Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

FRIPOUNETTE, MA PRINCESSE DE LA SAGESSE

com

 

img002

Viens, viens Poupoune viens

Viens mon petit cœur

Viens dans mes bras

Viens Poupoune viens

Ce sont par ces mots

Qu’elle venait me rejoindre

Elle était la prouesse

Ma petite Princesse

Elle n’avait de cesse

Ma chère et sacrée drôlesse

De me suivre en espèces

De gardienne comme une altesse

Exigeante de politesse

 

D’un amour débordant

Comme les combattants

Elle est là écoutant,

Guettant le moindre danger

Les dangers dignes de son intervention

Toute son attention est constante

Poupoune c’est ma Fripounette

C’est mon amie à moi

Elle est tout mon émoi

Fripounette c’était ma détente

Elle était ma confidente

Son affection débordante

Ses paupières fermées filtrants

Ce qui pouvait être faiblesse

Chez elle point de bassesse

Elle était toute la sagesse

La beauté d’un esprit tendresse

 

J’ai vu parmi mes chats des voleurs

Ils dormaient, en attendant l'exploit

Ces chats épiant calmement la proie

Des chats joueurs avec leurs proies

Des chats malins et sournois

Des chats rusés et canaillous

Des chats sauvages comme des voyous

Des chats dominants durs comme des cailloux

Des chats ronronnant et caressants

Des chats sautant sur les armoires

Mais des chats comme Fripounette jamais

 

Elle était la dominante de la maisonnée

Fripounette c’était la Princesse de la sagesse

Son règne de dominante a été incroyable.

Elle veillait sur toute la maisonnée.

En elle il n’y avait point de malice

Elle était souvent ma complice

Si danger il y avait ?

Elle  le résolvait,

De crainte il n’y avait pas,

Elle n’était pas hypocrite

Si sanction nécessaire elle prévenait

Elle veillait à tout

Non seulement sur sa mère et sa sœur

Mais aussi sur Coco Chéri le Mainate

Fifi et Petit Coco les canaris,

Spartacus le combattant rouge

Le petit bleu le combattant sauteur

Xyrus le scalaire jaune

Le  roi de l’aquarium

Les poissons de l’aquarium

Et comme si cela ne suffisait pas

Elle veillait sur la maison.

Son capitaine était Coco chéri

Il la prévenait si un étranger venait

Pourtant elle était myope

Son regard d’or lui donnait

La puissance d’une reine.

 

Le mercredi jour de prière

Elle amenait sa sœur et sa mère

Dans la chambre sur leurs affaires

Si j’étais malade elle me veillait

Elle se couchait près de mon visage.

Où me réchauffait la ou la douleur était

Elle a survécu à tous ses compagnons

La maladie et la souffrance l’a rattrapaient

La journée elle était seule avec moi

Le jour on égrenait les heures.

Puis dans mes bras elle veillait

Regardait sur mon écran

Sa tête sur mon bras gauche

Elle attendait sagement

Le moment de mon couché

Ceci dura jusqu’au jour

Où La grande faucheuse me la prenne

Elle est partie sagement

Et pourtant si douloureusement

Sans bruit dans cette nuit

D’hiver glacial près du radiateur

La veille de la fête de Saint valentin

Dans son regard la peine de me quitter,

Elle me demander pardon la pauvre chéri

Et moi je lui ai dit je t’aime amour

Son regard d’amour me dit au revoir

Elle n’a jamais cessé de me regarder

Même de cet autre monde

Fripounette fut la sévérité et la sagesse

Chez le vétérinaire fut son dernier regard

Ces cendres cela est tout ce qui me reste

De ma Princesse de la sagesse

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article