Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous »

« Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous »

Évangile selon saint Jean 1, 1-18

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

Écouter cette méditation

Prière

Seigneur, aujourd’hui tu viens dans ce monde, tu te rends présent dans ma vie. Ouvre mon cœur pour que je reçoive tes grâces.

Demande

Jésus, permets-moi de vivre cette fête de Noël en prenant exemple sur Marie à Bethléem. Que mon cœur soit rempli du mystère que nous célébrons aujourd’hui : Dieu se fait homme !

Réflexion

1. « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » Jésus est le Verbe de Dieu, c’est-à-dire à la fois sa parole et son action. Jésus « exprime » qui est Dieu. Il est la traduction en langage humain de qui est Dieu. Grâce à Jésus, vrai Dieu et vrai homme, les hommes ont un accès direct à Dieu. En venant nous montrer qui est Dieu, Jésus répond au désir plus profond de notre cœur.

Victor Hugo a magnifiquement formulé cette aspiration démesurée du cœur humain :

« Au fond, à travers l’ombre, impénétrable voile,

On apercevait Dieu comme une sombre étoile.

Je m’écriai : — Mon âme, ô mon âme ! il faudrait,

Pour traverser ce gouffre où nul bord n’apparaît,

Et pour qu’en cette nuit jusqu’à ton Dieu tu marches,

Bâtir un pont géant sur des millions d’arches (…) »

(Victor Hugo, Le pont, Les Contemplations)

En ce jour de Noël, ce pont géant est né, c’est le petit Jésus.

2. « (…) mais le monde ne l’a pas reconnu. »

Dieu se fait tellement proche qu’il n’est plus reconnaissable. Quand Jésus entre dans nos vies, Dieu n’est plus un concept, une idéologie, une morale : il parle, il agit, il nous émeut, nous envoie, nous corrige, nous console. Ce Jésus qui nous fait connaître Dieu peut aussi le voiler si nos cœurs s’endurcissent. Car nous restons attachés à l’image d’un Dieu lointain, transcendant, indifférent. Un Dieu absolu, lié dans son ciel par sa transcendance et sa grandeur, est bien plus confortable pour nous qu’un Dieu libre. Est-ce possible que Jésus, présent dans cette hostie, raconté dans l’Écriture, livré aux mains d’un prêtre… soit vraiment Dieu ? Il est plus facile d’aimer un idéal qu’une personne concrète, car nous contrôlons l’idéal. Nous pouvons aimer l’humanité en général sans être capable de supporter les personnes en particulier, comme individus. Sommes-nous prêts à ce que Jésus entre dans nos vies comme une personne concrète ?

3. « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. »

En ce jour de Noël nous ne célébrons pas la naissance d’un modèle, d’un super-homme, d’un nouveau Bouddha ou Socrate. Par le baptême nous avons reçu Jésus et il a fait naître en nous cette nouvelle vie, désormais nous sommes « nés de Dieu ». Jésus n’est donc pas un modèle que nous essayons de rejoindre, mais le principe intérieur d’une vie nouvelle, une vie divine qui porte en nous des fruits divins. Nous ne sommes pas appelés à devenir des héros mais des saints. Les héros nous montrent ce dont l’homme est capable, mais les saints révèlent l’action de Dieu.

Dialogue avec le Christ

Jésus, aujourd’hui je célèbre ta naissance. Aujourd’hui tu nais à nouveau dans mon cœur. Je crois de tout mon cœur que cet événement historique, auquel aujourd’hui la liturgie me permet mystérieusement d’assister, change ma vie, change le cours de l’histoire. Désormais rien n’est plus comme avant, tu es avec moi, à mes côtés. Dieu est entré dans l’humanité et l’humanité s’introduit, en Jésus, au sein de la Trinité.

Résolution

Trouver un moment aujourd’hui pour contempler l’Enfant-Jésus en silence.

Frère Melchior Poisson, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés

Voir les commentaires

« Et le Verbe s’est fait chair » (Jn 1,14)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.

1Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
2Il était au commencement auprès de Dieu.
3C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.
4En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
5la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.
6Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.
7Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
8Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.
9Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
10Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.
11Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.
12Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.
13Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.
14Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
15Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. »
16Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ;
17car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
18Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.
Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

moine cistercien, puis évêque

Homélie mariale III, SC 72 (Huit homélies mariales, trad. Dom A. Dumas, éd. du Cerf, Paris 1960, p. 93-95, rev.)
« Et le Verbe s’est fait chair » ( Jean 1,14 )
 
Le Christ est venu du Père, il est venu du Verbe, il est venu de l’Esprit Saint, puisque toute la Trinité a opéré sa conception et son incarnation. Car venir du sommet de la Trinité, ce ne fut rien d’autre qu’être conçu et incarné sous l’action de cette même Trinité. C’est pourquoi il est dit : « Du sommet du ciel il prend son départ. » (cf. Ps 18,7)
  Le Fils unique, (...) engendré du Père dans l’éternité, est sorti de sa mère engendré dans le temps ; demeurant invisible auprès du Père, il a vécu visible parmi les hommes. Pour lui, sortir du Père, ce fut entrer dans notre histoire, apparaître visiblement, et devenir ce qu’il n’était pas naturellement du fait de sa relation avec le Père. Mais chose admirable ! il est venu de celui dont il ne s’éloignait pas, sortant de celui en qui il demeurait, de sorte qu’il demeurait également aussi entier dans l’éternité qu’entier dans le temps. On le trouvait entier dans le Père en même temps qu’entier dans la Vierge, entier dans sa majesté et dans celle de son Père en même temps qu’entier dans notre humanité.
Si tu recherches comment, une comparaison te fera comprendre la vérité. La parole d’abord engendrée par le cœur passe toute entière dans la voix, de telle sorte qu’elle arrive parfaitement aux autres et qu’elle demeure néanmoins entière dans le cœur. De même, le Verbe de bonté, jailli du cœur du Père, est sorti au-dehors sans quitter le Père.

Voir les commentaires

Bonne fête Emmanuel et aux Saintes ämes du 25 décembre

Mercredi 25 décembre 2019

Fêtes du Jour et Saints, Saintes
Autres Fêtes du Jour
Sainte Adalsinde  Abbesse à Marchiennes, fille de sainte Rictrude (✝ 715)
Saint Albert (Adam Chmielowski)  religieux (✝ 1916)
Sainte Anastasie  Martyre à Sirmium en Dalmatie (✝ 303)
Bienheureux Bentivolius de Bonis  prêtre franciscain (✝ 1233)
Sainte Eugénie Vierge et martyre, fille de saint Philippe (✝ v. 257)
Bienheureux Foulques évêque (✝ 1231)
Saint Jacopone de Todi Franciscain, auteur du Stabat Mater (✝ 1306)
Saints Jovin et Basilée  martyrs à Rome (✝ v. 258)
Bienheureuse Marie des Apôtres  fondatrice des religieuses du Divin Sauveur (✝ 1907)
Bienheureux Matthieu  Chanoine de Reims puis cardinal (✝ 1134)
Bienheureux Michel Nakashima  martyr au Japon (✝ 1628)
Bienheureux Pierre le Vénérable  Huitième abbé de Cluny (✝ 1156)
Saint Pierre Nolasque  fondateur de l'ordre de Notre-Dame-de-la-Merci (✝ 1258)
Dictons
Noël au perron, Pâques aux tisons
 
Lune de noël gouverne le temps jusqu'à la Saint Jean
 
Claire nuit de noël, claire javelle.
 
Vent qui souffle à la sortie de la messe de minuit, dominera l'an qui suit.
 
Noël humide, greniers et tonneaux vides
 
A la Noël les moucherons, à Pâques les glaçons
 
Nuit de Noël brune, année à prunes (Deux-Sèvres)

S'il gèle à Noël matin, les aires seront chargées de grain (Gard)

Plus la lune est claire à Noël, plus les pommes sont belles (Normandie)

 
Tonnerre à la Noël, pas d'hiver (Maine)
 
Neige de Noël vaut fumier pour le seigle (Bretagne)

Nativité du Christ

Noël chrétien, fête de la naissance de Jésus (Ier siècle.)

Aujourd'hui nous célébrons la naissance à Bethléem de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Fils de Dieu, conçu selon la chair par l'action de l'Esprit-Saint, dans le sein de la toujours Vierge Marie.
"Emmanuel", "Dieu avec nous", tel est le nom prophétique qu'avait reçu Jésus de la part d'Isaïe (7. 14). C'est pourquoi l'on fête aujourd'hui tous ceux qui portent le nom d'Emmanuelle, Emmanuel, Manuela, Manuel...
Noël- Noël est sans doute la plus connue des fêtes chrétiennes, célébrée dans la nuit du 24 au 25 décembre presque partout dans le monde, aussi bien par des croyants que des non croyants.
* Qu'est-ce-que Noël?
* Noël dans la Bible
* Éclairages sur Noël et l'Avent
- Et si cette année, vous étiez dans la crèche avec tous ceux que vous aimez?
Créez votre crèche en ligne, disposez vos santons, choisissez parmi les silhouettes celle qui vous ressemble le plus, puis envoyez votre crèche personnalisée à vos proches et à vos amis. Chacun pourra s'y représenter et à son tour en créer une nouvelle pour d'autres contacts. Ainsi la joie de partager se propagera... Joyeux Noël à tous!
- Le 23 décembre 2009, Benoît XVI a dit "Le premier à avoir affirmé clairement que Jésus était né un 25 décembre était Hippolyte de Rome, dans son commentaire du Livre du prophète Daniel, aux environs de 204".
Il a ensuite ajouté que "dans le christianisme, la fête de Noël a pris sa forme définitive au IVe siècle en prenant la place de la fête romaine du Sol Invictus, le soleil invincible. C'est de cette façon qu'a été mis en évidence que la naissance du Christ est la victoire de la vraie lumière sur les ténèbres du mal et du péché. Toutefois, l'atmosphère spirituelle et intense qui entoure Noël s'est développée au Moyen-Age, grâce à saint François d'Assise profondément amoureux de l'homme-Jésus, du Dieu avec nous... Cette particulière dévotion au mystère de l'Incarnation -a-t-il poursuivi- a donné naissance à la fameuse célébration de Noël à Greccio... Avec saint François et sa crèche, c'est l'amour inerme(*) de Dieu, son humilité, sa bénignité qui sont mis en évidence et qui, dans l'Incarnation du Verbe, se manifestent aux hommes pour leur enseigner une nouvelle façon de vivre et d'aimer".
Le Pape a rappelé que "dans la première biographie sur le saint d'Assise, Thomas de Celano raconte qu'au cours de la nuit de Noël, la grâce d'une vision merveilleuse a été accordée à François. Il voyait un petit enfant immobile dans la mangeoire qui fut tiré de son sommeil par sa seule proximité... Grâce à saint François, le peuple chrétien a pu percevoir que dans sa nativité, Dieu est réellement l'Emmanuel, Dieu avec nous, de qui aucune barrière ni aucun éloignement ne nous sépare. Dans ce petit enfant, Dieu se fait si proche de chacun de nous, que nous pouvons le tutoyer et avoir avec lui une relation confidentielle empreinte d'affection comme nous le faisons avec un nouveau-né. Dans cet enfant, c'est Dieu-amour qui se manifeste: Dieu vient sans armes, sans force, car il ne prétend pas conquérir, pour ainsi dire, de l'extérieur, mais entend plutôt être écouté de l'homme dans sa liberté. Dieu se fait enfant sans défense pour vaincre la superbe, la violence, et le désir de posséder de l'homme. En Jésus, Dieu a assumé cette condition pauvre et humble pour nous vaincre par l'amour et nous conduire à notre vraie identité... Sa condition d'enfant nous indique, de plus, la façon dont nous pouvons rencontrer Dieu et jouir de sa présence... Celui qui n'a pas compris le mystère de Noël -a-t-il conclu- n'a pas compris l'élément décisif de l'existence chrétienne. Celui qui n'accueille pas Jésus avec un cœur d'enfant, ne peut entrer dans le Royaume des cieux. Voilà ce que saint François a voulu rappeler aux chrétiens de son époque jusqu'à aujourd'hui". (source: VIS 091223 - 540)

