Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

IX - La vérité

com

télé caverneCe deuxième jour, Mauricio s’active aux réglages et aux différents contrôles de son invention. Lorsqu’il fut satisfait, il expose et présente son invention à Daniel. Celui-ci, est enthousiaste en voyant l’invention de Mauricio.  Daniel lui dit:

Montre cette machine à tout le monde. Ils seront ravis, lorsque tu leur feras la démonstration des possibilités de cette machine.

C’est à ce moment, que Macha regardant l’heure dit :

-        Laisse ton invention là, c’est l’heure des informations. Tu nous feras la démonstration après. Aujourd’hui c’est la journée du deuil  mondial

Elle crie :

- Ohé ! …C’est l’heure des infos !

-        On arrive ! Crient les voix venues du fond de la caverne. Dans une quincophonie de la plus parfaite, amplifié par l’écho.

Macha allume la télévision, pendant que chacun s’installe devant. Ils sont assis sur les tabourets que Luciano a taillés dans la roche. L’inquiétude, le cœur battant à mille tours la minute, ils attendent la transmission. C’est un moment important pour eux, non seulement, ils ont les nouvelles de l’extérieur, mais ils vont connaître la date et l’heure exacte. Car en bas de l’écran, c’est noté. Ils sont encore des êtres humains modernes. Ils ont l’assurance d’être toujours du monde. Parfois, ils en doutent. Ils pensent se trouver dans un autre monde inconnu. Ils sont en partie raison, mais ces émissions, leur permet de se raccrocher à la vie.

Heureusement, c’est le début des informations. Ils sont heureux car, ils n’ont pas manqué ce rendez-vous. Le journaliste apparait enfin. Aujourd’hui c’est le deuil mondial, et à cette occasion les télévisions du monde ont un seul et même reportage en image et en même temps. Le reportage spécial parlé se fait dans la langue du pays captée.

Il commence ainsi :

         En ce jour de deuil, pour les vingt-cinq millions de morts environ et cent-mille-cinq -cent rescapés, nous ferons à seize-heures une minute de silence sur toute la terre

Puis il continue en s’interrogeant indigné.

         Comment cet homme aimé et admiré a pu provoquer une telle horreur dans sur son continent !

         Comment ces chefs d’états ont-ils put trahir leurs peuples ? Et détruire la moitié de la terre ?...

Un flash apparait

Le journaliste Kevin LE KERSEN commente le Flash

         Les derniers soubresauts des tremblements de terre ont fait disparaitre, le Mexique. Maintenant l’Océan Pacifique et l’Océan Atlantique se sont rejoint, ils ont séparé les deux Amériques.

         L’Alaska s’est détaché, puis s’est recollé en Sibérie !

         Le Japon, s’est effondré au sud, et a monté de cinquante mètres au-dessus de la mer, au Nord. On ne connait toujours pas encore, le nombre de décès, de blessés et de sans-abris. On n’a pas encore dénombré les victimes.

         Un ouragan avance vers les Indes. Fin du Flash

La présentatrice Evelyne LE PINSEC reprend la Parole pour annoncer le documentaire  sur la SEMAVOÏTA Présenté par : Alain de Courtil et Samia Martineau

Aujourd’hui nous ferons l’historique de la vie politique du Présidium africain. Ce Présidium si humble et fier à la fois a eu une carrière politique incroyable.

Il y eut un silence, comme si les journalistes craignaient des représailles ou de nouvelles catastrophes. Samia et Alain commentent à tour de rôle

Héroïquement avec dignité et une grande fierté, il a su jusqu’au 9 juillet de cette année sortir son pays de l’ignorance. Le libéré de la dépendance des pays coloniaux ! Il a su faire apporter le modernisme de la pensée, de la technologie, et du savoir. Ce qu’il a fait ensuite, c’est de faire en sorte que le SEMAVOÏTA reste libre. Libre malgré de toutes les tentatives de main mises sur les richesses du sol, tant en uranium, que de l’or jaune, mais aussi de l’or noir.

