saints. Saint Jérôme ayant quitté Aquilée, ville du royaume d'Illyrie, où il avait passé quelques temps avec Héliodore, celui-ci l'accompagna dans un voyage qu'il fit en Orient, visitant les serviteurs de Dieu qui peuplaient les solitudes et les couvents.

Bientôt Héliodore éprouva un vif désir de revoir ses parents et sa patrie, et il prit la route de la Dalmatie, promettant à son maître de revenir près de lui. Saint Jérôme, après avoir attendu très longtemps, ne le voyant pas revenir, craignit que l'amour de ses parents et des biens de la terre n'ébranlât sa vocation et lui écrivit une lettre touchante pour l'exhorter à rompre entièrement avec le monde et se donner à Dieu irrévocablement. Mais Dieu avait d'autres desseins sur Héliodore.

Revenu en Italie, il y devint évêque, soutint la foi contre les Ariens et devint l'un des prélats les plus éminents de son temps.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Voir les commentaires

Bonjour mes frères et mes soeurs La plus grande preuve d'amour, est celui qui croit sans avoir vu

La Parole du Jour

Deutéronome 30: 15-17

Ce que je te commande aujourd’hui,
c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu,
de marcher dans ses chemins,
de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances.

si tu détournes ton cœur,
si tu n’obéis pas,
si tu te laisses entraîner
à te prosterner devant d’autres dieux
et à les servir,

Psaume 1:3-4

Il est comme un arbre
    planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Heureux est l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur.

évangile : Luc 9, 22-25

 

C'est à nouveau Notre choix, mais aussi la problématique de croire ce que nous ne voyons pas. Et Jésus nous dit Heureux ceux qui croient sans avoir vu, l'Éternité est à eux

Saint Thomas a vu, et a touché, les plaies de Jésus car il ne pouvait croire cette réalité: Jésus est vivant!
Vous, vous dites, il a douté et pourtant il est Saint et Apôtre. C'est oublier, que Thomas est sincère, sans animosité, qu'il aime profondément Jésus et qu''il pleure son Messie. Jésus, l'a consolé, et lui a pardonné. Car jésus est le Rédempteur et sonde comme son Père nos cœurs

Pour nous lorsque nous croyons, nous prions avec la force de notre foi.
Peu d'entres - nous vois, entends physiquement le Seigneur. Cela est réservé à quelques-uns qui sont appelés à des missions particulières ex:(les prophètes, apôtres, missionnaires etc.).

Pour la majorité des croyants, ce sont dans des petites choses que nous voyons que le Seigneur est avec nous, qu'il nous écoute, qu'il entend nos cris de joies ou de détresses.
Ce n'est pas toujours ce que nous avons demandé, mais en réfléchissant c'est mieux, et c'est la solution à nos problèmes.

Serait-il D .ieu, si nous lui donnions la solution? Aurions-nous besoin de lui, si nous savions tout? Dans notre petit soi, n'y a-t-il pas une pointe d'orgueil, d'hypocrisie de croire qu'il ne sait pas ce qui nous est nécessaire? Ne voulons-nous pas, le diriger?

Ce qui nous est demandé, c'est de l'aimer si fort, que rien ne peu nous arriver. Même si nous sommes fouetter, crucifier, martyrisés physiquement, ou psychologiquement. Rien ne peut nous faire dévier.

C'est ainsi que vivent nos chrétiens persécutés. Ils voient D .ieu et Jésus, dans de petites choses qu'eux seuls savent voir. Un geste affectueux en cachette  d'un bourreau, le vent lui caressant son front. Il savent que leur salaire, est le bonheur d'être assure que Royaume de la Trinité leur est acquit.

Prions pour eux

Seigneur parce que leurs souffrances, est à causes leur foi. Exauce leurs prières .

Seigneur de la Trinité écoute notre prière, si cela est votre volonté,  pour soulager tous les persécutés à cause de votre nom  sur la planète Terre, de transformer leurs ennemis en vecteurs de  disciples sous la forme qu'il vous convient.