(*) désarmé ou sans défense.
Fêter Noël
Des siècles  sans nombre après la création du monde, quand Dieu au commencement créa le ciel et la terre et forma l'homme à son image - des siècles et des siècles après le déluge, quand le Très-Haut plaça son arc dans les nues du ciel, en signe d'alliance et de paix - le vingt-et-unième siècle depuis qu'Abraham, notre père dans la foi, quitta Our des Chaldéens - le treizième siècle depuis la sortie d'Égypte du peuple d'Israël sous la conduite de Moïse - environ la millième année depuis le sacre du roi David - la cent quatre-vingt-quatorzième Olympiade - la sept-cent-cinquante-deuxième année de la fondation de Rome - la quarante-deuxième année de l'empire de César Octavien Auguste - tout univers étant en paix, Jésus Christ, Dieu éternel et Fils du Père éternel, voulant sanctifier le monde par son miséricordieux avènement, ayant été conçu du Saint Esprit, et neuf mois s'étant écoulés depuis sa conception, naît à Bethléem de Judée, fait homme, de la Vierge Marie. C'est la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ selon la chair.

Martyrologe romain

"Être touchés par la présence de Dieu, qui se fait l'un de nous à Noël, est un don inestimable... Il n'y a rien de plus beau, de plus urgent, ni de plus important, que de donner gratuitement aux hommes ce que nous avons reçu gratuitement de Dieu. Rien ne peut nous exempter ni nous dispenser de cet engagement exigeant et fascinant. La joie de la Nativité..., tandis qu'elle nous comble d'espérance nous incite à annoncer à tous la présence de Dieu au milieu de nous"

Benoît XVI, le 23 déc 2007

Sainte Adalsinde

Abbesse à Marchiennes, fille de sainte Rictrude (✝ 715)

Elle vécut dans un véritable bouquet de sainteté. Son père était saint Adalbade et sa mère sainte Rictrude. Elle se fit religieuse à Hamaye-les-Marchienne dans le diocèse d'Arras, alors que la prieure était sa propre sœur, sainte Eusébie.

Saint Albert (Adam Chmielowski)

religieux (✝ 1916)

Adam Chmielowski de Cracovie (1845-1916), nom de religion Albert, béatifié le 22 juin 1983 et canonisé le 12 novembre 1989 par Jean-Paul II.
Karol Wojtyla, étudiant, a écrit une pièce de théâtre sur le Frère Albert, intitulée "Frère de notre Dieu".
"J'ai plaisir à rappeler la fascination spirituelle qu'a exercée dans l'histoire de ma vocation la figure du  saint  Frère  Alberto, Adam Chmielowski, - tel était son nom - qui n'était pas prêtre. Frère Alberto était un peintre de grand talent et d'une grande culture. Or, à un certain moment de sa vie, il rompit avec l'art, car il comprit que Dieu l'appelait à des devoirs bien plus importants. Il vint à Cracovie pour se faire pauvre parmi les pauvres, se donnant  lui-même  pour  servir  les déshérités. J'ai trouvé en lui un appui spirituel particulier et un exemple lorsque je me suis éloigné de la littérature et du théâtre, pour faire le choix radical de la vocation au sacerdoce. Par la suite, l'une de mes joies les plus grandes a été de l'élever aux honneurs des autels comme, auparavant, celle de lui consacrer une pièce de théâtre: 'Frère de notre Dieu'."
(source: 
discours du pape Jean-Paul II le 1er avril 2004) 
A lire: Lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny du 25 décembre 2004.
Lorsqu'on lui demandera par la suite les raisons de son extraordinaire vocation, il répondra: «Pour sauver les misérables, il ne faut pas les accabler de remontrances, ni leur faire la morale tout en étant rassasié et bien vêtu: il faut se baisser et descendre plus bas encore, devenir encore plus misérable».
Peintre célèbre, il se voua aux pauvres, cherchant à être bon pour eux en tout et fonda la Congrégation des Frères et Sœurs du Tiers-Ordre de Saint-François servants et servantes des pauvres à Cracovie en Pologne.