Comment peut-on croire à cette erreur invraisemblable ? Il avait réussi par son intelligence, à dialoguer, à traiter les affaires de son pays avec fermeté. Sa diplomatie est reconnue non seulement dans son pays, mais aussi, pour les problèmes internationaux. Il était la voix de la sagesse des grands de ce monde. Sa perspicacité  faisait courir les politiciens des quatre coins de la planète

Pourrons-nous comprendre après avoir fait l’historique de ce grand homme d’État? Le Présidium avait trente-six ans quand il fut élu à la tête de la SEMAVOÏTA en mille neuf cent quatre-vingt-douze. C’était le premier Président de la République depuis l’indépendance. Ayant des problèmes avec la chambre des députés, il a dissolu cette chambre. C’était pourtant cette chambre qui l’avait élu. Il est vrai, seulement au troisième tour à 51,02% ! Il a refait des élections universelles cette fois. Les députés de son parti furent élus à 55.06%. C’était son premier triomphe. L’instabilité malgré tout continua, bien que plus faiblement. À cause de l’opposition. Malgré, quel soit minoritaire, les réformes avaient des difficultés à passer. Ne parvenant pas à tenir les promesses faites, pendant la campagne électorale, il a organisé un push cinq ans plus tard. Par ce moyen il imposa des avancés gigantesques. La population n’était pas prête à changer son mode de vie. Néanmoins, elle voulait avoir le confort moderne des pays : « dit : développé »

Ces difficultés sont venues des députés et de profiteurs en tout genre, et même des mercenaires. Ces individus ne voulaient surtout pas de changement. Mais Jacques BAAKO, a su déjouer leurs pièges. Il les a confondus publiquement, en les piégeant à leur propre piège. Ils ont été placés sur écoute et sous caméra cachée. Ils ont évolués en direct sur la télévision, et les radios libres dans toutes les villes et les villages durant toutes leurs trahisons. C’est ainsi, que les  Samavoitoriens surent, ce que tramé l’opposition, même s’il n’avait pas la télévision. En plus les haut-parleurs diffusaient toutes leurs conversations. Il y avait des haut-parleurs visibles, et il y en avait de caché! Les visibles étaient arrachés systématiquement.  La contre-offensive, fut tragique. Depuis, Il n’y eut plus d’opposition à proprement parler.

 

Ces opposants ont perdu tous leurs privilèges, mais aussi tous leurs biens accumulés pendant dix ans, ainsi que les profits strictement personnels. Seule la maison principale ne fut pas nationalisée ! Excepté pour ceux qui ont participé aux nombreux crimes de l’ancien régime. Eux, ils ont eu droit à la cour martiale.

 

Les étrangers ayant participé au pillage des biens du pays, furent  conduit hors des frontières. Par contre, les dignitaires indignes de SEMAVOÏTA, selon le degré de leur méfait délictueux se sont retrouvés en prison pour les faits graves. Pour les cas les plus graves, ils ont été  condamnés à mort. Il y a eu cinq condamnés à mort, pendu en exemple. En fin d’année 97, les exécutions s’arrêtèrent.

 

Tous les opposants, ayant agi pour leur bien être personnel, se sont retrouvés déposséder de leur bien. Seule une maison en terre battue, dans un village qui leur a été alloué, leur  assure un toit. Il leur a fallu faire des travaux d’intérêt général pour le village d’attribution.

Alain de courtil rappelle, un fait historique de la France.

À l’exemple de Napoléon 1er, il s’imposa par la force, avec l’appui du peuple.