Seigneur pardonne nous pour tous ce que nous ne faisons pas, et pourtant nous vous aimons

Seigneur, écoute moi, exauce-moi, vois les larmes qui coulent sur mon coeur. Tu sais mes aspirations, tu connais mes souffrances, je t'en prie exauce mes prières.

Amen

Monique Emounah

 

 

Lectures de la messe
Première lecture
« Vois ! Aujourd’hui je vous propose la bénédiction ou la malédiction » (Dt 30, 15-20)

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple :
          « Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi
ou bien la vie et le bonheur,
ou bien la mort et le malheur.
          Ce que je te commande aujourd’hui,
c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu,
de marcher dans ses chemins,
de garder ses commandements, ses décrets et ses ordonnances.
Alors, tu vivras et te multiplieras ;
le Seigneur ton Dieu te bénira
dans le pays dont tu vas prendre possession.
          Mais si tu détournes ton cœur,
si tu n’obéis pas,
si tu te laisses entraîner
à te prosterner devant d’autres dieux
et à les servir,
          je vous le déclare aujourd’hui :
certainement vous périrez,
vous ne vivrez pas de longs jours
sur la terre dont vous allez prendre possession
quand vous aurez passé le Jourdain.
          Je prends aujourd’hui à témoin contre vous
le ciel et la terre :
je mets devant toi la vie ou la mort,
la bénédiction ou la malédiction.
Choisis donc la vie,
pour que vous viviez, toi et ta descendance,
          en aimant le Seigneur ton Dieu,
en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ;
c’est là que se trouve ta vie, une longue vie
sur la terre que le Seigneur a juré de donner
à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »

                        – Parole du Seigneur.

Psaume
(1, 1-2, 3, 4.6)

R/ Heureux est l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur.
(39, 5a)

Heureux est l’homme
    qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
    planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
    balayée par le vent.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

Évangile
« Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera » (Lc 9, 22-25)

Tes paroles, Seigneur, sont esprit
et elles sont vie.

Convertissez-vous, dit le Seigneur,     
car le royaume des Cieux est tout proche.
Tes paroles, Seigneur, sont esprit
et elles sont vie.
(Mt 4, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup,
qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes,
qu’il soit tué,
et que, le troisième jour, il ressuscite. »

Il leur disait à tous :
« Celui qui veut marcher à ma suite,
qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix chaque jour
et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie
la perdra ;
mais celui qui perdra sa vie à cause de moi
la sauvera.
Quel avantage un homme aura-t-il
à gagner le monde entier,
s’il se perd ou se ruine lui-même ? »

Écouter cette méditation

– Acclamons la Parole de Dieu

 

Prière

Seigneur, je crois que tu es ressuscité des morts. Je crois que tu es le vainqueur de la mort. Donne-moi une grande foi.

Demande

La vertu de la foi.

Réflexion

1. Après la mort de Jésus sur la croix, et même un peu avant, les disciples se sont cachés, par peur de subir eux aussi le même sort que Jésus. Or les Évangiles nous racontent que le soir du jour de la Résurrection, Jésus revint voir les apôtres dans le lieu où ils se cachaient. Mais l’un d’eux n’était pas avec eux, soit qu’il se cachait ailleurs, soit qu’il n’eut pas peur comme les autres au point de rester enfermé toute la journée. Quand Thomas, c’est son nom, revient donc voir ses compagnons, ils lui racontent ce qui s’est passé, que Jésus est toujours vivant et qu’il est venu les voir. Mais Thomas ne les croit pas.

2. Nous ne devons pas blâmer Thomas plus que les autres disciples, qui n’ont pas cru, eux non plus, quand Marie Madeleine et les autres femmes sont venues leur dire qu’elles avaient vu le tombeau vide et que Jésus leur était apparu. La foi est une vertu que l’on considère souvent comme acquise. Et pourtant avoir vraiment la foi, et la vivre, la mettre en pratique n’est pas si simple, comme l’exemple des disciples de Jésus nous le montre.