Martyrologe romain

Sainte Eugénie

Vierge et martyre, fille de saint Philippe (✝ v. 257)

Vierge romaine, elle subit le martyre au temps de l'empereur Valérien.
Déguisée en homme, elle aurait été accusée d'un crime qu'elle ne pouvait pas commettre en tant que femme. Sa "Passion" rapporte qu'au moment d'être livrée aux bêtes, elle put prouver son innocence.
Les chrétiens vinrent chercher son corps dans l'amphithéâtre en chantant: "Un seul Christ, un seul vrai Dieu, le Dieu des chrétiens."
Vierge martyre, Sainte Eugénie a été décapitée à Rome en 257 de notre ère, sous l'empereur Valérien. D'après la liste des martyres romains, elle fut enterrée au cimetière d'Apronien sur la "Via latina". Un document du VIIe siècle indique que son tombeau fut érigé en basilique Sainte Eugénie, assez ancienne pour avoir été restaurée une première fois par le pape Jean VII (705-707) puis par le pape Hadrien Ier (772-795).
"Il semble plausible que vers les VIII et IXe siècle, des pèlerins nimois, rentrant de Terre Sainte, aient rapporté des reliques de la sainte martyre romaine décapitée en 257. D'ailleurs, à cette époque, le culte de Sainte Eugénie était très répandu, tant en Occident qu'en Orient et surtout en Espagne. En Italie, à Ravenne, dans l'église de Saint Appolinaire-le-neuf, (construite vers 520), la nef est ornée d'une mosaïque où Ste Eugénie figure dans le cortège. A Nîmes, la chapelle dédiée à la sainte, est le plus ancien lieu de culte toujours utilisé.
Sainte Eugénie, chapiteau VézelayDans toutes les archives consultées, sa fête est inscrite au 25 décembre, soit le VIII des calendes de janvier. Ce n'est qu'en 440 que le Pape Jules Ier institua la fête de la nativité (Noël) sur l'ensemble de la chrétienté. Donc, dès cette époque, Noël repousse la célébration de la fête de Ste Eugénie au 8eme jour de janvier. Le Missel de Nîmes, imprimé pour la première fois en 1511, garde au 8 janvier cet évènement. Il est resté propre au diocèse de Nîmes jusqu'à la réforme liturgique de Pie X, au XXe siècle. Aujourd'hui Sainte Eugénie est honorée le 7 février. Dans sa chapelle, rue Sainte Eugénie à Nîmes, on retrouve dans le chœur, en soubassement de l'autel, sa représentation dans le tombeau. Les événements qui ont marqué la vie de la sainte martyre d'un coté, et la plus ancienne chapelle nîmoise de l'autre sont liés par des anecdotes qui sortent de l'ordinaire." 
Article de Philippe Ritter et Georges Mathon - Décembre 2004.
Un internaute nous signale l'existence du 'triptyque de Sainte Eugénie' figurant son histoire à Varzy dans l'église Saint Pierre-aux-liens, par le peintre: Maitre de Dinteville

Illustration: 'déshabillage d'Eugénie' chapiteau de Vézelay.
À Rome, au cimetière d'Apronien sur la voie Latine, sainte Eugénie, martyre.

Martyrologe romain

Saint Jacopone de Todi

Franciscain, auteur du Stabat Mater (✝ 1306)

Originaire de Todi en Italie, il se maria et connut une vie aisée. A la mort de sa femme en 1268, il devint "un fou du Christ " annonçant l'Evangile. Puis il entra chez les Frères Mineurs, mais, franciscain d'un tempérament impétueux, il écrivit contre le pape dont certaines décisions lui déplaisaient. Pour cette raison, il fut mis en prison quelque temps. On lui attribue la composition de l'hymne "Stabat Mater " que l'on chante durant la Semaine Sainte. Son culte n'est reconnu que dans la région de Todi.

Voir les commentaires

Bénédiction Urbi et Orbi de Noël : le Pape exhorte à prendre soin des enfants du monde

Bénédiction Urbi et Orbi de Noël : le Pape exhorte à prendre soin des enfants du monde
En ce 25 décembre 2019, le Pape François a prononcé sa traditionnelle bénédiction de Noël, entouré du cardinal Renato Martino, protodiacre, et du cardinal Konrad Krajewski, aumônier apostolique.
 

En ce jour de Noël, Jésus est né, «comme une petite flamme allumée dans l’obscurité et dans le froid de la nuit», a expliqué le Pape François.

«Cet Enfant, né de la Vierge Marie, est la Parole de Dieu faite chair, a expliqué l’évêque de Rome. La Parole qui a orienté le cœur et les pas d’Abraham vers la terre promise, et continue d’attirer ceux qui font confiance aux promesses de Dieu. La Parole qui a guidé les Hébreux sur le chemin de l’esclavage à la liberté, et continue à appeler les esclaves de tout temps, même d’aujourd’hui, à sortir de leurs prisons. C’est une Parole plus lumineuse que le soleil, incarnée dans un petit fils d’homme, Jésus, lumière du monde.»

«Il y a des ténèbres dans les cœurs humains, mais plus grande est la lumière du Christ. Il y a des ténèbres dans les relations personnelles, familiales, sociales, mais plus grande est la lumière du Christ. Il y a des ténèbres dans les conflits économiques, géopolitiques et écologiques, mais plus grande est la lumière du Christ», a martelé François, avant de passer en revue plusieurs situations internationales.