Enfin, la chaine présente les images du push, avec les combats de rues, le sang versé, pour que BAAKO soit le Présidium absolu. Ces jeunes d’une moyenne de vingt-cinq ans, croyaient en BAAKO. C’était leur idole. Nous vous rediffusons son discours historique du vingt-et-un mai 1997. Après avoir renversé la République, il a dit, non seulement pourquoi, le renversement de  l’ancien gouvernement, mais aussi son programme. Après le grand discours du Présidium, la chaine France 24 diffuse le chant national du Sémavoïta.

Pendant ce chant, Katia, sorti son harmonica.

-        Hé! Katia je croyais que tu étais pianiste ? lance Hans

-        Oui, mais, j’emmène mon piano comment ? réplique-t-elle

Éclat de rire de tous. Puis le sérieux revenu, la commentatrice avait repris le relais, à la suite de l’hymne Nationale.

La population est descendue une nouvelle fois dans la rue, seulement c’était pour l’acclamer. Il a eu l’adhésion totale des Sémavoïtiens. Depuis, il a toujours connu la popularité de son peuple, mais aussi l’admiration internationale. Ce qui n’est pas ordinaire vous en conviendrez. Les dictateurs sont rarement estimés à défaut d’être aimé.

Le journaliste, Alain de Courtil poursuit

La volonté de fer, sa croyance en Dieu et sa connaissance des hommes, lui permirent d’avoir eu raison des opposants.

les chefs d’États voisins qu’ils soient démocratiques ou autoritaires étaient jaloux de sa réussite. Mais jamais, ils n’auraient tenté quelques choses contre lui, car ils le craignaient. La peur n’empêche pas le danger, dit-on Des adeptes de son régime cherchent un candidat pour avoir la même réussite. Car ce n’est pas une petite réussite. Il avait réussi le tour de force de se faire adorer de son peuple, de son armée, tout en obtenant le soutient des chefs religieux, de différentes religions ! Le fait le plus incroyable, fut la fuite de certains bourgeois à la mentalité coloniale. Des religieux fondamentalistes, terrifié, car la confiance en BAAKO était telle, qu’ils savaient que la manipulation des jeunes et des pauvres, n’étaient plus possible. Ils ne pourront plus faire, une fortune. Ils ont fui, mais comme des hyènes, ils attendent, une erreur ou sa mort, pour mettre à mort ce régime qui les a privés de l’autorité et de la montagne d’or que contenait ce pays. Ils ont jurés vengeance en temps voulue. De l’extérieur, ils ont tenté plusieurs fois, de renverser le gouvernement de BAAKO. À toute les fois ce fut un échec. Alors, depuis dix ans ils attendent patiemment.

Il n’y a pas d’armée à proprement parlé.  Reprend Samia. Les soldats sont le peuple lui-même. À seize ans filles et garçons font un mois de défense nationale. Cela se pratique tous les ans jusqu’à l’âge de la retraite. C'est-à-dire à soixante-dix ans ! La retraite est plus tôt pour les militaires de carrière. Tout au moins, ceux qui sont sur le terrain. L’armée se compose de très peu d’hommes. Il y a l’état-major, les instructeurs, et ceux qui sont sur le terrain exposés aux armes des plus dangereuses, les bactéries et le nucléaire. Ceux sont eux, qui prennent la retraite à soixante ans. Les mineurs également ont la retraite à soixante ans. Pour chaque habitant c’est un honneur d’avoir le droit d’être soldat. Pour une condamnation de droit commun simple, le Sémavoïtiens ne peut plus être soldat. Il est donc déshonoré. Ainsi Baako a obtenu une protection efficace à moindre de frais. Il fallait y penser. Sa justice est particulière. Un réactionnaire ou un délinquant arrêté à la suite d’une délation : le dénonciateur perçoit une prime correspondant à 10% de la valeur marchande du délit de droit commun, ou un mois de salaire pour un réactionnaire. Pour une dénonciation concernant la trahison du pays, la prime est d’un an de salaire. Pour qu’elle soit perçue, les policiers doivent trouver les preuves du délit. Très souvent le dénonciateur appelle et indique trois témoins Quand les policiers trouvent les preuves, la prime est donnée contre la signature du délateur. En cas de fausse accusation le délateur devient l’accusé et condamné aux travaux forcés. Il perd ses droits de citoyens, et ne peut plus être militaire.

 L’originalité ne s’arrête pas là. Poursuit Samia

Tout est différent des autres pays. La vie des prisonniers est surprenante

 à 5h la douche froide

 5 h20 la prière dans la religion de son choix

 6 h footing en short dans la rue principale de la ville ou du village du pénitencier

 7h petit déjeuner

 8h travail dans une combinaison grise rayée de rouge fluorescent, avec le numéro fluo jaune. Le crâne rasé, que ce soit fille ou garçon. Ils vont à pied sur leur chantier, encadré de leur gardien. Leur travaux, c’est la construction des hôpitaux, dispensaires, école, facultés, crèche. C’est aussi l’entretien des routes et autoroutes. C’est également la construction des logements sociaux. La construction ou la réfection des maisons ou d’appartements de particulier leur sont interdites. Ils ont le droit de s’arrêter que pour le repas, c’est-à-dire à.13h.

14 h reprise des travaux, seulement à l’intérieur, car le soleil est trop  puissant. Ils pilent le mil, ou le manioc qu’ils transforment en poudre. C’est  l’extrême injure pour l’homme. Des soldats les encadrent. C’est ainsi que Baako s’est imposé

Il a apporté à son peuple, la justice, une nouvelle dignité, la   sécurité, le confort sans distinction du rang sociale. Il y a peu de suicide, car personne ne veut passer pour des lâches. Tous décès par suicide sont incinérés et placé dans un mur, sans fleur avec le nom seul. Sans autre légende. Le carré les concernant s’appelle : le jardin des coucous. Nom  de l’oiseau qui vole le nid des autres oiseaux. Le Présidium a abolie la torture en 1998, et la condamnation à mort en  2000.

La liberté est totale. Les petits problèmes sont régler par le médiateur du quartier, ou du village. Il n’y a plus d’ennuis liées à des privilèges de puissant, ni même tribal. Les images du passé accompagnent les paroles. C’est ainsi qu’il y a eu Tilsitt une petite ville coquette avec ses maisons roses et fleuries, les condamnés au crâne rasé dans leur combinaison. Puis ce fut, cette belle plage propre, avec la mer bleue. La vue aérienne permet de deviner la vie marine, ainsi que les  coraux. 

Samia Martineau continue.

Il y a ce social, que nous envions tous ajoute-t-elle avant de poursuivre.

Il n’y a plus d’analphabète, seul certains handicapés mentaux le sont. Non pas parce qu’ils n’ont pas eu cette possibilité, mais leur cas ne leur a pas permis. L’enseignement des handicapés est le même que les dit normaux. Leurs droits sont égaux. Le droit au travail est le même pour tous. Il est adapté au physique et intellectuel à chacun. La lutte contre le Sahara est concluante. Enfin, ce pays se suffit à lui-même, sans aide étrangère. Avec parcimonie il vend son pétrole, préservant ainsi ce qui reste des réserves du sous-sol. Certains pays n’ont pas anticipé la pénurie. Ils ne peuvent  pas non plus, se passer de pétrole.

SEMAVOÏTA, n’utilise pour énergies, que le soleil et l’hydraulique par moulin à eau salée ! Les éoliennes sont rare, et sont plus des objets d’art car les vents sont peu utilisable dans ce pays. Ils utilisent des voitures solaires depuis 20 ans. Ils ne vendent que ce qu’ils leur est nécessaire pour acheter à l’extérieur leur produit de première nécessité. Ceux qui ne peuvent être l’objet de production dans son pays. Ou si la diplomatie nécessite une étroite collaboration amicale. En agissant ainsi ils économisent leur production de pétrole, et se garanti des revenus substantiel. Il y a eu la construction des cinq villes souterraines de deux cent cinquante mille habitants environs. Elles sont toutes reliées les unes aux autres par des autoroutes également souterraines. La première fut construite sous le désert.

