Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hérault : une chapelle du XIe siècle taguée à Fabrègues

Cet article est reposté depuis Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel).

Voir les commentaires

Quand un diocèse finance la construction d’une mosquée avec le denier du culte

Cet article est reposté depuis Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel).

Voir les commentaires

Ouralou...

Cet article est reposté depuis Le blog de rosemar.

Voir les commentaires

Bonne fête aux Robert et aux très saintes âmes du 30 avril

Saint Robert

 Après avoir essayé de réformer plusieurs monastères, Saint Robert décide de vivre en ermite avec quelques fidèles à Molesne, en Côte-d'Or en 1075. Il fonde ensuite l'abbaye de Cîteaux où naitra l'ordre des cisterciens.

Il meurt en 1111 et est canonisé par Honorius III en 1222. Dès le VIIe siècle, le prénom Robert devient populaire en Europe. En Angleterre, son succès ne faiblit pas. En France, il est dans les prénoms les plus attribués jusqu'en 1940. Il se fait plus rare de nos jours.

 

Saint Jacques apôtre 
(Ier siècle)


Les Eglises d'Orient font aujourd'hui mémoire de l'apôtre saint Jacques, frère de saint Jean, qui fut martyrisé à la naissance de l'Église, à Jérusalem, autour des années 44. Avec leur mère Salomé, ils rêvaient d'une première place dans le Royaume. Ils la reçurent, mais pas par le chemin qu'ils voulaient emprunter.

Jacques et Jean étaient commémorés le 29 décembre. On trouve à nouveau leur fête au 27 décembre dans les livres gallicans du 7e siècle. C’est dans les mêmes jours qu’elle continue à être célébrée par l’Église arménienne. Comme les Actes des Apôtres rapportent que Jacques fut décapité à la veille de la Pâque (Act. 12,2-3), l’Église copte célèbre son martyre le 12 avril, tandis que les Églises de rite byzantin le font le 30 avril et l’Église syrienne d’Antioche le 7 mai.

30 Avril
  29 Avril
Sainte Catherine de Sienne

Vierge
(1347-1380)

Catherine, l'une des saintes les plus merveilleuses qui aient paru sur la terre, naquit à Sienne, de parents vertueux, mais qui pourtant, chose incroyable, se firent longtemps ses persécuteurs et entravèrent, autant qu'il leur fut possible, sa vocation religieuse.

Dès l'âge de cinq ans, elle ne montait les escaliers de la maison paternelle qu'à genoux, récitant l'Ave Maria à chaque degré. Vers cette époque, elle eut une apparition de Notre-Seigneur, qui lui révéla tous les secrets de la vie parfaite.

Un jour, l'admirable enfant, se prosternant dans sa chambre, pria la très Sainte Vierge de lui donner Son divin Fils pour Époux, et dès lors elle ne songea qu'à la vie religieuse, qui passionnait noblement son âme. Comme ses parents voulaient la marier, Dieu leur fit comprendre par différents signes extraordinaires que leur fille devait rester vierge; malgré tout, ils persistèrent à la retenir dans le monde.

Catherine ne se découragea pas; elle se fit comme une cellule au fond de son coeur, où elle trouvait toujours son Bien-Aimé. C'est alors que commença pour elle une vie de telles austérités, que les Vies des Saints nous offrent peu de pareils exemples: disciplines, chassis de fer, cilice, privation de nourriture et de sommeil, elle n'ignora rien de tous ces martyres volontaires; elle en vint à ne dormir qu'une demi-heure en deux nuits, ce fut la mortification qui lui coûta le plus.

C'était une lutte continuelle entre la mère et la fille, la tendresse de l'une voulant éviter à l'autre ce martyre de chaque jour, la passion de la souffrance chez l'une rendant inutile l'humaine compassion de l'autre.

De guerre lasse, il fallut enfin laisser partir au couvent cette fille si chérie et si longtemps maltraitée: Catherine entra chez les religieuses de Saint-Dominique. Dès lors sa vie devint de plus en plus étonnante.

Elle eut quelques tentations pénibles pour son âme angélique; le Sauveur, pour la récompenser de la victoire, lui apparut couvert des ignominies de Sa Passion:

"Où étiez-Vous donc, Seigneur, pendant ce terrible combat?

