Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CE PRINTEMPS JOURS DE JOIE

090313075021185988

 

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !

N'ai-je donc tant vécu que pour avoir la peine

D’un triste sort de mon livre fini dans l’infini

Puisque la ligue des perdreaux brûle à peine.

Tous ces amis que je croyais sincère !

Ô rage ! Ô désespoir Ô désillusion

Tant de fois je crus en ce pouvoir

Sans pour autant parvenir à décrocher

Ce qui ne fut pas sans m’émouvoir

Alors que ces textes sont si appréciés

O rage ! Ô désespoir ! D’être inconnue !

Oh  bien sur hier j’étais l’ingénue

Maintenant je n’ai plus cet état

Seulement certains éditeurs sont des états

Ils se prennent pour le nombril du monde

Alors que d’autres cherchent et ne trouve pas

La crainte de la personnalité du nouveau

L’argent leur moteur les aveugles

Le petit écrivain nouveau sur la route

Se cramponne pour ne pas être en déroute.

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô désir inassouvi

Que de larmes versées pour rien

Que de prières stériles de galériens

Se transformant en espoir aérien !

Malheur aux à ces magnifiques vauriens

O rage ! Ô désespoir ! Ô douceurs amères !

Rien n’est plus enseignant

Que la méchanceté des mots sur du velours,

Leurs mots, ont fabriqués des maux

Ceux-ci ont rendu la force du combattant

Ô rage ! Ô désespoir ! Le nouveau à gagné !

Inconnu il fut, connu à ce jour il est.

Les amis l’ont soutenu, il en est tout retourné

Le bonheur l’inonde avec le printemps

Ce printemps est jours de joie.

 

MIM Nanou 75

Texte inspiré et semi parodié

du CID de Pierre Corneille.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :