Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

l'héritage -2- chez le notaire

com

le-notaire.jpgÀ huit heures tapantes, Philippe est à la porte d’Inès. C’est un vendredi treize !  Ce jour, va-t-il leur porter chance ? pense Inès sans conviction, en entendant la sonnette. Elle ouvre la porte et lui dit.

Bonjour, vous allez bien ?... Un petit thé ? …mes bagages sont prêts. Je n’en ai que pour quelques minutes ajoute-t-elle.

Oui ! en s’assoyant sur le canapé. Il pense « Tout est rangé, net, le temps qu’elle se coiffe, se maquille elle en a pour une heure. Pendant qu’il réfléchissait l’eau de la bouilloire est prête. Inès arrive et place les deux sachets dans celle-ci. Philippe est si surpris, qu’il a cru avoir rêvé un bon moment.

 Combien de sucre ? des financiers ? demande Inès

Un sucre, oui j’aime ces biscuits, ils sont excellents. Répond-t-il surprit.

Il en prend deux délicatement. Il la regarde subjugué. Il tente de ne rien laisser voir de son émoi. Elle est là, vive et prête. Elle confirme son impression en lui disant.

J’ai préparé un café et une boisson glacée dans des thermos pour le voyage

La collation terminée, la vaisselle rangée, elle vérifie si tout est à sa place, si elle n’a rien oublié. Enfin

Je n’ai plus que ma veste à prendre et nous partons. Dit-elle.

Alors allons-y nous avons beaucoup de route, et nous sommes vendredi. Il y a plus de voiture que les autres jours. beaucoup partent en week-end en sortant de leur travail. Ceux, qui prennent le RER, les autres jours, prennent leur voiture pour leur trajet habituellement fait transport en commun. La sortie de Paris et sa banlieue ne sera pas facile.

Ne vous inquiétez pas, nous serons au restaurant pour midi. Les autoroutes seront fluides. Répond-elle. Le dynamisme d’Inès et son sens pratique émerveille Philippe. Pourtant, il ne devrait pas être surpris. Ils se connaisse depuis tant d’année.

Le trajet se fait sans encombre, malgré la sortie de la région parisienne difficile. À onze heures ils sont à l’hôtel Richelieu, cinquante et un Boulevard Richelieu. Ils s’installent dans leur chambre respective. Leurs portes sont face à face, ce qui rassure Inès. Ils se retrouvent au restaurant pour discuter de la suite, et consulter le plan de la ville, que l’hôtel leur a donné. Philipe achète le plan de la région au kiosque à l’entrée de l’hôtel. Leur rendez-vous avec Maitre Rondineau est au 20 rue Pasteur  d’après le plan il est situé tout près du couvent Saint François d’Assise.

Inès est toute chose, la curiosité est forte elle pense à ce qu’elle pourra faire avec cet héritage. D’abord est-il conséquent ? Où se trouve ce domaine des Trois Renards. Il n’existe nulle part d’après internet. Et puis peut-être trouvera –t-elle des cousins éloignés ? que la généalogie n’a pas trouvé ! L’idée seule la stimule. Enfin, ils arrivent. Il est quinze heures, le cœur battant, Elle sonne à la porte. Elle s’ouvre automatiquement.

Une femme aux cheveux en chignon grisonnants, vêtue de noire, souriante les accueille.

Vous êtes….. ?

Mademoiselle Inès Paladin, un ami, Maître Philippe Marcelin m’accompagne

Pourquoi un avocat ? s’enquit-elle en fonçant les sourcils

Il est un ami d’enfance, et comme je ne conduis pas il m’accompagne.

Ah ! bon ! dit-elle détendue, le sourire aux lèvres revient

Je suis Madame Rondineau, mon mari termine avec un client. Asseyez-vous, dit-elle en montrant les fauteuils louis XV.

Merci répondent-les jeunes gens

Ce ne sera pas long… Tenez ! il a terminé. Ajoute-t-elle.

 Un vieux monsieur sort tout heureux. Madame Rondineau parle à voix basse à un homme rondouillard. Ce petit gros à l’air sympa pense Inès.

Un homme chauve, aux tempes grisonnantes, s’approche d’eux, il leurs tend la main.

Bonjour mademoiselle Paladin. Monsieur…. ?

Maître Marcelin un ami de mademoiselle. précise Madame Rondineau

Venez dans mon Bureau. Une fois installé, le notaire parle directement. Je ne sais pas si vous accepterai cet héritage, car il est immense certes,  mais inhabité depuis des lustres. Cette propriété est située dans l’ancien village détruit lors de la Virée de Galeme. J’ai tenté de la trouver, mais j’ai fait chou-blanc. J’ai seulement un doute. Avant de signer ce serait bien que vous y alliez.

Mais nous ne connaissons pas la région, intervient Philippe

Seulement vous êtes jeunes et  je pense que vous êtes sportifs. Rétorque avec un sourire amusé le notaire

Pourquoi cela ? interroge Inès.

Parce que la propriété des Trois Renards, se situe dans l’un des villages détruit pendant la chouannerie, et qu’il n’a jamais été reconstruit. Il est resté à l’abandon pendant deux-cent-vingt ans environ. Votre cousin y a vécu une dizaine d’année dans les années trente. Il a tenté de la restaurer. D’après, son testament, elle est située sur le bord de la route de Louet. Il a jeté l’éponge et il est parti en Amérique, sans jamais vendre ce bien.

Quelle histoire ! s’esclaffe les jeunes gens.

Si vous êtes toujours intéressés voici le plan de mes investigations, cela vous donnera une base de départ. Il vous permettra également de continuer.

 

Merci, nous commencerons demain matin. Confirme Inès. À l’hôtel nous étudieront vos recherches et ce vieux plan du secteur, que vous venez de nous donner... à suivre

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> un héritage qui va sans soute lui revenir cher si elle le prend<br />
Répondre
M
<br /> <br /> peut-être<br /> <br /> <br /> <br />