-- Ma fille, J'étais dans ton coeur, et Je Me réjouissais de ta fidélité."

Dans une de Ses apparitions, le Sauveur ôta le coeur de la poitrine de Sa servante et mit le Sien à sa place. Une autre fois, elle reçut les stigmates du divin Crucifié. Souvent, au moment de la Communion, l'Hostie s'échappait des mains du prêtre pour voler vers la bouche de Catherine. Sa vie entière fut un miracle.

Dieu permit qu'elle exerçât une immense influence sur son époque, et qu'elle contribuât pour beaucoup à la cessation du grand schisme d'Occident. Elle mourut à l'âge de trente-trois ans.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Saint Joseph-Benoît Cottolengo


Prêtre et fondateur de la

« Petite maison de la Providence »

 Giuseppe Benedetto Cottolengo est le saint Vincent de Paul italien. Il naît à Bra, une petite ville de la province de Coni, le 3 mai 1786.

Aîné d'une famille de douze enfants, dont six moururent en bas âge, il fit preuve dès l'enfance d'une grande sensibilité : il partage son maigre déjeuner avec de plus pauvres et déjà, les mendiants prennent l'habitude d'accourir sur son passage.

 À dix-huit ans, Joseph-Benoît entre au Séminaire où une éloquence naturelle le fait surnommer Cicéron ; il s'efforce cependant de dissimuler humblement ses connaissances. En tête de ses cahiers, il écrit : « Je veux être saint »

 Reçu docteur en théologie à Turin, il ne s'occupe que des indigents, leur donne tout ce qu'il possède et se constitue leur confesseur. Désintéressé, il se consacre entièrement à eux. Déjà, au faubourg de Val-d'Occo, il ouvre la Piccola Casa. Cette « Petite maison de la Providence », comme il l'appelait, fut l'origine d'une ville entière de plus de 7 000 pauvres, malades, orphelins, estropiés, simples d'esprit, pénitentes.

 Pour cette œuvre extraordinaire, Joseph-Benoît Cottolengo prenait à cœur d'enseigner ses auxiliaires à toute occasion. Il leur disait : « Ceux que vous devez le plus chérir, ce sont les plus abandonnés, les plus rebutants, les plus importuns. Tous sont des perles précieuses. Si vous compreniez bien quel personnage vous représentent les pauvres, vous les serviriez à genoux. » Lui-même était un modèle de charité ; son zèle ne connaissait point de bornes.

 Pour cette œuvre, toujours plus exigeante, Cottolengo fonda 14 sociétés qui sont aujourd'hui très répandues, surtout en Italie. Parmi ces fondations, il y en a quelques-unes qui sont purement contemplatives. Leur vie de prière doit attirer sur les autres la bénédiction du ciel, et compléter l'œuvre de miséricorde corporelle par une œuvre de miséricorde spirituelle, en priant pour ceux qui ont particulièrement besoin de secours, les mourants et les défunts.

 Le père Joseph-Benoît se confiait totalement à l'infinie bonté de Dieu, et comme le disait un de ses amis, il avait plus de confiance en Dieu que dans toute la ville de Turin. Quand on lui demandait quelle était la source de ses revenus, il répondait : « La Providence m'envoie tout. » Il dormait quelques heures, souvent sur une chaise ou sur un banc, et retournait à son œuvre quotidienne : prière et travail.

 Le labeur, les veilles et les jeûnes hâtèrent la fin du saint fondateur. Que lui importe la mort, il a confié son œuvre à la Providence. Pour rassurer ses auxiliaires alarmés : « Soyez tranquilles, dit-il, quand je serai au ciel, où l'on peut tout, je vous aiderai encore plus que maintenant. Je me pendrai au manteau de la Mère de Dieu et garderai les yeux fixés sur vous. »

Il meurt le 30 avril 1842, après que la petite institution eut largement grandi et qu'elle eut essaimé dans le monde entier.

 Giuseppe Benedetto Cottolengo, suite à de nombreux miracles obtenus par son intercession, a été béatifié le 28 avril 1917, par Benoît XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922), et canonisé le 19 mars 1934, par Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939). 

