Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

L’île Vinukabil

com

Il était une fois,l-ile-Vinukabil.jpg

Une petite île perdue dans l’océan,

Sa protection était son mur de coraux,

Elle abritait une peuplade venue du néant,

Dans les entrailles de la terre des Rostraux.

Ce peuple humanoïde appelé Saturnin,

La tête de homards couleur cumin,

Jambes et bras grêles puissante et agiles,

Ont cette élégance de ces êtres graciles.

Ils n’ont jamais vu d’humains,

Les bateaux croisent au loin,

Les roches défendent les criques,

L’invincible Île du Pacifique.

Les lianes fleuries étranglent les visiteurs,

Saturnins sont leurs conciliateurs,

Pourtant, ce jour-là, sur le rivage,

Il y eut un événement sur la plage.

 

Deux ados jouant aux explorateurs,

Ont parcouru la mer avec un capteur,

À la recherche de sensations fortes.

Leurs inconsciences les déportent.

Joyeux, ils voguent vers l’inconnu,

L’inconséquence guide ces ingénus,

Soudain, c’est le naufrage,

La peur au ventre, ils nagent.

Un rocher noir dans la brume surgit,

Cela leur semble être de la magie,

Ils avancent sans s’en apercevoir,

Avec toute l’énergie du désespoir.

Une crique de sable blanc les accueille,

S’effondrant au pied d’un écureuil,

Affolé il fuit en prévenant la perruche,

Ces jabotements tracassent les ruches.

Cette île paradisiaque,

Leur semble opaque,

Cette île venue de la colère de Vulcain,

Volcan millénaire colérique et coquin.

Il y a plus de mille ans, l’île est apparue.

Rien n’existait, elle était toute nue.

Puis un jour suite à une panne les Saturnins,

Amerrissent s’imaginant sans lendemain.

C’est ainsi qu’ils cultivent leurs plantes,

L’île devint verdoyante luxuriante,

Les mœurs des Saturnins sont idylliques,

L’île respire ce bonheur serein unique.

 

La vie fantasmagorique dans l’île vint.

Des animaux merveilleux divins,

Des Plantes fantastiques luxuriantes,

L’ambiance hors du commun est riante.

Les Saturnins découvrent leurs corps.

Intrigués bien qu’apeurés, ils les portent,

À l’intérieur d’une curieuse maison.

Creusée dans la roche, telle une garnison.

Ces jeunes gens à leur réveil sont ébahis,

Leurs regards émerveillés sont éblouis.

Leur lit, un hamac en maille métallique,

Un drap végétal leur sert de tunique.

Un plateau de fruits est posé au centre de la pièce,

En se levant les gamins recouvre leur hardiesse.

Ces petits êtres étranges sont aimables,

Ces gosses réalisent leur situation inconfortable.

Que de regret, d’avoir désobéi à leur père,

Maintenant, ils ne se prennent plus pour des experts !

Seulement, il est un peu tard, personne ne peut venir,

Leurs rêves de môme ont compromis leur avenir.

Soudain une liane se soulève menaçante,

Sa fleur odorante les caresse, les enivre.

La terreur les gagne suppliant leurs geôliers,

Ces êtres lèvent une pince d’apaisement.

Les Saturnins expliquent avec des gestes,

Qu’ils sont leurs hôtes bien que modestes.

Leur voix gutturale, avec des gestes de politesse,

Raconte aux ados la soumission à la prêtresse.

 

Éric et Ryan hésitant en acceptent le principe,

Ils découvrent les règles de base, l’obéissance.

Ils vont devoir respecter leurs règles de bienséance,

Ce qu’ils avaient refusé jusque-là, le principe.

Ils apprennent le respect de la nature,

Les lianes florales sont les soldats des Saturnins.

Ils veillent à la sécurité de l’île sans fioritures.

Elles obéissent au chef, ce nain.

Eux qui autrefois méprisaient les différends,

Doivent faire allégeance à ces inconnus,

Leur survie dépend de leur comportement,

Leur conscience croît avec leur déconvenue.

N’ayant plus conscience du temps,

Ils s’habituèrent à cette nouvelle liberté,

L’esprit libre donné par les règles de pénitent,

Ils découvrent l’inconnu celui de la sérénité.

Leur cœur n’étant pas mauvais,

Ils décident de rester dans l’île.

Comme les lianes, ils seront au chevet,

De leurs amis pour une vie tranquille.

Les deux amis devenus des vienukabiles.

Se nourrissent de fruits et de racines.

Ils apprennent le langage des saturnins volubile.

 

Ils y vécurent sous l’aura des aruspicines. 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> ces jeunes ont eu une belle leçon de vie<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Merci, Mon amie.<br /> <br /> <br /> <br />