Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le chant du cygne amoureux

cygnes-N-B-amour.jpg

 

Un chant mélodieux

Des  jours radieux

Des nuits voluptueuses,

Les étoiles fastueuses,

Dans les yeux du suprême,

Amour sincère de l’extrême

Que seule la jeunesse,

Glorifie dans l’ivresse,

D’un long sentier,

Aux bordures d’églantier.

 

Cygnes au plumage noir ou blanc majestueux,

Élèvent leurs voix dans  un chant harmonieux,

Vers leurs  belles aux allures si gracieuses,

Elles attendent fébriles fières et silencieuses.

 

Un soir de printemps, leurs longs cols se ploient,

Dans leurs ailes, les yeux clos, leurs rêves les envoient,

Vers une nuée brumeuse lumineuse dans une douce joie,

La torpeur, l’indolence sont leurs seul emplois.

 

Dans leurs songes, ils imaginent l’hymne du bonheur,

Les  cœurs brisés, retrouvent  les plaisirs du promeneur.

Ces cygnes  sauvages amoureux des blanches demoiselles,

S’étirent vers  une destinée douce sur des notes naturelles.

 

Leurs  sorts de bienheureux  amènent des jaloux,

Ils  voguent lentement d'une rive à l'autre en filous.

Ils suivent les contours de l'onde fraîche et furtive,

L’aimée se fait prier, elle est si belle et intuitive.

 

Sous le soleil ardent soleil, un cygne noir attend  au rivage,

Il patiente langoureusement, doucement le passage,

De ce col tellement  gracieux, de sa blanche amie,

Son espérance est à la hauteur  de sa monogamie.

 

Mille perles d'argent brillent sur l’eau tel un grimoire

Elles y laissent une rosée sur leurs plumes moire.

Les  saules  s’agitent  dans une fièvre brulante,

Ils se préservent dans le secret de  ces passions galantes.

 

Un rameau caresse doucement, prestement  effleure,

L’aile en chassant les feuilles, qui  y demeurent,

Tel le souvenir douloureux  devenu trop sensible,

À l’emprise d’un passé, d’une tristesse submersible.

 

Un soir, abordant la rive  verdoyante, chatoyante,

Fleurs et gazon accueille l’amoureux flamboyant,

La belle aux pas cadencés suit la brise inspirée,

Écoutant les mots doux, susurrés, murmurés.

 

Un chant mélodieux

Des  jours radieux

Des nuits voluptueuses,

Les étoiles fastueuses,

Dans les yeux du suprême,

Amour sincère de l’extrême

Que seule la jeunesse,

Glorifie dans l’ivresse,

D’un long sentier,

Aux bordures  d’églantier.

 

Les cygnes noirs et blancs aux amours dignes,

Des cœurs souffrants  signent ce qui les assigne,

Dans la douleur, des  pleurs venus du cœur,

Ce chant aux voix unies venue des profondeurs.

Cygnes-noirs--blancs.jpg

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Bonne soirée.<br />
Répondre
M
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> comme c'est beau l'amour<br />
Répondre
M
<br /> <br />  Oh que oui, mais pas toujourd au rendez-vous de la vie malheureusement. Merci mon amie.<br /> <br /> <br /> <br />