Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La semaine des Pléiades -7- Jean de LA PERUSE

com

Jean-de-LA-PERUSE.jpgJean Bastier de La Péruse (1529-1554) est un poète et auteur dramatique français.

Il naît au Pont-Sigoulant, paroisse de Roumazières, mais il prend le nom de la paroisse voisine, la Péruse. Il étudie à Paris, au collège de Boncourt, où il suit les cours de Marc-Antoine Muret et de George Buchanan, et il devient membre de la première Pléiade, avec Ronsard, Du Bellay, Baïf, Jodelle, Pontus de Tyard et Peletier du Mans. D’après Étienne Pasquier, il joue dans les représentations de la Cléopâtre captive et L'Eugène d’Étienne Jodelle (1553). Le spectacle se déroule dans l'hôtel de Reims, à Paris, en présence d'Henri II et de Diane de Poitiers.

Il compose une tragédie de Médée, inspirée de Sénèque et d’Euripide. Il est rapidement surnommé "l'Euripide français" par Charles de Sainte-Marthe. Jean Bastier quitte Paris peu après et s'installe à Poitiers.

Ses poésies ont pour thèmes privilégiés l’amour et l’immortalité littéraire.

Il meurt à 25 ans, sans doute de la peste.

Son ami Ronsard lui rend hommage en lui dédiant ce poème :

Tu dois bien à ce coup, chétive tragédie

Laisser tes graves jeux

Laisser ta scène vide contre toi hardie

Et de la même voix dont tu aigris les princes

Tombés en déconfort

Tu dois bien annoncer aux étranges provinces

Que la Péruse est mort.

jean de la Péruse 

 

Aux Muses

À Dieu vous dy, Muses Aoniennes,

Vos musemens m'ont par trop arresté.

Vos beaux guerdons sont-ce pas pauvreté,

Langueur, soucy, ennuys, travaux et peines 7

 

Et puis vantez vos eaux Pegasiennes !

Puis promettez une immortalité !

A Dieu, à Dieu : je n'ay que trop esté

Repeu du vent de vos promesses vaines.

 

Las ! qu'ay je dit ? ô Muses, revenez,

Et avecq'moy, s'il vous plaist, vous tenez,

Car désormais vous seules je veux suivre :

 

Sçachant très-bien qu'au monde tout perit,

Fors seulement les seuls biens de l'esprit,

Que l'homme mort après la mort faict vivre.

 

À Vénus

 

Dis-moi, Vénus, pourquoi as-tu permis

Que celle-là que tant j'aime et pourchasse,

Que celle-là où j'ai tout mon cœur mis,

Cruellement me tienne telle audace ?

 

Fais, Vénus, fais que son beau teint s'efface,

Puisqu'alléger ne veut ma maladie,

Courrouce-toi, rends-la-moi enlaidie,

Tant qu'à aucun ne plaise à l'avenir.

 

Hélas ! Vénus n'en fais rien, je te prie :

 

Elle pourra plus douce revenir.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> ce n'est pas évident à lire ces poèmes en vieux français<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Oui celui-ci est plus difficile, mais c'est le septième de la Pleïade, cela est donc le dernier. Je retroune à nos classiques, et les miens. Merci filipperine.<br /> <br /> <br /> <br />