Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

CHERCHER LE BONHEUR

com

 

 

253382193_b500fd2b10.jpg

Le bonheur est un nuage

Blanc rosé au fond du rêve

Transparent est son vitrage

Sa vue, sa joie sont brèves

On ne le perçoit rarement

On ne fait que s’en souvenir

Derrière un paravent.

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

Me remémorant ma petite maison

Mes souvenirs de la voyageuse

Reviennent sans discontinuer.

Regardant les photos mystérieuses

Comme une pie voleuse

Cherchant dans les bagages

Sur mes murs ses images

Elles sont comme le mage.

Sereine je ferme les yeux

Des photos défilent dans mon écran

Mon cinéma s’affiche sans ambages

Le compact disque grave son hommage.

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

J’y savoure la moindre péripétie

Le bonheur m’y accompagne

Pas seulement dans la campagne.

Il prend le train en marche

Sans oublier son arche

Il a toujours une disponibilité

Il est là, à mes côtés.

Il se fait invisible

Pour ne pas être nuisible.

Je suis toujours insatisfaite

Puisque je suis imparfaite.

Mal à l’aise dans l’attente

Impatiente souvent mécontente.

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

Je m’active presse le pas

Avant que vienne le trépas.

Le bonheur est derrière moi

Ce qui cause mon émoi.

Pourtant il trace la route

Afin d’éviter la banqueroute

Un regard vers l’arrière

Et j’aperçois la rizière

Soudain, ce bonheur apparait

Des fleurs odorantes dans la roseraie

Comme un défilé de mode

Sur la revue de ma commode

Je le croyais loin derrière moi

Il est devant pour le prochain mois

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

Je ne l’avais jamais vu ainsi

Lui, il n’est pas indécis.

J’imagine un bonheur géant

Si différent tellement grand.

Dans une île déserte

Avec l’automatisme des dessertes

Des vents sans colère

Pourvue de l’énergie solaire

L’eau claire chantante sans chlore

Au milieu des oiseaux multicolores

De leurs caquètements et sifflements

Ces sons forts et doux tel le piment

Les  arbres recourbant leurs bras

Formant les tonnelles de l’Alhambra

Les feuilles bruissent dans le vent

L’herbe grince sous mes pas lent

Les fleurs bariolées se penchent

Dans la tendresse des pervenches.

En cette plaine verdoyante

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

La neige crisse sous les raquettes

Chaque pas est une conquête

La montagne reine des neiges

Règne sur son grand manège

Elle sourit majestueusement

Imposante sa roche dans le dénuement.

Les vagues roulent sur la plage

Emportant les galets dans son sillage

Elles encerclent l’île des rêves

L’illusion n’a pas de trêves

 

La fête et ses lampions

Les divers jeux et leurs pions

Ces tenues du soir  me visitent

La  noblesse aristocratique y transite

Les bijoux aux pierres précieuses

Elles sont Rutilantes gracieuses  

Ces fastes étourdies mon escargot

Tout cela frappe mon égo.

Le piano, le violon, l’orchestre

Emmènent sur la piste dantesque

Enchante la musique de chambre

Tandis que les artistes des antichambres

S’exécutent dans les spectacles

Mènent la danse avec ses obstacles

Les nouvelles sont brèves

Ce bonheur n’est que du rêve

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

Le vrai bonheur

C’est l’honneur,

Celui du bien-être

Il est parmi nous

Discret silencieux

Il est dans les petites choses

Celles du devoir accompli

Un petit sourire rendu

La joie des autres est une fête

Les rêves ne durent qu’un instant

Ce qui fait obstacle au bonheur

Le désir de possessions sans l’obtenir

Jalouser ce qui est aux autres

Tout ceci n’est rien si l’on compare

Ces petits riens  réchauffant le cœur

 

Hier j’étais heureuse

Je me croyais malheureuse

 

Le bonheur c’est un chef d’œuvre

Comme la musique il œuvre

Il est le murmure de l’inconscience

Chacun voit celui des autres

On le veut pour nous seul

Cependant il est là tout près

On le cherche sans le trouver

Pourtant il est présent

Comme mes lunettes sur mon nez

Si je les perds c’est l’affolement

Le vrai bonheur s’est ce petit rien

Qui apporte le bien

 

 

Monique Isope Macalou

 


 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article