5 Mai
  30 Avril

St Pie V
Pape

(1504-1572)
 

O.D.M. pinxit
Deux religieux dominicains cheminaient un jour à travers la Lombardie. Dans un village, ils rencontrèrent un petit pâtre nommé Michel Ghislieri, d'une noble famille ruinée par les guerres civiles. La physionomie ouverte et spirituelle de l'enfant, ses questions, ses réponses, frappèrent vivement les bons religieux, qui lui proposèrent de l'emmener pour le faire entrer dans leur Ordre. Le pâtre, joyeux, prit le temps d'aller demander la bénédiction de ses parents.

Ce jour-là, la Providence avait accompli, de la manière la plus simple, un merveilleux dessein, car cet enfant devait être l'immortel saint Pie V. Les études du jeune Michel furent brillantes; l'élève devint lui-même, à vingt ans, un professeur distingué.

Bientôt il lui fallut courber ses épaules sous la charge de supérieur, puis d'inquisiteur. C'est dans cette fonction épineuse qu'il se créa, en défendant les droits de l'Église, des ennemis implacables. Il dut aller à Rome justifier sa conduite. Ce voyage de Rome marque dans la vie du jeune religieux.

Les Dominicains du couvent de Sainte-Sabine, le voyant arriver avec un extérieur négligé, lui firent mauvais accueil; le supérieur alla même jusqu'à lui dire avec raillerie: "Que venez-vous chercher ici, mon Père? Venez-vous voir si le collège des cardinaux est disposé à vous faire Pape?" Le religieux peu charitable ne se doutait pas qu'il prédisait l'avenir.

Le cardinal Caraffa jugea autrement le jeune inquisiteur; sous cet extérieur modeste, il reconnut une grande âme destinée par Dieu à combattre vaillamment l'hérésie; et plus tard, quand il fut devenu Pape sous le nom de Paul IV, il eut hâte de donner un évêché à Michel Ghislieri, qui dut l'accepter malgré ses larmes. Dès lors on vit briller en lui toutes les vertus apostoliques, surtout l'amour des pauvres et des humbles.

Peu de temps après, l'évêque était cardinal. Il n'accepta des exigences de sa dignité que ce qu'il ne pouvait éviter; son palais ressemblait à un couvent, sa vie à celle d'un moine. Jamais plus grande violence ne lui fut faite que quand on lui imposa de force la charge du souverain pontificat.

Il prit le nom de Pie V.

Peu de Papes ont vu autour d'eux le rayonnement de plus grands Saints et de plus grands hommes; c'était le temps où vivaient les saint Jean l'Aumônier, les saint Thomas de Villeneuve, les saint Jean de Dieu, les saint Jean de la Croix, les saintes Thérèse, les saints François de Borgia, Louis de Gonzague, Stanislas Kostka, saint Charles Borromée.

Le grand événement de son règne fut la victoire de Lépante, dont il eut la révélation à l'heure même où elle fut remportée.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Autres Fêtes du Jour


Saint Adjutor
pénitent (✝ 1131)
Saints Amateur, Pierre et Louis
Martyrs à Cordoue (✝ 855)
Vénérable Ambrogio Grittani
prêtre diocésain fondateur (✝ 1951)
Saint Aphrodise et ses compagnons
martyrs (date ?)
Sainte Argyrie
(✝ 1725)
Saint Aule
évêque de Viviers (VIIe siècle)
Saint Aymon
moine de Savigny en Normandie (✝ 1175)
Bienheureux Benoît d'Urbino
prêtre capucin (✝ 1625)
Saint Clément l'Hymnographe
Moine du Studion à Constantinople (IXe siècle)
Saints Diodore et Rhodopien
martyrs à Aphrodisias en Carie lors de la persécution de Dioclétien (✝ v. 303)
Saint Donat
Evêque d'Euria, dans l'ancienne Epire (IVe siècle)
Saint Erconwald
évêque de Londres (✝ v. 693)
Saint Eutrope
Evêque de Saintes et martyr (IIIe siècle)
Saint Forannan
abbé de l'abbaye bénédictine de Waulsort (✝ 982)
Saint Gualfard
ermite (✝ 1127)
Bienheureux Guillaume Southerne
prêtre et martyr en Angleterre (✝ 1618)
Sainte Hildegarde
Epouse de Charlemagne (✝ 783)
Sainte Houe
(Ve siècle)
Saint Ignace Briantchaninov
évêque de Stavropol (✝ 1867)
Saint Joseph-Benoît Cottolengo
prêtre à Turin (✝ 1842)
Saint Laurent de Novare
prêtre et martyr (✝ v. 397)
Sainte Marie de l'Incarnation
Ursuline au Canada (✝ 1672)
Saint Mercurial
évêque de Forlì (✝ v. 406)
Sainte Onenne de Tréhorenteuc
vierge bretonne (VIIe siècle)
Bienheureuse Pauline von Mallinckrodt
fondatrice des religieuses de la Charité chrétienne (✝ 1881)
Saint Pierre Lévite
moine et diacre (✝ 605)
Saint Pomponius
évêque de Naples (VIe siècle)
Saint Pulchrone
(
✝ 470)
Saint Quirin
martyr à Rome sur la Voie Appienne (✝ v. 117)
Saint Raymond
Abbé du monastère de Fitero en Espagne (✝ 1163)
Saint Robert de Molesme
Abbé, fondateur de Cîteaux (✝ 1110)
Sainte Sophie
martyre (✝ v. 250)