Ce désert magnifique, reprend Alain, avec ses pistes, ses sculptures brutes et pures. Ces roches se dressent fièrement vers le ciel. En forant dessous, ils ont trouvés trois villes enfouies, et une rivière d’eau glacée, et pétillante ! Tel est l’histoire de cette trouvaille ! En raison des tempêtes de sable trop nombreuses, et pour la protection de ces villes il a été décidé d’incorporer dans le projet de la construction, une sixième ville plus petite, et plus confortable. Elle est prévue pour le Présidium et les amis du pays. Les chercheurs sont parvenus à cultiver certains légumes, arbres fruitiers, élever des poules, des vaches, des moutons, des mésanges et des pigeons et autres élevages domestiques. C’est ainsi que la vie pourra être sauvé en cas de catastrophe. Ces découvertes ont donné une autre idée d’utilisation. Par ce moyen, la culture et les élevages naturels, luttent contre la famine dans le monde, mais surtout dans son pays.

Les images accompagnant les commentaires font rêver les jeunes gens, mais très certainement les téléspectateurs du monde également.

Daniel et Mauricio, n’en croient pas leurs yeux, ni les oreilles

- Ce n’est pas possible ! S’esclaffe en chœur les quinze amis

-        Ils nous prennent pour des idiots crie Erhard

-        L’Europe ne va pas avaler ça, interroge incrédule Mauricio étonné, et outré.

-        C’est de la propagande ! Conclu Ingrid

-        C’est peut-être une blague intervient Katia

Fou rire de tous

Samia Martineau imperturbable continue

Maintenant vous connaissez mieux ce pays, Il est difficile de croire que cet homme si sage, qui est l’un des plus humanistes des chefs d’État à l’heure actuelle, est pu être l’un des auteurs de cette catastrophe.

Il y a deux ans, il y a eu la réunion mondiale des pays amis à Washington. Le Président Jefferson Brian recevait la délégation, des représentants de L’Europe Unie : les Présidents Le Forestier Marcel de la France, Günter Hans de l’Allemagne, et  Brown Harry Représente le Roi Harry de l’Angleterre, Ferreira Augusto pour l’Espagne, (les élus pour cinq ans du « Gouvernement Européens) ainsi que les représentants d’autres pays, les Présidents Liyang Tao pour la Chine, Ben Ayan pour Israël, Kharg Hassan pour l’Iran, Bandung Nehru Président de l’Inde, ainsi que notre Jacques Baako pour le  Sémavoïta. À la réunion qui a duré presque deux semaines, ils ont signé un protocole de paix, prévoyant l’unité militaire. Ils ont transformé l’OTAN. Maintenant L’organisation s’appelle les Armées Unies pour la Paix et l’Humanitaire [AUPH].

Une bande annonce passe au-dessus de la tête du la journaliste.  Cela fait rire les jeunes gens. Puis, Alain le journaliste prend la suite

Par ce compromis, les signataires sont les maitres du monde. Seule la Russie fait cavalier seul, elle est ouverte à tous les contestataires des pays alliés. Le premier volet est un contrat militaire et commercial. Le second est l’entraide humanitaire. Le Sémavoïta à négocier avantageusement pour son pays. Il vend son stock de pétrole uniquement pour l’Europe. Car c’est l’Europe qui a le plus fait pour le développement à l’énergie durable. De cette façon il a un stock pour plusieurs années. En effet le stock du pétrole est pratiquement nul dans le monde. Les pays s’étant enrichi grâce à cette manne providentielle, sont retombée dans l’extrême pauvreté. Les membres riches et puissants de ce consortium, ayant travaillé  pour eux uniquement, ont quitté leur pays. Seul Dubaï a été prévoyante. Le Sémavoïta vend à l’AUPH tout le surplus de ses ressources c'est-à-dire, l’uranium, l’or jaune, l’or noir, des légumes et des fruits, de l’arachide, du manioc, du café, du chocolat, le tissus de coton, ainsi que des montres se portant en sautoirs qui sont à la fois, porte-monnaie télévision, ordinateur, internet.