3. Les moments difficiles, les moments où tout semble obscur, comme pendant la Passion et la mort de Jésus pour les apôtres, sont des occasions pour faire grandir notre foi. La foi apporte la certitude là où il y a le doute. La foi nous pousse, comme saint Thomas, à reconnaître Jésus comme notre Seigneur et notre Dieu. Enfin, la foi, comme le dit Jésus, nous permet d’être heureux. Car pour celui qui a la foi et qui met sa confiance dans le Seigneur, rien n’est impossible. Pour celui qui a la foi, même la mort, qui semble être la destruction définitive de l’être humain, n’est plus la fin de toute espérance. Au contraire, elle devient le début d’une vie en plénitude.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, aide-moi à croire. La foi est un don qui vient de toi. Un don qui nous fait participer de ta vie. Aide-moi à voir toute ma vie, même les plus petites choses, avec foi. Que le regard de la foi devienne habituel en moi. Et avec saint Thomas, je pourrai, tous les jours de ma vie, me mettre à genoux devant toi et redire ces paroles : «Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Résolution

Réciter le Credo avec conscience et avec foi.

Père Jean-Marie Fornerod, LC
Basile de Séleucie (?-v. 468)

évêque

Sermon pour la Résurrection, 1-4 (trad. Bresard, 2000 ans, p. 128)

Sois croyant, et sois mon apôtre

« Mets ton doigt dans la marque des clous.  » Tu me cherchais quand je n'étais pas là, profites-en maintenant. Je connais ton désir malgré ton silence. Avant que tu ne me le dises, je sais ce que tu penses. Je t'ai entendu parler, et quoique invisible, j'étais auprès de toi, auprès de tes doutes  ; sans me faire voir, je t'ai fait attendre, pour mieux regarder ton impatience. « Mets ton doigt dans la marque des clous. Mets ta main dans mon côté, et ne sois plus incrédule, mais crois.  »

      Alors Thomas le touche, et toute sa défiance tombe  ; rempli d'une foi sincère et de tout l'amour que l'on doit à Dieu, il s'écrie  : « Mon Seigneur et mon Dieu  !  » Et le Seigneur lui dit  : « Parce que tu m'as vu, tu as cru  ; heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru  !  » Thomas, porte la nouvelle de ma résurrection à ceux qui ne m'ont pas vu. Entraîne toute la terre à croire non à ses yeux, mais à ta parole. Parcours les peuples et les cités lointaines. Apprends-leur à porter la croix sur les épaules au lieu des armes. Ne fais que m'annoncer  : ils croiront et m'adoreront. Ils n'exigeront pas d'autres preuves. Dis-leur qu'ils sont appelés par la grâce, et toi, contemple leur foi  : Heureux, en vérité, ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru  !

      Telle est l'armée que lève le Seigneur  ; tels sont les enfants de la piscine baptismale, les œuvres de la grâce, la moisson de l'Esprit. Ils ont suivi le Christ sans l'avoir vu, ils l'ont cherché et ils ont cru. Ils l'ont reconnu avec les yeux de la foi, non ceux du corps. Ils n'ont pas mis leur doigt dans les marques des clous, mais ils se sont attachés à sa croix et ont embrassé ses souffrances. Ils n'ont pas vu le côté du Seigneur, mais par la grâce, ils sont devenus les membres de son corps et ils ont fait leur sa parole  : « Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru  !  »

Voir les commentaires

Bonsoir mes amis(es) ma page d'histoire la Révolution fançaise et les arts

Voir les commentaires

Bonsoir mes frères et mes soeurs. En toi Seigneur nous remetons notre âme et notre espérance

Office des complies
Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne :

CFC — CNPL

En toi Seigneur, nos vies reposent
Et prennent force dans la nuit ;
Tu nous prépares à ton aurore
Et tu nous gardes dans l'Esprit.

Déjà levé sur d'autres terres,
Le jour éveille les cités ;
Ami des hommes, vois leur peine
Et donne-leur la joie d'aimer.

Vainqueur du mal et des ténèbres,
Ô Fils de Dieu ressuscité,
Délivre-nous de l'adversaire
Et conduis-nous vers ta clarté !
Antienne

Mon Dieu, tu ne peux m'abandonner à la mort.