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

 

PREMIÈRE LECTURE
« La promesse, Dieu l’a pleinement accomplie en ressuscitant Jésus » (Ac 13, 26-33)

ÉVANGILE
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)
Alléluia. Alléluia.
Personne ne va vers le Père sans passer par moi.

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Que votre cœur ne soit pas bouleversé :
vous croyez en Dieu,
croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père,
il y a de nombreuses demeures ;
sinon, vous aurais-je dit :
“Je pars vous préparer une place” ?
Quand je serai parti vous préparer une place,
je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi,
afin que là où je suis,
vous soyez, vous aussi.
Pour aller où je vais,
vous savez le chemin. »
Thomas lui dit :
« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas.
Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond :
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie

” Et à Thomas qui lui demande de le suivre, Jésus répond simplement :« … Je suis le chemin et la Vérité et la Vie; Personne ne vient au Père si ce n'est par Moi »

 

Méditation de l'évangile du vendredi 30 avril

« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.​​​​​​​

​​​​​​​Au chapitre 14 de Jean, Jésus, durant la cène, après avoir partagé le pain et le vin, ce corps livré, ce sang versé, laisse parler son cœur.

Il explique aux siens la profondeur de son amitié. Qu'ils ne se troublent donc pas, à son égard, cette amitié est sans limite. S'il s'en va, c'est afin de préparer pour eux une place au ciel; jamais Il n'acceptera d'être pour toujours séparé de ceux qu'Il aime, Il reviendra.

« Que votre cœur ne se trouble pas; vous croyez en Dieu, croyez aussi en Moi »

Ayons donc foi en Lui, surtout aux heures de la nuit et de la détresse, et écoutons-Le nous dire :

« …Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures; s'il n'en était pas ainsi, Je vous l'aurais dit, car Je vais vous préparer une place, Je reviendrai et Je vous prendrai près de Moi, afin que là où Je suis, vous soyez aussi »

Et à Thomas qui lui demande de le suivre, Jésus répond simplement :

« … Je suis la Voie et la Vérité et la Vie; Personne ne vient au Père si ce n'est par Moi »

Père Gabriel

Sainte Catherine de Sienne

(1347-1380)


tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

Le don du Verbe incarné, chap. XI, n° 27 (Le dialogue, trad. J. Hurtaud, éd. Téqui, 1976, p. 92-93 ; rev.)


Marcher dans le chemin de la vérité et de la vie
[Sainte Catherine a entendu Dieu lui dire :] « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie ; qui passe par moi ne chemine pas dans les ténèbres mais à la lumière » (Jn 14,6 ; 8,12). Et dans un autre endroit, ma Vérité dit encore que nul ne peut venir à Moi sinon par Lui. Et il en est vraiment ainsi.