Une attention particulière pour le Moyen-Orient

«Que le Christ soit lumière pour les nombreux enfants qui subissent la guerre et les conflits au Moyen Orient et dans divers Pays du monde. Qu’Il soit le réconfort du bien-aimé peuple syrien qui ne voit pas encore la fin des hostilités qui ont déchiré le Pays en cette décennie. Qu’Il secoue les consciences des hommes de bonne volonté. Qu’Il inspire aujourd’hui les gouvernants et la communauté internationale à trouver des solutions qui garantissent la sécurité et la coexistence pacifique des peuples de la Région et qu’Il mette fin à leurs indicibles souffrances. Qu’Il soit un soutien pour le peuple libanais, afin qu’il puisse sortir de la crise actuelle et redécouvre sa vocation d’être un messager de liberté et d’harmonieuse coexistence pour tous», a ajouté François, évoquant la situation troublée dans le Pays du Cèdre depuis quelques semaines.

«Que le Seigneur Jésus soit lumière pour la Terre Sainte où Il est né, le Sauveur de l’homme, et où continue l’attente de nombreuses personnes qui, bien qu’étant fatiguées mais sans se décourager, attendent des jours de paix, de sécurité et de prospérité. Qu’Il soit la consolation pour l’Irak, traversé par des tensions sociales, et pour le Yémen, éprouvé par une grave crise humanitaire. Je pense aux enfants du Yémen», a ajouté François en sortant de son texte, alors que le conflit qui déchire ce pays du sud de la Péninsule arabique a provoqué une famine qui affecte particulièrement les enfants.

Le regard penché sur les troubles en Amérique latine

«Que le petit Enfant de Bethléem soit une espérance pour tout le Continent américain, où plusieurs Nations traversent une période d’agitations sociales et politiques», a déclaré le Pape, faisant allusion sans nommer explicitement ce pays, aux troubles qui ont notamment secoué le Chili ces dernières semaines. «Qu’Il fortifie le cher peuple vénézuélien, longuement éprouvé par des tensions politiques et sociales et qu’Il ne lui fasse pas manquer l’aide dont il a besoin. Qu’Il bénisse les efforts de tous ceux qui s’engagent pour favoriser la justice et la réconciliation et s’efforcent de surmonter les multiples crises et les nombreuses formes de pauvreté qui offensent la dignité de toute personne.»

«Qu’Il soit la lumière, le Rédempteur du monde, pour la chère Ukraine, qui aspire à des solutions concrètes pour une paix durable», a souligné l’évêque de Rome, qui soutient les efforts diplomatiques menés pour mettre un terme à la guerre du Donbass.

Une invitation à la paix en Afrique

«Que le Seigneur qui est né soit la lumière pour les peuples de l’Afrique, où persistent des situations sociales et politiques qui contraignent souvent les personnes à émigrer, en les privant d’une maison et d’une famille. Qu’Il soit la paix pour la population qui vit dans les régions orientales de la République Démocratique du Congo, meurtrie par des conflits persistants. Qu’Il soit le réconfort pour tous ceux qui souffrent à cause des violences, des calamités naturelles ou des urgences sanitaires. Qu’Il soit le réconfort pour tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse, spécialement les missionnaires et les fidèles kidnappés, et pour tous ceux qui tombent victimes des attaques de la part des groupes extrémistes, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigéria», a souligné le Pape, alors que l’Afrique de l’Ouest reste régulièrement secouée par des violences, encore ce 24 décembre au Burkina où 35 civils, parmi lesquels de nombreuses femmes, ont perdu la vie.

Le Pape s’est aussi penché sur la situation souvent tragique des migrants. «C’est l’injustice qui les oblige à traverser des déserts et des mers, transformés en cimetières. C’est l’injustice qui les contraint à subir des abus innommables, l’esclavage de toutes sortes et des tortures dans des camps de détention inhumains. C’est l’injustice qui les refoule des lieux où ils pourraient avoir l’espérance d’une vie digne et leur fait trouver des murs d’indifférence», a-t-il rappelé.

Assouplir nos cœurs endurcis et égoïstes

«Que l’Emmanuel soit lumière pour toute l’humanité blessée. Qu’il assouplisse notre cœur souvent endurci et égoïste et qu’Il fasse de nous des instruments de son amour. Qu’à travers nos pauvres visages, Il donne son sourire aux enfants du monde entier : à ceux qui sont abandonnés et à ceux qui ont subi des violences. A travers nos pauvres faibles bras, qu’Il revête les pauvres qui n’ont rien pour se couvrir, qu’Il donne le pain aux affamés, qu’Il soigne les malades. Par notre fragile compagnie, qu’Il soit proche des personnes âgées et de celles qui sont seules, des migrants et des marginalisés. En ce jour de fête, qu’Il donne à tous sa tendresse et illumine les ténèbres de ce monde», a conclu le Saint-Père.

Reprenant la parole après la prière de l’Angélus, François a renouvelé ses vœux de Noël à toutes les personnes présentes et à tous ceux qui l’écoutaient par différents canaux de communication. «Nous sommes tous appelés à donner l’espérance au monde, en annonçant par la parole et surtout par le témoignage de notre vie que Jésus, notre paix, est né», a rappelé le Pape.

