Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La semaine des Pléiades -6- Jean Dorat

com

Jean-Dorat.jpgIl naît à Limoges, de parents pauvres surnommés les Dinemandi (du limousin Disnamandy : Mangematin). En 1537 il quitte sa région natale pour s'inscrire à la Faculté des arts de Paris. Ce personnage étonna ses contemporains par sa mémoire prodigieuse.

En 1544, le père de Jean Antoine de Baïf engage Dorat comme précepteur de son fils, et de son jeune secrétaire Pierre de Ronsard. Les deux amis seront les disciples fervents de l'humaniste qui se servait du grec pour apprendre à ses élèves le latin, dans la tradition des humanistes du siècle précédent qui se perpétua au XVIe siècle2. Ronsard a souvent reconnu sa dette envers cet homme prodigue de son savoir, qui lui avait « appris la Poésie ».

Il se fit d'abord remarquer par des poésies françaises, qui lui valurent la faveur de François Ier.

Quand le père de Baïf mourut, en 1547, on offrit à Dorat le poste de principal du Collège de Coqueret2. Le 21 décembre 1548, il épouse Marguerite de Laval en l'Église Saint-André-des-Arts et emménage dans la Maison du Chef Saint-Jean, rue de la Grande Bretonnière, à l'emplacement de l'actuelle rue Soufflot. De cette union naquirent deux enfants: Madeleine et Louis Dorat. En 1549, un nouveau venu nommé Joachim du Bellay vient rejoindre le groupe de ses élèves. La Défense et illustration de la langue française, vraie bombe littéraire, fut composée sous les yeux de Dorat. Celui-ci recherchait peu les honneurs et s'est peu préoccupé de sa gloire posthume.

Il fut nommé en 1560 professeur de grec au Collège des lecteurs royaux créé par François Ier, et se fit une grande réputation par ses vers latins et grecs.

Personne n'a recueilli les pièces grecques, latines et françaises que Dorat éparpillait un peu partout, car chacun le sollicitait et il satisfaisait chacun.

En 1586, des élèves et des amis s'unirent pour publier un ensemble fort incomplet de ses Poemata : elles contiennent des poèmes, des épigrammes, des anagrammes, des odes, des églogues. On y remarque le Tumulus Cearoli (Charles IX).

Dorat était très malade, et mourut deux ans plus tard. Il laissa deux fils et une fille qui se distinguèrent aussi comme poètes et érudits.

Son rôle auprès du groupe de la Pléiade fut peut-être d'être l'humaniste porteur de la tradition, pour qui le latin ne pouvait s'étudier correctement sans la connaissance du grec. Il fut presque exclusivement un poète d'expression latine et grecque.

 

 Sur la louange de la Paix - Sonnet 1

 

Celuy est sans parens, sans famille, sans loix,

(Dit Homere) lequel en son pais desire,

Discord civil regner, un des discords le pire,

Horrible à toutes gens, mesmement aux Gaulois.

 

Les Gaulois ont senty n'agueres par trois fois,

Que c'est que de troubler un pacificq' empire :

Mais voiant que le mal de jour en jour empire,

CHARLES y a pourveu, le meilleur Roy des Rois.

 

Meu de l'esprit de Dieu, qui le coeur du Roy tient

En sa main enfermé, il a mis paix en France,

Que les bons desiroient voians tant de soufrance.

 

Louons donc ce bon Roy, qui son peuple maintient

En bonne sauveté, aiant par sa prudence

Changé discord civil en civille alliance.

 

 

Jean DORAT   (1517-1588)

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> que de poètes tu nous fais découvrir<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Pourtant ils sont connus, et se sont nos classiques. <br /> <br /> <br /> <br />