            S'il t'en souvient bien, c'est cela même que je t'ai dit et exposé quand j'ai voulu t'indiquer la voie. Donc s'il dit qu'il est la Voie, c'est la vérité même, et je t'ai montré que cette voie est en forme de pont. Il a dit aussi qu'il est la Vérité : quoi de plus réel, puisqu'il ne fait qu'un avec Moi qui suis la Vérité ? Qui le suit, marche donc dans le chemin de la vérité et de la vie. Qui suit cette Vérité reçoit la vie de la grâce et ne peut périr de faim : car la Vérité devient sa nourriture. Il ne peut non plus tomber dans les ténèbres, parce qu'il est la lumière, pure de tout mensonge. Bien plus, c'est lui qui par la vérité a confondu et détruit le mensonge par lequel le démon séduisit Ève. C'est par ce mensonge que la voie du ciel avait été coupée ; mais cette voie, la Vérité l'a rétablie et cimentée par le Sang.

            Ceux qui marchent en cette voie, sont donc les fils de la Vérité, car ils suivent la Vérité, ils passent par la porte de la Vérité, et ils se trouvent enfin unis en moi avec celui qui est la voie et qui est la porte, mon Fils, Vérité éternelle, Océan de Paix.

Homélie Gilbert Adam 

 Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

" Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi."

Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ? Quel bonheur lorsque perdu en chemin la personne à qui nous demandons la route nous répond aimablement : ‘Suivez-moi ! Je vous y emmène.’ C’est l’Evangile d’aujourd’hui. À la question de Thomas, "Comment pourrions-nous savoir le chemin ?" Jésus se donne en réponse. Désormais, nous connaissons le chemin avec une précision infaillible. Une relation personnelle et passionnée avec Jésus est la voie sûre tracée pour nous. Nous gardons toujours dans notre cœur d’améliorer et d’approfondir notre relation avec Jésus. Jésus nous dit encore : « Ne soyez donc pas bouleversés. » Depuis la venue de Jésus sur notre terre, l’humanité est enrichie d’un Amour tout nouveau. Elle est enrichie du mystère de la divinité de Jésus. Il nous faut entrer dans la paix qui vient de Dieu grâce à une conversion qui est un passage nécessaire pour accomplir la volonté de Dieu. Que notre cœur ne se trouble pas. Nous mettons notre foi en Dieu, mettons aussi notre foi en Jésus, il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père.

"Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. "

Pour aller où je vais, vous savez le chemin. » Jésus nous donne une vérité solide comme le roc que rien ne pourra ébranler. Tout comme il est le Chemin, Jésus est aussi la Vérité. Avec la Vérité de Jésus, nous avons la réponse à tant de questions que nous nous posons. Avoir Jésus comme Vérité c’est demeurer sur le roc sur lequel nous pouvons nous appuyer en toutes circonstances. Quand l’ange Gabriel est venu à Marie, elle a compris dans sa foi que rien n’est impossible à Dieu. Grâce à son oui, à son acceptation du message de l’ange, le Père a engendré son fils dans notre humanité. « Tu es mon fils, tu es mon bien-aimé, » aujourd’hui je t’engendre pour toujours. Ainsi Jésus épouse notre humanité dans le sein de Marie. Il est le Fils bien-aimé du Père, Il est l’engendré du Père. Celui qui vit de chaque battement du cœur du Père. Ce jaillissement d’amour permanent, cet instant d’amour éternel se répand dans le cœur de Marie et prend corps en elle.

"Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? "

 Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. La vie débordante de Jésus, son Amour et sa Lumière nous sont donnés. Chrétiens, nous sommes dans une relation intense avec Jésus. Nous sommes comblés et nous voulons partager cette immense joie avec tous nos proches dans une relation toute personnelle avec le Christ. Dès l’instant où Jésus habite en Marie, elle vit en Dieu d’une manière toute nouvelle. Jésus prend chair en elle et désormais toute chair verra le salut de Dieu. C’est dans ce mystère de vie nouvelle que l’Église prend Corps dans l’humanité. Aujourd’hui, Jésus vient à nous sous mode sacramentel, dans l’Hostie et dans le précieux Sang donné à l’Autel ! Sa Vie nous est donnée pour que nous la recevions du Père et que nous devenions son enfant bien-aimé. Par son Fils, le Père répand l’embrasement de son Amour dans l’humanité. Ce baiser de lumière nous fait devenir enfants de lumière. Ce baiser d’amour nous donne d’être recréés dans le mystère de Dieu, c’est un don de Dieu sans repentir. « Je pars vous préparer une place. » Cette place existe déjà dans le cœur de Dieu : « Là où je suis, vous y serez aussi ; Je reviendrai vous prendre avec moi." Marie connait ce Chemin nouveau de l’amour infini de Dieu.