25 décembre 2019, 12:34

Voir les commentaires

Nucléaire : Pékin, Tokyo et Séoul invitent la Corée du Nord à s'abstenir de toute provocation

Cet article est reposté depuis Spécial Défense.

Voir les commentaires

Christ est né.

Cet article est reposté depuis Le Monde Orthodoxe.

Voir les commentaires

Brésil : Pour Noël, Jair Bolsonaro gracie tous les policiers et militaires condamnés pour homicides involontaires

Cet article est reposté depuis Spécial Défense.

Voir les commentaires

Meurtre à Noël (Partie 5)

Cet article est reposté depuis Les écrits de Panthasia.

Voir les commentaires

Dieu tout-puissant, en ton Verbe fait chair est lumière fais qu'elle resplendisse dans notre vie.

INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE
 

Le Christ est né pour nous, alléluia ! Venez, adorons-le.

PSAUME INVITATOIRE(PSAUME 94)

Venez, exultons pour le Seigneur,
jubilons en Dieu notre salut,
présentons-nous devant Lui en l’acclamant,
avec des psaumes, chantons notre joie.

Car le Seigneur est le grand Dieu,
le grand Roi au-dessus de tous les dieux,
en sa main sont les gouffres de la terre,
et les sommets des montagnes sont à Lui.
À Lui, la mer, c’est Lui qui l’a faite,
et ses mains ont façon la terre ferme.

Venez, adorons-Le, prosternons-nous,
à genoux devant le Seigneur qui nous a faits.
Car c’est Lui notre Dieu
et nous, le peuple de son pâturage,
et les brebis guidées par sa main.

Aujourd'hui écoutez donc sa voix,
n'endurcissez pas vos cœurs comme à Mériba,
comme au jour de Massa dans le désert,
où vos pères m'ont ten et éprouvé
alors qu'ils avaient vu mes œuvres.

Quarante ans cette génération m'a irrité,
et j'ai dit : c'est un peuple au cœur égaré ;
ces gens-là n'ont pas connu mes chemins
c'est pourquoi j'ai ju dans ma colère :
ils n'entreront pas dans mon repos.

Rendons gloire au re Tout-Puissant,
à son Fils Jésus-Christ, le Seigneur,
à l'Esprit qui habite en nos cœurs,
pour les siècles des siècles. Amen.

HYMNE
ANTIENNE
 

Qu'avez-vous vu, bergers ? dites-nous. Qui donc est apparu sur terre ? — Nous avons vu un nouveau-né, et des anges qui louaient le Seigneur, alléluia.

PSAUME : 62

2 Dieu, tu es mon Dieu,
   je te cherche dès l’aube : *
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

3 Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
4 Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

5 Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
6 Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

7 Dans la nuit, je me souviens de toi
et je reste des heures à te parler.
8 Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
9 Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.
[10-12]

ANTIENNE
 

Je vous annonce une grande joie : Aujourd'hui vous est né le Sauveur du monde, alléluia.

PSAUME : CANTIQUE DES TROIS ENFANTS (DN 3)

57 Toutes les œuvres du Seigneur,
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

58 Vous, les anges du Seigneur,
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

59 Vous, les cieux,
   bénissez le Seigneur,
60 et vous, les eaux par-dessus le ciel,
   bénissez le Seigneur,
61 et toutes les puissances du Seigneur,
   bénissez le Seigneur !

62 Et vous, le soleil et la lune,
   bénissez le Seigneur,
63 et vous, les astres du ciel,
   bénissez le Seigneur,
64 vous toutes, pluies et rosées,
   bénissez le Seigneur !

65 Vous tous, souffles et vents,
   bénissez le Seigneur,
66 et vous, le feu et la chaleur,
   bénissez le Seigneur,
67 et vous, la fraîcheur et le froid,
   bénissez le Seigneur !

68 Et vous, le givre et la rosée,
   bénissez le Seigneur,
69 et vous, le gel et le froid,
   bénissez le Seigneur,
70 et vous, la glace et la neige,
   bénissez le Seigneur !

71 Et vous, les nuits et les jours,
   bénissez le Seigneur,
72 et vous, la lumière et les ténèbres,
   bénissez le Seigneur,
73 et vous, les éclairs, les nuées,
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

74 Que la terre bénisse le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

75 Et vous, montagnes et collines,
   bénissez le Seigneur,
76 et vous, les plantes de la terre,
   bénissez le Seigneur,
77 et vous, sources et fontaines,
   bénissez le Seigneur !

78 Et vous, océans et rivières,
   bénissez le Seigneur,
79 baleines et bêtes de la mer,
   bénissez le Seigneur,
80 vous tous, les oiseaux dans le ciel,
   bénissez le Seigneur,
81 vous tous, fauves et troupeaux
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

82 Et vous, les enfants des hommes,
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

83 Toi, Israël,
   bénis le Seigneur,
84 Et vous, les prêtres,
   bénissez le Seigneur,
85 vous, ses serviteurs,
   bénissez le Seigneur !

86 Les esprits et les âmes des justes,
   bénissez le Seigneur,
87 les saints et les humbles de cœur,
   bénissez le Seigneur,
88 Ananias, Azarias et Misaël,
   bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Bénissons le Père, le Fils et l'Esprit Saint :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
56 Béni sois-tu, Seigneur, au firmament du ciel :
À toi, haute gloire, louange éternelle !

ANTIENNE
 

Un petit enfant nous est né aujourd'hui : on l'appellera Dieu-fort, alléluia.