La France et les États unis installent les usines nécessaires au modernisme à Sémavoïta.

Les savants de l’AUPH ont un contrat ne leur permettant pas de travailler en dehors des pays signataires. Et doivent être contrôlé par la Commission de Contrôle dépendante de l’AUPH

Le second volet est moins heureux, en raison des évènements qui viennent de se produire.

Un nouveau flash apparait sans crier gare, et Kévin  de Kersen avec l’expression grave, annonce que la Russie s’est scindée en trois. Il poursuit :

Un fleuve d’un kilomètre de large sépare la Russie en patte d’oie. Ce sont les conséquences de soubresauts convulsifs de la terre. La fissure a touché la centrale nucléaire de Gorki qui a explosé. L’eau de ce nouveau fleuve est bouillante. C’est la vapeur de la mort. L’odeur du souffre brule les narines, les yeux, la peau. Nous sommes équipé de combinaison spéciale à l’extérieure. Nous n’avons le droit de sortir que si le professeur Ivanovitch le permet. Des images apocalyptiques sont diffusées. Ivanovitch annonce que si tous les volontaires suivent ses conseils, la Russie pourra respirer normalement dans la rue, et partout…...

Katia apporte du thé et du café pour rendre l’atmosphère moins pénible. Ce qu’ils apprennent les décourage, la peur de sortir les gagne. Que vont-ils devenir ? Le film venant de la Russie est en noir et blanc, pourquoi ? Il est vrai que voir en couleur, les victimes se tordant de douleur, l’éclatement des corps sous cette chaleur. En couleur se serait insoutenable. La voix de, de Kersen continue mais ils n’écoutent plus, et surtout ne regarde plus.

Tous, se lèvent et laisse un peu la télé, ils ont besoins de se détendre, de regarder autre chose. Mais tout rappelle leurs problèmes, même si dans cette grotte, un semblant de sécurité.  Ils ont froid maintenant.

Soudain la voix d’Alain de Courtil résonne :

Les savants de Sémavoïta ont trouvé le moyen de maitriser la bombe H et à Neutron. Ils peuvent en pointant sur le tableau de bord du Poste de Commandement détruire la ville ou un ensemble stratégique choisit. Sans que rien d’autre ne soit touché ! Où que ce soit dans le monde ! Baako rêvait de dominer l’Afrique, depuis son île sur l’Atlantique. Cette île est à l’axe et à cinq cents kilomètres du Congo et de la Sierre Léone ! À moitié désertique, mais aussi très verdoyante. Le plus étonnant, elle n’est pas touchée par la catastrophe. C’est pourquoi il avait migré au Sémavoïta. Étant un homme de Paix, le régime étant stable, et sans remous de contestation prévisible le Présidium reçut la bénédiction de l’AUPH.

Enfin, le journaliste termine son historique. Jusqu’à ce jour jamais les jeunes gens c’étaient intéressés à la politique. Pour eux, c’est la surprise. Ils découvrent la futilité de leur vie passé. L’importance des élections. Mais aussi ce sentiment de regret, de ne pas avoir pris au sérieux, tous ce qui avait fait le monde autour d’eux. Ils se sentent d’être pris au piège intellectuellement, en plus d’être prisonnier de ce rocher volcanique !

Car pour être prisonnier physiquement ils le sont !!!

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> ils ne devraient pas écouter les infos cela va leur faire perdre le moral<br />
Répondre
M
<br /> <br /> oui, mais ils se raccroche vers l'extérieur poue l'instant.<br /> <br /> <br /> <br />