Nous demandons à notre Père la grâce d’entrer dans cette parole étonnante : « Tu es mon enfant, tu es mon bien-aimé, en toi j’ai mis tout mon amour. Aujourd’hui, je t’ai engendré. »

Voir les commentaires

bonjour vendredi en musique

Voir les commentaires

Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur. Personne ne va vers le Père sans passer par moi.

LECTURES DE LA MESSE


PREMIÈRE LECTURE
« La promesse, Dieu l’a pleinement accomplie en ressuscitant Jésus » (Ac 13, 26-33)
Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Paul vint à Antioche de Pisidie.
Dans la synagogue, il disait :
« Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham
et ceux parmi vous qui craignent Dieu,
c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.
En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs
ont méconnu Jésus,
ainsi que les paroles des prophètes
qu’on lit chaque sabbat ;
or, en le jugeant, ils les ont accomplies.
Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort,
ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.
Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui,
ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.
Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.
Il est apparu pendant bien des jours
à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem,
et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle :
la promesse faite à nos pères,
Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants,
en ressuscitant Jésus,
comme il est écrit au psaume deux :
Tu es mon fils ;
moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(2, 1.7bc, 8-9, 10-11)
R/ Tu es mon fils ;
moi, aujourd’hui, je t’ai engendré
.
ou : Alléluia ! (2, 7)

Pourquoi ce tumulte des nations,
ce vain murmure des peuples ?
Le Seigneur m’a dit : « Tu es mon fils ;
moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.

« Demande, et je te donne en héritage les nations,
pour domaine la terre tout entière.
Tu les détruiras de ton sceptre de fer,
tu les briseras comme un vase de potier. »

Maintenant, rois, comprenez,
reprenez-vous, juges de la terre.
Servez le Seigneur avec crainte,
rendez-lui votre hommage en tremblant.

ÉVANGILE
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 1-6)
Alléluia. Alléluia.
Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie,
dit le Seigneur.
Personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Alléluia. (Jn 14, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Que votre cœur ne soit pas bouleversé :
vous croyez en Dieu,
croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père,
il y a de nombreuses demeures ;
sinon, vous aurais-je dit :
“Je pars vous préparer une place” ?
Quand je serai parti vous préparer une place,
je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi,
afin que là où je suis,
vous soyez, vous aussi.
Pour aller où je vais,
vous savez le chemin. »
Thomas lui dit :
« Seigneur, nous ne savons pas où tu vas.
Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond :
« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE


C'est ce que Jésus a fait pour nous: il nous a réservé une place au Paradis. (...)

N'oublions pas: la demeure qui nous attend est le Paradis. Ici, nous sommes de passage.

Nous avons été créés pour le Ciel, pour la vie éternelle, pour vivre éternellement. L'éternité:
c'est quelque chose que nous ne pouvons même pas imaginer maintenant. Mais il est encore plus beau de penser que ce pour toujours sera tout en joie, en pleine communion avec Dieu et avec les autres, sans plus de larmes, sans plus de rancunes, sans plus de divisions et sans plus de contrariétés.

Mais comment atteindre le Paradis? Quel est le chemin? (...)
Ce n'est pas le chemin de ma propre volonté individuelle, c'est le chemin de Jésus qui est le protagoniste de ma vie. (...)
Il sera bon pour nous de demander à Jésus, qui est le chemin, la direction du Ciel.
(Regina Coeli du 10 mai 2020)

Voir les commentaires

Éric-Emmanuel Schmitt a rencontré Dieu

Cet article est reposté depuis Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel).

Voir les commentaires

Les dirigeants algériens ne changent pas, dictature et répression.

Cet article est reposté depuis La Droite républicaine LR de Bagnolet.

Voir les commentaires

Napoléon présent dans notre quotidien.

Cet article est reposté depuis La Droite républicaine LR de Bagnolet.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>