PSAUME : 149
1 Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
2 En Israël, joie pour son créateur ;
dans Sion, allégresse pour son Roi !
3 Dansez à la louange de son nom,
jouez pour lui, tambourins et cithares !

4 Car le Seigneur aime son peuple,
il donne aux humbles l’éclat de la victoire.
5 Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l’heure du triomphe.
6 Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
tenant en main l’épée à deux tranchants.

7 Tirer vengeance des nations,
infliger aux peuples un châtiment,
8 charger de chaînes les rois,
jeter les princes dans les fers,
9 leur appliquer la sentence écrite,
c’est la fierté de ses fidèles.
PAROLE DE DIEU : (HE 1, 1-2)
Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées ; mais, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes.
 
RÉPONS

R/ Gloire à Dieu, paix aux hommes !

 

* Joie du ciel sur la terre !

 

V/ Pour tes merveilles, Seigneur Dieu,
ton peuple te rend grâce ! *

 

V/ Ami des hommes, sois béni
pour ton règne qui vient ! *

 

R/ Gloire à Dieu.

ANTIENNE DE ZACHARIE
 

Voici que les oracles s'accomplissent : la lumière du Très-Haut a surgi dans le monde ; la vie nous est donnée ; nous recevons en héritage la joie du Père, alléluia.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, *
qui a visité et rache son peuple !

Il nous a suscité une force de salut *
dans la maison de David, son serviteur,

comme il l’avait dit par la bouche des Saints *
par ses prophètes, depuis les temps anciens,

salut qui nous arrache à nos ennemis, *
à la main de tous ceux qui nous haïssent,

miséricorde qu’Il montre envers nos pères, *
mémoire de son alliance sainte,

serment juré à notre re Abraham *
de nous accorder que sans crainte

délivrés de la main de nos ennemis +
nous le servions dans la sainte et la justice, *
en sa présence tout au long de nos jours.

Et toi, petit enfant, tu seras appelé *
prophète du Très Haut :

Tu marcheras devant, à la face du Seigneur, *
et tu prépareras ses chemins

pour donner à son peuple la science du salut *
en la rémission de ses péchés ;

grâce à la miséricorde du Cœur de notre Dieu, *
l’Astre levant venu d’en Haut nous a visités,

pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres +
et l’ombre de la mort, *
pour conduire nos pas au chemin de la paix.

INTERCESSION

Louange au Verbe de Dieu !
Il était avant les siècles, il est né dans le temps :


R/

Joie au ciel, exulte la terre !

 

Fils éternel de Dieu, en venant parmi les tiens, tu portais la joie :
— aujourd'hui tu nous combles d'allégresse.

 

Jésus Sauveur, tu as manifesté la fidélité de notre Dieu : 
— garde-nous fidèles à la foi de notre baptême.

 

Roi du ciel et de la terre, les anges ont annoncé aux hommes la paix :
— conduis nos pas sur ses chemins.

 

Toi, la Vigne véritable, tu viens nous donner le fruit de vie :
— comme les sarments reliés au cep, tiens-nous unis à toi.

NOTRE PÈRE
ORAISON

Dieu tout-puissant, en ton Verbe fait chair une lumière nouvelle nous envahit : puisqu'elle éclaire déjà nos cœurs par la foi, fais qu'elle resplendisse dans notre vie.

PRIÈRE SCOUTE : PRIÈRE DE ST IGNACE

Seigneur Jésus,
Apprenez-nous à être généreux,
A vous servir comme vous le méritez,
A donner sans compter,
A combattre sans souci des blessures,
A travailler sans chercher le repos,
A nous dépenser sans attendre d'autre récompense
Que celle de savoir
Que nous faisons votre Sainte Volonté.
Amen.

Voir les commentaires

Jésus est la Lumière des hommes

« Tu seras la joie de ton Dieu » (Is 62, 1-5)

    Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas,
et pour Jérusalem, je n’aurai de cesse
que sa justice ne paraisse dans la clarté,
et son salut comme une torche qui brûle.
    Et les nations verront ta justice ;
tous les rois verront ta gloire.
On te nommera d’un nom nouveau
que la bouche du Seigneur dictera.
    Tu seras une couronne brillante
dans la main du Seigneur,
un diadème royal
entre les doigts de ton Dieu.
    On ne te dira plus : « Délaissée ! »
À ton pays, nul ne dira : « Désolation ! »
Toi, tu seras appelée « Ma Préférence »,
cette terre se nommera « L’Épousée ».
Car le Seigneur t’a préférée,
et cette terre deviendra « L’Épousée ».
    Comme un jeune homme épouse une vierge,
ton Bâtisseur t’épousera.
Comme la jeune mariée fait la joie de son mari,
tu seras la joie de ton Dieu.

    – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 88 (89), 4-5, 16-17, 27.29)
R/

Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante !

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

Heureux le peuple qui connaît l’ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle. »

DEUXIÈME LECTURE
Le témoignage de Paul au sujet du Christ, fils de David (Ac 13, 16-17.22-25)

Invité à prendre la parole dans la synagogue d’Antioche de Pisidie,
    Paul se leva, fit un signe de la main et dit :
« Israélites, et vous aussi qui craignez Dieu,
écoutez :
    Le Dieu de ce peuple, le Dieu d’Israël a choisi nos pères ;
il a fait grandir son peuple pendant le séjour en Égypte
et il l’en a fait sortir à bras étendu.
    Plus tard, Dieu a, pour eux, suscité David comme roi,
et il lui a rendu ce témoignage :
J’ai trouvé David, fils de Jessé ;
c’est un homme selon mon cœur
qui réalisera toutes mes volontés.