Psaume : 15

1 Garde-moi, mon Dieu :
j'ai fait de toi mon refuge.
2 J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

3 Toutes les idoles du pays,
   ces dieux que j'aimais, +
ne cessent d'étendre leurs ravages, *
et l'on se rue à leur suite.
4 Je n'irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; *
leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

5 Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort.
6 La part qui me revient fait mes délices ;
j'ai même le plus bel héritage !

7 Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m'avertit.
8 Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

9 Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
10 tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

11 Tu m'apprends le chemin de la vie : +
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

Parole de Dieu : 1 Th 5, 23
Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers, et qu’il garde parfaits et sans reproche votre esprit, votre âme et votre corps, pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ.
Répons

R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

 

V/ Je suis sûr de toi, tu es mon Dieu. R/

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

 

Antienne de Syméon

Sauve-nous, Seigneur, quand nous veillons ; garde-nous quand nous dormons : nous veillerons avec le Christ, et nous reposerons en paix.

Cantique de Syméon (Luc 2)

29 Maintenant, ô Maître souverain, +
tu peux laisser ton serviteur s'en aller
en paix, selon ta parole.

30 Car mes yeux ont vu le salut
31 que tu préparais à la face des peuples :

32 lumière qui se révèle aux nations
et donne gloire à ton peuple Israël.

Oraison

Seigneur, notre part d’héritage, donne-nous de ne chercher qu’en toi notre bonheur et d’attendre avec confiance, au-delà de la nuit de notre mort, la joie de vivre en ta présence. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Bénédiction

Que la paix de Dieu garde notre cœur et nos pensées dans le Christ Jésus, notre Seigneur. Amen.

Hymne : Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !

Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !
Salut, Tige féconde ! Salut, Porte du ciel !
Par toi, la lumière s'est levée sur le monde.

Réjouis-toi, Vierge glorieuse,
belle entre toutes les femmes !
Salut, splendeur radieuse :
implore le Christ pour nous.

 

Voir les commentaires

Prière pour la famille

Cet article est reposté depuis Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel).

Voir les commentaires

Le prêtre et les dix commandement (Spiritualité - Liturgie)

Cet article est reposté depuis Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel).

Voir les commentaires

La basilique de la Nativité retirée de la liste du patrimoine en péril

UNESCO : La basilique de la Nativité retirée de la liste du patrimoine en péril

L'Église a été bâtie au IVe siècle par l'empereur romain Constantin, réaménagée par Justinien au VIe siècle, puis enrichie à l'époque des croisades

La basilique de la Nativité, érigée au IVe siècle sur le lieu où selon la tradition chrétienne Jésus serait né, a été retirée de la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO mardi, après des travaux de restauration.

Situé au coeur de Bethléem, en Cisjordanie, le site de la basilique ainsi que la route de pèlerinage, avaient été classés au patrimoine mondial de l’Unesco en 2012.

Il s’agissait alors du premier site palestinien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’organisation, malgré l’opposition d’Israël et des Etats-Unis.

Le monument avait cependant été placé la même année sur la liste du patrimoine en péril, en raison de son état délabré.

L’année suivante, aux termes d’un accord historique entre l’Autorité palestinienne, d’un côté, et les trois Eglises (orthodoxe, catholique et arménienne) qui administrent, dans une cohabitation parfois difficile, la basilique, des travaux de restauration ont été entamés.

La toiture a d’abord été réparée, puis les mosaïques, dévoilées l’an dernier, juste avant Noël. Le tout a été supervisé par l’Autorité palestinienne et financé par les Palestiniens ainsi que des dons de gouvernements et de particuliers.

« Pour motiver sa décision, le Comité a salué la qualité des travaux effectués sur l’église de la Nativité, notamment la restauration du toit, des façades extérieures, des mosaïques murales et des portes de la basilique », s’est félicité l’Unesco mardi dans un communiqué.

Depuis le 30 juin et jusqu’au 10 juillet, le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco est réuni à Bakou, en Azerbaïdjan.

Bâtie au IVe siècle par l’empereur romain Constantin, réaménagée par Justinien au VIe siècle, puis enrichie à l’époque des croisades, la basilique de la Nativité est l’une des églises les plus anciennes et les plus sacrées de la chrétienté.

La ville de Bethléem accueille plus de deux millions de visiteurs par an.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 41 42 > >>