Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Je m’interroge toujours !

 

 2Nous étions si jeunes

Ta  guerre étais fini

Le soleil tu le dessinais,

À la pointe du pinceau

Tu laissais ton imagination aller

Elle courait sur les enseignes.

Par elles, je t’ai connu

 

Nous étions si bien ensemble

Dans tes bras, j’étais protégée

De quoi mon dieu,

Puisque la paix est revenue.

Je me sentais en symbiose

Dans ton univers

 

Seulement nous vivions cachés

Nos rencontre se faisait par la grâce

De mes amies complices.

Nos rendez-vous étaient au cinéma

Ou dans les chambres d’hôtel

Là, sur le lit nous nous racontions

Nos soucis nos souvenirs

Nous étions heureux

Une chambre d’hôtel pour parler

Pour une tendresse ascète

À côté du cinéma,

À la sortie, si père venait me chercher

Il y avait suffisamment de monde

Pour qu’Abdera…puisse s’y fondre.

 

Un jour la catastrophe, père nous a vu

Par décence, il m’a ramené chez nous.

Plus jamais nous nous ne sommes revus

J’ai subi un interrogatoire  en règle,

Digne d’un commissariat de police,

À cette époque, les règles n’étaient différentes.

Les larmes et la colère sont restées.

Je me suis conduite en idiote,

D’une union impossible je me sacrifié

Pour une union obligatoire,

Mais pas celui choisi par la famille,

Le plus laid, le plus bête, le moins riche,

De tous mes prétendant, mais jaloux à un point…

Des années plus tard…,

J’ai connu un nouvel amour

Celui-ci, je n’ai pas hésité, je l’ai imposé

Mes parents l’on accepté,

Le souvenir de mon premier amour,

Les avaient rendus plus compréhensifs.

 

Je me suis toujours demandé,

Que s’est-il passé ?

Il a disparu de mon univers,

Pas un mot de lui,

Il n’était plus à son travail,

Il avait disparu.

Des doutes me sont venus

Qu’avaient donc fait mes parents ?

J’étais mineure

Lui majeur,

Il était du pays du soleil

Moi française aux origines douteuses

Depuis les révolutions françaises.

Probablement un sang mélangé.

Non conforme à cette union.

Nos familles sont de même classe sociale,

Mais la religion……...

 

Aujourd’hui,

Cela fait cinquante années  déjà,

Ton souvenir est toujours là,

J’ai toujours recherché ton visage,

Dans les ressemblances approximatives.

Que serai-je devenu au pays des parfums.

Je l’ignore.

J’aimerai tant te revoir et savoir.

Qu’es-tu devenu ?

Que t‘es-t-il arrivé,

T’a-t ‘on obligé à quitter la France ?

Dans quel pays es-tu

Puisque, tu ne pouvais,

Retourner dans le tiens.

As-tu changé de nom ?

Pourquoi toute cette souffrance ?

La plaie est cicatrisée

Mais elle reste visible

Je m’interroge toujours.

 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Merci bonne soirée.<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Merci mon ami pour ton commentaire<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Comme c'est beau ces histoires d'amour qui restent gravées  jamais en nous parce qu'inachevées!<br />
Répondre
M
<br /> <br />  Oui c'est vrai, et puis il y a le risque d'être déçue et perdre tous le charme nostalgique du souvenir. Mais aussi<br /> d'apprendre l'horreur, c'est aussi une peine plus grande et se sentir responsable de son malheur.<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> on ne peut oublier de vieilles connaissances et avant le mariage était bien strict<br />
Répondre
M
<br /> <br />  Oui, mais je reste nostalgique.<br /> <br /> <br /> <br />