    De la descendance de David,
Dieu, selon la promesse, a fait sortir
un sauveur pour Israël :
c’est Jésus,
    dont Jean le Baptiste a préparé l’avènement,
en proclamant avant lui un baptême de conversion
pour tout le peuple d’Israël.
    Au moment d’achever sa course,
Jean disait :
‘Ce que vous pensez que je suis,
je ne le suis pas.
Mais le voici qui vient après moi,
et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds.’ »

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
« Généalogie de Jésus, Christ, fils de David » (Mt 1, 1-25)

Généalogie de Jésus, Christ,
fils de David, fils d’Abraham.
    Abraham engendra Isaac,
Isaac engendra Jacob,
Jacob engendra Juda et ses frères,
    Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara,
Pharès engendra Esrom,
Esrom engendra Aram,
    Aram engendra Aminadab,
Aminadab engendra Naassone,
Naassone engendra Salmone,
    Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz,
Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed,
Jobed engendra Jessé,
    Jessé engendra le roi David.

David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon,
    Salomon engendra Roboam,
Roboam engendra Abia,
Abia engendra Asa,
    Asa engendra Josaphat,
Josaphat engendra Joram,
Joram engendra Ozias,
    Ozias engendra Joatham,
Joatham engendra Acaz,
Acaz engendra Ézékias,
    Ézékias engendra Manassé,
Manassé engendra Amone,
Amone engendra Josias,
    Josias engendra Jékonias et ses frères
à l’époque de l’exil à Babylone.

Après l’exil à Babylone,
Jékonias engendra Salathiel,
Salathiel engendra Zorobabel,
    Zorobabel engendra Abioud,
Abioud engendra Éliakim,
Éliakim engendra Azor,
    Azor engendra Sadok,
Sadok engendra Akim,
Akim engendra Élioud,
    Élioud engendra Éléazar,
Éléazar engendra Mattane,
Mattane engendra Jacob,
    Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
de laquelle fut engendré Jésus,
que l’on appelle Christ.

    Le nombre total des générations est donc :
depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ;
depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ;
depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.

Voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint.
    Joseph, son époux,
qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
    Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
    elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

    Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie
la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
    Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ;

on lui donnera le nom d’Emmanuel,
qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

    Quand Joseph se réveilla,
il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit :
il prit chez lui son épouse,
    mais il ne s’unit pas à elle,
jusqu’à ce qu’elle enfante un fils,
auquel il donna le nom de Jésus.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

Jésus est la Lumière des hommes

Et voici que Jésus, de par son origine, nous apporte une autre Vie, la sienne, la Vie même de Dieu. La Vie par excellence, dont l'essence même est Lumière et Connaissance... Nous voici donc plongés dans la Lumière de Dieu, par Lui, Jésus, Lumière des hommes.

le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.
 


Méditation de l'évangile du mercredi 25 décembre

Saint Jean l'Evangéliste, au début de son Evangile, nous présente Jésus comme la Lumière des hommes. Chose étrange, en Lui, Lumière et Vie se confondent.

"Dans le verbe était la vie et la vie était la Lumière des hommes, et la Lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise"

Pour l'apôtre Jean, grâce à son union au Verbe, Jésus possède la Vie en lui-même. Elle fait tellement partie de Lui-même, qu'elle rejaillira en Lumière sur les hommes. Déjà notre vie humaine profonde, en face du néant ou de la vie végétale et animale, c'est de posséder cette lumière intérieure : notre raison, don si merveilleux.

Et voici que Jésus, de par son origine, nous apporte une autre Vie, la sienne, la Vie même de Dieu. La Vie par excellence, dont l'essence même est Lumière et Connaissance... Nous voici donc plongés dans la Lumière de Dieu, par Lui, Jésus, Lumière des hommes.

D'ailleurs, la Vie et la Lumière se confondent en Dieu. Il est Esprit, Intelligence, Lumière et Origine de toutes choses. Aussi, plus nous participons à la Vie de Dieu, plus nous recevons sa Lumière, plus notre vie devient intelligente. De là, cette affirmation de Jésus, l'Homme-Dieu, qui participe pleinement à la Vie de Dieu :

"Je suis la Lumière du monde !" Ce que nous pouvons traduire par : "Je suis l'Intelligence du monde !"

"Et la Lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise"

Car l'homme reste libre. Normalement, la Lumière absorbe les ténèbres, mais chez l'homme libre, même la lumière peut être mise en échec...

Et pourtant, comme elle est belle et puissante à nos yeux, cette image de la lumière perçant les ténèbres. Car le feu de Dieu transforme notre raison et lui apporte la clarté de Dieu sur toutes choses. Sans cette Lumière du monde, notre vie n'est que ténèbres : ténèbres des philosophies du doute, ténèbres du mal, ténèbres de la souffrance innocente, ténèbres de la mort qui nous guette.

Nous sommes alors comme des aveugles sans point de repère, perdus en ce monde dans les ténèbres de l'absurde... Jésus veut rayonner cette Lumière sur tout homme. Il veut être notre Lumière dans les ténèbres.

A nous de répondre à cet appel, à nous de nous laisser illuminer par le Christ Jésus, aux heures de la prière silencieuse.

 

Père Gabriel

Voir les commentaires